Texte A bord de l'Aire avec Zaza

À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 7

Ce carnet de voyage suit les progressions des recherches pour mon exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, ainsi que mon immersion dans les pas de Zaza : des photographies des lieux visités et de certains documents accompagnent les textes du carnet, pour une mise en bouche apéritive de l’exposition.

30 avril 2021 : Nous passons une partie de la matinée à Dax, où Zaza devait avoir ses habitudes à la Maison Cazelle, pâtisserie qui produit uniquement des madeleines. Je peux témoigner du bon goût de Mlle Lacoin, tant ces madeleines sont à la fois légères, craquantes et avec un parfum délicat de citron.

©Tiphaine Martin

Je trempe ensuite mes bouts de doigt à la fontaine chaude (64°), avant de faire un saut à la librairie – inexistante à l’époque de Zaza -, où je prends le texte du film La Classe américaine (Michel Hazanavicius et Dominique Mézerette, 1993).

©Tiphaine Martin

Puis, direction la gare. La jeune fille y a vécu des moments drôles et tragiques.

©Tiphaine Martin

En juillet 1925, depuis Biarritz, le temps est à l’humour : « Quant à sa bicyclette, elle n’est pas ici; Bonne-Maman a cru qu’il l’avait emportée, mais il l’a tout bonnement laissée à la consigne de Dax où elle paie 75 centimes par jour en attendant son propriétaire. »

Son frère Bernard, dit Nard, a en effet oublié le vélocipède en question à la gare, et c’est sa grand-mère qui règle les frais. Quelques mois plus tard, en janvier 1926, l’atmosphère est aux larmes :

Je ne pourrai jamais oublier cette journée. J’avais tellement souffert toute la nuit que j’étais en arrivant dans une hallucination douloureuse. André était sur le quai dans cette gare (…) où quelques mois auparavant il m’avait accompagnée alors que je prenais le train pour Bayonne.

Infinie tristesse des amours longues à mourir et marquées par le sceau de l’impossible. La passion s’effiloche au fil des mois, Zaza souffrant corps et âme avant d’arriver à la conclusion qu’André n’était pas fait pour elle1.

Nous continuons par une visite à Bruno Desjobert, fils de Germaine Lacoin (Maine), une des sœurs de Zaza, et à son épouse Michelle. Bruno se souvient que sa mère racontait comment sa sœur aînée l’avait sauvée d’une situation d’humiliation, alors qu’elle avait été punie par les religieuses du pensionnat d’Aire-sur-l’Adour : Germaine devait rester dans la cour de récréation, une carafe au cou, pour une faute vénielle. Zaza avait surgi dans la cour, jeté la carafe, pris sa sœur par la main, et l’avait emmenée à la pâtisserie Daugé pour la consoler, geste ô combien sororal et chevaleresque.

De retour au présent, nous sommes invitées à déjeuner – crêpes au froment succulentes et gâteau vegan de pain perdu -, de quoi attaquer le travail sur Zaza dans de bonnes dispositions.

Le reste de la journée se passe en lectures et photographies, avant l’apéritif au coin du feu et les discussions toujours passionnantes, et pas seulement sur Zaza. Impression d’être en famille.

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 7 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1694

 

1 Cf. notre article précédent : Tiphaine Martin, « À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 2 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1605

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.