Dirty Dancing, film féministe et marxiste

Il semblerait que quelques rares médias français s’interrogent enfin sur un possible féminisme de la comédie musicale Dirty Dancing (Emile Ardolino, 1987), tandis que d’autres, dont la revue Télérama, continue à le mépriser. Rien d’étonnant pour cette revue d’obédience catholique, qui encense depuis des années les films à base d’inceste du réalisateur hollywoodien Woody Allen. La culture populaire n’y a pas bonne presse, sauf si elle a été sanctifiée par les glorieux aînés des Cahiers du cinéma : il est donc permis au lectorat de Télérama de regarder sans mauvaise conscience les comédies musicales de Vincente Minelli et de Stanley Donen, devenues des « films d’auteur », ce qui n’étaient pas le cas lors de leur sortie en salle.

Revenons à Dirty Dancing : une jeune bourgeoise, Frances, dite Bébé, vient passer l’été 1963 avec ses parents et sa sœur aînée Lisa dans un camp de vacances. Elle tombe amoureuse d’un des serveurs, Johnny, issu de la classe populaire. Johnny est aussi prof de danse de salon. Il a pour partenaire Penny, une amie d’enfance, elle aussi d’un milieu très modeste. Frances a des parents engagés contre la guerre au Vietnam et pour la paix universelle, c’est-à-dire de gauche, selon les critères USA. Pendant que Lisa fleurte avec le serveur Robbie, issu de la bourgeoisie et étudiant en médecine, Frances tombe sous le charme de Johnny et découvre les « danses de rue », avec un coprs-à-corps érotisé au maximum, sur fond de musiques également érotiques. Sa rigidité fond lentement, mais sans plus, elle reste spectatrice. Le basculement de l’intrigue provient de Penny : enceinte, elle désire payer un avorteur, mais elle ne possède pas l’intégralité de la somme. Johnny lui propose de l’aider, mais elle refuse. C’est Frances (toujours surnommée « bébé » par l’ensemble des personnages), qui demande l’argent à son père, médecin, mais sans lui dire pour quelle raison. Penny finit par accepter. Un autre problème subsiste : Penny et Johnny assurent une soirée dansante dans une autre pension à la date de l’avortement. Penny propose à Frances de la remplacer, au grand dam de Johnny. Bien sûr, la soirée est une réussite, et les entraînements de danse auront rapproché Frances de Johnny et réciproquement. Euphoriques, ils regagnent le camp de vacances… Penny est prostrée dans sa chambre, l’avortement a mal tourné. Le père de Frances soigne Penny et lui dit qu’elle pourra avoir des enfants. Mais il interdit à Frances de continuer à fréquenter Johnny, qu’il croit à tort le géniteur, coupable d’avoir forcé sa maîtresse à avorter. Frances rejoint Johnny chez lui, elle l’enlace, ils font l’amour. Quelques péripéties plus loin, où Frances avoue publiquement sa liaison avec Johhny pour le sauver d’un vol qu’il n’a pas commis, tout rentre dans l’ordre pour une fin heureuse : le père de Frances se réconcilie avec sa fille et découvre que Robbie avait mis Penny enceinte, Johnny rend publiquement hommage au courage de Frances, qu’il n’est plus question d’appeler « bébé ». Les danseurs et danseuses des « danses de rue » envahissent le salon guindé des client·es de l’hôtel. Et tout le monde danse, et pas un tango !

On voit bien que ce « nanar », ce « film sirupeux » est en fait un film féministe, marxiste et légèrement antiraciste. Pour ma part, ayant vu ce film pour la première fois à six ans, j’en avais surtout retenu l’aspect féministe. Je précise que j’ai vu et revu ce film en VF entre six et dix ans et que les trouvailles horriblement dégoulinantes du traducteur n’ont en rien empêché de considérer ce film comme féministe dès ces premiers visionnages. Film féministe et marxiste donc :

  • Penny n’est pas punie d’avoir avorté, alors que l’avortement est illégal dans les années soixante aux USA et que les anti-avortements y sont très virulents dans les années 80, à l’époque de tournage et de sortie du film ;
  • la sororité existe entre Frances et Penny, sans condescendance de classe ;
  • les relations difficiles entre Lisa et Frances sont finalement abolies, alors que Lisa n’a pas voulu écouter sa sœur, qui la prévenait contre Robbie ;
  • Lisa représente le stéréotype de la jeune bourgeoise blanche des années soixante : uniquement préoccupée de son apparence, elle tombe immédiatement sous le charme de Robbie, de la même classe qu’elle et qui possède une voiture rutilante, signe de richesse ; après seulement quelques jours, Lisa s’imagine en voyage de noces avec Robbie : bref, une princesse Disney (Blanche-Neige, Cendrillon, La Belle au bois dormant) ;
  • c’est la mère de Frances qui intervient pour que sa fille puisse danser avec Johnny à la fin du film, retenant le bras du père/patriarcat, qui voudrait censurer le désir de Frances et ses choix ;
  • le film montre que les différences de classe peuvent parfois être abolies (Frances et Johnny) et que chacun·e apprend de l’autre ;
  • Frances démontre à son père que ses idéaux « de gauche » ne reposent que sur de belles paroles et qu’il doit accepter qu’elle ne soit pas une jeune fille rangée qui obéit gentiment à ses parents  et qui est toujours d’accord avec eux, sans réflexion et sans choix personnels ;
  • Frances abolit la contradiction corps/esprit par la « danse de rue » et en choisissant de coucher avec Johnny : ses choix sont réfléchis et elle continue à être intelligente ;
  • les virilités classiques (le père de Frances, Robbie) sont mises à mal par le danseur Johnny : Johnny se préoccupe de Penny sans lui faire la morale, il est plus objet de désir que sujet, et, surtout, il danse lascivement. Il n’est pas un corps rigide à la John Wayne ;
  • c’est Frances qui rejoint Johnny chez lui, mais, contrairement aux autres riches clientes de l’hôtel, elle parle avec lui, elle l’enlace tendrement, elle lui avoue son désir pour lui, avant de coucher avec lui. Pas de prise de pouvoir d’une énième bourgeoise sur le serveur issu du peuple, mais un érotisme à deux ;
  • etc. etc.

Côté marxiste, les classes sociales se mélangent avec bonheur, comme indiqué dans mon résumé. La méfiance des classes populaires (Penny et Johnny) face à la classe possédante (Frances) fait face à des solidarités multiples : Penny (présente dans les premiers entraînements) et Johnny enseignent à Frances comment danser, Frances et son père aident Penny, Johnny et Frances s’éduquent l’un l’autre.

Le côté antiraciste est faible, mais il existe : les danseurs et danseuses « des rues » ne sont pas toutes blanches. Elles et ils dansent dans le même espace, mais, malheureusement, sans se mélanger.

En conclusion, on fait péter le sac de pop-corn et on s’émancipe avec Frances et Penny !

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Dirty Dancing, film féministe et marxiste », Voyages autour de mon cerveau, mai 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/128

Articles consultés le 9 mai 2020 :

https://www.telerama.fr/cinema/films/dirty-dancing,10933.php

https://www.lesinrocks.com/2019/09/06/actualite/societe/dirty-dancing-a-t-il-fait-de-nous-des-feministes/

https://www.franceinter.fr/emissions/capture-d-ecrans/capture-d-ecrans-08-mai-2020

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.