Joyeuses communautés antipatriarcales, 1

L’écrivaine Christiane Rochefort et la chanteuse-compositrice Anne Sylvestre expriment leur lassitude avec humour face au machisme, en roman et en chanson. La première dans Les Stances à Sophie (1963), la seconde dans « Petit Bonhomme » (Comment je m’appelle, 1977). Elles offrent à leurs personnages féminins une porte de sortie, non pas vers une solitude desséchante, mais vers des communautés, joyeuses et parfois non-mixtes. Tout en montrant que le chemin pour y parvenir est long et dû au système patriarcal.

Si la chanson de Sylvestre est musicalement enlevée et foncièrement drôle, avec une narration féminine à la première personne, à l’instar du roman de Rochefort, les conduites machistes des hommes qui y sont dénoncées le sont moins. Adultère et veulerie sont au programme, ce qui aboutit à un questionnement de la narratrice : « Le mari de Maryvonne était mon amant/Quelquefois je m’en étonne encore maintenant » (notes personnelles). Mais pourquoi ai-je été anti-sorore en prenant pour amant un homme marié ?

Cet homme marié est systématiquement désigné comme « le mari de Maryvonne », c’est-à-dire avec une identité sociale dépendant de sa femme, en un renversement du stéréotype machiste, encore plus présent en 1977 qu’aujourd’hui, qui voulait qu’une épouse soit désignée uniquement par le nom ET le prénom de son mari. Ainsi, madame Maryvonne Dupont n’existait pas, mais seulement madame Jean Dupont. Rappelons que l’obligation pour une femme de prendre le nom de son époux n’a jamais été inscrit dans la loi et que c’est toujours le cas.

De même, la chanteuse, après avoir reconnu que son amant était « bien élevé/Il descendait la poubelle en repartant » (de chez elle), note que « c’était grâce à Maryvonne, il me l’avait caché ». L’épouse a donc appris à son mari à … mettre la poubelle du ménage dans la poubelle de l’immeuble, et, à refaire le lit chaque matin. D’où, sans doute, un traumatisme profond dans la virilité de ce monsieur, qui a donc pris une maîtresse, tout en conservant un très léger automatisme ménager, acquis, n’en doutons pas, dans le sang et les larmes.

Alors, quand la maîtresse et l’épouse finissent par s’unir pour bouter le monsieur hors de leurs pénates, celui-ci passe de femme en femme, tel le coucou qui s’installe chez les autres et en profite. D’abord, retour chez maman. Mais maman a écouté le titre 2 de l’album où « Petit Bonhomme » figure en place 5, soit la chanson « Clémence en vacances », où une dame âgée arrête de servir de bonne à tout à faire – et même pire, puisque pas payée – à son mari, ce qui lui vaut le blâme général, du moins dans un premier temps… Et donc, la maman dudit « Petit Bonhomme » vire son fiston et va rejoindre son ex-belle-fille et l’amie de celle-ci. Début de la joyeuse communauté.

La narratrice s’adresse alors à la nouvelle et jeune maîtresse de son ex-amant : « Moi, sa mère et Maryvonne on l’a bien dit à Sophie : “On t’attend ma toute bonne dans le midi” » Tant qu’à former une bande à part, autant que ce soit dans de bonnes conditions climatiques, et non dans la Normandie pluvieuse des Petites Filles modèles (1858) de la Comtesse de Ségur, par exemple.

D’ailleurs, ce prénom de jeune femme choisi par Sylvestre est-il un clin d’œil littéraire ? À l’héroïne ségurienne, qui a vécu une petite enfance malheureuse, entre une mère maltraitante et un père indifférent qui laisse faire sa femme (Les Malheurs de Sophie, 1858), puis avec une belle-mère tyrannique et brutale (Les Petites Filles modèles), peut-être. Ou à la destinataire des Stances à Sophie de Christiane Rochefort ?

À suivre.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Joyeuses communautés antipatriarcales, 1», Voyages autour de mon cerveau, août 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/6093



Citer ce billet
Tiphaine Martin (2022, 26 août). Joyeuses communautés antipatriarcales, 1. Voyages autour de mon cerveau. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v5la

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire CERILAC. Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.