La Bonne Epouse, vive la révolution féminine et féministe !

La Bonne Épouse, sortie début mars 2020 puis confinée, m’a enthousiasmée lorsque je l’ai vue en juillet 2020. Martin Provost, le réalisateur, ainsi que Séverine Werba, la co-scénariste, ont été disponibles immédiatement pour répondre à mes questions. Qu’elle et il en soient très chaleureusement remercié·es. Second entretien, avec Martin Provost :

Tiphaine Martin – Quel est votre parcours privé et professionnel ?

Martin Provost – J’ai été comédien d’abord, mais par défaut, parce que depuis l’adolescence je voulais faire des films. Mon père m’avait dit que je n’avais pas le niveau en maths pour entrer à l’IDHEC, alors je suis parti à Paris et je me suis inscris au Cours Simon. J’ai eu la chance de tourner très vite. Parallèlement j’écrivais des pièces de théâtre, j’ai toujours écrit, depuis l’adolescence, surtout des poèmes. Ma pièce Le Voyage immobile a été montée par Antoine Campo au Studio d’Ivry, et Philippe Adrien m’a alors proposé d’entrer à la Comédie Française comme stagiaire. J’y suis resté, engagé par Jean-Pierre Vincent comme pensionnaire. A l’arrivée de Jean Le Poulain j’ai été viré, mais cela a été la chance de ma vie quand j’y pense, parce que j’étais arrivé au bout de mes expériences en tant qu’acteur. J’avais envie de mettre en scène. Ma pièce Les Poupées a été montée à Avignon, puis au TEP et dans cette période j’ai enfin réalisé mon premier, puis mon second court-métrage. J’ai attendu longtemps avant de réaliser mon premier long métrage, Tortilla y Cinema, avec Carmen Maura et Michel Aumont. Puis il y a eu Le Ventre de Juliette et enfin Séraphine. Parallèlement, j’écrivais des histoires pour France Culture, beaucoup pour les enfants : un champ d’exploration formidable. J’ai également publié trois romans.

T.M. – Quand et comment avez-vous rencontré Séverine Werba ?

M.P. – J’ai connu Séverine très jeune, je l’ai aidée à préparer le conservatoire. J’étais encore à la Comédie Française. Il se trouve que la tante par adoption de Séverine est une de mes amies d’enfance. Nous nous sommes suivis, d’abord par amitié, et puis j’ai donné à lire à Séverine quelques-uns de mes scénarios. Nous avons écrit ensemble Naoshima, un film qui se passe entièrement au Japon, qui ne s’est as fait. Et puis il y a eu La Bonne Épouse, qui était au départ un projet de série.

T.M. – Sur l’écriture du scénario de La Bonne Epouse : pourquoi avoir choisi l’époque 1967/68 et non celled’aujourdhui ? Avez-vous écrit pour des actrices et acteurs précis ou le contraire ? Avez-vous obtenu facilement l’accord de la part des acteurs et actrices ?

M.P. – Le scénario a été écrit pour tous les acteurs et toutes les actrices du film, qui ont tous dit oui à la lecture. Situer le film en 1967-1968 allait de soi, car c’est la fin d’une époque. Et le début d’une autre puisque le MLF a été créé en France en 1970. Il faut savoir que les femmes n’ont eu le droit d’avoir leur compte en banque que depuis 1965. Toutes les écoles ménagères ont fermé après Mai 68, c’était donc fondamental que le récit se déroule sur une période qui correspond à la montée de la révolution étudiante qui a mené à mai 68.

Nous avons situé l’intrigue Alsace, car il nous fallait une region reculée, qui symbolise à elle seule ce qu’on appelait encore à l’époque, et non sans condescendance, La Province. Il y avait Paris, et le reste. En Alsace il y avait encore l’empreinte de la seconde guerre mondiale.

Pour ma part, j’ai vécu Mai 68 à Brest où je suis né. Il n’y avait plus d’école, ma mère stockait des pâtes et le riz, par peur de l’arrivée des communistes. Et nous sommes partis nous réfugier à la campagne.

Nous n’avions pas la télévision, donc nous suivions les informations à la radio, ce qui donnait encore plus l’impression que nous étions en guerre.

T.M. – Pourquoi finir par un ballet chanté ?

M.P. – J’ai eu cette séquence en tête tout de suite : une marche vers l’avenir. Et dans la joie. Parce que je crois que la joie est une vertu qu’on acquiert avec le temps, et une certaine sagesse, enfin j’espère. C’est un film très stylisé, très travaillé : la musique, les dialogues, les effets spéciaux. L’humour pour moi est très important. C’est un recul indispensable sur nous même, sur notre condition terrestre. Ne jamais oublier que nous sommes sur une planète perdue dans l’univers. Quand on y pense, ça remet les pendules à l’heure. Finir le film en chanson et en danse, c’était aussi une façon de prendre du recul.

T.M. – Les personnalités féminines et féministes citées dans le ballet final vous inspirent-elles ? ou avez-vous choisi ces personnalités pour dautres raisons ?

M.P. – Certaines de ces personnalités m’ont fait comme je suis : Etty Hillesum, Simone de Beauvoir, Alexandra David-Néel. Je me souviens encore de mon émotion en lisant Une vie bouleversée. C’est un livre qui m’a ouvert la voie, qui m’a rendu meilleur. Après, avec Séverine, nous avons essayé de rendre un hommage, un hommage à toutes celles qui ont œuvré pour que les choses avancent, ainsi de les faire connaître aux jeunes générations.

T.M. – Avez-vous de nouveaux projets ?

M.P. Oui. J’ai plusieurs scénarios en route. Dont à nouveau l’histoire d’un peintre.

Martin Provost

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Martin Provost, « La Bonne Epouse, vive la révolution féminine et féministe ! », Voyages autour de mon cerveau, juillet 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/521

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.