Moi, Simone et les femmes

Frédéric Loth est ingénieur du son, il nous raconte ses souvenirs de Simone de Beauvoir, au sein de son propre rapport à la gent féminine.

Simone de Beauvoir, et Jean-Paul Sartre… Je les ai vus pour la première fois à Billancourt devant les usines Renault, en 70… Jeune lycéen maoïste, je faisais partie du groupe militant du CHU de Cochin, nous devions empêcher les flics d’embarquer Jean-Paul et Simone ! Certains avaient des matraques, j’avais une chaîne de vélo dans la poche du manteau de cuir que j’avais enfilé pour paraître plus baraqué ! Je n’ai jamais été très bagarreur, j’avais peur ; heureusement pour moi tout s’est passé tranquillement…

Je regarde les images de presse de l’époque et n’y vois pas Simone… Y était –elle ? Oui je crois mais parfois nos souvenirs nous trahissent!  Sartre s’est montré deux fois à Billancourt : la première que je viens d’évoquer, en 70, et une deuxième en 72, avec Glucksman et Foucault… Sartre a remis la même canadienne, ça faisait prolo ! Ce qui est sûr c’est que Simone était très discrète, je me demande si à ce moment-là elle ne s’engageait pas aux côtés de Jean-Paul par fidélité plus que par passion pour une cause (du peuple) à défendre contre les attaques du pouvoir…

Moi qui était trop jeune et pas assez intello pour avoir connu leur flamboyance des années d’après-guerre, je voyais bien que les maos se servaient de la renommée de Sartre-Beauvoir pour échapper aux procès à répétition contre les directeurs de publication de la Cause du Peuple. Les deux philosophes se redonnaient une seconde jeunesse en côtoyant les gauchistes !

Et puis le uns et les autres se sont pris au jeu, les leaders maoïstes, souvent premiers de la classe en rupture avec leur bourgeoisie d’origine, étaient fiers d’influencer la star de l’existentialisme ! Et, comme un pendant dialectique, il me semble que Sartre et Beauvoir ont remis ces brillants intellectuels dans le champ de la pensée, leur évitant les dérives militaristes et un peu paranoïaques de nos voisins allemands et italiens. Beauvoir a-t-elle joué un rôle de son côté dans l’éclosion du féminisme post 68 ? Pas sûr, mais elle a étayé une réflexion sur la place des femmes dans ce XXème siècle qui sonne le glas d’une domination masculine sans partage ! Oui je sais, les hommes s’accrochent à leurs pouvoirs mais le mouvement est irrémédiable !

Un autre souvenir : le Palais de la Mutualité était bondé, le meeting du Secours Rouge attiraient les militants gauchistes anti-répression du moment. Trotskistes de toutes tendances, maoïstes de tous poils, anars organisés ou désorganisés, PSU, etc…, tous se retrouvaient là pour crier leur envie d’un autre monde, pour huer Pompidou et ses sbires… J’y étais, déjà plus trop maoïste, mais encore trop timide pour rejoindre la mouvance libertaire… Lycéen en première, en 71…

Le sujet du meeting ? Je ne sais plus trop, mais tout-à-coup sont arrivées sur la scène plusieurs dizaines de jeunes femmes, totalement nues sous leurs banderoles et pancartes ! Je n’ai aucun souvenir du contenu des banderoles tant cette apparition m’a laissé bouche bée ! Je n’avais jamais vu de femmes nues, en vrai ! La première surprise et le premier émoi estompés j’ai compris qu’il se passait quelque chose d’important, que cette irruption dans le train train gauchiste laisserait des traces… Dès lors nous ne pouvions plus reproduire les rapports hommes-femmes « d’avant » sans nous poser de questions.

Et le couple Sartre – Beauvoir représentait un modèle d’exclusive liberté entre deux êtres brillants ! Même si une meilleure connaissance de leur correspondance et leur « vraie » vie a relativisé cette exemplarité !

Pour autant je ne suis pas devenu un homme féministe, mes premières amours, de virulentes activistes, m’en ont dissuadé ! J’ai juste essayé d’être un homme de confiance, avec ma part d’ego et de petites trahisons ou lâchetés, mais marqué à jamais par cette irruption des femmes dans nos vies de jeunes hommes ex baby-boomers !

Pour finir je l’avoue, j’ai peu lu Beauvoir et Sartre ; les ouvrages philosophiques m’ennuient, je suis plus sensible à la qualité de l’écriture qu’aux arguties théoriques ! Le temps et l’histoire semblent effacer Jean-Paul de nos mémoires, témoin perspicace mais au fond peu lucide des illusions perdues du XXème siècle… Pour revenir à Beauvoir, les Mémoires d’une jeune fille rangée m’ont touché, et je ne doute pas que Le Deuxième Sexe restera le texte fondateur d’un changement majeur : comment voit-on les femmes et surtout comment se voient-elles ?

Le passage de l’objet au sujet…

Frédi Loth

Joigny 29 mai 2020

Pour citer cet article : Frédéric Loth, « Moi, Simone et les femmes », Voyages autour de mon cerveau, mai 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/255

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.