Article mis en avant
Image mise en avant VADMC

Voyages autour de mon cerveau

Il s’agit de créer un carnet de recherche sur des thématiques qui me tiennent à cœur, autour de l’analyse de la condition féminine à travers l’espace et le temps :

  • les études de genre
  • l’histoire des femmes
  • les récits de voyage
  • Simone de Beauvoir
  • le cinéma
  • la bande dessinée
  • les feuilletons télévisuels
  • la chanson.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Interview sur Antonia Bird 2

À la redécouverte d’Antonia Bird

“Rencontre avec Guillaume Banniard et Muriel Cinque, corédacteurs en chef du second numéro du magazine indépendant L’Infini Détail qui consacre un dossier à Antonia Bird. Une immense et invisibilisée cinéaste britannique qui n’avait, jusqu’ici, pas eu les honneurs d’un article à la mesure de sa carrière.”

Tiphaine Martin – Comment est né votre projet ?

 

Muriel Cinque – de la curiosité et du désir de partager. En visionnant les différents projets de madame Bird, il nous est apparu à Guillaume et moi-même que nous avions affaire non seulement à une cinéaste de qualité mais à un être humain de grande valeur. Son approche des sujets qu’elle traite, sa maîtrise des tourments intérieurs de ses personnages, son sens de l’observation et son absence de jugement font de son travail une mine d’or.

Guillaume Banniard – pour ma part, il est aussi né d’un sentiment de frustration, celle de découvrir les films d’Antonia Bird tout en découvrant que personne, en fait, ne les connaissait. Son long-métrage Vorace compte parmi mes dix films favoris depuis sa sortie, en 1999, mais j’ai moi-même mis des années avant d’explorer le reste de sa filmographie. La création de ce dossier nous est apparu comme une évidence. Ce magazine est aussi le fruit du dévouement de notre maquettiste, Marie Lemoine, qui a donné un magnifique écrin à notre travail. L’identité visuelle de L’Infini Détail lui est entièrement due.

©Rackdamn

T.M. – Qui est Antonia Bird et pourquoi n’est-elle pas/peu connue aujourd’hui ?

G. B. – C’est une cinéaste londonienne décédée prématurément, fin 2013, à l’âge de 62 ans. Nous-mêmes nous posons la question de son anonymat. Notre revue, L’Infini Détail, la pose également. Et y répond en explorant ses œuvres. Ses films, il faut insister là-dessus, sont taillés pour le public. Ils sont engagés autant que divertissants, accessibles.

M. C. – Antonia Bird est une cinéaste de l’humain. Son cinéma est engagé, social et surtout populaire dans le sens noble du terme. Elle n’a jamais renoncé face à l’adversité, qu’il s’agisse du mépris des distributeurs qui ont littéralement sacrifié son œuvre la plus connue, Vorace, ou des menaces de mort suite au tournage de son film sur l’Église britannique, Prêtre. Elle reste peu connue car sa filmographie n’a pas ou peu eu l’heur de sortir en salle et sa disparition prématurée a fait que les plateformes ne s’y sont pas intéressées. Pas plus que les télévisions françaises. Il faut donc faire l’effort de chercher. 

T.M. – Quels sont ses films et où peut-on les visionner ?

G. B.et M. C. – Légalement, c’est un sacerdoce ! Les options sont limitées pour mettre la main dessus. Côté support physique, il existe des DVD français de VoracePrêtreDe l’amour à la folie et La Cellule de Hambourg. Ils se trouvent sur le marché d’occasion. Vorace, lui, est actuellement présent sur le catalogue de la plateforme FilmoTV. Sinon, certains sont visibles sur YouTube dans une qualité toute relative, et sans sous-titres. Nous espérons organiser des projections dans des festivals, une fois le magazine sorti. Voire une rétrospective à l’Institut Lumière ou à la Cinémathèque française. Charlotte Wensierski, la directrice du Festival du Film Subversif de Metz, a envie depuis plusieurs années de passer Vorace. Ce serait formidable qu’elle projette plusieurs films de Antonia Bird durant la prochaine édition.

T.M. – Quels sont leurs points communs, leur fil directeur ?

