Archives de catégorie : À bord de l’Aire avec Zaza

Ce carnet de voyage suit les progressions des recherches pour mon exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, ainsi que mon immersion dans les pas de Zaza : des photographies des lieux visités et de certains documents accompagnent les textes du carnet, pour une mise en bouche apéritive de l’exposition.

À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 16

Ce carnet de voyage suit les progressions des recherches pour mon exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, ainsi que mon immersion dans les pas de Zaza : des photographies des lieux visités et de certains documents accompagnent les textes du carnet, pour une mise en bouche apéritive de l’exposition. Janvier 2022, nouvelle année. Je me replonge dans mes souvenirs du printemps 2021 pour clore le récit de voyage de mes premières approches territoriales du continent Zaza-le-Chatfoin. Nous en restions resté·es à ma journée à Lourdes en compagnie de Françoise, ma guide et mon hôtesse pour cette seconde semaine dans le Sud-Ouest. Ce dimanche 9 mai, après une matinée studieuse et un bon déjeuner, nous partons à Arcangues, joli village typique, avec son église à bateau suspendu dans la travée centrale, son autel doré avec de belles statues de saints,

©Tiphaine Martin

ses maisons blanches peintes en rouge basque,

©Tiphaine Martin

son terrain de pelote basque, 
©Tiphaine Martin

son lavoir à eau autrefois thérapeutique, et…

Lavoir Arcangues

©Tiphaine Martin

… son cimetière où se trouve la tombe de l’idole des jeunes des années trente, j’ai nommé Luis Mariano.

 

Tombe Luis Mariano

©Tiphaine Martin

Quoique absolument pas fanatique de ses braiments[1] roucoulés à « r » appuyés, j’aime suffisamment l’opérette, l’opéra-bouffe et la comédie musicale pour m’intéresser à ce monument basque-franco-espagnol, dont j’avais lu par hasard la biographie par Jacques Rouhaud et Patchi[2]avant mon départ pour les Landes. Mais je préfère quand même Dario Moreno, son entrain et son souffle de grand interprète de « L’Air du Brésilien » de La Vie parisienne d’Offenbach (1866).

Donc, la tombe de Mariano était très fleurie en ce dimanche de mai, ce qui m’a permis de visualiser l’adoration dont il est toujours l’objet.

Et, sans le savoir, je me suis ainsi psychologiquement préparée au visionnage – merci ARTE et sa programmation estivale – de la version filmée par Richard Pottier en 1956 du Chanteur de Mexico avec, tenez-vous bien et n’éteignez pas votre téléviseur ou votre ordinateur, Annie Cordy, Bourvil et donc Luis Mariano en trio amoureux. Sans commentaire. Mais j’ai eu plaisir à retrouver les vues des maisons rouges et blanches et de place de village basques dans la séquence d’ouverture du film.

Retour en mai et à Arcangues, que nous quittons pour nous rendre sur la plage de Bidart, mais d’un autre côté que celui goûté le 2 mai[3]. Ce dimanche, le temps n’est plus aussi ensoleillé qu’il y a une semaine – à cause de mon départ demain ? Cependant, le vent qui souffle fait de belles vagues et de beaux reflets sur l’océan, tout en accompagnant la progression des nuages dans le ciel bleu, limite Nicolas de Staël.

©Tiphaine Martin

Un peu brumeuse et déjà nostalgique, je me rends avec Françoise chez son amie Cécile, qui nous accueille à nouveau, tout aussi sympathiquement que l’autre jour[4]. Ensuite, je boucle ma valise, nous dînons en devisant, au dodo et…

©Tiphaine Martin

 

 

Départ le lendemain matin. Ma fidèle cavale bleue s’étant reposée une semaine, elle démarre en hennissant, sentant que les huit cents kilomètres qu’elle va avaler la conduisent à son écurie habituelle. Je presse le bouton de mon autoradio et la Providence/Zaza m’envoie tout de suite un signe. La première chanson qui s’en échappe entonne : « Hasta la vista Señora », soit « Ce n’est qu’un au revoir Madame » en traduction libre. Cette chanson de Ricchi e Poveri se trouve sur un cd de tubes[5] de ce groupe italien des années 80 que j’écoute volontiers, histoire d’entretenir mon italien, bien entendu … et surtout pour cette chanson parsemée d’espagnol, et pour le tube des tubes « Sarà perche ti amo », magnifié par Claude Miller et son interprète Charlotte Gainsbourg dans L’Effrontée (1985). Je reviendrai donc dans le Sud-Ouest.

