Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Dactylographie Italie

Italie – La beauté́ des paysages est infinie. 15 avril – 04 mai 1922

Les numéros correspondent aux documents de la partie.

1) Lettre à ses grand-mères, 15 avril 1922

Alleluia                                                                                                      Samedi 15 avril 22

                                                                                                          1 heure ¼

Ma chère Bonne-Maman,

Ma chère Anmé,

Nous filons sur Venise et malgré les secousses du train je vais essayer de vous dire quelques mots. Après avoir vu les splendeurs de la Suisse nous sommes entrés en Italie. Hier à 5 h ½ nous sommes arrivés à Stresa. Nous sommes descendus à l’hôtel d’Italie puis nous avons admiré le lac majeur, c’est superbe. Les montagnes de tous côtés plongent dans l’eau. Nous nous sommes mis en quête d’une barque pour nous mener à l’Isola Madre qui est la plus belle du lac majeur. Nous sommes partis sur un canot à pétrole. Le paysage était absolument ravissant. L’eau très calme, bleu pâle, reflétait les îles Madre Bella et des Pêcheurs. Ces reflets très nets, très vivants, animaient le lac et lui donnaient du relief. Les montagnes splendides prenaient des teintes brunes ou bleu grises. Au second plan les cimes bleues et poudrées de neige s’estompaient dans la brume. Le long du rivage des maisons petites grises. Tout cela était beau, parfaitement harmonieux. Nous nous sommes dirigés sur l’Isola Madre. Nous avons abordé, nous avons visité le parc qui est très beau, plein d’arbres rares et de plantes splendides, des mimosas couverts de fleurs vaporeuses qui sont aussi gros que de beaux chênes. Nous avons vu au retour l’île des Pêcheurs et Isola Bella sans nous arrêter. L’île des Pêcheurs est très pittoresque. Les maisons sont petites, à arcades comme celles de Bayonne. Nous sommes partis ce matin à 7h de Stresa et nous avons admiré une dernière fois le lac inondé des rayons du soleil levant. Nous nous sommes arrêtés une ½ heure à Milan où nous avons admiré de belles maisons avec des parcs intérieurs et de belles colonnades. Nous sommes maintenant en gare de Padoue, la prochaine station c’est Venise. Nous avons vu pendant le trajet le lac de Garde, c’était idéal, encore plus joli que le lac Majeur comme eau. Le ciel était bleu gris très doux. Les montagnes un peu embrumées ne se profilaient que très légèrement, se confondant un peu avec le ciel comme couleur. Seules les cimes neigeuses resplendissaient et semblaient sortir des nuages. Le lac était d’une couleur absolument ravissante. D’un bleu très vif sans être foncé, pas vert mais plus vif, plus brillant, plus piquant que le saphir. C’était admirable. Maman nous oblige M.T. et moi à faire notre journal et vous aurez tous les détails au retour.

J’espère que vous allez très bien et que les diablotins sont sages comme des anges. Il y a pas mal de vignes dans la vallée que nous traversons ; elles sont accrochées à des rameaux ou à des ruines. Le pays est très bien cultivé avec des vignes. Je vous embrasse bien tendrement ainsi que tous les petits. 

Zaza

Excusez l’écriture. Nous sommes dans un panier à salade.

2) Lettre à ses grand-mères, 19 avril 1922

                                                                     Mardi (mercredi) 19 avril 1922

Mon anmé chérie,

Ma bien chère bonne maman,

Nous voici à Rome depuis 6 heures mais je ne peux encore rien vous en dire car notre famille nous a cloîtrées aussitôt arrivés et que nous n’avons traversé que les quartiers neufs et peu intéressants de Rome. Notre couvent est une maison superbe, presqu’un palais. De grandes fenêtres grillées des pièces immenses de grands corridors et une belle cour intérieure. Il n’y a pas d’escalier mais une côte qui tourne au centre de la maison. L’ancienne propriétaire avait la fantaisie de monter jusqu’au quatrième en voiture et voilà pourquoi il n’y a pas d’escaliers. Nous sommes dans une très belle chambre et nous venons d’avaler un excellent dîner ; ce qui est terrible c’est la sévérité de la règle : je ne sais pas comment nous ferons pour aller demain au banquet du capitolin ; on nous a obligées à mettre nos manteaux parce que nos manches n’allaient que jusqu’aux coudes. Maman et papa sont installés chez madame Penreux via Babuino ; ils ont une assez belle chambre. Nous avons trouvé via Babuino de vos nouvelles que nous attendions avec une grande impatience car nous n’en avions pas eu à Stresa. Nous étions hier et avant-hier à Assise et à Pérouse. Pérouse est une ville fortifiée sur le flanc d’une montagne : c’est idéal ; les maisons sont toutes anciennes, elles ont un grand cachet. La ville a conservé son aspect antique ; pas de beaux magasins, aucune affiche ; toutes les rues sont en pente terminées souvent par de jolies portes et l’on a des échappées ravissantes sur la campagne de l’Ombrie. Assise sur une hauteur aussi est une ville très antique, très simple, toute imprégnée de l’esprit de St François et de Ste Claire. C’est un pèlerinage extrêmement touchant car ces lieux sont restés comme ils l’étaient du temps des grands saints. Nous avons commencé dans la première chapelle des Clarisses à laquelle on n’a rien changé ; elle est bien pauvre, bien modeste avec ses stalles de bois vermoulu. Nous avons vu de belles fresques de Giotto à St François et surtout une procession mémorable. Des hommes affublés de robes rouges et violettes, se disputant pour avoir la plus belle tout en portant des bannières, des reliques, des images, des étoffes criardes et en hurlant de toutes leurs forces un air pieux dans tous les tons de la gamme à la fois. Grâce à l’appareil de l’oncle Gaston, Marie Thérèse a pu prendre un Kodak ; je voudrais bien qu’il soit réussi. Nous avons vu à Assise le corps de Ste Claire très bien conservé sur un lit de parade mais très noirci par 7 siècles. Nous avons vu le Christ qui a parlé à St François et beaucoup de reliques très précieuses parmi lesquelles la bénédiction de St François au frère Léon, écrite de sa propre main en caractères encore très nets et très lisibles. On a d’Assise une vue ravissante sur toute l’Ombrie, paysage très simple et très beau, des grandes lignes de coteaux, des clochers très hauts et très étroits, des prairies et des terres cultivées. Il faut que je me couche, je vous embrasse de tout cœur ainsi que toute la bande.

