Coup pour coup : joyeuse communauté anti-patriarcale, 4

Dans le sillage de Mai 68, des cinéastes se sont intéressé·es aux luttes ouvrières. Marin Karmitz, futur fondateur de la chaîne de cinémas MK2, a réalisé Coup pour coup en 1972. Ce n’est pas uniquement le récit fictionnel d’une occupation d’usine, c’est aussi un manifeste féministe, deux ans après la revitalisation des mouvements féministes français.

Les premiers plans montrent l’intérieur d’un atelier de textile, féminin à cent pour cent, ouvrières et surveillante comprise. Par contre, le chef d’atelier est un homme, tout comme les autres instances dirigeantes.

Le chef d’atelier touche une jeune ouvrière, qui se dérobe, à sa grande irritation. Une ouvrière plus âgée proteste, le chef, soutenu par la surveillante, lui intime l’ordre de reprendre le travail. Et d’augmenter la cadence. La colère des ouvrières enfle, enfle, les machines s’arrêtent. L’une d’elle est sabotée, réparée à contrecœur par un jeune ouvrier, venu de l’extérieur. Une jeune ouvrière sort de ses gonds et refuse de continuer à travailler. Ceinturée par le chef d’atelier et la surveillante, elle se débat. Les autres ouvrières de tout âge repoussent les chefs et la surveillante. C’est la grève.

Les ouvrières occupent l’usine, se rendant compte que les contremaîtres, comptable et patron sont absents. La responsable syndicaliste est entraînée dans le mouvement, malgré son refus initial, pour cause de légalisme chevillé au corps et de volonté de reprise du travail. Son discours, fait de phrases toutes faites, tombe à plat. Une ouvrière prend la parole et est applaudie par ses camarades. La grève continue.

L’occupation s’organise, au grand dam des époux (seule la plus jeune ouvrière n’est pas mariée), inquiets à l’idée d’endosser enfin leur rôle de père et de devoir brancher l’aspirateur, passer les assiettes sous l’eau, regarder ce qu’il y a dans le frigo, établir une liste de courses, mettre une poêle sur la plaque électrique et y faire cuire un steak… Karmitz montre bien la culpabilité et la culpabilisation de certaines ouvrières, inquiètes, qui préparent des listes à l’attention de leur époux, et qui leur disent où se trouvent la farine, les œufs, le sucre, le lait pour le biberon du petit dernier.

D’autres préfèrent prendre leurs enfants avec elles, organisant également une crèche collective.

Coup pour coup VADMC 5

©Tiphaine Martin

 

 

 

 

 

 

 

Grève ou pas, le cloisonnement des tâches ménagères peine à éclater et à devenir égalitaire. Séparation aussi entre l’espace privé et professionnel, et plutôt dans un bon sens : les revendications salariales et anti-harcèlements ont un impact sur la vie de couple, ainsi que sur le regard des maris envers leurs épouses : « Unité avec nos maris, qui ont pris conscience de nos luttes de femmes. »

Malgré les tentatives d’intimidation du contremaître, du sous-chef et du patron, qui invectivent les ouvrières, puis leur envoient des saboteurs puis les CRS, elles ne cèdent pas.

L’arrogance du patron lui vaut d’être pris en otage, enfermé dans une pièce de son usine. Le grand capital et le patriarcat en chef sont vaincus, le drapeau rouge flotte gaiement sur le toit de l’usine.

Coup pour coup VADMC 1

©Tiphaine Martin

 

Coup pour coup VADMC 2

©Tiphaine Martin

 

 

 

 

 

 

 

Les ouvrières refond le monde, échangent, discutent, chantent et dansent.

 

Coup pour coup VADMC 4

©Tiphaine Martin

Une ouvrière âgée se souvient des grèves de 36 : c’était moins violent et tout le monde était en grève, les femmes ne faisaient pas les piquets de nuit. Tout est joyeux. Elles chantent :

« Quand on rentre à la maison, le mari remplace le patron. »

« On est toujours mal foutues, on a en vraiment plein l’cul. »

Elles dansent, en rond, figure symbolique de la sororité parfaite.

Coup pour coup VADMC 3

©Tiphaine Martin

 

©Tiphaine Martin

 

 

 

 

 

 

Et esquissent des sourires, des rires, de la joie pure.

 

 

 

 

 

Quand leurs revendications ont été acceptées, quelque chose aura changé : d’individues elles sont devenues une communauté soudée, sans perdre leur singularité ni leur personnalité.

L’occupation de l’usine révèle une réelle sororité. Par l’humour, la dérision, la réflexion, la décision politique, elles ont aboli, au moins pour un temps, à l’extérieur de leur foyer, le harcèlement, les cadences infernales, les mauvaises conditions de travail. Pour la sororité, par la sororité, tout est possible.

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Coup pour coup : joyeuse communauté anti-patriarcale, 4 », Voyages autour de mon cerveau, mars 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/9215



Citer ce billet
Tiphaine Martin (2023, 28 mars).  Coup pour coup : joyeuse communauté anti-patriarcale, 4. Voyages autour de mon cerveau. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v5mz

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire CERILAC. Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.