Interview Katherine Pancol

La musique de l’écriture – Interview de Katherine Pancol

Nous remercions chaleureusement l’écrivaine Katherine Pancol de nous avoir accordé cette entrevue, énergisante et pétillante.  

Tiphaine Martin – Quand et pourquoi avez-vous commencé à écrire ?

Katherine Pancol – J’ai commencé très tôt. Je devais avoir onze ans. J’écrivais avec une amie des histoires à « épisodes rebondissants » que nous publions dans un journal fait maison que nous distribuions à la classe. Le journal s’appelait Scoop du nom de son teckel blond. On a du faire huit numéros et on a arrêté. Je ne me souviens plus pourquoi. Ce devait être la fin de l’année et on s’est séparées.

T.M. – La littérature populaire, votre choix ?

K.P. – J’ai grandi en lisant Balzac, Colette, Zola, Alexandre Dumas, Daphné du Maurier, Mazo de la Roche, Georges Duhamel,  Roger Martin du Gard, Jules Verne,  Simenon, Romain Rolland, Carson McCullers, Steinbeck, et des dizaines d’autres.  Je lisais comme une affamée. J’étais l’abonnée la plus assidue de la bibliothèque municipale. J’ai appris la structure d’une histoire, le rythme de l’écriture, l’importance du style avec ces écrivains. Leurs livres faisaient de la musique dans ma tête, dessinaient des décors, campaient des personnages.  Ils ont été mes professeurs d’écriture.

T.M. – Vos personnages féminins sont-ils féministes ?

K.P. – Elles ne se posent pas la question, elles sont libres. Et les opprimées essaient de se délivrer, de trouver leur place dans la société et d’être respectées. Comme doit le faire chaque être humain. J’ai été élevée par une mère qui travaillait, qui épousait qui elle voulait, divorçait, voyageait, étudiait et pour laquelle cela allait de soi. La seule entrave qu’elle ait connue fut la maternité et elle s’en est  assez vite débarrassée. Elle a eu deux enfants qui ont appris très vite à vivre tout seuls. À être indépendants.

T.M. – Et vos personnages masculins ?

K.P. – Ils sont, en général, moins forts que mes personnages féminins. Ce n’est pas un parti pris. J’observe  simplement ce qu’il se passe aujourd’hui. Les hommes ont longtemps été des privilégiés. Leur place dans la société était réservée dès la naissance, ils n’avaient plus qu’à remplir leur case,  jouer leur rôle et plastronner. Aujourd’hui, c’est plus difficile. Ils doivent rivaliser avec celles sur lesquelles ils régnaient et ne s’y retrouvent plus. Ils ont perdu leur superbe, leur assurance intérieure, leurs repères. Il leur faut se ré-inventer et c’est ce qu’il y a de plus difficile dans une vie ! 

T.M. – Humour, intelligence et rage de vivre : des caractéristiques de tous vos personnages féminins ?

K.P. – Sans humour, la vie est insupportable. Sans rage, on n’avance pas. Sans intelligence, on se cogne le nez partout et toujours au même endroit. La vie est faite pour apprendre, comprendre et avancer. De préférence avec le sourire, en cultivant le bonheur. Parce que sinon… oh la la ! 

T.M. – Y a-t-il une filiation entre vos différents romans, ou fonctionnent-ils par groupe, par thématique… ou sont-ils tous indépendants les uns des autres ?

K.P. – Ils ont longtemps été indépendants les uns des autres. Et puis est arrivé Les yeux jaunes des crocodiles et je me suis attachée à mes personnages. Ils revenaient sans cesse me titiller et me demandaient « et moi ? Qu’est ce qu’il va m’arriver maintenant ? » Et j’étais comme eux, j’avais envie de savoir ! Je m’endormais en pensant à eux, je mélangeais leurs vies à celles de mes enfants, de mes amis, je ne savais plus dans quelle « famille » je vivais. Et c’est ainsi qu’il y a eu 7 tomes de la famille Cortès ! À cause des personnages, qui revenaient et non parce que je le désirais.

Depuis le dernier tome, Trois baisers, j’ai écrit deux livres qui n’ont rien à voir avec les Cortès.

T.M. – Qu’explorez-vous particulièrement dans votre dernier roman ?

K.P. – Comme d’habitude : la vie quotidienne, la vie intime, les émotions, les trajectoires des personnages, leur apprentissage de la vie, c’est ce qui m’intéresse.

T.M. – Avez-vous un emploi du temps-type, un lieu favori d’écriture ?

K.P. – Un emploi du temps, oui. Je travaille l’après-midi de 14 heures à 19 heures.  Tous les jours. Un lieu favori ? Non. J’ai écrit à Paris, en Normandie, à Londres, à New York, en Californie, à Rome, partout où j’ai vécu. Je transporte mon ordinateur, mes carnets, mon Thésaurus (dictionnaire unique au monde pour trouver LE mot qui montre !), un Balzac, un Colette ( ma came pour me redonner de l’élan quand je suis flapie !). Je peux écrire assise à un bureau, par terre, sur une table de cuisine, allongée sur un lit, dans un train…. Sans problème.

T.M. – Avez-vous des projets d’écriture et hors écriture romanesque (adaptation cinématographique, radiophonique, théâtrale, artistique…) ?

K.P. – J’écris des histoires et parfois, elles sont adaptées à l’écran. Mais ce n’est pas mon problème. Je ne m’en mêle pas. Je continue à (me) raconter des histoires comme lorsque j’était enfant et que je m’endormais… 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Katherine Pancol, « La musique de l’écriture – Interview de Katherine Pancol », Voyages autour de mon cerveau, novembre 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=2018

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.