Présentation de Claudine Monteil

En 2013, j’avais proposé au Cercle Condorcet d’Auxerre d’inviter Claudine Monteil, afin qu’elle nous parle du féminisme nord-américain, un sujet qu’elle connaît parfaitement. Claudine est donc venue à Auxerre le 7 décembre 2013, en partenariat avec le Cercle Condorcet et la librairie Obliques. J’ai eu l’honneur de la présenter.

Je tiens à remercier le Cercle Condorcet et Michèle Skowron de m’avoir invitée et de m’avoir confié l’honneur et le plaisir de vous présenter Claudine Monteil.

Claudine Monteil est écrivaine et historienne, auteure notamment de six essais et témoignages traduits en plusieurs langues, consacrés à Simone de Beauvoir, à Sartre et à sa sœur, la peintre Hélène de Beauvoir. Elle a bien connu Sartre à partir de 1970 et jusqu’à sa disparition en 1980, et elle est dès 1970 l’une des premières militantes auprès de Simone de Beauvoir dont elle est restée une proche amie pendant seize ans. Claudine Monteil est la plus jeune signataire du Manifeste des 343 en 1971. Outre son engagement dans le mouvement féministe français elle s’est engagée, avec le soutien de Beauvoir, dans les mouvements féministes américains dont elle va également vous dire quelques mots.

Son dernier essai, Simone de Beauvoir et les femmes aujourd’hui (éditions Odile Jacob) propose des pistes constructives pour les droits des femmes dans le monde actuel, en s’inspirant de son expérience tant nationale qu’internationale.

Vous ne serez donc pas étonnés que Claudine Monteil se définisse comme féministe. Il est vrai qu’elle est née sous une bonne étoile beauvoirienne, en 1949, l’année de la parution du Deuxième Sexe. Sa mère, normalienne et jeune agrégée de chimie, qui a refusé de consacrer sa vie à la carrière de son mari mathématicien, a lu cet essai pendant sa grossesse. Cela lui a procuré une telle force qu’elle est devenue directrice de l’Ecole Normale Supérieure de Jeunes Filles (ex Sèvres). Claudine Monteil a beaucoup voyagé, particulièrement aux États-Unis où elle a effectué une partie de sa jeunesse à Princeton. Et en Russie, où lycéenne elle apprenait le russe, ce qui lui donné l’occasion de rencontrer très jeune les scientifiques dissidents amis de sa famille. Claudine Monteil continue de se rendre dans le monde entier, lors, notamment de conférences consacrées aux droits des femmes et aux écrits et engagements de Sartre et Beauvoir.

C’est à l’occasion de la sortie de son livre Simone de Beauvoir, côté femme en 2006 que nos chemins se sont croisés. Suite à mon intérêt pour Simone de Beauvoir, découverte en 1999, je m’étais mise à lire tous les ouvrages critiques qui me tombaient sous la main – je parle d’un temps où je n’avais pas une grosse connexion Internet, et où il m’était difficile de trouver une liste bibliographique. J’avais déjà lu (et acheté) Mémoires d’une Jeune Fille Rebelle, Les Amants de la liberté, Les Sœurs Beauvoir, de Claudine Monteil. À la fin de Simone de Beauvoir, côté femme, Claudine Monteil avait inscrit son adresse mail. Or, j’étais en train de terminer d’écrire mon mémoire de maîtrise consacré au Deuxième Sexe et au recueil de nouvelles qui s’intitule La Femme rompue. En tremblant, j’ai envoyé un message à Claudine, en lui exposant mon sujet, et en lui demandant si mon travail l’intéressait. J’ai été plus que surprise de recevoir une réponse affirmative quelques jours plus tard, car je m’imaginais, moi auxerroise étudiant à Dijon, que les « écrivains parisiens » étaient des sommités qui ne répondaient pas au courrier de leurs lecteurs. Mes préjugés réduits à néant, j’ai rencontré Claudine quelques mois plus tard. Puisque je ne venais pas souvent à Paris, il a fallu jongler entre l’emploi du temps de Claudine et le mien. Claudine m’a très gentiment accueillie, tout de suite mise à l’aise : elle s’est intéressée à mon travail, mais également à mes projets d’avenir.

J’ai évoqué mon intention de venir à Paris pour continuer mes recherches, en Master 2 puis en thèse, ce qui me semblait peu réalisable, puisque je ne connaissais personne, aucun professeur qui accepte d’encadrer des travaux de recherche sur Beauvoir, aucune personne à qui demander où louer un studio à Paris. Claudine m’a proposé de me mettre en contact avec une ancienne étudiante de Julia Kristeva, Danièle Fleury. Et là, autre choc : LA Julia Kristeva ? Après avoir rencontré une écrivaine que j’admire, qui a participé aux mouvements féministes, qui a connu Simone de Beauvoir, et qui s’intéresse à mon modeste travail, je serai peut-être sous la direction d’une autre écrivaine, connue pour sa trilogie sur Le Génie féminin, dont Colette, notre écrivaine régionale ? Waouh. Et c’est ce qui s’est passé : j’ai rencontré Danièle un peu plus tard, elle m’a donné l’adresse mail de Julia Kristeva à l’université Paris Denis Diderot ; j’ai contacté Julia Kristeva, je l’ai rencontrée, elle m’a déclaré que mon sujet sur « Les récits de voyage dans l’œuvre autobiographique de Simone de Beauvoir » l’intéressait, et que je pouvais m’inscrire en Master 2 à Paris Diderot. Danièle Fleury m’a fait rencontrer la directrice de la Maison des Étudiants Suédois à Paris, Vivi-Anne Lennartsson, ce qui m’a permis de trouver facilement un logement.

Lors de ma première rencontre avec Claudine, j’ai été frappée par son énergie et sa vitalité, ce dont vous pourrez vous rendre compte dans un instant. Dans les Mémoires d’une Jeune Fille Rebelle, Claudine Monteil déclare que Simone de Beauvoir était quelqu’un de très dynamique, je pense qu’elle est de la même trempe, aussi passionnante à écouter et à lire.

Je vous souhaite une très bonne conférence.

Tiphaine Martin

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Présentation de Claudine Monteil », Voyages autour de mon cerveau, juillet 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=488&preview=true

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.