Archives de catégorie : Créatrices

Comment les femmes agissent-elles ? avec un blog, leur voix, leur plume, leur pinceau, et surtout… leur intelligence !

Sylvestre et Brétecher VADMC

Les temps changent : A. Sylvestre et C. Brétecher

La deuxième vague des féminismes du vingtième siècle a renouvelé les discours frondeurs des femmes, comme en témoignent, parmi mille autres, la chanson « Bergère» d’Anne Sylvestre (Une sorcière comme les autres, 1975) et les aventures de la princesse Cellulite de la bédéaste Claire Brétecher (publiées entre 1969 et 1977).

La bergère d’Anne Sylvestre et la gente dame de Brétecher utilisent à plein leurs libertés langagières et sexuelles, au grand dam des hommes, qui ont parfois du mal à comprendre que les temps changent.

Cellulite est laide, grossière, jure et attrape les hommes comme des mouches, du moment qu’ils lui ont tapé dans l’œil. La mauvaise foi est son quotidien, de même que les hurlements à la moindre entrave à ses désirs. Très attachante dans sa joyeuse démesure, elle est l’anti-Disney, graphiquement et psychologiquement.

De même pour la bergère, qui se fiche de son physique anti-Fragonard et anti-Boucher, tout en profitant de l’existence. Elle récuse la dépréciation du noble qui la courtise en lui renvoyant à son physique au minimum banal :

Ce que votre grand père

Ne vous a pas expliqué

C’est que je les préfère

Un peu mieux baraqués

Elle pique là où ça fait mal, soit la supposée puissance sexuelle de l’homme qui la drague. Comme chez Cellulite, ce ne sont plus les hommes qui « condescendent » à s’intéresser à telle ou telle femme, jaugée à l’aune de son physique et du mythe de la féminité en cours (voir l’analyse de Simone de Beauvoir à ce sujet dans Le Deuxième Sexe), mais la femme qui décide quel sera son partenaire sexuel. Et bien sûr, pique d’Anne Sylvestre à cette occasion, puisqu’elle reprend les clichés associées aux militantes féministes : peu gracieuses, sans poitrine pigeonnante et sales – un cliché déjà utilisé vingt ans auparavant par les anti-existentialistes pour mieux ridiculiser les jeunes femmes de Saint-Germain-des-Prés.

La bergère et Cellulite luttent contre des stéréotypes genrés qui les relègueraient dans la case « victime », « laissées-pour-compte », et prennent la parole sur le mode allègre, humoristique et abrasif de leurs créatrices. Belle conclusion pour le « coq » macho que celle de la bergère, qui lui révèle que sa fiancée, elle aussi, n’est pas là à sécher sur place à attendre qu’il la « comble » lors de leurs prochaines noces :

Elle est pas mal du tout

Et puis elle est pas fière 

Elle s’amuse sans vous 

Avec mon petit frère

Dans le pré en dessous

La sororité, la lutte des classes et le libre désir ont vaincu le vilain miso. Et, pendant ce temps, Cellulite continue à vagabonder, à l’affût de chair fraîche, en toute sérénité, pour l’éternité, car, oui, les temps ont changé.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Les temps changent : A. Sylvestre et C. Brétecher »,  Voyages autour de mon cerveau, septembre 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/6389

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Joyeuses communautés antipatriarcales, 2

Si la communauté imaginée par Anne Sylvestre à la fin de « Petit Bonhomme » est non-mixte, celle où s’intègre et se ré-intègre Céline, l’héroïne des Stances à Sophie de Christiane Rochefort (1963), l’est moins. Pourtant, depuis son entrée au Carmel (son mariage avec Philippe, un jeune espoir en politique), non seulement elle a été effacée du monde des vivant·es, puisqu’elle ne prend la parole que pour des futilités et uniquement si on (les hommes) lui adresse la parole, mais encore elle ne fréquente plus que des femmes : amie-amante (Julia), belle-sœur en rébellion pré-Mai 68 (Stéphanie), domestique (Juana, Espagnole comme de bien entendu, la Syrie étant trop loin à l’époque pour l’exportation d’esclaves vaguement rémunéré·es).

