Annie Colère VADMC

 Annie Colère : joyeuses communautés antipatriarcales, 3

Être une femme libérée, ce n’est pas si facile, notamment en France en 1974. La lutte pour le droit à l’avortement, réactivée après les années noires de l’Occupation, mobilise les militant·es féministes. En effet, il n’est pas question, comme toujours dans l’histoire des droits des femmes, à de rares exceptions près, d’écarter les hommes du combat pour l’égalité.

C’est ce que fait le MLAC (Mouvement pour la Liberté de l’Avortement et de la Contraception), en intégrant des médecins hommes à son équipe de militantes et de médecines qui pratique des avortements de moins en moins clandestins, en toute sécurité sanitaire pour les femmes. La réalisatrice Blandine Lenoir insiste sur ce point, en filmant les avortements pratiqués dans le calme et le confort, là dans une librairie, ici chez une institutrice, ou encore chez une grande bourgeoise – coiffée et habillée comme Delphine Seyrig, une des figures stars de la lutte des années soixante-dix pour l’IVG, avec Simone de Beauvoir, Gisèle Halimi et Benoîte Groult, pour citer d’autres femmes célèbres et engagées.

Car la lutte des classes, si elle ne disparaît pas avec les revendications féministes, est soluble dans la sororité, qui est montrée tout au long du film. Blandine Lenoir montre bien que toutes les classes sociales sont touchées par des grossesses non désirées et que tous les pays y sont confrontés : les militantes font allusion aux bus du MLAC qui partent de France vers des pays plus hospitaliers car plus en avance, tels l’Angleterre et la Hollande. Les femmes qui ont l’argent en donne, celles qui ont du temps en donne, ou plutôt le prenne, comme Annie (Laure Calamy), ouvrière dans une usine de matelas.

Le chemin qui mène à la lutte pour les droits des femmes éclaire son visage, la rend forte et joyeuse, à l’instar des autres militantes. Elle qui enfilait les jours, sans tristesse, mais sans joie non plus, sait pourquoi elle est vivante, grâce à qui (le MLAC). Et si elle divorce, c’est sans rancœur, son mari ayant fait des efforts pour comprendre ce qui se passait, et, lui aussi, horrifié par les avortements clandestins et l’hypocrisie de la loi. Mais de là à prendre part aux tâches ménagères et éducatives à cinquante pour cent et de lui-même, et à admettre que le militantisme d’Annie vaut le sien (au sein d’un syndicat ouvrier), il y a tout un univers à changer.

Le film déroule différentes situations, parfois bien noires : femme battue, femme morte dans un avortement clandestin, femme surchargée d’enfants, inceste, femme dont le compagnon ne veut pas d’enfant (et elle fait primer le désir de monsieur sur le sien, qui serait de garder le fœtus), manque de contraception, là aussi parce que « mon mari ne veut pas », etc. … Et c’est la sororité, l’entraide, la solidarité, qui ouvre l’horizon de toutes, grâce aux avortements. La réalisatrice n’oublie pas de nous faire partager leur soulagement et leur joie, autour d’un bon repas et d’un bon verre, que les médecins hommes partagent volontiers, tout en laissant ensuite les femmes entre elles, à échanger.

Par ailleurs, la mixité des équipes du MLAC ne signifie pas que les hommes ne sont pas conscients que leur présence peut brider – à cette époque – la libre conversation des femmes, du fait d’habitudes sexistes, avec les hommes se plaçant, même inconsciemment – en position de supériorité et en donneurs de leçon, tandis que les femmes n’osent pas prendre la parole et argumenter.

Blandine Lenoir refuse l’agressivité et le communautarisme pour nous présenter un film joyeux, plein d’espoir et de lumière.

En conclusion, chantons avec les femmes et les hommes et Indochine1 :

Délivrez-nous des maux

Je veux un monde nouveau !

 

1 Indochine, « Suffragettes BB », in Indochine, 13, 2017.

 

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Annie Colère : joyeuses communautés antipatriarcales, 3 », Voyages autour de mon cerveau, décembre 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/7545



Citer ce billet
Tiphaine Martin (2022, 22 décembre).  Annie Colère : joyeuses communautés antipatriarcales, 3. Voyages autour de mon cerveau. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v5m1

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.