Alain Geismar – Beauvoir au masculin

Alain Geismar est un homme politique, un des porte-paroles du « joli mois de mai (68) ». Il a bien voulu se prêter au jeu de l’interview Beauvoir au masculin, un grand merci à lui.

Tiphaine Martin Pourriez-vous nous présenter votre parcours personnel et politique, pour les personnes qui ne sont pas familières des mouvements gauchistes de Mai 68 et des années qui ont suivi cette révolution de la jeunesse ?

Alain Geismar – Né avant la Deuxième Guerre mondiale dans une famille juive, je retiens surtout comme faits marquants de la fin de mon adolescence le moment de la guerre d’Algérie et les tortures. Outre le rejet profond des horreurs commises en Algérie, j’étais choqué que des hommes portant la même tenue que mon père – tué pendant la retraite de 1940 – torturent des combattants pour l’indépendance face à l’occupation française en Algérie. Cette époque signe le début de mon engagement politique. J’ai découvert Sartre et Beauvoir à ce moment, en admirateur de leurs engagements (dont la signature du Manifeste des 121), puis faisant face aux tentatives de l’OAS de s’en prendre à eux. J’étais déjà un militant engagé, au PSU pendant la guerre d’Algérie, puis j’ai été secrétaire général du syndicat national de l’Enseignement supérieur-SNESup qui regroupait la gauche universitaire. Maître assistant à la faculté des sciences, j’étais chercheur au laboratoire de physique de l’École normale supérieure. Avec beaucoup d’autres, j’avais conscience que l’université française était dans un tel état d’archaïsme qu’il fallait des changements du système universitaire, de sa hiérarchie, de ses contenus, dans toutes les disciplines, pas uniquement en sciences. Je vais vous donner un exemple de l’état de l’université : l’enseignement de Shakespeare était délivré en français à la Sorbonne. Ou encore la théorie de la relativité n’était enseignée qu’en troisième année. C’était l’université mandarinale, restée confinée dans les années vingt et trente. Autre point important : ma génération, celle d’avant guerre, n’était pas aussi nombreuse que celle du baby-boom, il y avait donc besoin de beaucoup plus d’enseignants. En outre, nous éprouvions une fascination pour le modèle USA des facs, clairement plus modernes. Chez nous les amphis des facs étaient bondés : à la Sorbonne, étudiants et étudiantes restaient souvent debout pendant les cours. Mon syndicat estimait qu’il fallait un changement radical. J’avais été élu secrétaire général sur un programme que affichait « pour une petite révolution culturelle à l’Université ». Le syndicat estimait qu’il fallait un changement radical.

Tiphaine Martin – Aviez-vous lu Beauvoir avant de la rencontrer ?

Alain Geismar – Oui, Les Mandarins, lorsque j’étais jeune adolescent, et je connaissais Le Deuxième Sexe. C’était plutôt, au-delà même de l’engagement, et du rayonnement de l’existentialisme, l’image du couple, de la paire formée par Sartre et Beauvoir qui était fascinante, car leur relation représentait à la fois une fusion de classicisme et de transgression qui faisait sérieusement réfléchir. On pouvait être ensemble, en couple, et en même temps ne pas l’être au sens classique. Leur couple fascinait, l’air du temps des années 60 était à leur image, séduisante et enthousiasmante. Une image de modernité et de rupture avec le modèle de couple de nos parents et de nos grands-parents.

Tiphaine MartinQuelles ont été vos premières impressions en la rencontrant ?

Alain Geismar – Rencontrer mes images fétiches, c’était fantastique, un mirage quasi inimaginable. Une référence de l’engagement pendant Guerre d’Algérie. Rencontre Simone de Beauvoir trois ou quatre jours après le début de Mai 68. J’ai appris que Sartre souhaitait me rencontrer (7-8 mai). Je me suis retrouvé rue Schoelcher accompagné d’une jeune étudiante du Mouvement du 22 Mars, plusieurs soirs de suite. Dans la journée, c’était le syndicat puis je préparais avec les autres les projets du lendemain. On était impressionnés mutuellement, moi par la rencontre, eux par le surgissement de ce mouvement incroyable.

