Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Dactylographie Allemagne

Allemagne – Une Française à Berlin. 10 novembre 1928 – 2 février 1929

Les numéros correspondent aux documents de la partie.

1) Carte postale à Anmé sur le chemin vers Berlin, 10 novembre 1928

                                                                       Madame Pèdre Lafabrie

                                                                                   Gagnepan

                                                                                   Par Aire sur l’Adour

                                                                                   (Landes)

Hanovre, 10 novembre 1928

Mon Anmé chérie,

J’ai eu tant à faire avant de quitter Paris que je n’ai pas trouvé une minute pour répondre à votre si bonne et si tendre lettre. J’ai eu au moment de partir un cafard affreux mais cela commence à passer. Dans quatre heures je serai à Berlin, il fait froid mais le soleil est magnifique et ce pays ne parait pas triste. J’ai voyagé avec une allemande très agréable qui d’ailleurs passe la moitié de son temps à Paris et qui m’a donné son adresse à Berlin en se mettant très aimablement à ma disposition.

Je vous aime déraisonnablement et vous embrasse de même.

Zaza

2) Lettre à Marie-Thérèse, 24 novembre 1928

                                                                                        24 novembre 1928

Ma chère Zon,

Tout le monde me parle tellement de ton travail dans toutes les lettres reçues que je commence à craindre beaucoup pour ton index gauche et pour tes yeux ; mais je ne t’en suis que plus reconnaissante d’avoir quitté robes et fonds de plateaux pour m’écrire. Je regrette bien que tu ne puisses pas entendre les cours merveilleux que nous fait ici le professeur Hildebrand sur Léonard de Vinci ; ils sont si intéressants qu’on y vient de tous les milieux de Berlin si bien que le malheureux conférencier, les salles de projection n’étant pas très grandes (relativement) est obligé de répéter son cours quatre fois par semaine ; pour les auditeurs un peu irréguliers comme moi, c’est très commode. Avant-hier, il nous a parlé avec de très intéressantes projections à l’appui de “l’Anbetung der Könige”, de l’influence de cette peinture et de tous les tableaux qu’elle avait inspirés, c’était vraiment bien. J’ai entendu aussi hier un premier cours sur l’histoire de la musique qui m’a beaucoup plu ; il est seulement un peu long : 1h ½ . C’est beaucoup quand le professeur parle une langue étrangère et qu’il faut encore énormément d’attention pour le comprendre. J’ai fait en sortant de là une découverte merveilleuse, celle du Studentenheimtisch, un restaurant genre foyer féminin sauf qu’il est mixte et où la 2e pensionnaire de Frau Curtius déjeune régulièrement. On y a pour 80 pf un déjeuner très proprement servi, sans pain ni boisson ni dessert naturellement qui sont ici choses de luxe. Mais avec une grande assiette de soupe et une tranche de viande entourée de légumes on a déjà fort bien déjeuné quand le tout est mangeable. Je ne serais pas étonnée que ce fût une œuvre catholique car on ne servait hier que œufs ou poisson au choix. J’ai retrouvé là la petite secrétaire du professeur Monbach, une jeune fille gentille et intelligente qui m’avait indiqué la chambre chez Frau Curtius et donné des renseignements sur les formalités universitaires. Elle déjeunait avec un chevalier servant, un camarade, naturellement car les jeunes filles ici ne connaissent pas beaucoup la solitude. Je comprends depuis que je vois la vie allemande moderne l’étonnement des petits américaines des de Neuville devant la mentalité et les habitudes françaises. Il est vrai que les coutumes d’ici ne pourraient guère exister chez nous, elles auraient immédiatement un tout autre sens. En France, la camaraderie jeunes gens, jeunes filles tourne naturellement au genre « de Roll ».  Ici cela n’a rien à voir. Les visages des jeunes allemandes qui vivent ainsi avec leurs amis masculins sont absolument dépourvus de coquetterie et leurs cavaliers ont toujours l’air sérieux et corrects comme des premiers ministres.

Je te quitte pour dire aussi quelques mots à Lonlon avant d’aller retrouver Madame Lebelle qui me fait faire ce matin la connaissance du “Willenbad”.

Je t’embrasse de tout mon cœur ma chère Marie-Thérèse et te charge de distribuer des masses de tendresses autour de toi.

Zaza

3) Lettre à Geneviève, 5 décembre 1928

                                                                                              Berlin, 5 décembre 1928.

Ma chère Bichette,

Puisque, lorsque les jumelles sont assez gentilles pour m’écrire, ce sont deux bonnes lettres que je reçois, il est bien juste qu’en répondant, j’envoie à chaucune séparèment mes emerciements. C’est bien gentil d’écrire à sa vieille sŒur quand on est aussi occupées que vous l’êtes et vous m’avez fait un immense plaisir. Bientôt j’espère, j’apprendrai que tu as très brillamment réussi ta compositon de géographie et que la vente de Raoux a rapporté beaucoup d’argent. Tout le monde m’en parlait tellement de cette vente dans les lettres reçues de la maison que je commençais à croire que c’était l’évènement le plus sensationnel de l’hiver à Paris.

