Changer ce monde – Interview de Florence Montreynaud

L’écrivaine féministe Florence Montreynaud a répondu à nos questions, qu’elle en soit adelphiquementremerciée. 

Tiphaine Martin – Pourquoi et comment ouvrir les yeux chaque matin dans un monde patriarcal2 ?

Florence Montreynaud – Avec une énergie renouvelée pour travailler à le changer. Cela ne peut plus durer, c’est trop injuste, trop violent.

T.M. – Etes-vous née féministe ou êtes-vous devenue féministe ?

F.M. – Je ne suis pas née féministe, je la suis devenue vers l’âge de 22 ans, quand j’ai pris pleinement conscience de l’injustice et de la violence de ce monde contre les femmes et les filles.

T.M. – Le Dictionnaire de citations, Appeler une chatte. Mots et plaisirs du sexe et LAventure des femmes. XXe-XXIe siècle : quel(s) rapport(s) entre ces titres ? Et quels liens tracez-vous entre vos différentes œuvres et vos associations ?

F.M. – Mes premiers livres — des dictionnaires — m’ont été commandés. Tous les suivants sont des livres dont j’ai eu l’idée et que j’ai proposés à un éditeur.

Le livre sur les Zéromachos est directement issu de mon expérience : les rencontres avec des centaines d’hommes à travers le monde, qui refusent la prostitution.

Les autres viennent de ma réflexion sur des idées féministes.

Le livre qui a changé ma vie est l’encyclopédie Le XXe Siècle des femmes (première édition en 1989, dernière en 2001). Il m’a demandé 15 ans de travail et a eu un grand succès.

T.M. – De quelle(s) envie(s) est née l’association Zéromacho ?

F.M. – Du désir que la prostitution disparaisse de notre monde. D’une analyse féministe : c’est la demande masculine qui est à l’origine de la prostitution.

Dans un monde d’égalité il n’y aura pas de prostitution.

T.M. – Quels sont vos projets, vos désirs  ?

De nouveaux livres féministes, de nouveaux réseaux féministes pour continuer à changer ce monde, avec d’autres féministes.

Florence Montreynaud

 

1 Son néologisme pour réconcilier le « fraternellement » trop masculin et le « sororalement », non mixte.

 En référence à l’ouvrage de Florence Montreynaud, Chaque matin, je me lève pour changer le monde. Du MLF aux Chiennes de garde. Mémoires féministes, Paris, Eyrolles, 2014.

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Florence Montreynaud, « Changer ce monde – Interview de Florence Montreynaud », Voyages autour de mon cerveau, mars 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1435

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.