Sortir vivant de la cuve VADMC

Sortir vivant de la cuve

La richesse des références historiques, littéraires, cinématographiques, bref, culturelles, constitue le fondement des premiers Star Wars de George Lucas (1977, 1980, 1983). Parmi mille et un exemples, nous avons choisi la fin de L’Empire contre-attaque (Empire Strikes Back, 1980). Han Solo (Harrison Ford), le voyou au cœur tendre, est coulé vivant dans une cuve de carbonite, sous les yeux de sa bien-aimée, une des cheffes de la rébellion, la princesse Leia Organa (Carrie Fischer). Leia ne peut rien tenter pour le délivrer, car elle est aussi prisonnière des forces du mal. Han est ensuite expédié, sous la forme d’une plaque à taille humaine, au gluant Jabba le Hutt, qui a de vieux comptes à régler avec Han.

Tout dans cette séquence chimique rappelle la fin de Masques de cire (Mystery of the Wax Museum, Michael Curtiz, 1933) : même cuve, même disposition de la cuve, même atmosphère sifflante et angoissante, même mégalomanie masculine. Et même type de personnages féminins à tempérament indépendant et qui agissent. Différence notable tout de même : c’est une femme, Charlotte Duncan (Fay Wray), qui doit être recouverte vivante de cire fondue, et non un homme. Et elle échappe à ce destin sadique grâce à son amie Florence Dempsey (Glenda Farrell) et à son fiancé Ralph Burton (Allen Vincent). Et le sculpteur de chair humaine1, Ivan Igor (Lionel Atwill), dans une belle envolée anti-soviétique, périt par là où il voulait pécher, sa cuve.

C’est ce qui va arriver à l’empereur Palpatine (Ian McDiarmid) dans Le Retour du Jedi (1983). Sa principale créature, Dark Vador (David Prowse), le jette dans un puits/une cuve sans fond, où il meurt brutalement.

Et dans les deux films, la joie et l’amour refleurissent : Luke Skywalker (Mark Hamill) a enfin réglé son Œdipe, Leia et Han sont réunis, tout comme Florence et Jim (Franck McHugh), Charlotte et Ralph. Alléuia garanti dans les mondes libres.

1 Un des surnoms du sinistre Mystérieux Docteur Cornélius (Gustave Le Rouge, 1913).

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Sortir vivant de la cuve », Voyages autour de mon cerveau, novembre 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/6979

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.