M. C. – Le choix de ses comédiens et leur emploi. Ce n’est pas pour rien si, malgré le fait qu’elle reste méconnue de nombreux cinéphiles, elle reste dans le cœur de ceux qui ont côtoyé ses œuvres. La manière dont elle s’empare des sujets qu’elle choisit de traiter, quels qu’ils soient, rend son cinéma absolument unique. Leur diversité montrent aussi son ouverture d’esprit, son empathie.

G. B. – Je suis entièrement d’accord. J’ajouterais que le point commun de tous ses films, c’est une direction d’acteurs merveilleuse. Le style visuel de Antonia Bird se met toujours à leur service. Ses films sont d’une grande efficacité, car soucieux de captiver le public, peu importe le sujet abordé. Et entre les troubles psychiatriques, le terrorisme, l’homosexualité ou encore le cannibalisme, Dieu sait qu’elle a abordé des sujets difficiles.

T.M. – Quelle est l’évolution dans sa filmographie ?

G. B. – De mon point de vue, on peut davantage parler de constance. Ses œuvres de début de carrière, comme l’excellent téléfilm Safe, étaient déjà très puissants. Antonia Bird a su conserver l’acuité de son regard sur ses projets suivants, téléfilms comme films de cinéma, productions britanniques comme américaines.

M. C. – Je pense que l’on peut parler de constante plus que d’évolution. Certes elle a débuté en travaillant pour la télévision et le passage au grand écran peut passer comme telle, de même que traverser l’océan le peut aussi mais dès ses premiers métrages, son écriture, ses personnages et sa caméra ont la même puissance. 

T.M. – A-t-elle inspiré d’autres cinéastes, d’autres artistes (plasticien·nes, écrivain·es, musicien·es…) ?


G. B. – Pas à ma connaissance, mais comment en être sûr ? J’ai découvert le cinéaste hongrois Jan Kadar le jour où John McTiernan, réalisateur de Predator, l’a mentionné lors d’une interview dans l’émission BiTS de Rafik Djoumi. « Sa maîtrise suprême de la caméra n’a jamais eu la reconnaissance méritée », disait-il. S’il n’avait pas cité ce cinéaste, aurais-je jamais entendu parler de Jan Kadar ? Sans doute pas, alors qu’il a influencé l’un des cinéastes hollywoodiens les plus importants des années 1980-1990 ! J’ai commencé la filmographie de Jan Kadar par Le Miroir aux alouettes, que j’ai ensuite fait découvrir à Muriel. C’est une merveille. Allez savoir si des cinéastes établis n’ont pas été influencés de la même manière par Antonia Bird ?


M. C. – Je ne crois pas vraiment. Ses partenaires lui ont été fidèles, et les influences sont parfois si bien digérées… Elle a travaillé avec de futures stars comme Linus Roache (Homeland), Guy Pearce, Aidan Gillen (Game of Thrones) ou encore Robert Carlyle, avec qui elle était amie. C’est un beau CV pour une femme oubliée.

Lien vers la page Ulule :  Revue – L’Infini Détail n°2 – Ulule

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Guillaume Banniard et Muriel Cinque, « À la redécouverte d’Antonia Bird », Voyages autour de mon cerveau, janvier 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/2437

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 16

Ce carnet de voyage suit les progressions des recherches pour mon exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, ainsi que mon immersion dans les pas de Zaza : des photographies des lieux visités et de certains documents accompagnent les textes du carnet, pour une mise en bouche apéritive de l’exposition. Janvier 2022, nouvelle année. Je me replonge dans mes souvenirs du printemps 2021 pour clore le récit de voyage de mes premières approches territoriales du continent Zaza-le-Chatfoin. Nous en restions resté·es à ma journée à Lourdes en compagnie de Françoise, ma guide et mon hôtesse pour cette seconde semaine dans le Sud-Ouest. Ce dimanche 9 mai, après une matinée studieuse et un bon déjeuner, nous partons à Arcangues, joli village typique, avec son église à bateau suspendu dans la travée centrale, son autel doré avec de belles statues de saints,

©Tiphaine Martin

ses maisons blanches peintes en rouge basque,

©Tiphaine Martin

son terrain de pelote basque, 
©Tiphaine Martin

son lavoir à eau autrefois thérapeutique, et…

Lavoir Arcangues

©Tiphaine Martin

… son cimetière où se trouve la tombe de l’idole des jeunes des années trente, j’ai nommé Luis Mariano.