J’arrête ici mon récit, mon voyage s’étant déroulé sans incident.

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « À bord de lAire avec Zaza – Jour 16 », Voyages autour de mon cerveau, janvier 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=2393


[1] Pardon les ânes et les ânesses.

[2] Jacques Rouhaud et Patchi, Luis Mariano. Une vie, Bordeaux, Éditions Sud Ouest, 2006.

[3] Cf. Tiphaine Martin, « À bord de lAire avec Zaza – Jour 9 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1727

[4] Cf. Tiphaine Martin, « À bord de lAire avec Zaza – Jour 11 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1763

[5] Ricchi e Poveri, Greatest Hits, ZYX, 2002.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Texte A bord de l'Aire avec Zaza

À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 15

Ce carnet de voyage suit les progressions des recherches pour mon exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, ainsi que mon immersion dans les pas de Zaza : des photographies des lieux visités et de certains documents accompagnent les textes du carnet, pour une mise en bouche apéritive de l’exposition.

08 mai 2021 : Nous partons en milieu de matinée pour Lourdes, ville importante dans l’existence de Zaza.

Texte A bord de l'Aire avec Zaza
©Tiphaine Martin
Texte A bord de l'Aire avec Zaza
©Tiphaine Martin

Elle s’y rendait en famille chaque année pour le Pèlerinage national, c’est-à-dire un grand rassemblement des catholiques aux alentours du 15 Août, fête de la Vierge. Quoique profondément croyante, Zaza exerce sa verve aux dépens du clergé local, suite à la guérison d’une paralytique :

Quand elle s’est mise à marcher pour aller au bureau des constatations, tout le monde s’est rué à sa suite et, pendant que les brancardiers organisaient les barrages, les évêques prenaient le petit trot et passaient au pas accéléré sous les cordes pour entrer dans la salle avec la miraculée ; je n’avais jamais vu de course d’évêques, c’était assez drôle1.

La causticité de la jeune fille relève l’envie des prêtres de se faire bien voir aux côtés de la personne guérie. Pour ma part, je suis soulagée qu’il n’y ait aucune foule ni aucune boutique d’ouverte – contrairement à hier à Biarritz. En effet, j’aurais eu l’impression d’être voyeuse dans une mise en scène destinée aux croyant·es et d’assister à un spectacle qui n’est pas pour moi. Je suis contente de me reposer et de pique-niquer à l’ombre des arbres et au frais de la rivière qui passe entre l’église et les abris à cierges.

Texte A bord de l'Aire avec Zaza
©Tiphaine Martin
A bord de l'Aire avec Zaza
©Tiphaine Martin

L’ensemble est intéressant à visiter et je suis fort aise de visualiser le chemin qu’empruntaient Zaza, ses frères et ses sœurs lorsqu’elles étaient infirmières et eux brancardiers, mais cela me suffit amplement.

Place à Cauterets, avec Zaza et avec Beauvoir. Zaza écrit à son père en 1925 depuis cette ville, mais je n’en dirai pas plus, réservant le document en question pour mon exposition.

Beauvoir, quant à elle, s’est rendue dans cette station thermale avec son oncle Gaston et sa tante Marguerite en juillet 1926, d’où elle a envoyé deux cartes postales à son mentor Robert Garric, fondateur des Équipes sociales de Belleville2. Plongée dans les affres de sa passion pour son cousin maternel Jacques Champigneulle, elle n’a pas goûté plus que cela le point de vue des cascades. Que n’a-t-elle lu mon article sur « Le Syndrome du Grand Meaulnes », et, surtout, que n’a-t-elle lu, relu et médité la lettre que Zaza lui envoie le 3 septembre 1927, depuis Gagnepan : 

J’ai beaucoup pensé depuis deux jours aux influences que moi aussi j’ai subies au cours de ces deux ans ; il y a un livre que j’ai aimé et qui a influé sur moi au point de fausser peut-être ma propre vérité et de m’imposer une contrainte de mes sentiments naturels, c’est Le Grand Meaulnes. J’ai puisé là un amour, un culte du rêve auquel aucune réalité ne sert de fondement, qui m’a égarée peut-être loin de moi-même. Aujourd’hui, je distingue nettement tout ce qu’il y a eu de forcé, d’artificiel, dans un sentiment entretenu pendant deux ans à force de volonté et d’imagination3.

