Chat Noir Willette

Celui-là, il veut se faire adopter, épisode 1

SPA 89, samedi 8 septembre 2018, 14h… : « Vous voulez être sur la photo ? » Je remercie et refuse poliment. Non pas que je ne veuille pas être photographiée, mais je n’ai pas envie d’apparaître sur la page FB de la SPA 89. Ce sera donc la dame de la SPA qui figure en arrière-plan, contenant mal l’impatience de MON chat, patte avant levée et regard tourné vers moi. La bénévole sourit largement devant ce minet de cinq mois et demi, qui a trouvé des bras et un cœur accueillants.

Cette décision, je ne l’ai pas prise à la légère. Je sais que je m’engage à des responsabilités quotidiennes et sur le long terme, avec un être vivant, pensant et sentant. Un être qui a été abandonné par les lâches humains l’ayant fait naître, puis mis en cage pendant trois mois, depuis juin, me dit la dame de la SPA. Bien sûr, il a été certainement plus choyé depuis l’été qu’auparavant, et les cages pour les félins sont spacieuses, mais c’est un traumatisme quand même.

Comme pour les chiennes et chiens qui aboient quand je passe devant leur chenil, comme les chattes et chats d’un an et plus que j’ai caressés dans l’autre grand espace réservé aux félins.

C’est pour ne pas repartir avec l’intégralité des animaux que j’ai demandé à ma mère de venir avec moi. Pour, aussi, oser franchir le seuil de la SPA, puisque l’amour inconditionnel des bénévoles et des salarié·es et les bons traitements qu’elles et ils prodiguent n’effacent pas la meurtrissure des traitements affreux et de la désinvolture d’autres humains.

Comment peut-on avoir le cœur aussi pourri ? Et comment ose-t-on se parer du nom d’humain et attribuer celui de bête à des individu·es qui nous sont bien supérieurs dans leurs comportements ?

J’étais partie sur l’idée, assez large, d’un ou d’une chatte noire, rousse, ou écaille de tortue, d’un an ou plus, car je souhaitais un félin avec de saines habitudes de propreté. Mais je n’ai pas eu de coup de foudre chez les chat·tes adultes. La dame de la SPA m’a donc proposé d’aller voir les chaton·nes : « Ne vous inquiétez pas, ceux qu’on a en ce moment sont tous bien sevrés et bien habitués à la litière. » Va donc pour la partie enfants, avec la même procédure de sécurité que précédemment, c’est-à-dire avec un sas grillagé pour éviter les fugues et donc les accidents. Et là…

« Oh celui-là, il veut se faire adopter ! » Qu’est-ce que cette boule de poils noire qui appuie ses pattes avant sur le second grillage ? Une fois dans mes bras, la fourrure toute douce ronronne à qui mieux mieux. Très mignonne, mais voyons les autres.

Donc, pas le roux, apeuré et qui se réfugie dans un coin. Je n’essaie pas de l’attraper et je me dirige de l’autre côté de la cage. Je me penche vers une minette tigrée qui accepte mes caresses. Pour être plus confortable, je m’accroupis.

Et… mais mais ? Qu’est-ce qui se passe ? Mais je ne suis pas une montagne ! Ne voilà-t-il pas cependant qu’on m’escalade, qu’on me miaule à l’oreille, puis qu’on me mordille les cheveux et ma boucle d’oreille ! Eh oh, on se calme ! La minette en profite pour s’esquiver, elle trouvera une autre famille aimante. Je prends donc le loustic noir à tache blanche et aux grandes oreilles pointues dans mes bras, où il se cale confortablement. Et fais la pelote. Et ronronne. Et appose définitivement sa patte sur mon cœur.

FIN DU PREMIER ÉPISODE

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Celui-là, il veut se faire adopter, épisode 1 », Voyages autour de mon cerveau, août 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=6021

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.