 

Tombe Luis Mariano

©Tiphaine Martin

Quoique absolument pas fanatique de ses braiments[1] roucoulés à « r » appuyés, j’aime suffisamment l’opérette, l’opéra-bouffe et la comédie musicale pour m’intéresser à ce monument basque-franco-espagnol, dont j’avais lu par hasard la biographie par Jacques Rouhaud et Patchi[2]avant mon départ pour les Landes. Mais je préfère quand même Dario Moreno, son entrain et son souffle de grand interprète de « L’Air du Brésilien » de La Vie parisienne d’Offenbach (1866).

Donc, la tombe de Mariano était très fleurie en ce dimanche de mai, ce qui m’a permis de visualiser l’adoration dont il est toujours l’objet.

Et, sans le savoir, je me suis ainsi psychologiquement préparée au visionnage – merci ARTE et sa programmation estivale – de la version filmée par Richard Pottier en 1956 du Chanteur de Mexico avec, tenez-vous bien et n’éteignez pas votre téléviseur ou votre ordinateur, Annie Cordy, Bourvil et donc Luis Mariano en trio amoureux. Sans commentaire. Mais j’ai eu plaisir à retrouver les vues des maisons rouges et blanches et de place de village basques dans la séquence d’ouverture du film.

Retour en mai et à Arcangues, que nous quittons pour nous rendre sur la plage de Bidart, mais d’un autre côté que celui goûté le 2 mai[3]. Ce dimanche, le temps n’est plus aussi ensoleillé qu’il y a une semaine – à cause de mon départ demain ? Cependant, le vent qui souffle fait de belles vagues et de beaux reflets sur l’océan, tout en accompagnant la progression des nuages dans le ciel bleu, limite Nicolas de Staël.

©Tiphaine Martin

Un peu brumeuse et déjà nostalgique, je me rends avec Françoise chez son amie Cécile, qui nous accueille à nouveau, tout aussi sympathiquement que l’autre jour[4]. Ensuite, je boucle ma valise, nous dînons en devisant, au dodo et…

©Tiphaine Martin

 

 

Départ le lendemain matin. Ma fidèle cavale bleue s’étant reposée une semaine, elle démarre en hennissant, sentant que les huit cents kilomètres qu’elle va avaler la conduisent à son écurie habituelle. Je presse le bouton de mon autoradio et la Providence/Zaza m’envoie tout de suite un signe. La première chanson qui s’en échappe entonne : « Hasta la vista Señora », soit « Ce n’est qu’un au revoir Madame » en traduction libre. Cette chanson de Ricchi e Poveri se trouve sur un cd de tubes[5] de ce groupe italien des années 80 que j’écoute volontiers, histoire d’entretenir mon italien, bien entendu … et surtout pour cette chanson parsemée d’espagnol, et pour le tube des tubes « Sarà perche ti amo », magnifié par Claude Miller et son interprète Charlotte Gainsbourg dans L’Effrontée (1985). Je reviendrai donc dans le Sud-Ouest.

J’arrête ici mon récit, mon voyage s’étant déroulé sans incident.

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « À bord de lAire avec Zaza – Jour 16 », Voyages autour de mon cerveau, janvier 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=2393


[1] Pardon les ânes et les ânesses.

[2] Jacques Rouhaud et Patchi, Luis Mariano. Une vie, Bordeaux, Éditions Sud Ouest, 2006.

[3] Cf. Tiphaine Martin, « À bord de lAire avec Zaza – Jour 9 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1727

[4] Cf. Tiphaine Martin, « À bord de lAire avec Zaza – Jour 11 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1763

[5] Ricchi e Poveri, Greatest Hits, ZYX, 2002.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Image mise en avant Ernest et Célestine VADMC

Ernest et Célestine, le film : amère déception

J’en attendais beaucoup et j’ai été amèrement déçue. Ceci est donc à peine un article scientifique.
 

Film d’animation de Benjamin Renner et Vincent Patar, sorti en 2012, Ernest et Célestine, le film, semble avoir tous les atouts pour la réussite critique et publique qu’il a obtenu : scénario de l’écrivain Daniel Pennac, voix de Lambert Wilson pour le héros Ernest, couleurs pastel agréables à l’œil, idées généreuses d’antiracisme, de tolérance et de compréhensions entre les peuples développées pendant l’une heure vingt de ce moyen métrage.

