Texte A bord de l'Aire avec Zaza

À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 15

Ce carnet de voyage suit les progressions des recherches pour mon exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, ainsi que mon immersion dans les pas de Zaza : des photographies des lieux visités et de certains documents accompagnent les textes du carnet, pour une mise en bouche apéritive de l’exposition.

08 mai 2021 : Nous partons en milieu de matinée pour Lourdes, ville importante dans l’existence de Zaza.

                         

©Tiphaine Martin                                                                              ©Tiphaine Martin

Elle s’y rendait en famille chaque année pour le Pèlerinage national, c’est-à-dire un grand rassemblement des catholiques aux alentours du 15 Août, fête de la Vierge. Quoique profondément croyante, Zaza exerce sa verve aux dépens du clergé local, suite à la guérison d’une paralytique :

Quand elle s’est mise à marcher pour aller au bureau des constatations, tout le monde s’est rué à sa suite et, pendant que les brancardiers organisaient les barrages, les évêques prenaient le petit trot et passaient au pas accéléré sous les cordes pour entrer dans la salle avec la miraculée ; je n’avais jamais vu de course d’évêques, c’était assez drôle1.

La causticité de la jeune fille relève l’envie des prêtres de se faire bien voir aux côtés de la personne guérie. Pour ma part, je suis soulagée qu’il n’y ait aucune foule ni aucune boutique d’ouverte – contrairement à hier à Biarritz. En effet, j’aurais eu l’impression d’être voyeuse dans une mise en scène destinée aux croyant·es et d’assister à un spectacle qui n’est pas pour moi. Je suis contente de me reposer et de pique-niquer à l’ombre des arbres et au frais de la rivière qui passe entre l’église et les abris à cierges.

 

©Tiphaine Martin                                                     ©Tiphaine Martin

L’ensemble est intéressant à visiter et je suis fort aise de visualiser le chemin qu’empruntaient Zaza, ses frères et ses sœurs lorsqu’elles étaient infirmières et eux brancardiers, mais cela me suffit amplement.

Place à Cauterets, avec Zaza et avec Beauvoir. Zaza écrit à son père en 1925 depuis cette ville, mais je n’en dirai pas plus, réservant le document en question pour mon exposition.

Beauvoir, quant à elle, s’est rendue dans cette station thermale avec son oncle Gaston et sa tante Marguerite en juillet 1926, d’où elle a envoyé deux cartes postales à son mentor Robert Garric, fondateur des Équipes sociales de Belleville2. Plongée dans les affres de sa passion pour son cousin maternel Jacques Champigneulle, elle n’a pas goûté plus que cela le point de vue des cascades. Que n’a-t-elle lu mon article sur « Le Syndrome du Grand Meaulnes », et, surtout, que n’a-t-elle lu, relu et médité la lettre que Zaza lui envoie le 3 septembre 1927, depuis Gagnepan : 

J’ai beaucoup pensé depuis deux jours aux influences que moi aussi j’ai subies au cours de ces deux ans ; il y a un livre que j’ai aimé et qui a influé sur moi au point de fausser peut-être ma propre vérité et de m’imposer une contrainte de mes sentiments naturels, c’est Le Grand Meaulnes. J’ai puisé là un amour, un culte du rêve auquel aucune réalité ne sert de fondement, qui m’a égarée peut-être loin de moi-même. Aujourd’hui, je distingue nettement tout ce qu’il y a eu de forcé, d’artificiel, dans un sentiment entretenu pendant deux ans à force de volonté et d’imagination3.

Zaza parle ici de son amour pour son cousin André, qu’elle a idéalisé via sa lecture du Grand Meaulnes. Elle a préféré, comme Beauvoir, fuir la réalité et cultiver son imagination plutôt que d’avoir le cœur vide et passer, peut-être, à une autre inclination.

Pour ma part, je suis ravie – au sens propre du terme – par le site du Pont d’Espagne: cascade profonde et majestueuse,

 

   

©Tiphaine Martin                                   ©Tiphaine Martin

 

… jaillissements de-ci de-là que l’on voit depuis des rambardes astucieusement aménagées, petits arcs-en-ciel qui feront très bien sur mes photos, chemin en boucle qui permet de passer d’une rive du torrent à l’autre. Bien sûr, ma Cascade du Rouget, dite « La Reine des Alpes », n’est pas détrônée dans mon affection, loin de là, mais… ma foi… celle de Cauterets n’est pas mal du tout, merci Simone – et Zaza – de m’y avoir conduite. Et dans d’autres circonstances, je me ferais bien quelques randonnées dans le coin, qui a l’air peuplé de sites magnifiques, avec lacs naturels à disposition des touristes. En plus, je n’ai même pas à conduire, je peux donc me relaxer en savourant cette très belle journée.

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 15 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1835

 

 

1 Lettre du 26 août 1926, à Geneviève de Neuville. Élisabeth Lacoin, Zaza, 1907-1929 : amie de Simone de Beauvoir, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 80-81.

2 Cf. notre thèse Les récits de voyage dans l’œuvre autobiographique de Simone de Beauvoir, p. 200, 201.

3 Élisabeth Lacoin, Zaza, 1907-1929 : amie de Simone de Beauvoir, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 101.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.