Une radio à écouter avec plaisir tout le temps

Texte écrit à l’occasion des 50 ans de France Culture, en juillet 2013, suite à un sondage de la radio auprès de ses publics. Comme l’ensemble des personnes qui y avaient répondu, j’ai été ensuite contactée pour être interviewée à la Maison de la Radio. J’ai eu le plaisir d’être interrogée par la journaliste Pauline Maucort. 

Par où commencer? « C’est l’été sur France Culture ! » : cette voix joyeuse – et bien d’autres – m’accompagne maintenant depuis plus de dix ans, de Grandes Traversées en Grands Entretiens. Sans compter les dimanches midi passés à s’ouvrir l’appétit en écoutant l’émission sur la nourriture, commencée par la voix de Bourvil « A table, c’est prêt ! », et juste avant le jeu des « Papous dans la tête », les soirs de semaine à écouter les acteurs, réalisateurs, écrivains… parler d’eux, les vacances passées à suivre « L’histoire du rock », ou les semestres agrémentés de la « Grande et petite histoire de la Comédie Française ». Autres souvenirs : la série sur les écrivaines (Olympe de Gouges ? Mme de Staël, George Sand et Colette) dirigée par Laure Adler, les voix si distinguées et si attachantes de Marguerite Yourcenar et de Patrice de Rosbo. Celle de François Truffaut avec ou sans Hitchcock, écoutée de 9h jusqu’à midi en ayant sous les yeux les montagnes des Alpes. Celle de Claude Lelouch expliquant son enfance rocambolesque dans la France de l’Occupation. Celle de Marguerite Duras lisant à la radio dans les années soixante-dix son adaptation d’India Song, et moi, guettant avec angoisse le cri déchirant du Vice-Consul – Michael Lonsdale.

Combien de fois ai-je demandé à mes parents (à l’époque préhistorique du non-podcast), d’ouvrir la radio dans la voiture afin de ne pas manquer l’Emission du jour avec un grand E, combien de fois suis-je restée près du poste afin de ne pas perdre une miette de l’émission, surtout lorsque je me trouvais dans un endroit retiré où les ondes passaient mal. Et que dire de ma déception lorsque j’ai voulu écouter une émission sur Edgar P. Jacob, l’auteur de Blake et Mortimer  et que je me suis aperçue qu’une autre radio occupait les ondes de France Culture.

France Culture, pour moi, c’est, en vrac : des génériques soigneusement peaufinés, toujours originaux, des voix de journalistes que l’on reconnaît d’une émission à l’autre, d’une année à l’autre, des émissions suivies d’années en années, parfois dans des conditions d’écoute aléatoires – certains lieux sont rétifs à la réception des ondes, une radio que l’on peut écouter à toute heure du jour et de la nuit, où même l’économie devient intéressante. Longue vie à France Culture !

Tiphaine Martin

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Une radio à écouter avec plaisir tout le temps », Voyages autour de mon cerveau, juillet 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/457

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.