L'enfant qui parlait aux animaux VADMC

Quitter l’humain, suivre la tortue : L’Enfant qui parlait aux animaux

Être né du côté du système colonial ne veut pas dire qu’on l’accepte. Ainsi, le petit Anglais de huit ans qui est en vacances avec ses parents à la Jamaïque refuse à la fois le spécisme ambiant – tuer la tortue pour sa viande et sa carapace, et le colonialisme qui persiste – l’exploitation de la misère des Jamaïcains qui pêchent des animaux non humains dont ils ne profitent pas, les hôtels réservés aux ex-colonisateurs.

En 1977, Roald Dahl décrit le refus d’un massacre inutile pour les touristes occidentaux. Ceux-ci sont ravis d’assister à la capture d’une tortue géante et à ses souffrances, puisqu’elle est enchaînée et mise sur le dos. Ne manque que la perche à selfie, afin d’immortaliser ce glorieux instant de violence. Le petit David se met en colère contre ce spectacle cruel. Il parvient à faire libérer la tortue, mais uniquement parce que son père distribue de l’argent aux pêcheurs et au directeur de l’hôtel, qui avait acheté la tortue. Le quadrupède est remis sur ses pattes, et se met alors paisiblement à l’eau, après avoir vérifié qu’il est bien libre. Le capitalisme sait, lui aussi, retomber sur ses pattes et profiter de n’importe quelle opportunité pour engranger de l’argent, peut importe le support, le lieu et le moment.

Mais ce n’est pas l’histoire d’un bon samaritain que Dahl nous conte, ou pas seulement. David s’enfuie dans la nuit et rejoint sa nouvelle amie, pour un voyage sans fin. Il rejette l’humanité qui n’est que trafics, laideur et perversité.

L’accord inter-espèces peut se faire, mais au prix d’un renoncement aux caractéristiques humaines. Pourquoi pas.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Quitter l’humain, suivre la tortue : L’Enfant qui parlait aux animaux », Voyages autour de mon cerveau, février 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/858



Citer ce billet
Tiphaine Martin (2023, 24 février). Quitter l’humain, suivre la tortue : L’Enfant qui parlait aux animaux. Voyages autour de mon cerveau. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v5mn

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.