Vers un féminisme planétaire – Feminist in the City

Julie Marangé, co-fondatrice de l’entreprise Feminist in the City, a bien voulu répondre à mes questions, au nom de sa collègue Cécile Fara et en son nom. Qu’elle en soit chaleureusement remercié.

Tiphaine Martin – Comment votre parcours privé et professionnel vous a-t-il amené à la création de Feminist in the City ?

Julie Marangé – J’ai fait mes études en Angleterre après le lycée. J’y ai développé mon militantisme féministe, car j’étais dans une université avec un engagement féministe prononcé (University of Bath). Il y avait des cours en études de genre ET les études de genre étaient partout dans les autres cours, sans barrières.

En ce qui me concerne, j’ai eu un parcours similaire à celui de Simone de Beauvoir, dans ma scolarité élémentaire et secondaire : je suis allée au cours catholique Madeleine Daniélou jusqu’au lycée. J’y ai reçu une éducation empreinte d’un profond conservatisme et de sexisme ordinaire. Je suis donc passée d’un cocon fermé à une université ouverte sur le monde. Et…en dernière année de faculté à Bath, j’étais présidente d’une association féministe. J’ai enchaîné avec un Master en politiques publiques à Sciences Po, où j’ai rencontré Cécile Fara. Nous avons créé Feminist in the City afin de démystifier le féminisme, accusé d’être un groupuscule d’hystériques – pour faire vite -, pour créer une entreprise pédagogique, pour éduquer au féminisme et à l’histoire des femmes. Nous avons choisi le street art comme première porte d’entrée. Notre première visite, street art et féminisme, a eu lieu en mars 2018.

T.M. –  Pourquoi un titre d’association en anglais ?

J.M. – Nos premières visites étaient en anglais, car nous souhaitons avoir un public très large. Nous avons mis notre entreprise sur Air B & B pour voir si nos visites suscitaient de l’intérêt, ce qui a été le cas. Notre volonté est de parler à l’international, de pouvoir parler à beaucoup de monde, d’où le choix de l’anglais.

T.M. – Quel est le but de Feminist in the City ?

J.M. – Ne plus exister, car il n’y aurait plus d’inégalités. Aujourd’hui, nous souhaitons sensibiliser aux inégalités entre les genres ; mettre les femmes en lumière dans l’art et dans l’espace public de manière pédagogique, rassembler les générations et ne pas faire de politique au sein de notre entreprise. Développer chez tous et toutes la culture de l’égalité et du féminisme pour lutter contre le patriarcat, initiant ainsi un cercle vertueux.

T.M. – Pourquoi avoir choisi Claudine Monteil comme marraine ?

J.M. – Claudine est venue à une de nos visites et nous avons ensuite échangé. Son expérience au sein du M.L.F.1 nous a enrichies et a permis d’établir un dialogue fructueux entre générations. C’est cet aspect intergénérationnel et ce qu’on a en commun qui nous anime à Feminist in the City, plutôt que les divisons internes aux différents mouvements féministes d’hier et d’aujourd’hui. Ou comment on peut être plus efficace ensemble en prenant des leçons de féminisme aux côtés de Claudine.

T.M. – Quels sont vos projets pour Feminist in the City ?

J.M. – A court terme, nous avons la conférence en anglais « What’s next for feminism ? » le 4 octobre. Il y a quatre intervenantes, originaires des USA, d’Islande, d’Argentine, de France. A moyen et long terme, nous souhaitons créer une solidarité féministe internationale, pour lutter ensemble contre le patriarcat.

Julie Marangé

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Julie Marangé, «Vers un féminisme planétaire – Feminist in the City  », Voyages autour de mon cerveau, septembre 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/604

 

MLF sans points étant la marque déposée par Antoinette Fouque en 1979.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.