Lundi, au goûter de Madame Besse, j’ai fait la connaissance de Mademoiselle Tournès, la seule jeune fille de l’Ambassade. Ce n’est pas pour moi une ressource, elle est poseuse, elle a un genre ridicule et j’espère la voir la moins possible. Heureusement, j’ai plus de chance avec les jeunes filles allemandes ; dimanche, j’ai dîné chez Kempisky avec la sœur de Hans Miller et deux de ses amies toutes très gentilles. Vous avez dû d’ailleurs recevoir une carte que tout le monde a voulu signer et bientôt, vers le 1er janvier, vous ferez la connaissance de Hans Miller auquel je parle souvent de vous et qui sait très bien ce que c’est que les “Zwillingen”. Ses parents m’ont reçue dimanche avec une grande amabilité et j’ai longtemps causé avec son père, un homme charmant qui à trois reprises a fait des séjours à Paris et qui connaît mieux que moi notre littérature française actuelle. Ici tout Berlin est déjà dans un état de fête à cause de Noël ; Ernst Curtius m’a montré ce matin au petit déjeuner une masse d’objets qu’il va offrir pour “Weihnachten” à ses amis. Tout le monde à ce moment-là échange des “Geschand”. Je compte, mes petits chéris, vous envoyer par Madame Lebelle, ou par Madamde Leverve, des petits « cadeaux de Noël » que j’achèterai avec le premier argent gagné ici, je donne venderdi ma première leçon ! Mon éève m’a été procurée par Mlle Bettlinger qui a été pour moi d’une grande amabilité et m’a fait déjà recevoir dans deux familles allemandes tout à fait charmantes, les “Bertels” et les “Brünner”, ce qui me fait de mieux en mieux connaître la vie de Berlin.

Que les 3 petits m’écrivent donc ce qui leur ferai le plus de plaisir, (un livre allemand ? un sac ? une boîte de chocolats ? un jouet berlinois ? un plumier ?).

            Je t’embrasse, ma petite Bichette chérie, de tout cœur.

Zaza 

4) Lettre à sa mère, 22 décembre 1928

           BERLIN

Maman chérie,

Je n’ai rien de bien neuf à vous dire car ma vie en ce moment n’est pas très animée ; je vois partir la colonie française, je donne quelques dernières leçons avant Noël, je lis de l’allemand et je fais un peu de musique. Sans arriver avec tout cela à m’empêcher de penser à vous toutes les cinq minutes. Ne m’oubliez pas tout à fait la nuit de Noël, je penserai tellement à vous tous moi ! Heureusement  je pourrai aller passer la soirée chez les Miller pour lesquels j’ai acheté ce matin les Weinachtsgeschenk, une boîte de chocolats pour Madame Miller, un petit poudrier pour Tony et un briquet pour Hans, achetés chez Kayser bien entendu le seul magasin de Berlin où les gens chics puissent choisir leurs cadeaux. Je voudrais être auprès de vous et vous aider à empaqueter les mandarines et les petits  objets que le petit Jésus doit mettre dans les souliers. 

Maman chérie j’espère bien avoir de vous demain une lettre m’annonçant le jour de votre arrivée, je ne pense plus qu’à cela.  J’aurai vu ici des choses curieuses et appris l’allemand et l’Allemagne mais le plus beau jour de mon voyage ma petite maman tant aimée sera celui du retour, celui où je vous retrouverai définitivement. 

Je vous embrasse tous bien tendrement et souhaite à toute la maisonnée un joyeux Noël mais vous maman chérie je vous aime trop et je me serre contre votre cœur à me faire mal.

Votre petite Zaza

5) Télégramme à sa famille, 24 décembre 1928

LACOIN  5 BIS BERRI  PARIS

JOYEUX NOEL  TENDRESSES

6) Carte postale à Marie-Thérèse, 27 décembre 1928

Berlin                                                                                 27 décembre 1928

                                                                                   Mademoiselle M.T. Lacoin

                                                                                   5bis rue de Berri  VIIIe

                                                                                   Paris

Mille fois merci ma chère Zon pour ta gentille lettre ; j’ai envoyé de tous côtés aujourd’hui des vœux de jour de l’an et je n’ai pas le temps d’écrire à la maison. Cette carte dont le symbolisme est délicieux, il y a juste huit petits frères chats autour de l’heureux couple, vous fera seulement attendre le récit de mon Noël allemand que je compte vous envoyer demain. Reçu ce matin la lettre d’Anmé que j’embrasse à l’étouffer et toutes les minutes depuis avant-hier matin je me dis avec un débordement de joie que maman va bientôt arriver. J’attends des nouvelles de la grande journée du 26 et du splendide arbre de Noël.

Mille tendresses pour tous.

Zaza

8) Carte postale à Germaine, 31 janvier 1929

                                                                                        Mademoiselle Germaine Lacoin

                                                                                              5 Bis rue de Berri

                                                                                              Paris VIIIe

Mon chéri,

Je suis dans un “lokal” echt Berlinois où je fais mon dernier Bümmel Abend. Il faut bien abuser d’une liberté que je vais bientôt perdre. Je suis avec Hans et Tony ; nous avons bu bcp de vin du Rhin, je n’ai guère d’idées en tête. Je me rappelle encore que dimanche je serai avec vous et je suis folle de joie de te revoir. Je t’embrasse de tout cœur.

Zaza

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Dactylographie Allemagne  », Voyages autour de mon cerveau, mars 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=3963

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube


1 réflexion sur « Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Dactylographie Allemagne »

  1. Ping : Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Allemagne. Une Française à Berlin | Voyages autour de mon cerveau

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.