Si ce n’est que le tout est un ratage complet, sauf pour les voix des personnages. Il ne reste rien de la technique de Gabrielle Vincent, lautrice belge des albums adaptés, proche des estampes japonaises et tendant vers l’abstraction. Les fonds sont souvent blancs. Son trait fin et enlevé est aplati dans le film, les couleurs délavées et peu appuyées sont devenues criardes et surchargent l’image du film. Chez Vincent, pas de débauche de gouache. Elle préfère l’esquisse et l’impression à une lourde précision.

Cruauté sans doute involontaire des réalisateurs, peut-être masochistes, ils font transcrire à Ernest certains des dessins de La Naissance de Célestine (Gabrielle Vincent, 1987) au cours du film. Aux spectateurs et spectatrices de juger de la différence de qualité entre la frimousse de bébé Célestine et celle qu’elle a dans les autres albums, avec la tête qui lui a été faite dans le dessin animé, semblable à mille autres têtes de souris, Minnie exceptée.

©Tiphaine Martin
Ernest et Célestine 1

©Tiphaine Martin

 

 

 

 

 

 

 

Ernest et Célestine 2

©Tiphaine Martin

 

 

 

 

 

 

 

 

Passons maintenant au scénario. Rien ou presque rien n’a été conservé des albums de Gabrielle Vincent, sauf la découverte de Célestine par Ernest dans une poubelle, dans La Naissance de Célestine[1]. Et encore. Dans La Naissance de Célestine nous ne savons pas qui a abandonné Célestine et pourquoi elle a subi ce début cruel dans l’existence. L’important, comme dans les autres albums, est la relation toute en tendresse qu’elle construit avec Ernest, père célibataire.

     ©Tiphaine Martin

Tandis que dans le film, c’est sa gourmandise qui l’a conduite à la poubelle et son goût de l’aventure, punis tous deux par la peur qu’elle éprouve à se trouver dans le monde des ours, avant, heureusement, de se trouver sous la patte paternaliste d’Ernest. C’est une des lignes choquantes de l’histoire du film, à savoir l’angoisse permanente éprouvée par Célestine, qu’elle se trouve dans l’univers des souris ou dans celui des ours. Ne parlons pas de la caricature bien sexiste de la méchante directrice du pensionnat non mixte où Célestine est élevée – mais où sommes-nous et quand ? – ni des ours·es mal léché·es qu’elle croise dans son parcours de combattante.

Quant aux discours pseudo-antiracistes, même un·e enfant de deux ans a plus de jugeote et de réflexion que cette bouillie indigeste et inutilement grandiloquente, clamée par les deux héros lors de leur jugement respectif, Ernest au tribunal des souris, Célestine au tribunal des ours·es.

L’univers imaginé par Pennac n’est qu’angoisse et ordalie. Où est passée la délicatesse à envisager le rapport à l’autre de l’auteur de Cabot-caboche (1982) et de L’Œil du loup (1984) ? Le prof-écrivain qui s’amusait à édicter les « Dix Droits du lecteur » à la fin de Comme un roman (1992) ? « Droits du lecteur » que, pour ma part, j’ai vu affichés dans mes salles de classe de primaire, illustrés par Quentin Blake, que je côtoyais par ailleurs depuis mon enfance via son étroite collaboration avec l’écrivain britannique Roald Dahl.

 

10 droits lecteur affiche Quentin Blake

 

Dans les albums, Célestine est certes confrontée à la peur (Noël chez Ernest et Célestine), à l’absence (Ernest et Célestine ont perdu Siméon), au chagrin (Ernest et Célestine chez le photographe), à l’instar de n’importe quel·le enfant, mais le monde qui l’entoure n’est pas hostile et le négatif occupe finalement peu de place au sein de la narration. Le but de Gabrielle Vincent n’est pas non plus de renvoyer dos-à-dos souris et ours·es, ainsi que leur univers concentrationnaire, mais de parler de paternité en mode solo, d’homme/ours qui se sort de l’alcoolisme en devenant responsable d’une nourrissonne et qui vit les aventures extraordinaires du quotidien avec elle, sans la surprotéger ni lui faire des leçons de bonne conduite. À la fin de certains albums, la note d’intention est ainsi rédigée : « L’essentiel, pour elle, est de “rendre” la vie dans toute son intensité, toutes ses nuances[2]. »

Il faut dire que Gabrielle Vincent aime ses personnages, ce qui n’est pas le cas des réalisateurs ni du scénariste du dessin animé, qui les manipulent brutalement.

