Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Conclusion

Qui est Zaza ? Une jeune fille sacrifiée par ses parents et son milieu, comme l’écrit Simone de Beauvoir en 1958 dans les Mémoires d’une jeune fille rangée ? Une musicienne trop sensible, qui s’est laissée happer par ses angoisses existentielles et son amour inconditionnel et malheureux pour sa mère ? Une jeune fille qui s’est heurtée aux problématiques de l’âge adulte trop tôt pour en supporter le poids ? Pour partie oui, pour partie non.

Beauvoir a son opinion, fondée sur une vision extérieure de la famille Lacoin, qu’elle observe à travers le prisme de sa propre histoire et de propre culpabilité de n’avoir su deviner le mal-être de plus en plus profond de son inséparable. Zaza, happée par ses devoirs familiaux et mondains, ne peut poursuivre ses études comme elle le souhaitait tout en étant enseignante bénévole à Paris. Elle ne parvient pas à se détacher en douceur du lien trop fort qu’elle entretient avec sa mère. Elle enchaîne les amours malheureuses : sa mère, son cousin André, puis Maurice Merleau-Ponty.

Au quotidien, Zaza chante, joue du piano et du violon, s’occupe de ses louveteaux, donne des cours, travaille à l’école, s’occupe de ses frères et sœurs, accompagne sa mère dans les magasins et écrit.

Outre Le Cocorico, gazette des faits divers familiaux, Zaza entretient une correspondance suivie avec différents membres de ses cercles parentaux et amicaux. Elle sait saisir les mille et un détails de l’existence et les transformer en récit vivant et prenant. En voyage, la jeune fille accentue la beauté des paysages et des lieux grâce à une palette stylistique variée. On ne s’ennuie jamais à la lire et on visualise parfaitement ce qu’elle évoque. Les phrases sont souvent drôles, enlevées, Zaza n’est jamais en reste d’un gentil coup de griffe. Elle souligne le ridicule ou la pose de telle ou telle personne. Les personnalités religieuses ne sont pas épargnées, car la foi sincère de Zaza ne s’accommode guère de leurs travers ô combien mesquins.

Le fil existentiel de Zaza est chargé de voyages, de joie, de tristesse, de tendresse pour les siens, d’amitiés au long cours. Une belle personne à connaître.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Élisabeth Lacoin. Les traces vivants du Chatfoin. Conclusion », Voyages autour de mon cerveau, mars 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=4386

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube


1 réflexion sur « Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Conclusion »

  1. Ping : Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Introduction et plan de l’exposition | Voyages autour de mon cerveau

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.