L’adultère avec un homme de son nouveau milieu – Céline était étudiante en ethnologie puis chômeuse avant que Saint-Philippe-de-la-bourgeoisie ne vienne la sauver, paternellement, par le mariage – ne la tente pas. Surtout que, bizarrement, elle n’apprécie pas d’avoir été l’objet d’un pari entre son mari et le meilleur ami de celui-ci, Jean-Pierre : me trompera ? me trompera pas ? Eh non :

(…) j’ai toujours été au moins aussi forte sur la débandade que sur son inverse. Ayant tiré de lui l’aveu qu’il s’agissait bien d’un pari, je lui ai précisé que si je ne trompais pas Philippe, c’est qu’il n’y avait pas de quoi. Que chacun connaisse sa place. En tout cas ça m’a fait beaucoup plus jouir que si j’avais dit oui1.

Le langage et l’observation, ces armes par lesquels vider ces baudruches qui se prennent pour des hommes. Première rébellion. Même si, à ce moment de la narration, elle reste « Madame Philippe Aignan », donc une figure sur laquelle son époux a peint son nom et son prénom, annihilant toute tentative d’évasion du Carmel et d’envies personnelles.

Sauf une. Le sexe résiste et ce sera donc une histoire de désir et d’amour entre Julia et Céline2. Joyeux ensemble féminin, béni par leurs époux respectifs, qui sont loin d’imaginer leurs femmes comme bissexuelles. Ainsi, Céline peint Julia :

Pas toute nue, ça pourrait attirer l’attention. Dans une robe en banlon, d’un beau vert, décolletée en rond, toute droite ; infroissable ; facile à enlever. Et à remettre3.

Nous ne sommes pas loin du Portrait de la jeune fille en feu de Céline Sciamma (2019), où Héloïse (Adele Haendel) porte une robe verte, droite, décolletée … en carré, lorsqu’elle est peinte par son amante, Marianne (Noémie Merlant), avant leurs étreintes.

Le duo Céline-Julia s’agrandit quand Stéphanie vient les rejoindre et c’est une joyeuse communauté féminine qui peint, dessine, échange. Bref, (re)vit. Loin des jugements, opinions toutes faites et autres idées creuses véhiculées par leur milieu.

Cette belle harmonie vole en éclats à la mort de Julia, tuée par son mari qui roulait trop vite :

Jean-Pierre Bigeon, trente-quatre ans, onze accidents, dont deux avec des blessés, et un mortel : sa femme4.

Et la petite fille de la voiture d’en face, une 2CV (voiture populaire), restera paralysée5. Mais les mâles bourgeois préfèrent pleurnicher sur leur sort plutôt que de reconnaître leurs torts, et n’hésitent pas à culpabiliser les pauvres – Jean-Pierre arrive à faire porter la responsabilité de son assassinat et demi sur le conducteur de la 2CV, avec la complicité de son assureur6.

Entre-temps, Céline aura mis Jean-Pierre face à ses responsabilités, ce qui choque Philippe, outré de ce manque de tact et de bon goût. Céline le remet lui aussi à sa place d’hypocrite, dans une tirade qui, rétrospectivement, nous fait penser aux dialogues de Michel Audiard pour Les Tontons flingueurs de George Lautner, sorti la même année que le roman de Rochefort. Or donc, Céline dit à Philippe :

Un con c’est épais. Avec les cons il faut enfoncer quand c’est mou. Un con ça ne comprend pas ça se marque7.

