La Bonne Epouse, pour un monde mixte et joyeux

La Bonne Épouse, sortie début mars 2020 puis confinée, m’a enthousiasmée lorsque je l’ai vue en juillet 2020. Martin Provost, le réalisateur, ainsi que Séverine Werba, la co-scénariste, ont été disponibles immédiatement pour répondre à mes questions. Qu’elle et il en soient très chaleureusement remercié·es. Premier entretien, avec Séverine Werba :

Tiphaine Martin – Pourriez-vous décrire votre parcours professionnel et privé ? Y a-t-il un engagement féministe de votre part ?

Séverine Werba – J’ai été journaliste pendant une douzaine d’années, dans la sphère culturelle (ARTE, France 5, émissions de Thierry Ardisson) : j’y ai réalisé des portraits d’artistes, d’écrivains, de metteurs en scène. L’écriture était toujours présente. Puis, pour Tonie Marshall, j’ai produit des documentaires. Ensuite, j’ai eu envie de passer à l’écriture de fiction, j’ai donc écrit un livre, Appartenir1. J’ai également travaillé sur la saison 6 de la série Engrenages, diffusée sur Canal +. Martin m’a alors proposé de collaborer avec lui sur un scénario (qui n’est pas encore tourné), puis nous avons enchaîné sur La Bonne Epouse, sortie en mars 2020.

Pour ce qui est de mon engagement féministe, il faut remonter à mon enfance. Née en 1973, j’ai été élevée par une mère féministe, juriste de formation, travaillant comme avocate. Mon éducation s’est faite loin des stéréotypes. Je me souviens d’avoir lu, enfant, Du côté des petites filles, Le Père Noël ne fait pas de cadeaux, tous deux édités aux Éditions des Femmes. Tout cela était normal pour moi, le féminisme était un sujet de discussion vivant à la maison. Côté familial, mes grands-mères ne travaillaient pas, mais d’autres femmes de ma famille ont fait des études et ont été indépendantes financièrement.

Je me suis sentie le fruit de cette génération, ancrée au cœur des combats pour l’égalité femmes-hommes. Pour ma part, je considère que la politique est au cœur de l’existence des femmes, à faire vivre au quotidien. La politique est à définir plutôt comme un vivre ensemble, se respecter mutuellement. Il y a des contradictions dans le partage des tâches ménagères, parfois difficiles à laisser aux hommes, et cette attitude est due aux siècles de travaux ménagers, portés par les femmes, gardiennes de la tradition du foyer.

T.M. – Comment avez-vous travaillé le scénario de La Bonne Épouse ?

S.W. – Martin Provost et moi-même avons fait beaucoup de lectures, beaucoup d’écoutes d’émissions des années soixante, afin d’être au plus juste de l’époque et des discours sur les femmes. L’ école ménagère est une idée de Martin, qui a rencontré une dame qui en a été élève. Aimant chiner, j’ai collecté des manuels, des cahiers d’écolières avec les fameux « commandements » (« piliers » dans le film) de la parfaite femme au foyer : c’est-à-dire, le vertige du rien qui se prend au sérieux et qui se pare de scientificité pour boucler les femmes chez elles. L’émission de Ménie Grégoire écoutée par les quatre jeunes filles (Albane, Corine, Annie, Yvette), sur le clitoris, a été écrite par nous deux, pour parler de sexe, de plaisir, de masturbation et de la méconnaissance de soi, de son corps, quand on est une jeune fille, une femme en devenir. Tout cela étant des inconnues à cette époque. Mais les vraies émissions parlaient aussi de sexe.

T.M. – Comment est venue l’écriture de La Bonne Epouse ?

S.W. – L’écriture est survenue de manière totalement imprévue, au milieu de l’époque revendicatrice de #MeToo. Nous avons voulu montrer un macho type, le personnage de Robert Van der Beck, qui se comporte comme se comportaient tous les hommes à l’époque : il travaille, donc il a droit à des compensations, dont le devoir conjugal. En contrepoint, sa femme, Paulette, s’est mariée par dépit, suite à un malentendu qui l’a séparée de son amour de jeunesse, André Grunvald, ancien déporté. Paulette répète la tradition, jusqu’à ce qu’elle éclate et préfère vivre (scène du cimetière, où elle lâche son arrosoir et part loin de la dalle funéraire de son époux) et aimer.

