Interview Soeurs Kuperberg

Transmettre l’histoire du cinéma – Interview des Sœurs Kuperberg

Pendant cinq jours d’affilée, à Noël 2020, le coffret dvd Il était une fois… Hollywood a défilé sous mes yeux éblouis : intelligence, finesse, humour de ces dix documentaires réalisés par les Sœurs Kuperberg. Voici leur interview, dont je les en remercie chaleureusement.

Tiphaine Martin – Quand avez-vous commencé à tourner des documentaires ?

Clara et Julia Kuperberg – En 2005, quand on a créé Wichita Films. Nous avons commencé avec deux films pour Canal Jimmy (Canal + groupe) à l’époque sur le patron du FBI, J.Edgar Hoover et sur le chroniqueur de Vanity Fair, Dominick Dunne. Ces deux films nous ont permis de lancer Wichita Films.

T.M. – Avez-vous rencontré des difficultés à vos débuts, parce que femmes documentaristes ?

C.J. K. – Non, pas particulièrement en tant que femmes, mais plus en tant que nouvelles productrices / réalisatrices dans le milieu. Il était difficile à l’époque d’avoir la double casquette. 

T.M. – D’où vous vient cet amour du cinéma nord-américain ? des séances cinéma et/ou télévisuelles ?

C.J. K. – Il vient d’une culture familiale. Notre père travaillait dans le milieu du cinéma, il avait été producteur de cinéma (Monsieur Klein, entre autres), et il était passionné de cinéma américain. Quant à notre mère, elle était experte en littérature nord-américaine. Donc nous avons baigné dans cette culture cinématographique et littéraire.

T.M. – Comment choisissez-vous vos sujets ?

 C.J. K. – Nous les choisissons soit en fonction de nos recherches, de nos idées, une idée en entraînant une autre. Soit en fonction de l’air du temps, un sujet s’impose alors.

Souvent un film en entraîne un autre, les sujets sont denses donc ils nous donnent souvent une multitude d’autres idées pour de futurs projets. Et puis, nos films sont sur l’histoire du cinéma mais aussi toujours avec une toile de fond sociétal et politique, nous essayons toujours de les re situer dans un plus grand tableau et de comprendre la grande histoire à travers le miroir du cinéma. Le cinéma américain étant d’autant plus un reflet de la société qu’une arme de propagande très efficace.

T.M. –  Combien de temps durent vos tournages ?

C.J. K. – Généralement, nous essayons de partir aux Etats Unis pour plusieurs tournages en même temps. Nous restons entre 1 mois et 3 mois, cela dépend du nombre de films et de leur difficulté. En 2019, avant le COVID et la fermeture des frontières, nous avons tourné 3 films en 2 mois. 

T.M. –  Quelles sont vos envies, vos projets ?

C.J. K. – Nous terminons actuellement un film sur la chanteuse Joni Mitchell, pour ARTE.

Cette année, nous avons fait un portrait d’Anthony Hopkins également pour ARTE qui sera diffusé début 2022 ; et nous venons de finir un film sur Ida Lupino, pour OCS Géants qui est sélectionné au Festival Lumière, et qui sera diffusé le 23 octobre sur OCS Géants. 

Ce film se concentre sur la carrière totalement méconnue de cette femme en tant que réalisatrice. Car Ida Lupino n’est pas seulement l’actrice de film noir qui donnait la réplique à Bogart, c’est surtout une grande réalisatrice que l’histoire a oubliée. Depuis la fin des années 40, elle est la cinéaste la plus prolifique qu’Hollywood ait connu jusqu’à aujourd’hui. Avant-gardiste, elle a porté à l’écran des sujets que les studios n’osaient même pas aborder comme le viol, l’avortement et la bigamie, dans l’Amérique puritaine de cette époque. C’est ce qui nous a fascinées chez elle.

T.M. – Quels retours avez-vous sur vos documentaires ?

C.J. K. – Une assez bonne presse. Et des prix en festivals comme pour le film sur Anthony Hopkins qui vient de gagner le prix du meilleur documentaire international cette année au festival de Palm Springs, l’AMDOCS.

Nous venons aussi de signer un deal de distribution aux États-Unis avec Cinedigm et BMG (deux gros groupes US) pour distribuer aux USA cinq de nos films. 

T.M. – Des regrets ?

C.J. K. – Non. Encore des envies et de l’espoir. 

T.M. – Comment travaillez-vous, quelle est la part de chacune ?

C.J. K. – Nous sommes très complémentaires, chacune sait faire certaines choses mieux que l’autre et donc nous nous répartissons les tâches. Nous arrivons à travailler ensemble car au final nous avons le même film en tête.

T.M. – Quels sont les liens entre les différents documentaires du coffret Il était une fois… Hollywood ?

C.J. K. –L’envie de continuer une certaine transmission de l’histoire du cinéma et de donner envie de la découvrir ou de la redécouvrir, afin qu’elle ne se perde pas. 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Clara Kuperberg, Julia Kuperberg, « Transmettre l’histoire du cinéma – Interview des Sœurs Kuperberg », Voyages autour de mon cerveau, octobre 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=2078

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.