Masculinités aquatiques 1 planche à voile VADMC

Masculinités aquatiques (1) : la planche à voile

… ou de la drague en milieu aqueux, dans L’Ami de mon amie (Éric Rohmer, 1987) et dans L’Effet aquatique (Sólveig Anspach, 2016). Les relations de couple se nouent et se dénouent dans l’eau, tant urbaine que campagnarde.

La piscine est le lieu d’échanges salés, voire tragicomiques. Chez Rohmer, Adrienne (Anne-Laure Meuret) est jetée à l’eau dans un des bassins de la piscine de Cergy-Pontoise, par son petit ami Alexandre (François-Éric Gendron), dont le machisme et le niveau basique de drôlerie éclate dans cette séquence, où nous le voyons pour la première fois, par les yeux de Léa (Sophie Renoir) et de Blanche (Emmanuelle Chaulet), qui ont fini de nager dans le second bassin.

D’autres lieux aquatiques prennent en charge la séduction. Ainsi, l’étang de Neuville, à la base de loisirs de Cergy-Pontoise, devient-il le lieu propre où l’amour de Blanche et de Fabien – l’ami de l’amie de Blanche – s’épanouit progressivement. Ils partagent le même goût pour la planche à voile, et, se devinant l’un à l’autre, beaucoup d’autres choses, avec, en point d’orgue, la séquence renoirienne de la forêt. C’est donc sans surprise que l’étang et  la base de loisirs deviennent le lieu de l’aveu de leur amour réciproque, et de la construction de leur couple, couple encore secret.

Et qu’après la première séquence de planche à voile, Blanche repousse la (vague) avance d’Alexandre, rencontré en milieu urbain. C’est également dans les séquences de café en trio (Blanche, Léa et Alexandre) que Blanche se met volontairement en retrait, ce qui provoque l’agacement de Léa qui, quoique inconsciemment amoureuse d’Alexandre depuis le début, pousse consciemment Blanche dans ses bras. Alexandre est donc un homme de paille pour Blanche, qui lui permet de masquer son amour pour Fabien, tout en permettant à Léa de masquer l’amour qu’elle éprouve pour Alexandre, puisqu’elle est encore en couple avec Fabien.

Savants chassés-croisés du jeu de l’amour et du désir, typiques de Rohmer, ici portés à un haut point d’incandescence, soutenus par le langage (les échanges rapides et moqueurs d’Alexandre et de Léa, versus le parler tranquille et réfléchi de Blanche et de Fabien) et les couleurs de leurs vêtements (échanges entre le bleu et le vert, avec ça et là une touche de rouge, de jaune et de blanc).

La base de loisirs est l’espace des derniers échanges des couples enfin formés correctement, à savoir Blanche & Fabien, Léa & Alexandre. Les vacances d’été les éloigneront définitivement les uns des autres, chacun avec sa chacune : les premiers se rendent en Bretagne (coucou Pauline à la plage et Le Rayon vert, à bientôt Conte d’été), les seconds en Sardaigne. Région française à prix modeste versus destination luxueuse et étrangère, Rohmer soigne les détails sociaux-culturels jusqu’au bout de sa sixième comédie et proverbe.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Masculinités aquatiques (1) : la planche à voile », Voyages autour de mon cerveau, janvier 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/7806



Citer ce billet
Tiphaine Martin (2023, 25 janvier). Masculinités aquatiques (1) : la planche à voile. Voyages autour de mon cerveau. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v5m9

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.