Par conséquent, ruez-vous chez votre libraire de proximité, (re)plongez-vous dans les albums et baignez-y avec vos enfants – de proximité également -, vous ne perdrez rien au change, bien au contraire.

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Ernest et Célestine, le film : amère déception», Voyages autour de mon cerveau, décembre 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=2339


[1] Gabrielle Vincent, La Naissance de Célestine, Paris, Duculot, 1987, p. 11-12.

[2] Gabrielle Vincent, Noël chez Ernest et Célestine, Paris, Duculot, 1987, s.p.

 

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Affiche BNF Gallica - Joséphine Baker

Joséphine Baker par Simone de Beauvoir, de revue en revue

Notre hommage à Joséphine Baker et à son entrée au Panthéon sera beauvoirien. Extrais des mémoires de Simone de Beauvoir.

1930, Simone de Beauvoir va voir la danseuse dans sa revue « Paris qui remue », en compagnie de Jean-Paul Sartre, compagnon principal, voire nécessaire, selon la terminologie de leur couple, de cette époque :

Nous fréquentions les music-halls. Joséphine Baker reprit au Casino de Paris les chansons et les danses qui l’avaient quelques années plus tôt précipitée dans la célébrité : de nouveau, elle triompha1

Des photographies de cette revue sont disponibles sur le site de La Régie théâtrale : http://www.regietheatrale.com/index/index/photographies/josephine-baker-casino-de-paris-1930.html

Trente ans plus tard, avec son compagnon Claude Lanzmann, en mai 1959, elle voit la chanteuse en répétition pour la revue « Paris Mes Amours » :

Vers le mois de mai, Lanzmann m’emmena un soir voir répéter Joséphine Baker à l’Olympia ; dans des décors tronqués, des acteurs en costumes de ville en coudoyaient d’autres, demi-nus dans des travestis antiques ; je pris plaisir à ce désordre, à l’agitation des techniciens, à la mauvaise humeur des responsables, aux effets insolites produits par la rencontre d’artifices somptueux avec la platitude quotidienne. Mais en me rappelant la Joséphine de ma jeunesse, je me répétai le vers d’Aragon : « Qu’est-ce qui s’est passé ? La vie… » Elle se défendait avec un héroïsme qui forçait l’estime ; il me semblait d’autant plus indécent de la regarder. Je découvrais sur son visage le mal qui rongeait le mien2.

Pour vous faire votre opinion, une photographie de cette revue est à voir sur le site de France bleu : https://www.francebleu.fr/emissions/josephine-baker-et-sa-tribu-arc-en-ciel/josephine-baker-ses-adieux-successifs-a-la-scene-episode-ndeg8

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Joséphine Baker par Simone de Beauvoir, de revue en revue », Voyages autour de mon cerveau, novembre 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=2240

 

1 Simone de Beauvoir, La Force de l’âge, Paris, Gallimard, « Folio », 1999, p. 61.

2 Simone de Beauvoir, La Force des choses. II, Paris, Gallimard, « Folio », 1999, p. 254.

 

 

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Aline, de Valérie Lemercier : le souffle du cœur

La carrière de chanteuse de Valérie Lemercier et son amour de la chanson populaire n’a pas débuté avec son film Aline (2021), mais lors de l’émission des années 1990 Les Nuls. La parodie de L’École des fans de Jacques Martin est l’occasion pour l’actrice de brailler la première phrase de « Capri c’est fini » d’Hervé Vilard (1966), au profond agacement du faux animateur, Alain Chabat, qui ne veut sur son plateau que des chansons de « chanteurs morts », ici « Bambino » de Dalida, que Valérie ne veut pas l’interpréter. La scène finit en pugilat, car Chabat perd son sourire et son ton mielleux devant lobstination la « petite » Valérie et la frappe, déclenchant l’ire de Dominique Farugia/le père, qui fait irruption sur scène, caméscope au poing[1]. Dans l’inconscient collectif des abonné·es de Canal +, Hervé Vilard et son tube restent associés pour l’éternité à Lemercier et aux Nuls. D’Hervé Vilard à Christophe et à son tube « Aline » (1966) – repris aussi dans The French Dispach de Wes Anderson (2021) – il n’y a qu’un pas. Lemercier fait regarder le clip de Christophe par Sylvette Dieu (Danielle Fichaud), la mère d’Aline (Valérie Lemercier), pour expliquer le choix de ce prénom pour la dernière à naître dans cette grande famille québécoise.