La scène du trousseau, préparé par les élèves de l’école ménagère, est à prendre dans le sens du premier mariage de Paulette : dans les années quarante comme dans les années soixante, il est impensable de ne pas se marier, une femme n’a d’autre destin que celui-là. C’est le personnage d’Yvette : elle subit son existence, jusqu’à s’ouvrir au contact des autres. Nous avons beaucoup pensé aux mariages forcés, qui existent encore aujourd’hui dans le monde et en France, ainsi qu’à la  proposition du Front National il y a quelques années de fournir une allocation aux mères au foyer. Nous nous sommes rappelés les propos de François Fillon donnant son avis personnel sur l’avortement, alors qu’il était candidat à la présidentielle, en se positionnant contre. Dans l’écriture du  film, nous avons souhaite que les acquis des droits des femmes, toujours en position de fragilité, soient questionnés. La situation des quatre jeunes filles du film : est-ce de la Préhistoire, de la science-fiction ou du rétropédalage ? Et où en sommes-nous aujourd’hui ?

Albane, Corine, Annie, Yvette : quatre sortes de destins, chacune porte en elle une question : est-ce qu’elle va prendre le train en marche de la liberté individuelle ? Chacune est à la croisée de carrefours historiques intimes. Albane suit Corinne dont elle est amoureuse à l’école ménagère, puis lui propose de fuir ensemble à Paris. Yvette fait une tentative de suicide plutôt que d’épouser un homme plus âgé qu’elle. Annie est un personnage libre, mais on lui accroche une mauvaise réputation, car elle es libre sexuellement, tout comme l’était Brigitte Bardot dans sa vie et dans Et Dieu créa la femme. Annie comme une Bardot populaire, choucroute et bouille ronde incluse.

T.M. – Un mot sur les autres personnages ?

S.W. – Le personnage de la bonne sœur est nourrie de personnes vues dans les documentaires sur les école ménagères. Marie-Thérèse a un passé de femme libre, dans la Résistance. Tous les personnages adultes du film ont traversé la guerre et la présence de l’Occupation est encore importante dans les années soixante, quinze, vingt ans après la Libération. Nous avons voulu évoquer la déportation à travers le personnage d’André : combien il était difficile d’en parler dans les années soixante, avec beaucoup de choses tues (Vichy, les camps, le mythe d’une France uniquement résistante…). Et les ancien·nes déporté·es, qui ne sont pas écouté·es, et qui veulent aussi vivre sans se démarquer de la société française. Comment parler, de tout cela en 1960, 1965, 1968 ….? Nous ne sommes pas encore dans un temps d’histoire. Plus tard, dans les années soixante-dix et quatre-vingts, viendront Le Chagrin et la Pitié, Shoah côté documentaire, et Lacombe Lucien, Le Vieil Homme et l’Enfant côté fiction.

Le personnage de la belle-sœur, Gilberte, est typique : elle n’a pas de fiche de paye, pas de droits, au motif que son frère la loge et la nourrit. Paulette lui donne un statut, après avoir étudié le code du travail. Gilberte est comme toutes ces femmes de médecin, de dentiste, qui prenaient les rendez-vous, étaient secrétaire médicale, et comme toutes ces femmes d’agriculteur, de commerçant, qui tenaient la comptabilité, recevaient les livraisons, tenaient le magasin, mais apparaissaient comme « femmes de » et « femme au foyer », donc « non travailleuses » (sic) dans les statistiques et dans le droit à la retraite.

Le film est écrit avec une apparence de légèreté mais il est profond et ne montre que des destins contrariés.

T.M. – Pourquoi finir par un ballet chanté ?

S.W. – Ce qui compte est le chemin pour parvenir à la libération, d’où une fin libératoire et jubilatoire. L’humour est ce qui donne sa tonalité au film, avec la possibilité d’une lecture sérieuse et approfondie, sans vouloir établir de hiérarchie entre les genres cinématographiques. L’absurde permet de raconter le réel, entre Ménie Grégoire et Joe Dassin. Nous n’avons pas voulu donner une leçon, ce n’est pas un film qui se veut théorique, pas un documentaire non plus. Martin souhaitait de revisiter un certain cinéma, dans le plaisir de la mise en scène.

T.M. – Pourquoi ce choix de personnalités féminines et féministes citées dans le ballet final ? 

S.W. – Nous avons écrit la chanson avec Martin, en tâtonnant pour éviter le ridicule. Nous avions une première version avec un chœur, mais elle n’était pas satisfaisante. Au final, nous avons un balayage historique et culturel, qui doit sonner à l’oreille du public.

T.M. – Avez-vous de nouveau projets ?

S.W. – Avec Martin, nous écrivons un autre film qui n’a rien à voir avec La Bonne Epouse. J’ai également d’autres projets en gestation.

Séverine Werba

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Séverine Werba, « La Bonne Epouse, pour un monde mixte et joyeux  », Voyages autour de mon cerveau, juillet 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=511&preview=true

 

1 Paru chez Fayard en 2015.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.