Chat Noir Willette

Celui-là, il veut se faire adopter, épisode 4

Commencent alors trois semaines de cache-cache le matin et le soir, afin qu’Ulysse s’habitue à son nouvel environnement intérieur, avant de découvrir progressivement l’extérieur. La dame de la SPA me l’avait bien recommandé : « Vous faites bien attention, vous attendez un mois pour le sortir en laisse, puis ensuite quinze jours avec la laisse, pour qu’il ne soit pas désorienté et explore progressivement votre quartier. » Ça, c’est la théorie.

En pratique, c’est donc « où est le chat ? » et « petit minet va rester dans sa chambre bien gentiment » le matin pour ouvrir les volets et le soir pour les fermer. Et qui sait très bien sauter sur la poignée de sa porte et filer jusque’à la fenêtre que je suis train de fermer ? Tout en jouant la comédie du pauvre prisonnier, lorsque je retire les griffes une à une du rebord de la fenêtre idoine. Ou que je saisis le vif-argent au vol. 

Pour tout vous avouer, j’ai cédé à l’attrait du harnais au bout de la troisième semaine. Visite de ma cour et de ses plates-bandes. Longue station d’Ulysse à mon portail, et reniflements appuyés et intéressés. Non mon cœur, tu ne vas pas dans la rue pour l’instant, et de toute façon tu resteras sur les trottoirs. Bien entendu, la deuxième fois, petit malin coquin a réussi à ôter son harnais, que j’avais mal serré, de peur de lui faire mal. Mais je lui ai fait confiance, et j’ai eu raison, car il est resté dans la cour. La troisième fois, toujours en harnais, il a sauté près de la grille qui sépare ma maison de celle de ma voisine. Et la quatrième fois, je l’ai sorti sans harnais, en restant avec lui et en le ramenant à la maison au bout d’une vingtaine de minutes. Au bout de dix jours, je lui montré sa chatière. Petit à petit, il a conquis son autonomie, tout fier de ces nouvelles libertés, pendant que j’apprenais à ne pas (trop) angoisser.

J’ai eu raison de me fier à son intelligence : il revient à la maison, pour manger, jouer et faire des câlins, tout en menant son existence de félin qui dispose de nombreux jardins dans le quartier. L’aventure humaine-félin ne fait que commencer !

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Celui-là, il veut se faire adopter, épisode 4 », Voyages autour de mon cerveau, 23 août 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=6083



Citer ce billet
Tiphaine Martin (2022, 23 août). Celui-là, il veut se faire adopter, épisode 4. Voyages autour de mon cerveau. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v5l9

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.