Philippe n’aura pas le dernier mot. Et Céline, après avoir erré en compagnie de Stéphanie, trouve refuge en Italie, auprès de « gens qui ne sont rien d’autre que gentils8. » La reprise de soi commence par ce voyage à l’étranger, en compagnie de personnes qui la sortent du milieu où elle s’est enfermée par le mariage. Puis, surgit, tel un intermède stendhalien sorti de La Chartreuse de Parme (1839), le beau Fabrizio. Rappelons que Simone de Beauvoir note à la même époque (1963) que « l’amant idéal, dans les représentations collectives, est aujourdhui italien plutôt que français9 ». Céline partage effectivement l’avis de Beauvoir, puis quitte la communauté heureuse qu’elle a trouvé pour rejoindre le Carmel et reprendre ses chaînes conjugales.

Cependant, ce séjour marque le début de la révolte de Céline. Le fait de s’être ressourcée au sein d’un groupe apaisant lui donne, sur le moyen terme, l’énergie de quitter son époux. Et d’être, d’abord, avec des ami·es choisi·es, puis de vrais mâles : « Dès quon sort du monde des bourgeois, on recommence à entrevoir des hommes10. » Au final, elle se retrouve : « Enfin. Seule11. » Ces deux derniers mots des Stances à Sophie ne sont pas glaçants, au contraire. Ils expriment le soulagement de Céline à exister par elle-même. Tout en ayant des ami·es qui l’attendent ici ou là.

La sortie du Carmel-mariage avec le patriarche et le patriarcat est finalement légère, harmonieuse et promesse de richesses, car la femme choisit ce(ux) qu’elle veut, comme elle veut, quand elle veut.

Son histoire n’est pas finie, heureusement.

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Joyeuses communautés antipatriarcales, 2 », Voyages autour de mon cerveau, août 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/6244

 

1 Christiane Rochefort, Les Stances à Sophie, in Christiane Rochefort, Œuvre romanesque, Paris, Grasset, 2004, p. 369.

2 Ibid., p. 370.

3 Ibid., p. 383.

4 Ibid., p. 391.

5 Ibid., p. 392.

6 Ibid, p. 396.

7 Ibid., p. 395.

8 Ibid., p. 413.

9 Simone de Beauvoir, La Force des choses, Paris, Gallimard, « Folio », p. 261.

10 Christiane Rochefort, Les Stances à Sophie, op. cit., p. 428.

11 Ibid., p. 434.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Joyeuses communautés antipatriarcales, 1

L’écrivaine Christiane Rochefort et la chanteuse-compositrice Anne Sylvestre expriment leur lassitude avec humour face au machisme, en roman et en chanson. La première dans Les Stances à Sophie (1963), la seconde dans « Petit Bonhomme » (Comment je m’appelle, 1977). Elles offrent à leurs personnages féminins une porte de sortie, non pas vers une solitude desséchante, mais vers des communautés, joyeuses et parfois non-mixtes. Tout en montrant que le chemin pour y parvenir est long et dû au système patriarcal.

Si la chanson de Sylvestre est musicalement enlevée et foncièrement drôle, avec une narration féminine à la première personne, à l’instar du roman de Rochefort, les conduites machistes des hommes qui y sont dénoncées le sont moins. Adultère et veulerie sont au programme, ce qui aboutit à un questionnement de la narratrice : « Le mari de Maryvonne était mon amant/Quelquefois je m’en étonne encore maintenant » (notes personnelles). Mais pourquoi ai-je été anti-sorore en prenant pour amant un homme marié ?

Cet homme marié est systématiquement désigné comme « le mari de Maryvonne », c’est-à-dire avec une identité sociale dépendant de sa femme, en un renversement du stéréotype machiste, encore plus présent en 1977 qu’aujourd’hui, qui voulait qu’une épouse soit désignée uniquement par le nom ET le prénom de son mari. Ainsi, madame Maryvonne Dupont n’existait pas, mais seulement madame Jean Dupont. Rappelons que l’obligation pour une femme de prendre le nom de son époux n’a jamais été inscrit dans la loi et que c’est toujours le cas.

