Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Arbre généalogique simplifié de Zaza

©AssociationÉlisabethLacoin

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Arbre généalogique simplifié de Zaza », Voyages autour de mon cerveau, mars 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=3915

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube


2 réflexions sur « Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Arbre généalogique simplifié de Zaza »

  1. Annick M.

    J’ai été fascinée par le personnage de Zaza dès que j’ai lu pour la première fois – il y a longtemps !… – “Mémoires d’une jeune fille rangée” de Simone de Beauvoir (que j’aime beaucoup). J’ai lu avec un immense intérêt ses carnets et sa correspondance publiés aux Editions L’Harmattan (j’ai les deux éditions, celle de 1992 et celle de de 2004.) J’aime beaucoup votre article. En confrontant le livre de Simone et la correspondance et le journal de Zaza, j’ai certes noté des divergences. Je pense en particulier au mariage de sa sœur aînée Marie-Thérèse (dite Zon). Selon Simone, Zaza plaignait beaucoup Zon d’être obligée de se marier et de devoir subir pour cela de rencontrer quantité de jeunes gens qui semblaient convenir à sa mère, mais qu’elle trouvait déplaisants et ennuyeux. Pourtant, on peut lire dans les carnets de Zaza et même dans sa correspondance qu’elle s’impatientait de voir son aînée repousser ainsi les jeunes gens qu’on lui présentait, de tant tarder à en choisir enfin un, de trouver de la sorte des prétextes pour sortir, danser, s’amuser ! Quand finalement, alors qu’elle séjourne en Allemagne, Zon annonce qu’elle va se fiancer, elle exprime par écrit son soulagement, dont elle fait même part, me semble-t-il, dans un courrier à Simone !… Et elle trouve sympathique et intéressant son futur beau-frère à son retour en France, le décrit comme un jeune homme un peu silencieux mais très bien et charmant. Cette différence entre ce qu’elle éprouve à ce sujet et l’interprétation qu’en fait Simone m’a frappée, et il y en a d’autres… Bon. Mon sentiment concernant les inexactitudes de Simone de Beauvoir dans ses écrits à propos de Zaza et de sa famille est qu’elle était de bonne foi, mais a pu simplement se tromper dans ses souvenirs. Ou peut-être aussi, après tout, a-t-elle pris plus ou moins inconsciemment ses désirs pour des réalités, ce qui peut nous arriver à tous… Quoi qu’il en soit, à part ces détails, on peut considérer que cette pauvre Zaza, si brillante, si intelligente, bourrée de dons n’a vraiment pas eu de chance avec ses deux histoires d’amour si compliquées (surtout les hésitations, tergiversations, revirements du second amoureux !), cette mère incompréhensive et bien austère et exigeante, et sa santé fragile… Il est bien triste de constater combien elle était déchirée entre sa personnalité, son caractère indépendant et son attachement pour sa mère et ses questionnements religieux. Quand je la lis, elle m’agace un peu par moments (mais cela est dû aux préjugés de l’époque, et elle était si jeune en même temps…), mais elle me fascine et je l’aime bien plus qu’elle ne m’agace… Encore merci pour votre article.

    Répondre
    1. Tiphaine Martin Auteur de l’article

      Bonjour,
      Merci de votre commentaire, très riche et intéressant.
      Vous pouvez naviguer dans l’ensemble de l’exposition, outre l’arbre généalogique.
      Bien cordialement.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.