Tiphaine Martin – Que pensez-vous de la relation des événements de Mai 68 par Beauvoir dans Tout compte fait (1972) et de votre participation1 ?

Alain Geismar – Simone de Beauvoir était clairement enchantée de la contestation et de son élargissement rapide et sans doute je discernais une certaine réticence concernant les formes de la contestation des méthodes d’enseignement, telle quelle émergeait parmi les étudiants et par les lycéens. Selon moi, la réaction de Beauvoir était aussi au delà de la dimension politique approuvée sans réserve, celle de la professeure qu’elle avait été : elle était surprise et presque choquée par la véhémence des jeunes qui auraient pu être ses élèves et qui contestaient ce qui aurait pu être proche de sa manière d’enseigner. La remise en question du statut de professeur incontesté la troublait selon moi.

Tiphaine Martin – En tant qu’homme, que représente Beauvoir pour vous ?

Alain Geismar – La grande inspiratrice du mouvement de libération des femmes qui a traversée longuement ma trajectoire personnelle. L’engagement si cohérent à sa pensée qu’elle avait apporté dans la défense et des femmes militantes algériennes : Djamila Boupacha et d’autres. Simone de Beauvoir était un personnage considérable qui n’était pas seulement l’auteur du Deuxième Sexe, mais quelqu’un qui ne craignait pas d’agir dans hésitation dans sa vie personnelle et prenait des risques face aux horreurs de la torture, puis dans la lutte pour le droit à l’avortement, elle agissait, ce n’était pas une intellectuelle de cabinet. Une femme impressionnante qui portait les valeurs de l’intellectuelle universelle.

Tiphaine Martin – Que souhaiteriez-vous ajouter ?

Alain Geismar – La distance qu’elle maintenait vis-à-vis de ses interlocuteurs, tempérée par son écoute. Elle faisait des remarques brèves et pertinentes. Sartre et Beauvoir parlaient peu et écoutaient beaucoup. Sartre questionnait tout de même plus, Beauvoir écoutait intensément et manifestait son attention par les expressions de son visage. J’espère ne pas trop reconstruire une image désormais lointaine. Je me souviens d’elle aux soixante-dix ans de Sartre dans son appartement, nous étions quatre ou cinq. Autre souvenir, à ma sortie de 18 mois de prison (pour cause de militantisme gauchiste), à l’époque de La Cause du peuple. Je l’ai croisée aux actions pour l’avortement auxquelles j’ai participémais avec la distance qui s’imposait, par respect pour des combats affranchie de la masculinité exclusive des porte-paroles de Mai 68.

Alain Geismar

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Alain Geismar, « Alain Geismar – Beauvoir au masculin », Voyages autour de mon cerveau, juin 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=361

1 Extraits de Tout compte fait, Paris, Gallimard, Folio, 1998 :

« Sauvageot, Geismar, Cohn-Bendit – que les cégétistes avaient en vain tenté d’éliminer – venaient en tête du cortège qui comprenait de cinq cent mille à six cent mille manifestants. Ils scandaient les slogans inscrits sur des banderoles : “Étudiants, enseignants, travailleurs solidaires”, “Dix ans ça suffit”, “Gouvernement populaire”. » (p. 580)

« Nous avons plus d’une fois rencontré Geismar ; Sartre a interviewé Cohn-Bendit pour Le Nouvel Observateur. » (p. 584)

« Un grand nombre d’entre eux, avec Geismar en tête, se rendirent à la Bourse et y mirent le feu ; les “forces de l’ordre” se déchaînèrent : matraquages, viols et sans doute des meurtres qu’on camoufla en accidents de voiture. » (p. 585)

« Geismar, accusé d’avoir encouragé les “casseurs” par des paroles prononcées au cours d’un meeting, fut l’objet d’un mandat d’arrêt. La police se mit à sa recherche. » (p. 592)

« Geismar – que la police avait réussi à arrêter – bien que jouissant d’un régime relativement privilégié se solidarisait avec eux. » (p. 601)

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.