De même, la chanteuse, après avoir reconnu que son amant était « bien élevé/Il descendait la poubelle en repartant » (de chez elle), note que « c’était grâce à Maryvonne, il me l’avait caché ». L’épouse a donc appris à son mari à … mettre la poubelle du ménage dans la poubelle de l’immeuble, et, à refaire le lit chaque matin. D’où, sans doute, un traumatisme profond dans la virilité de ce monsieur, qui a donc pris une maîtresse, tout en conservant un très léger automatisme ménager, acquis, n’en doutons pas, dans le sang et les larmes.

Alors, quand la maîtresse et l’épouse finissent par s’unir pour bouter le monsieur hors de leurs pénates, celui-ci passe de femme en femme, tel le coucou qui s’installe chez les autres et en profite. D’abord, retour chez maman. Mais maman a écouté le titre 2 de l’album où « Petit Bonhomme » figure en place 5, soit la chanson « Clémence en vacances », où une dame âgée arrête de servir de bonne à tout à faire – et même pire, puisque pas payée – à son mari, ce qui lui vaut le blâme général, du moins dans un premier temps… Et donc, la maman dudit « Petit Bonhomme » vire son fiston et va rejoindre son ex-belle-fille et l’amie de celle-ci. Début de la joyeuse communauté.

La narratrice s’adresse alors à la nouvelle et jeune maîtresse de son ex-amant : « Moi, sa mère et Maryvonne on l’a bien dit à Sophie : “On t’attend ma toute bonne dans le midi” » Tant qu’à former une bande à part, autant que ce soit dans de bonnes conditions climatiques, et non dans la Normandie pluvieuse des Petites Filles modèles (1858) de la Comtesse de Ségur, par exemple.

D’ailleurs, ce prénom de jeune femme choisi par Sylvestre est-il un clin d’œil littéraire ? À l’héroïne ségurienne, qui a vécu une petite enfance malheureuse, entre une mère maltraitante et un père indifférent qui laisse faire sa femme (Les Malheurs de Sophie, 1858), puis avec une belle-mère tyrannique et brutale (Les Petites Filles modèles), peut-être. Ou à la destinataire des Stances à Sophie de Christiane Rochefort ?

À suivre.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Joyeuses communautés antipatriarcales, 1», Voyages autour de mon cerveau, août 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/6093

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Coeurs vaillants cinéma

Cœurs vaillants, la liberté au bout du champ

Ce film de Mona Achache se déroule à l’été 1942, juste après la Rafle du Vel’ d’Hiv’, où « 13 152 juifs sont arrêtés à leur domicile par des policiers français avant d’être livrés aux Nazis1. »

Rose (Camille Cottin), conservatrice au Louvre, a caché six enfants juifs et juives dans des caisses d’œuvres d’art destinées à partir loin des Allemands, c’est-à-dire, d’abord, dans les châteaux de la Loire. Les trois filles et les trois garçons arrivent sains et saufs à Chambord, d’où elles et ils doivent partir le lendemain matin pour la zone libre, grâce au curé de Chambord (Patrick dAssumçao). Mais une officière nazie (Anne-Lise Heimburger) surgit, en exigeant les collections spoliées aux Français·es juives et juives. Se trouvant fort bien au château (acht, François Ier), elle décide d’y séjourner et d’y chasser dans le parc royal.

Les enfants, Hannah (Maé Roudet-Rubens), Jacques (Léo Riehl), Josef (Ferdinand Redouloux), Clara (Lilas-Rose Gilberti), Henriette (Asia Suissa-Fuller) et son frère Léon (Luka Haggège), vont se cacher dans la forêt, grâce à la complicité du jeune Paul (Félix Nicolas), enfant de chœur dont le père est prisonnier en Allemagne depuis la défaite de 1940. Les cabanes de Paul leur sont des refuges temporaires contre la barbarie qui leur colle aux chausses.

Rose, qui peut compter sur la discrétion précieuse du conservateur du château (Swann Arlaud), se prépare donc à faire passer le groupe enfantin et Paul en zone non occupée, où elles et ils sont attendus dans une maison d’enfants. Ce qui sera fait, après le décès accidentel de Clara et le sacrifice de Rose, qui se fait passer pour folle auprès des soldats allemands qui gardent le dernier pont avant le champ de la liberté.