Autre étape dans sa riche carrière d’actrice/réalisatrice/chanteuse, sa participation à la reprise du « Coup de soleil » de Richard Cocciante (1980) par le chanteur Vincent Delerm, chanson d’amour qui figure sur l’album de Delerm Favourite Songs (2007). Une nouvelle preuve de son affection pour la culture populaire, cette fois-ci des années quatre-vingts.

C‘est cette époque de la fin du vingtième siècle qui occupe un bon tiers d’Aline, période charnière dans l’existence de l’héroïne, qui devient une star internationale et qui se marie enfin avec son Pygmalion, Guy-Claude Kamar (Sylvain Marcel). Mais qui épouse l’autre ? Guy-Claude est un producteur au bord de la crise financière quand il est contacté par la famille Dieu. Subjugué par la force de la voix d’Aline (doublée par la chanteuse Victoria Sio[2]), âgée de douze ans, il forge sa carrière et redresse sa maison de disques. Il décide de ses chansons, de ses passages télévisuels, des dates et de la fréquence de ses concerts, de sa tenue et de son physique. Symboliquement et de manière très pratique, il la fait passer de petite fille/adolescente (interprétée aussi par Lemercier) à cheveux longs, chemise blanche, jupette rouge et mocassins à jeune femme aux cheveux crêpés et bouclés, t-shirt ample dénudant une épaule, jean serré, hauts talons et dentition refaite, en même temps qu’à un répertoire adulte, loin des bluettes de ses débuts. Et, chaque soir, après son concert, il fait le bilan de la soirée avec elle, assis sur le bord de son lit d’hôtel. Si ce n’est que la réalisatrice évite les pièges de la représentation pédophile d’un homme bien plus âgé que sa Galatée et qui abuse d’elle, de sa naïveté, de son innocence. Aline est tout à fait responsable, elle a les pieds sur terre. Elle est bien entourée par sa famille, qui ne trafique pas sa célébrité à venir au-dessus de sa tête. Aline n’est pas non plus un fruit vert perverse, comme la Lolita de Kubrick, qui a dévoyé le sens du roman de Nabokov[3]. Sylvette est toujours présente dans les scènes du soir, dans la même chambre que sa fille. Toutes deux sont vêtues jusqu’au cou et de manière opaque, il n’y a pas de sexualisation ni de l’une ni de l’autre… ni du tiers mâle, immanquablement habillé de pied en cap avec ses vêtements de ville, costard et imperméable. D’un côté comme de l’autre, pas de gestes ambigus, pas d’œillades, pas de frôlements intempestifs, sauf lorsque’Aline est majeure, et qu’elle accepte que Guy-Claude pose sa veste sur ses épaules et la fasse tellement rire qu’ils en oublient la mère dAline dans la voiture. Passage de relais d’une femme âgée – elle a eu Aline très tard – à un homme un tout petit peu plus jeune qu’elle[4]. Ce n’est pas de gaieté de cœur que ce transfert se déroule, Sylvette soulignant la différence d’âge importante entre sa « petite princesse » et le « vieux pruneau bronzé », ainsi que son souhait d’un autre gendre. Elle pousse d’ailleurs sa fille à fréquenter des jeunes gens de sa génération, en vain. Le choix d’Aline est fait et elle ne souhaite pas changer d’avis, et rien n’indique une emprise malsaine de Guy-Claude.