Zaza parle ici de son amour pour son cousin André, qu’elle a idéalisé via sa lecture du Grand Meaulnes. Elle a préféré, comme Beauvoir, fuir la réalité et cultiver son imagination plutôt que d’avoir le cœur vide et passer, peut-être, à une autre inclination.

Pour ma part, je suis ravie – au sens propre du terme – par le site du Pont d’Espagne: cascade profonde et majestueuse,

Texte A bord de l'Aire avec Zaza
©Tiphaine Martin
A bord de l'Aire avec Zaza
©Tiphaine Martin

… jaillissements de-ci de-là que l’on voit depuis des rambardes astucieusement aménagées, petits arcs-en-ciel qui feront très bien sur mes photos, chemin en boucle qui permet de passer d’une rive du torrent à l’autre. Bien sûr, ma Cascade du Rouget, dite « La Reine des Alpes », n’est pas détrônée dans mon affection, loin de là, mais… ma foi… celle de Cauterets n’est pas mal du tout, merci Simone – et Zaza – de m’y avoir conduite. Et dans d’autres circonstances, je me ferais bien quelques randonnées dans le coin, qui a l’air peuplé de sites magnifiques, avec lacs naturels à disposition des touristes. En plus, je n’ai même pas à conduire, je peux donc me relaxer en savourant cette très belle journée.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 15 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1835

Lettre du 26 août 1926, à Geneviève de Neuville. Élisabeth Lacoin, Zaza, 1907-1929 : amie de Simone de Beauvoir, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 80-81.

2 Cf. notre thèse Les récits de voyage dans l’œuvre autobiographique de Simone de Beauvoir, p. 200, 201.

3 Élisabeth Lacoin, Zaza, 1907-1929 : amie de Simone de Beauvoir, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 101.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

A bord de l'Aire avec Zaza

À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 14

Ce carnet de voyage suit les progressions des recherches pour mon exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, ainsi que mon immersion dans les pas de Zaza : des photographies des lieux visités et de certains documents accompagnent les textes du carnet, pour une mise en bouche apéritive de l’exposition.

07 mai 2021 : Après une matinée de travail, je me rends à pied au centre-ville de Biarritz. Il est toujours aussi déprimant de voir tous ces rideaux de boutique baissés, même sans être une sur-consommatrice. Pour me remonter le moral, j’entre d’abord dans un « commerce essentiel », le Bookstore, librairie où je pioche Mes combats de Simone Veil (ses discours sur l’Europe, pour la santé, pour les droits des femmes, des handicapé·es…) et J’ai oublié de Bulle Ogier et Anne Diatkine (souvenirs de Bulle Ogier, prix Médicis Essai 2020).

 

                                     ©Tiphaine Martin

                                                   ©Tiphaine Martin

 Une glace de Dodin plus tard, je me trouve sur la plage, à regarder les vagues tout en savourant les mots de Bulle et d’Anne, qui ont bien mérité leur récompense. Extrait du livre, sur fond de spectacle fou dans les années soixante :

Je me livre au name dropping, et heureusement il y avait aussi des psycho-sociologues qui nous délivraient de grandes séances de psychothérapie de groupe après le spectacle, car on était infernaux, on n’arrêtait pas de se battre, tout le monde couchait avec tout le monde, on s’adorait autant qu’on se haïssait, et on épuisait Félix Guattari, qui pour notre plus grande chance faisait partie des spectateurs1.

Quelle époque ! Et quelle existence palpitante, racontée avec drôlerie – du moins ici, puisque la tristesse arrive brutalement lors de ses évocations de la mort de sa fille Pascale, décédée en 1984 à l’âge de vingt-cinq ans, après son triomphe dans Les Nuits de la pleine lune de Rohmer.

Je goûte une dernière fois à l’eau salée sur mes pieds nus, puis repars tranquillement. Demain, ce sera une journée chargée avec deux belles visites en perspective, je suis impatiente d’y être.