Dans ce film foisonnant, nul pathos désagréable, mais une véritable émotion qui surgit régulièrement, grâce à une mise en scène serrée, au plus près des corps et des visages. Le jeu des acteurs et des actrices est sobre, les adultes n’en font pas trop et les enfants ne bêtifient pas. Lorsque leurs larmes coulent, c’est que la situation l’exige : fatigue, faim, manque de leurs parents et angoisse quant à leur sort (le leur et celui de leurs parents). Les garçons autant que les filles s’expriment ainsi, sans fausse honte.

De même, dans ce groupe où les âges s’échelonnent entre huit et seize ans, les disputes ne manquent pas, loin de l’image d’Épinal d’angelots se tenant forcément les coudes en cette période noire de leur existence. Ce qui n’empêche pas des flirts de s’ébaucher, entre Clara et Josef d’abord, Clara qui se noie après deux chutes sans gravité dans l’eau. Josef récupère alors le journal intime de cette nouvelle Anne Franck, y écrit son amour pour elle, se barbouille les lèvres de l’encre de son stylo et appuie ses lèvres sur la page qu’il vient de rédiger. L’entreprise mémorielle de Clara se poursuit sous une autre forme, celle de la biographie et de la conservation du nom de la disparue, comme aujourd’hui dans les mémoriaux de la Shoah… et dans les films consacrés à cette période.

Autre flirt, celui d’Hannah et de Paul, très intéressé par la poitrine de la jeune fille, lors du bain pris en commun – et en sous-vêtements. Les coup d’œil sur le corps de l’autre deviennent des regards de visage à visage, en un début d’histoire.

Et c’est d’ailleurs en exposant son corps en chemise que Rose sauve « les » enfants, elles et eux qui ne sont pas « ses » enfants, comme elle le fait sèchement remarquer au conservateur de Chambord au début du film. Rose joue de la concupiscence des soldats allemands pour les attirer dans la rivière, afin que le groupe enfantin passe le pont qui les mènera en zone libre.

Le personnage de Rose, hommage à la résistante Rose Valland, dont Camille Cottin a pris les traits, les vêtements pratiques et les lunettes2, n’est pas une mère de substitution, ce dont Léon et Josef lui font d’ailleurs grief. Les motivations de Rose sont humanistes et non maternalistes. Sauver un peu, si peu, de l’humanité dans l’enfer de l’Occupation, telle est la tâche qu’elle s’est donnée, qu’il s’agisse de tableaux ou d’êtres humains. Elle reproche ainsi au conservateur de Chambord de se réfugier dans l’art pour fuir le monde, au lieu d’être dans le monde humain grâce à l’art et à l’architecture. Belle leçon de philosophie du film, où les œuvres d’art montrées sont soit des visages (La Joconde, La Victoire de Samothrace, des portraits de jeunes filles peintes par Renoir3), soit du land art fabriqué par les enfants au sol de leur première cabane, où se trouvent aussi des figurines humaines.

Par les cabanes, nous touchons à la part onirique du film. Il y a déjà les brèves images, sublimes, de jour et de nuit, du château, de la forêt et des animaux non humains qui y vivent en liberté. Par la vie dans la cabane au sol et le passage dans la cabane dans l’arbre, nous plongeons dans l’univers de l’aventure, dont la revue catholique Cœurs vaillants est un des prototypes, avec notamment la publication des aventures de Tintin et Milou. Dans le film, situé en juillet 42, il s’agit du Crabe aux pinces d’or4. Sans oublier le clin d’œil au public contemporain, avec Hannah et son chapeau de type Indiana Jones – qui combat les Nazis dans La Dernière Croisade (Steven Spielberg, 1989).