Comme dans tout bon conte de fées, princesse Aline garde la photo de son bien-aimé sous son oreiller pour y rêver, mais sans se masturber. Quant à Guy-Claude, il refuse davouer son amour à Aline alors quelle le presse, fait l’amour avec elle quand elle a vingt ans et à sa demande à elle, lorsqu’elle se sent prête, divorce de sa deuxième femme et fait une demande en mariage à Aline on ne peut plus romantique, à base de Naples et de glace au chocolat. Sexe et met sucré sont liés, présages de la bonne santé mentale et physique du couple[5]. Valérie Lemercier renverse d’ailleurs les clichés genrés associés à la nourriture, plus loin dans le film : hamburger-frites pour elle, purée de carottes pour lui, jusqu’à ce qu’Aline tombe enceinte. C’est monsieur qui surveille son poids et madame qui ne fait pas attention à sa ligne, geste féministe par excellence, loin des diktats de la mode et du monde du spectacle. C’est le Pygmalion qui apprend de la chanteuse, devenant Pygmalionne, qui forge sa carrière grâce à son propre talent et non uniquement grâce aux sages conseils et aux relations de son époux, qui le reconnaît : « (…) ce qu’on a bâti ensemble. » C’est le fameux 50-50 dont est fait un couple réussi, si l’on en croit Mike (Spencer Tracy) dans le Mademoiselle Gagne-Tout de George Cukor (1952).

Autre succès, outre la célébrité, c’est une vie qu’on se choisit et qu’on forge morceau après morceau, sans s’y perdre comme Aline le fait quand elle arrive dans sa nouvelle demeure de plus de quarante pièces. Aline compose sa propre famille, mère chanteuse-père producteur-trois enfants, avec une vie quotidienne volontairement banalisée par la réalisatrice : concerts, répétitions, hâte de revoir ses enfants, moments de détente avec eux, vacances ensemble, un couple de domestiques agréable et fidèle. Pas de dorures dans les pièces, pas de surabondance de meubles, pas de placards débordants de vêtements ni de chaussures. L’unique plan sur les chaussures (beaucoup, oui) est rapide et n’a rien de commun avec les plans fixes de Sofia Copola dans The Bling-Ring (2013). Là où l’Américaine dénonçait la surconsommation et l’ostentation des stars qui attirent la convoitise de fans ne manquant eux-mêmes de rien sur le plan matériel, la Française marque la réalité d’un métier et, sans doute, l’amour d’Aline pour les chaussures, déjà montré plus tôt dans le film. Une fois son premier contrat signé avec Guy-Claude, la jeune fille avait entraîné sa mère devant une vitrine où trône une paire de chaussures dorées, bien propres à la « petite princesse » qu’elle est au sein de sa famille. Une de ses sœurs la lui achètera et la lui posera près d’elle dans son sommeil. Et la Belle Aline au Bois Chantant les portera des années plus tard à son mariage, sous des mètres de tissu blanc. Ce film nous convie dans l’intimité d’uns célébrité planétaire, mais sans les côtés désagréables du star-system : Aline protège son intimité tout en faisant son travail à plein. Même si, pour ma part, je n’ai pas encore vu de film biographique montrant une star odieuse bout en bout  (même le Cloclo de Florent-Emilio Siri, 2012), ce qui est logique, le propos de Lemercier n’est pas de souligner l’éloignement public-star. La grande maison, la piscine, la très longue voiture, les salles de spectacle immenses, tout ces larges espaces participent au mythe de la star et décrivent sa réussite matérielle, mais ne semblent pas peser sur Aline. Elle conserve son humour, son sens de la repartie sans en faire trop. Son producteur le lui a d’ailleurs conseillé après son premier passage télévisuel : lui aussi est très doué, mais il a appris à faire semblant de ne pas en dire trop, voire d’être ignorant, afin de laisser l’avantage aux autres et qu’Aline ne passe pas pour « une prétentieuse » et soit jalousée et dédaignée.

Un film qui fait du bien et qui donne à réfléchir sur le couple, la célébrité et la vie qu’on se choisit.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Aline, de Valérie Lemercier : le souffle du cœur», Voyages autour de mon cerveau, novembre 2021. URL :  https://vadmc.hypotheses.org/2156


[2] Liste des chansons du film sur le site Cinezk : https://www.cinezik.org/critiques/affcritique.php?titre=aline2020090913

[3] Cf. le documentaire d’Olivia Mokiejewski, Lolita, méprise sur un fantasme, ARTE, 2021.

[5] Voir notre article de 2016 « Manger lautre pour se découvrir, chez Simone de Beauvoir et Françoise Sagan», Observatoire de limaginaire contemporain, Université du Québec à Montreal. URL : http://oic.uqam.ca/fr/publications/manger-lautre-pour-se-decouvrir-chez-simone-de-beauvoir-et- francoise-sagan

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn