Interview E. Ndala

#TotallyMegalo – Interview Elisabeth Ndala

Elisabeth Ndala, galeriste et artiste, a bien voulu répondre à nos questions avec grand enthousiasme, merci à elle. Pour l’image mise en avant : ©Pose by Totally Megalo par Nicolas Obery « Like Foxy ».

Tiphaine Martin – D’où vous est venue l’idée de #TotallyMegalo ?

Elisabeth Ndala – Totally Megalo est aujourd’hui une philosophie, un univers né en 2017. Galeriste depuis 2012, j’ai ressenti le besoin de faire évoluer mon métier, d’y apporter une part plus importante de « moi ». Après 5 ans d’activité au sein de la BAB’s Galerie, que j’ai créée, je souhaitais garder la flamme qui m’avait menée à ce métier. Flamme qui m’avait poussée à quitter mon activité de cadre (acheteuse, chef de produit, responsable de projets digitaux…), dans le secteur de l’énergie.

De façon inattendue, l’idée qui m’a paru me permettre cela était de passer de l’autre côté du miroir. « Modèle », « Inspiration », « Muse », voilà ce que j’ai décidé de devenir ! 15 artistes m’ont tendu la main et invitée dans leurs univers.

Consciente de l’effet d’une telle démarche sur mon environnement : monde de l’art, réseau d’artistes, amis, famille…, j’ai voulu évacuer et surtout assumer le projet en l’appelant « Totally Megalo ». D’autant plus qu’il restait un vrai et innovant projet artistique, dans lequel étaient abordées des questions purement artistiques telles que « Le portrait photographique dans l’art », « la place de la photo artistique », « la relation du modèle / muse et de l’artiste ».

Très vite, le projet a pris au fur et à mesure une couleur extraordinaire, celle de « l’estime de soi ». En effet, à la suite d’une séance de travail avec l’artiste Marcella Martial, j’ai été amenée à chercher en moi ce qui me permettait de faire mienne la phrase « Je brille comme le diamant que je suis ». Une introspection, pleine d’autocensure que j’ai finalement réussi à faire exploser pour obtenir la photo… l’œuvre.

Ma réflexion sur le projet, mes publications sur les réseaux sociaux ont intégré cette dimension « magique », celle de « l’estime de soi assumée », tout au long de la construction du projet. Les retours de la part du public ont été très positifs. Beaucoup, m’exprimaient une appropriation de mes mots et images hyper positifs vis à vis de moi-même. J’ai ouvert une parenthèse de valorisation dans laquelle les personnes qui suivaient le projet ont pu entrer.

La présentation des œuvres réalisées à la Fnac des Ternes est venue enrichir les réflexions déjà profondes sur le sujet.

La parenthèse que j’ai ouverte ne s’est finalement jamais fermée depuis. Elle n’a fait que grandir pour se transformer en philosophie, incarnée par un univers physique en expansion, des ateliers, des conférences, deux livres. 

T.M. – Des termes clefs pour décrire ce projet ?

E.N. – Totally Megalo est la philosophie de l’estime de soi élevée au rang d’art !

Un manifeste « Etre #TotallyMegalo, 11 règles pour s’apprécier, s’estimer, s’aimer… et l’assumer » qui prône l’estime et l’amour de soi en est la pierre angulaire.

Je suis convaincue que la valorisation des êtres permet de créer du lien entre eux, d’où ma motivation à diffuser et faire grandir Totally Megalo.

Valoriser pour créer du lien à soi et aux autres est mon crédo !

T.M. – Quels éléments de votre parcours vous ont amenée à ce projet ?

E.N. – Si je devais résumer, je dirais la vie, ma vie. Mes expériences, mes épreuves, mes joies…

Si nous allons dans le détail, J’ai été élevée par une maman forte, qui nous a transmis une bonne dose de fierté. Elle a notamment tout fait pour que mes sœurs et moi fassions des études elle, là où elle s’était arrêtée en 5ème

Lorsque j’ai commencé à travailler, j’ai vite compris que j’avais des talents à utiliser ailleurs et autrement. Une phrase me revenait sans cesse « tout ça pour ça ? ». A la naissance de ma fille, j’ai eu à m’interroger sur le modèle de femme que je voulais être pour elle et pour mon fils. La réponse a été un bilan de compétence, une reprise d’études (3ème cycle à l’IESA), un stage inspirant à la galerie Gouttes de Terre et un an plus tard l’ouverture de la BAB’s Galerie. Cette nouvelle activité m’a permis de tester mes limites, mais surtout de voir qu’elles étaient « élastiques ». Au-delà du métier que j’ai appris sur le tas, j’ai fait de la TV, en tant que présentatrice, de la radio en tant qu’intervieweuse, avec une émission hebdomadaire durant 7 mois, j’ai appris à monter des vidéos… J’ai appris l’art et les artistes (encore en train…). Toutes ces choses, je les ai faites, sans vraiment m’y connaître…mais avec beaucoup d’envie et de plaisir. Maintenant, je sais que l’important a été d’essayer, de sauter le pas !

J’ai aussi compris qu’en tant que galeriste, j’avais ma place, ma spécificité, une parole à porter… Une parole différente et je l’ai assumé et l’assume encore aujourd’hui.

T.M. – Des suggestions ?

E.N. – Des suggestions ? En voici une question large !

Une suggestion, la plus importante, reconnaissez l’œuvre d’art que vous êtes ! Unique, d’une grande valeur, riche de ses complexités…

Autre suggestion, commandez mon manifeste chez Edilivre. Il est avant tout un outil de réflexion personnalisable qui vous permettra de vous demander où vous en êtes au niveau de votre estime et amour de soi. Un déclic pour celles et ceux qui en manquent.

Une autre encore, contactez-moi pour que nous étudions sur mesure comment vous aider à vous valoriser, seul ou en groupe. S’il le faut, je m’associerai aux experts de mon réseau pour le faire, de la plus belle façon qui soit, avec une dimension artistique !

J’adore ça, faire briller les œuvre d’art que nous sommes !

T.M. – Quels sont vos envies artistiques actuelles ?

 E.N. – Je prépare un projet ambitieux qui va me permettre de concrétiser tout ce que j’ai pu écrire depuis 2017 et de le faire avec le public !

Ce projet va durer 2 ans et sera construit autour de « l’Estime soi élevée au rang d’art ». Il va nous faire bouger, réfléchir, vivre…

Entreprises, marques, acteurs et lieux travaillant sur la question du bien- être, … Je cherche dès à présent des partenaires qui souhaiteraient associer leur image, message aux miens. Je me tiens à leur disposition pour leur en dire plus.

Pour le public rendez-vous le 12 février 2021 pour le dévoilement et la participation !

En attendant, je publie mes pensées sur les réseaux dont FB, Instagram, Linkedin… et sur mon site www.totallymegalo.com 

T.M. – Avez-vous d’autres projets ?

E.N. – Je cherche pour l’un des projets de 2021, des Maires, élus, décideurs au sein des villes, département, et régions, qui souhaiteraient valoriser les enfants de leurs territoires… Leur montrer et leur dire à quel point, ils ont un avenir et sont l’avenir !

Sinon, « Incarner, incarner, incarner », l’Estime de soi élevée au rang d’Art, reste le projet d’une vie, la mienne !

Et si vous rejoigniez le mouvement !

Elisabeth Ndala.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Elisabeth Ndala, « #TotallyMegalo – Interview Elisabeth Ndala », Voyages autour de mon cerveau, novembre 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=745

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.