Mais l’onirisme n’est pas que joyeux, il peut tourner au cauchemar, comme dans n’importe quel conte de fées. Le repos et la vie aventureuse (trouver à manger, se laver, boire, dormir autre part que sur une fourmilière, recoudre un vêtement déchiré) ne durent qu’un temps. L’officière et ses sbires viennent accomplir leur œuvre de mort dans le parc, établissant un parallèle facile entre leur assassinat d’animaux non humains et celui de Juifs, de Juives, de résistant·es… et, potentiellement, des enfants qui observent la militaire du haut de leur cachette dans l’arbre. Les abris dans la forêt sont aussi fragiles que ceux des Hébreux dans le désert5 et, comme les Hébreux, les enfants doivent reprendre leur errance, jusqu’à atteindre la Terre promise, loin des méchant·es en armes.

Heureusement, le groupe reprend ses chaussures, au lieu de les laisser en tas, comme c’est le cas des gazé·es dans les camps de déportation6. Et, grâce à Rose, prennent le champ.

Si ce film mélange les vérités historiques, c’est pour notre plus grande joie. Rose Valland, conservatrice au Jeu de Paume et résistante, n’est jamais allée à Chambord pendant l’Occupation pour s’occuper de la sauvegarde des collections des musées nationaux. Sauvegarde qui s’est effectuée à partir de « Drôle de guerre », non en 1942. Et les œuvres d’art spoliées par les Allemands n’en faisaient évidemment pas partie, même si Valland a pu en dresser l’inventaire, puisque les caisses d’œuvres d’art ont transité par les entrepôts des musées nationaux7. Par contre, Lucie Mazauric, conservatrice au Louvre, raconte dans le troisième tome de ses mémoires, Le Louvre en voyage. 1939-1945 (publié en 1967), les ruses déployées par ses collègues et elle-même afin de soustraire le patrimoine artistique français et étranger à l’avidité nazie, dès 1939 et jusqu’à la Libération, qui verra fleurir une grande exposition au Louvre puis au Petit Palais8. Et, surtout, aucun·e enfant n’a été sauvé via le transport des œuvres d’art.

Il n’empêche que ce film accompli brillamment un devoir de mémoire indispensable, avec des acteurs et des actrices de talent. Film donc à voir pour soi et à montrer de toute urgence aux jeunes générations.

Pour aller plus loin sur le Vel’ d’Hiv’ et les enfants cachés (livre, bande dessinée, radio, film) :

Claude Berri, Le Vieil Homme et l’Enfant, 1967.

Roselyne Bosch, La Rafle, 2010.

Robert Bober, Berg et Beck, Paris, POL, 1999.

Cabu, La Rafle du Vel’ d’Hiv‘, Paris, Tallandier, 2022.

Louis Malle, Au revoir les enfants, 1987.

Xavier Mauduit, « Recueillir et prendre soin, destins d’enfants juifs après la guerre », France Culture, vendredi 10 juin 2022. URL : https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/le-cours-de-l-histoire/recueillir-et-prendre-soin-destins-d-enfants-juifs-apres-la-guerre-9469341?fs=e&s=cl

Gilles Paquet-Brenner, Elle s’appelait Sarah, 2010.

Tatiana de Rosnay, Elle s’appelait Sarah, Paris, Héloïse d’Ormesson, 2007.

Johan Sfar, Gainsbourg (vie héroïque), 2010.

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Cœurs vaillants, la liberté au bout du champ », Voyages autour de mon cerveau, juin 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=5487

 

2 Cf. les photographies de Rose Valland à la fin de l’album in Catel, Pollack, Bouilhac, Rosa Valland. Capitaine Beaux-Arts, Bruxelles, Dupuis, 2009, s.p.

5 Marion Feldman, Yoram Mouchenik, Marie Rose Moro, « Les enfants juifs cachés en France pendant la Seconde Guerre mondiale : des traces du traumatisme repérables plus de soixante ans après », La psychiatrie de l’enfant, 2008/2 (Vol. 51), p. 481513, note 7 : « En hébreu, signifie « cabanes ». Cest une des trois grandes fêtes de pèlerinage ou fêtes des moissons. Célébrée durant sept jours à partir du 15 Tichri, Souccoth est la plus joyeuse des fêtes prescrites par le Pentateuque. Les Juifs sinstallent dans des cabanes rituelles, qui sont les symboles de la protection divine puisquelles rappellent les abris fragiles où les Hébreux vécurent dans le désert. » URL : https://www.cairn.info/revue-la-psychiatrie-de-l-enfant-2008-2-page-481.htm#re7no7

6 Le plasticien Christian Boltansky en a fait l’objet de son installation en 2016 au Grand Palais à Paris : http://www.lecoindesartsplastiques.com/2016/09/installation-memoire-christian.html

7 Chronologie à la fin de l’album de Catel, Polack, Bouilhac, Rosa Valland. Capitaine Beaux-Arts, op. cit., s.p.

8 Lucie Mazauric, Le Louvre en voyage. 1939-1945, Paris, Plon, 1978, p. 208-213.

 

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Petite Leçon d'amour

Petite leçon d’amour, des fraises pour les bras cassés

La comédie romantique d’Ève Deboise illustre bien cette (fausse) citation de Confucius : pour chasser les ténèbres, rien de tel qu’une bonne bougie. Et des fraises.

Si ce film est un peu trop foutraque pour être véritablement percutant, il n’en reste pas moins attachant. La réalisatrice et scénariste pose les problèmes du temps devant les spectateurs et spectatrices, à elles et ils de choisir : le prof trop rigide versus les élèves chahuteurs, les classes surchargées versus le désintérêt des élèves pour leurs études, le harcèlement sexuel de mineure vers adulte et réciproquement, la publicité sexiste pour la lingerie qui découpe le corps des femmes et l’expose sur les bus, les abribus etc., versus le droit à être épanouie dans sa féminité et d’avoir une jolie lingerie, la drogue chez les jeunes versus l’alcool chez les un peu moins jeunes, un divorce difficile versus une autodestruction à petit feu.

Mais quel couple ! Et quelle rencontre explosive bien dans la lignée des comédies étasuniennes des années trente ! Elle (Laétitia Dosch) oblige Lui (Pierre Deladonchamps) à regarder en face ses nombreux problèmes et Lui oblige Elle à prendre des responsabilités en situation de crise, sans rien lâcher. Un duo de Pygmalion·nes, en somme.

Et le désir s’insinue entre eux, après que Lui, Mathieu, ait involontairement assisté à une scène de sexe entre deux inconnu·es, d’abord dans une chambre, puis dans la cuisine, le tout à base de crème chantilly en bombe. Ce voyeurisme réactive sa libido. Et, lui qui était si renfermé et si peu apte à l’action directe, n’hésite pas, attention, à aller piocher dans ce frigo-ci pour prendre des fraises et la fameuse bombe de chantilly.

S’il est vrai que Elle, Julie, a auparavant exprimé le souhait de manger des fraises en plus de ses quatre kebabs et trente-six hamburgers, il n’empêche que le symbole est fort. Autant Mathieu refusait de regarder Julie manger cette solide nourriture grasse et préférait rester au comptoir du kebab à boire encore et encore, sans s’assoir en face d’elle, autant il s’assoit à côté d’elle dans sa voiture pour la contempler déchiqueter délicatement les fraises … et avaler goulûment la crème chantilly. Métaphore sexuelle, le fruit et la crème participent au rapprochement spatial et sensuel des deux héros, avant les baisers finaux et le mieux-être de chacun·e.

Mathieu lâche du lest en cours et se fait donc respecter des élèves, Julie arrête le grignotage compulsif et, gracieuse, s’étire et esquisse une chorégraphie de danse contemporaine au milieu d’un square. Ils pourront ainsi former un couple, ayant laissé leurs soucis et leurs maux.

Une manière originale de conclure cette comédie romantique qui donne le sourire.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Petite leçon d’amour, des fraises pour les bras cassés », Voyages autour de mon cerveau, juin 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=5430

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube