Gérard Bonal – Beauvoir au masculin

Gérard Bonal est écrivain, spécialiste de Colette et de Simone de Beauvoir. Son témoignage plus développé figure dans L’Empreinte Beauvoir1, de la professeure, chercheuse et co-directrice avec Yolanda Patterson de la Simone de Beauvoir Society (de 1986 à 2016), Liliane Lazar. Il nous a accordé un entretien téléphonique, qu’il en soit ici chaleureusement remercié.

Tiphaine Martin – Quand avez-vous rencontré Simone de Beauvoir ?

Gérard Bonal – J’ai rencontré Simone de Beauvoir en 1966, grâce à une amie, Marie-Claude Grail. Arrivé rue Schœlcher, j’ai sonné et c’est Simone de Beauvoir qui est venue m’ouvrir en personne la porte de son appartement. Pas de personnel de maison comme dans les maisons bourgeoises, elle m’a servi elle-même un verre de whisky. J’étais d’autant plus impressionné par sa simplicité que je l’admirais énormément depuis la lecture des Mémoires d’une jeune fille rangée, parues en 1958. Depuis 1966 j’ai côtoyé un certain nombre de personnalités intellectuelles et du monde du spectacle, aucune ne possède ce naturel. Cela ne l’empêchait pas d’être habillé de manière élégante, pour recevoir les deux étudiants que nous étions : j’ai oublié si elle portait une jupe ou une robe, mais je me rappelle sa veste dans les tons noir et violet, qui aurait pu venir de l’atelier Chanel. Autre chose : son attention aux autres, et particulièrement aux jeunes, m’a beaucoup frappé et m’a porté. Je lui avais avoué mon désir d’écrire. Elle m’a alors donné un autre rendez-vous pour que je lui remette mon manuscrit.

T. M. – Ce qui nous amène à votre deuxième rencontre, quelques jours plus tard.

G. B. – Oui, j’y ai retrouvé la même attention aux êtres, la même envie de tout connaître d’une personne. Elle m’avait demandé de lui téléphoner entre douze et treize heures, car la matinée elle écrivait. Un autre rendez-vous a été pris un mois plus tard, pour qu’elle puisse me donner son opinion sur mon manuscrit.

T. M. – Attente de trente jours… que vous a-t-elle dit ?

G. B. – Nous étions rue Scœlcher et j’ai été agréablement stupéfait de la précision de ses critiques. Toujours bienveillante, elle a su me montrer les faiblesses de mon écrit, tout en m’encourageant à continuer à écrire, ce que j’ai fait. Je suis devenu écrivain et journaliste, comme je le souhaitais, en partie grâce à Beauvoir. J’aimerais ajouter qu’elle lisait tout ce qu’on lui donnait : qui, parmi les écrivains d’aujourd’hui, aurait une telle puissance de travail et une telle envie de faire sortir de l’ombre de futurs confrères et consœurs et de les guider ? C’était quelqu’un de grande qualité humaine vis-vis des autres.

T. M. – Autre manière de vous aiguillonner dans votre existence, l’analyse et la description de sa libération personnelle dans les Mémoires d’une jeune fille rangée.

G. B. – Comme je vous l’ai dit, ce fut ma première lecture beauvoirienne. J’y ai retrouvé le milieu dans lequel j’évoluais, ainsi que l’atmosphère corsetée des années cinquante et soixante : Mai 68 et ses suites étaient inimaginables. J’ai apprécié la notion de libération, de se choisir, que l’on soit femme ou homme. En tant qu’homme, on peut poser ses pas dans ceux de Simone de Beauvoir. J’ai retrouvé ce souffle de liberté dans Tous les hommes sont mortels, mon roman de Beauvoir favori.

T. M. – En conclusion, comment symboliseriez-vous Simone de Beauvoir ?

G. B. – Je me souviens d’un de ses gestes : sa main gauche qui caresse le dos de sa main droite, signe que l’entretien était sur le point de se terminer. De manière plus restrictive, pour répondre précisément à votre question, je dirais que ce sont ses ongles, recouverts de vernis rouge en toute occasion, qui l’évoquent quand je pense à elle.

Gérard Bonal

Tiphaine Martin, Gérard Bonal, « Gérard Bonal – Beauvoir au masculin », Voyages autour de mon cerveau, mai 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/191

 

Gérard Bonal, « Simone de Beauvoir, écrivain romancière », in Liliane Lazar, L’Empreinte Beauvoir, Paris, L’Harmattan, 2010, p. 23-34.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.