Frédéric Maget – Beauvoir au masculin

Frédéric Maget, président de la Société des Amis de Colette et du FIEF, nous offre son témoignage sur Simone de Beauvoir.

Tiphaine Martin – Quand avez-vous rencontré Beauvoir ? par la lecture à l’école, par la lecture conseillée par … un·e membre de la famille, un·e amie ?

Frédéric Maget – J’ai découvert Simone de Beauvoir à l’adolescence, à 14 ans ou 15 ans. C’est mon intérêt pour les écrits de femmes qui m’amena à acheter et à lire Les Belles Images et La Cérémonie des adieux – je possède encore les exemplaires en édition de poche, achetés d’occasion, à cette époque. C’est l’écrivaine, l’observatrice de son temps et la figure littéraire qui d’abord m’attirèrent. Au lycée, j’ai étudié avec passion Mémoires d’une jeune fille rangée. Ce n’est que plus tard, en classes préparatoires, que j’ai découvert Le Deuxième Sexe et pris conscience de son apport à la pensée et à l’engagement féministes. Je retrouvais l’écrivaine, à peu près à la même époque, à travers Violette Leduc. De cette découverte m’est resté l’idée que la romancière n’était pas encore reconnue à la hauteur de son talent et que l’intellectuelle avait peut-être fait de l’ombre à l’écrivaine.

T.M. – Avez-vous rencontré Beauvoir ? si oui, à quelle(s) occasion(s) ?

F.M. – Hélas, non. J’avais dix ans quand elle est morte. Si je l’avais rencontrée plus âgé, aurais-je osé lui parler ? J’en doute.

T.M. – Avez-vous fantasmé sur Beauvoir ?

F.M. – Non. J’ai toujours perçu Simone de Beauvoir comme une figure impressionnante et distante – ce qui de l’aveu de celles et ceux qui l’ont connue n’était pas le cas. Il y a chez Beauvoir, comme chez Yourcenar d’ailleurs, quelque chose d’incoercible. Une force qui va…

T.M. – Quelle a été, quelle est, l’influence de Beauvoir sur votre existence ?

F.M. – J’ai de longue date réservé cette place à Colette d’où, peut-être, ma prédilection pour les très belles pages que Beauvoir consacre à la nature dans ses mémoires et pour ses textes les plus intimes, sa correspondance. Elle demeure pour moi un repère, un jalon essentiel dans l’histoire de la conscience humaniste et, bien sûr, dans la longue marche des femmes. Son œuvre, son engagement, ont bien sûr nourri la réflexion au moment de la création du Festival international des écrits de femmes, comme de beaucoup d’autres initiatives en faveur de la reconnaissance du rôle et de la place des femmes et de la défense de leurs droits.

T.M. – Beauvoir en un mot pour vous ?

F.M. – L’énergie.

T.M. – Le symbole de Beauvoir pour vous (objet, vêtement…) ?

F.M. – Une photo de Robert Doisneau : Simone de Beauvoir au café des Deux-Magots en 1944. Depuis quelques mois, elle vit avec Jean-Paul Sartre à quelques pas de là, à l’hôtel La Louisiane. Elle se trouve dans une forme de temps arrêté après son exclusion de l’Education nationale, dans un Paris occupé. Un an plus tôt, elle a publié L’Invitée, un roman remarqué par la critique et pressenti pour le Goncourt, mais toute son œuvre est encore à venir. Seule dans un café apparemment vide, une femme vêtue d’un corsage de couleur claire (est-il blanc ?) travaille, le visage tourné vers la table, à ses côtés une pile de documents soigneusement alignés. Nous la devinons plus que nous la reconnaissons, ses cheveux ramenés en couronne sur sa tête, seule dans un décor auquel le cadrage confère un caractère gigantesque, disproportionné, écrasant. Pourtant, on ne voit qu’elle. Le stylo dans la main, un visage sans grâce apparente, tout entier absorbé par le papier, concentré. Un concentré d’énergie. Simone de Beauvoir écrit.

Frédéric Maget

Tiphaine Martin, Frédéric Maget, « Frédéric Maget – Beauvoir au masculin », Voyages autour de mon cerveau, mai 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/201

 

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.