Sylvestre et Brétecher VADMC

Les temps changent : A. Sylvestre et C. Brétecher

La deuxième vague des féminismes du vingtième siècle a renouvelé les discours frondeurs des femmes, comme en témoignent, parmi mille autres, la chanson « Bergère» d’Anne Sylvestre (Une sorcière comme les autres, 1975) et les aventures de la princesse Cellulite de la bédéaste Claire Brétecher (publiées entre 1969 et 1977).

La bergère d’Anne Sylvestre et la gente dame de Brétecher utilisent à plein leurs libertés langagières et sexuelles, au grand dam des hommes, qui ont parfois du mal à comprendre que les temps changent.

Cellulite est laide, grossière, jure et attrape les hommes comme des mouches, du moment qu’ils lui ont tapé dans l’œil. La mauvaise foi est son quotidien, de même que les hurlements à la moindre entrave à ses désirs. Très attachante dans sa joyeuse démesure, elle est l’anti-Disney, graphiquement et psychologiquement.

De même pour la bergère, qui se fiche de son physique anti-Fragonard et anti-Boucher, tout en profitant de l’existence. Elle récuse la dépréciation du noble qui la courtise en lui renvoyant à son physique au minimum banal :

Ce que votre grand père

Ne vous a pas expliqué

C’est que je les préfère

Un peu mieux baraqués

Elle pique là où ça fait mal, soit la supposée puissance sexuelle de l’homme qui la drague. Comme chez Cellulite, ce ne sont plus les hommes qui « condescendent » à s’intéresser à telle ou telle femme, jaugée à l’aune de son physique et du mythe de la féminité en cours (voir l’analyse de Simone de Beauvoir à ce sujet dans Le Deuxième Sexe), mais la femme qui décide quel sera son partenaire sexuel. Et bien sûr, pique d’Anne Sylvestre à cette occasion, puisqu’elle reprend les clichés associées aux militantes féministes : peu gracieuses, sans poitrine pigeonnante et sales – un cliché déjà utilisé vingt ans auparavant par les anti-existentialistes pour mieux ridiculiser les jeunes femmes de Saint-Germain-des-Prés.

La bergère et Cellulite luttent contre des stéréotypes genrés qui les relègueraient dans la case « victime », « laissées-pour-compte », et prennent la parole sur le mode allègre, humoristique et abrasif de leurs créatrices. Belle conclusion pour le « coq » macho que celle de la bergère, qui lui révèle que sa fiancée, elle aussi, n’est pas là à sécher sur place à attendre qu’il la « comble » lors de leurs prochaines noces :

Elle est pas mal du tout

Et puis elle est pas fière 

Elle s’amuse sans vous 

Avec mon petit frère

Dans le pré en dessous

La sororité, la lutte des classes et le libre désir ont vaincu le vilain miso. Et, pendant ce temps, Cellulite continue à vagabonder, à l’affût de chair fraîche, en toute sérénité, pour l’éternité, car, oui, les temps ont changé.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Les temps changent : A. Sylvestre et C. Brétecher »,  Voyages autour de mon cerveau, septembre 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/6389

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.