Histoire du suppositoire VADMC

À la recherche de la rose perdue

Que faire quand on est un suppo en pleine forme ? Partir à la découverte du vaste monde, bien entendu. C’est l’envie qui tenaille Paul, garçonnet suppositoire. Sans compter qu’il refuse de finir à l’intérieur d’un être humain, ce qui sera le cas de son ami Chico. Foin des conseils de prudence et des avis pessimistes de sa voisine Camille, Paul veut sentir l’odeur des roses, une fois.

Dans L’Histoire du suppositoire qui voulait échapper à sa destinée (Michel Lafon, 2022), Alex Vizorek et Caroline Allan imaginent les aventures rebondissantes d’un suppositoire et de ses congénères de l’armoire à pharmacie, dans une maison où deux bambin·es enchaînent les coliques. Le texte est très vivant, enchaînant les dialogues et de courts paragraphes de récit. Les référents adultes-médicaments restent des entités dont la parole est mystérieuse pour Camille et Paul : qui est ce Van Gogh (p. 18) dont parle monsieur Quiès ? comment peut-on revenir du postérieur d’un enfant mais sous une forme différente (p. 13) ? comment soigne-t-on le café (p. 19) ?

Les illustrations de Karo Pauwels donnent une profondeur humoristique supplémentaire au texte.  Par exemple, des jeux de mot sur les noms des médicaments (p. 14, 16, 17), ou des noms de destinations qui font référence tant à la réalité qu’au stade anal (p. 4).

La trajectoire de Paul est vue à hauteur d’enfant/de suppositoire, donc immense à ses yeux : armoire à pharmacie, sol de la salle de bains, couloir, cuisine, puis jardin, au pied des rosiers. Le conte n’est pas manichéen, les alliés peuvent se révéler des ennemis. C’est le cas du chat et du chien de la maison, qui font progresser Paul spatialement, le rapprochant de son but, mais parce qu’ils jouent avec lui. En même temps, quand on s’appelle Lucifer et Belzébuth, on est forcément double : séduisant mais fort peu sympathique au fond. Les êtres humains existent dans un monde parallèle, sauf lorsqu’ils utilisent des suppositoires, bien entendu. Mais ils ne sont ni amis ni ennemis, plutôt des divinités qui, indifférents au destin des médicaments, les utilisent au besoin.

Retenons le courage et la volonté acharnée de Paul, qui plongera, non dans le lac Titicaca en Amérique du Sud ou dans la mer de corail, mais … là où il doit arriver.

Alors, pour ou contre les départs au long cours ?

 

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « À la recherche de la rose perdue », Voyages autour de mon cerveau, mars 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/9344



Citer ce billet
Tiphaine Martin (2023, 30 mars). À la recherche de la rose perdue. Voyages autour de mon cerveau. Consulté le 29 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v5n0

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.