Roule-Galette VADMC

Roule-Galette, exploratrice courageuse

Quand on vient du grenier, on a volontiers des fourmis dans les jambes. Même si l’on n’a pas de jambes, d’ailleurs. Lorsque la galette est posée par « la vieille », qui l’a confectionnée, sur le rebord de la fenêtre, suite à l’injonction du « vieux », son mari, elle s’ennuie.

Dans Roule-Galette de l’autrice Natha Caputo (Père Castor-Flammarion, 1950), la galette quitte donc la maison grand-parentale et parcourt le vaste monde, symbolisé par la forêt et les différents animaux qu’elle croise : lapin, loup, ours, renard. Ces animaux non humains sont anthropomorphisés et ont leurs caractéristiques physiques habituelles, sauf le dernier, caractérisé par son intelligence. Le lapin a « de longues oreilles », le loup est « gris », l’ours est « gros » et le renard est « malin ».

Ces précisons sont utiles, car elles ancrent Roule-Galette dans l’imaginaire lointain du conte occidental, dont Le Roman de Renart (recueil de récits entre le douzième et le treizième siècles) constitue une des branches les plus connues. Et permettent à la lectrice et au lecteur de visualiser immédiatement les rencontres faites par la galette, en plus des illustrations de Pierre Belvès.

La galette n’a pas peur des animaux, tous des prédateurs mâles, qui veulent la manger. Elle continue sa route et ses découvertes, tout en chantant sa confiance en elle et en ses capacités : « On m’a mise à refroidir, mais j’ai mieux aimé courir ! » Son goût de l’aventure est intact malgré ses trois premières rencontres inquiétantes. Si ce n’est que, trop confiante en sa puissance, la galette ne prend pas le temps d’analyser l’attitude doucereuse du renard.

À première vue, nous aurions affaire à une écervelée et/ou à une entêtée comme « La chèvre de M. Seguin » (Lettres de mon moulin, Alphonse Daudet, 1869). Chez Daudet, Blanquette ose la liberté, puis le combat à mort contre le loup, plutôt que d’être attachée à une corde et brouter l’herbe que son maître lui donne. La Galette, elle aussi, préfère le voyage au foyer, l’expérience à l’ennui, tout en finissant mangée.

Si ces deux récits se concluent par des féminicides, avertissement sévère aux femmes qui voudraient franchir la limite de la maison, ce qui frappe le lecteur et la lectrice est le courage des héroïnes.

Partir de chez soi, oui, voyager seule oui, sans peur, mais avec des précautions.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Roule-Galette, exploratrice courageuse », Voyages autour de mon cerveau, février 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/8291



Citer ce billet
Tiphaine Martin (2023, 8 février). Roule-Galette, exploratrice courageuse. Voyages autour de mon cerveau. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v5me

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.