Zaza

Mercredi 19 – 8 heures

Excellente nuit dans des lits parfaits, la cloche du déjeuner sonne.

3) Lettre à ses grand-mères, 25 avril 1922

                                                                                 Mardi matin 25 (avril 22)

Mes chères grand’mères,

Nous voici de retour de Florence où nous ne sommes hélas restés que deux jours. Comme art c’est 10 fois plus beau que Rome. Nous avons visité la galerie Pitti qui est une merveille ; presque tous les tableaux sont des chefs d’œuvre ; la galerie des Uffici est très intéressante aussi. La ville elle-même est belle, agréable. Pas une maison ne rompt l’harmonie ; elles sont presque toutes en pierre, grandes, carrées, avec des portes magnifiques et des cours intérieures ravissantes. Nous sommes montés à San Miniato d’où l’on a une vue idéale sur la ville et les environs. Au point de vue du souvenir et de la religion, Rome est évidemment bien supérieure. Le Colisée est une splendeur ; grandeur, simplicité, souvenirs, tout concourt à rendre cet édifice admirable. Nous avons vu des catacombes bien intéressantes à Saint Sébastien et nous avons communié à Saint Callixte, c’était l’abbé Lancrenon qui disait la messe. Nous avons eu hier une audience semi-publique car on accorde très peu d’audiences privées et que papa trouve inutile de prendre au saint père, très surmené en ce moment un temps précieux vu qu’il n’a rien de particulier à lui dire. Le pape est vraiment le représentant du christ, tel qu’on peut le souhaiter. Il est extrêmement distingué, très paternel et on le sent très bon et très intelligent. Nous avons vu hier le Palatin avec le congrès, c’est ravissant : de belles ruines couvertes de fleurs, surtout de “Dupasseur” qui couvrent les pierres comme des cascades roses et dorées et qui sont plus éclatants et beaucoup plus grands que ceux de France ; c’est une merveille. Nous n’avons eu qu’une fois de vos nouvelles, à notre arrivée, c’est très vilain. Encore merci, Anmé chérie, de votre générosité qui va me permettre de rapporter à chacun un petit souvenir d’Italie, embrassez tout votre entourage de ma part et gardez pour vous mes plus grandes tendresses.

Chatfoin

4) Carte de Capri à Bonne-Maman, 30 avril 1922

30-4-22 (carte postale)                   Mme Lacoin
St Pandelon 
par Dax Landes 
France

Ma chère bonne-maman,

Nous quittons Capri, c’est une île charmante, montagnes et mer, mais nous avons eu affreusement le mal de mer pour y arriver. Le temps est superbe, la mer a des teintes ravissantes, je vous embrasse de tout cœur.

Zaza

5) Carte de Rome à Bonne-Maman, 1er ou 2 mai 1922

                                             Madame F. Lacoin
                                               St Pandelon
                                               par Dax (Landes)

Ma chère bonne-maman,

Un mot seulement pour vous dire que nous sommes sur le “Re Vittorio” depuis hier 11 heures, nos cabines sont très bonnes et nous sommes solidement accrochés de sorte que nous ne pouvons pas avoir le mal de mer. Nous partons dans 10 minutes pour Pompéi après une nuit courte mais bonne, je vous embrasse de tout cœur ainsi que Riri. Mille tendresses de tous.

Zaza

6) Carte de Gênes à Bonne-Maman, 3 mai 1922 

Mercredi 3 mai 1922 (carte postale)                                 Mme Lacoin
                                                                                   St Pandelon
                                                                                   par Dax (Landes)
                                                                                   France

Ma chère bonne-maman,

Voici le retour, adieu hier à Naples, aujourd’hui à Gênes. Nous avons fait un ravissant voyage de Naples à Gênes, un peu de mal de mer, de quoi à ne pas oublier que l’on est en mer. Gênes est une ville très agréable et très pittoresque parfois, ce qui semble délicieux lorsque l’on sort de Naples. Je voudrais pouvoir vous rapporter un peu d’Italie, un peu d’Assise et de Sorente où nous avons passé la journée de bains-de-mer, montagnes soleil et voiles blanches. 

Au revoir ma chère bonne-maman ; je vous embrasse très affectueusement ainsi que Riri qui est je l’espère tout à fait bien.

Zaza

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Dactylographie Italie », Voyages autour de mon cerveau, mars 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=4000

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.