 

           ©Tiphaine Martin

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 14 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1815

 

Bulle Ogier et Anne Diatkine, J’ai oublié, Paris, Points, 2020, p. 46-47.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Texte A bord de l'Aire avec Zaza

À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 13

Ce carnet de voyage suit les progressions des recherches pour mon exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, ainsi que mon immersion dans les pas de Zaza : des photographies des lieux visités et de certains documents accompagnent les textes du carnet, pour une mise en bouche apéritive de l’exposition.

06 mai 2021 : Le matin, j’assiste à un cours de danse basque, ou mutxiko [moutchico], dans le parc du Lac Marion, à Biarritz. Le groupe est au soleil et dans l’herbe, formant un tableau sympathique. La musique est entraînante, je bats la mesure du pied et j’applaudis le danseur et les danseuses. Et je repars au temps lumineux de l’avant-Covid, à l’été 2019, lorsque je me trouvais au Grand Bal de l’Europe, à Gennetines, près de Moulins. C’est un lieu où règne une atmosphère de positivité totale, sans jugement aucun. Les rencontres de toutes nationalités se font sur les parquets de danse, ainsi que sur le chemin des douches et des tentes, ou autour des tables des repas, servis dans la bonne humeur générale. Bref, un sacré bon souvenir.

L’après-midi, nous nous rendons de nouveau à Anglet. Nous nous promenons à trois depuis la « Chambre d’amour » (une plage entourée de rochers, célèbre par un mythe local) jusque loin sur le fronton de mer.

 

©Tiphaine Martin

 

Zaza nous y a précédées, à vélo et à pied, il y a un siècle. Elle se promenait et rendait visite à son oncle Henri Cassaigne et à sa tante Mimi.

Le soir, c’est salade landaise : salade verte, maïs, pignons, lardons et gésiers. Je continue la partie gastronomique de mes recherches, d’autant que Zaza devait en manger. Après tout, je me suis aussi spécialisée en Food Studies pendant ma thèse, pour parler du corps voyageur de Beauvoir… et le rapport à la nourriture et à la boisson est une bonne porte d’entrée pour comprendre un·e individu·e.

 

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 13 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1806

 

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Texte A bord de l'Aire avec Zaza

À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 12

Ce carnet de voyage suit les progressions des recherches pour mon exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, ainsi que mon immersion dans les pas de Zaza : des photographies des lieux visités et de certains documents accompagnent les textes du carnet, pour une mise en bouche apéritive de l’exposition.

05 mai 2021 : Matinée de travail, puis visite de Bayonne, où Zaza se rendait régulièrement pour voir ses cousins Cassaigne… et déguster un chocolat chaud de chez Cazenave. Heureusement pour moi qui déteste ce type de boisson, le salon de thé est fermé, et je peux acheter des tablettes de chocolat pour mes parents et des proches :

©Tiphaine Martin

 

Françoise me fait découvrir les « kanougas » de chez Pariès, soit des caramels sublimes – j’ai oublié de prendre une photo, trop pressée d’y goûter. Vive le Pays basque !

Depuis la place de la mairie, nous voyons l’emplacement de la cordonnerie ancestrale des Lacoin sur la rive droite, du côté du Petit Bayonne.

©Tiphaine Martin

 

La jeune fille décrit la ville à son correspondant allemand Hans Miller, rencontré fin 1928, lors de son séjour en terre germanique :

Ici tu me manques beaucoup, parce que Bayonne est une petite ville charmante ; des petites ruelles, de vieilles maisons, le port romantique où s’ennuient de grands navires qui me font rêver de contrées étrangères, de voyages autour du monde. Les environs sont magnifiques, le temps si agréable que tout le monde est joyeux et aimable1.

Ce 23 mars 1929, Zaza découvre à son ami les beautés d’un coin de sa patrie, tout en exprimant son souhait, jamais réalisé, de départs vers l’ailleurs et de découvertes multiples. Influence sur ou de Beauvoir, qui a tant et tant voyagé ?

Nous terminons par une partie de la côte d’Anglet, faite à vélo par Zaza, toujours en plein soleil.

©Tiphaine Martin

 

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 12 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1790

 

 

1 Élisabeth Lacoin, Zaza, 1907-1929 : amie de Simone de Beauvoir, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 230.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn