Victoria Mas VADMC

Pères violents, pères intolérants : Le Bal des folles, Un miracle

L’autrice Victoria Mas explore le poids du patriarcat dans ses deux romans : Le Bal des folles (2019), Un miracle (2022). Celui-ci affecte particulièrement les femmes, qui généralement en meurent, plutôt lentement, mais pas uniquement. Les hommes jeunes sont également victimes des pères.

Tout d’abord, il y a les pères biologiques, castrateurs, donc violents, donc intolérants. À la fin du dix-neuvième siècle, Monsieur Cléry, dans Le Bal des folles, fait interner sa fille Eugénie à la Salpêtrière, où elle rencontre notamment Louise, adolescente violée par son oncle, puis par son amoureux. Monsieur Cléry interdit à son fils Théophile de revoir sa sœur et de l’aider, loi d’airain que le jeune homme transgresse. Et Geneviève, l’infirmière qui tente de leur conserver un minimum d’humanité et de les protéger contre les expérimentations brutales de Charcot et Cie et l’exhibition des « folles » lors d’un bal où elles sont scrutées par la foule bien-pensante, fait finalement face à l’incompréhension de son père, qui la renie.

À l’époque contemporaine, Michel Bourdieu, catholique ultra-pratiquant, brime son second fils adolescent, Hugo, que leur famille se trouve à Paris ou en Bretagne. Seul son premier fils, militaire, trouve grâce à ses yeux, car correspondant à ses idéaux de virilité traditionnelle. Hugo, ayant littéralement la tête dans les étoiles, doux et posé, n’a rien de commun avec le chef de famille, qui n’hésite pas à crier et à cogner sur tout ce qu’il ne comprend pas.

Dont le meurtre qu’il commet sur la personne d’Isaac, dont le prénom l’horripile déjà, et qui se trouve être un (autre) adolescent qui ne correspond pas à ses critères existentiels. Isaac a des visions, un peu comme Eugénie, et cela suffit pour remettre en question la profondeur et la sincérité religieuse de Bourdieu – bourde de Dieu ? L’unique moyen que Michel trouve pour retrouver la paix et s’en laver les mains, là aussi au sens propre du terme, est de tuer Isaac.

Par contre, il respecte l’intégrité de sa fille Julia, contrairement au père de sœur Anne, autrefois Alice, violée par son géniteur, et qui revoit régulièrement la scène.

Du côté des pères non biologiques, il y a donc le docteur Charcot, les autres médecins de la Salpêtrière et les internes dans Le Bal des folles, et Michel Bourdieu, professeur d’Isaac, dans Un miracle. Tous sont brutaux, de par le pouvoir qu’ils exercent sur les corps et le mental des autres (les internées, les plus jeunes). Et personne en face pour les arrêter.

Ces deux romans montrent toute la bassesse et la sottise de l’intolérance, sa quotidienneté, qui conduit aux abus de pouvoir et aux meurtres, légitimés par la loi (enfermement des femmes) ou pas (Isaac). Mentalités à changer, éducation non sexiste et non homophobe, largeur d’esprit à mettre en place pour tous et toutes, donc.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Pères violents, pères intolérants : Le Bal des folles, Un miracle », Voyages autour de mon cerveau, janvier 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/7716



Citer ce billet
Tiphaine Martin (2023, 18 janvier). Pères violents, pères intolérants : Le Bal des folles, Un miracle. Voyages autour de mon cerveau. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v5m6

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.