Archives de catégorie : De Simone à Beauvoir

Tout ce qui concerne Simone de Beauvoir

#Lesmémés 2

#Lesmémés t.2, ou le caddie LGBTQ +

Sylvain Frécon a encore frappé. Ou plutôt, ses #Mémés (le hashtag est très important) sont de nouveau de sortie (Fluide Glacial, 2022). Rien ne les arrête : s’offrir un soin de beauté nec plus ultra pour leur unique dent, citer Shakespeare, beugler contre les trottinettes à tour de rôle, gérer la jalousie entre leurs caddies, hésiter à choisir un cercueil, peindre un vagin sur les murs de leur cité, soliloquer sur la mort, causer sexe, chercher le sens de la vie (droite ou gauche?).

Les #Mémés de Sylvain Frécon sont donc ultra-connectées et réfléchissent à tout. Elles n’hésitent pas à tout remettre en cause avec insolence, telles les sales gamines qu’elles sont restées.

Foin des réputations établies, en fait, tenez-vous bien, Simone de Beauvoir était en fait…. Jean-Paul Sartre (p. 28). Sartre s’est fait opérer et a ensuite écrit Le Deuxième Sexe, mais oui. D’où la portée transgenre de son célèbre « On ne naît pas femme : on le devient » (première phrase du chapitre « Enfance » du tome 2 du Deuxième Sexe). Et, surtout, d’où l’humour du dessinateur-scénariste, qui joue avec les modes actuelles, le sexisme de base qui voudrait qu’une femme soit incapable d’écrire (ce que rappelle Beauvoir dans La Force des choses à propos des Mandarins), tout en rappelant la phrase la plus célèbre des féminises français au vingtième siècle.

De quoi donner à réfléchir à de nouveaux sens de l’essai de Beauvoir, tout en se régalant des aventures des #Mémés.

©FluideGlacial

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « #Lesmémés t.2, ou le caddie LGBTQ + », Voyages autour de mon cerveau, juin 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=5564

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Simone de Beauvoir, dévorer le monde

Article initialement publié dans Le Castor Magazine en 2014.

Simone de Beauvoir s’est déplacée tant par terre que par mer et dans le ciel, de Paris à Pékin, en passant par Rome, Ismaïlia, Quimper, Stockholm, les Cyclades, Marseille, New York, Tokyo, Rouen, Prague, Bamako, Hambourg, Erivan, Manaus, La Havane, Detroit, Castres, Tarquinia, Davos, Mostar… de sa naissance en janvier 1908 à son décès en avril 1986. Ça veut dire quoi, pour Beauvoir, être une femme qui voyage, puis une écrivaine voyageuse ?

Apprendre le monde, étape 1

Tout d’abord, il s’agit de mettre des mots sur les choses de la nature. Son grand-papa du côté maternel l’y aide : “Il me disait le nom des arbres, des fleurs et des oiseaux.” Pour s’approprier le monde, rien de tel que les mots. Dans son sixième arrondissement parisien, elle passe de longues heures penchée sur les images du monde : “Je m’enchantais aussi des planches de mon atlas. Je m’émouvais de la solitude des îles, de la hardiesse des caps, de la fragilité de cette langue de terre qui rattache les presqu’îles au continent (…).” Les représentations de la planète suscitent autant son intérêt que les mots et que l’immersion dans l’herbe ou dans le sable du jardin du Luxembourg. Et gare à qui ose l’empêcher de profiter jusqu’au bout de ses plaisirs  ! Simone griffe, mord, hurle et grince des dents  : “Je hurlais si fort, pendant longtemps, qu’au Luxembourg on me prit quelquefois pour une enfant martyre. “Pauvre petite !” dit une dame en me tendant un bonbon. Je la remerciai d’un coup de pied.” Puisqu’on vous dit qu’il ne faut pas la contrarier cette petite fille modèle !

Pendant son enfance et son adolescence, son univers reste immuable, concentré sur quelques arrondissements : le sixième et le quatorzième, lieux d’habitation successifs, le septième, où se trouve son école pieuse et quelques parcs. Et les deux maisons familiales dans le Limousin, Meyrignac côté maternel et La Grillère côté paternel. L’évasion provient ensuite de lectures choisies et censurées par sa mère, mais qui lui montre d’autres pays, d’autres lieux  : la Russie avec Le Général Dourakine, quatre des cinq continents avec Les Cinq sous de Lavarède, l’Inde coloniale avec La Maison à vapeur de Jules Verne, puis la découverte des mœurs nord-américaines avec Les Quatre Filles du docteur March, entre autres. Beauvoir s’identifie à Jo “l’intellectuelle“, qui comme elle a en horreur “la couture et le ménage” mais a “l’amour des livres“. Pour voyager, foin de l’aiguille et du torchon, mais vive les livres !

L’expérience pratique vient peu à peu, à la fin de l’adolescence, mais de manière désordonnée. Il y a les séjours en Limousin, il y a aussi la découverte de Paris. Initiée par son cousin Jacques Champigneulle aux bars parisiens et à l’alcool, Simone s’amuse à se faire passer pour une prostituée, ce qui lui vaut une remarque cinglante d’un “homme au nez crochu qui écrivait des romans-feuilletons” : “Vous êtes une petite bourgeoise qui veut jouer à la bohème“. Beauvoir expérimente une manière de voyager qui va devenir la sienne pendant sa jeunesse, c’est-à-dire qu’elle ne refuse aucune expérience, même dangereuse, et qu’elle fréquente les endroits mal-famés. Elle reconnaît dans les Mémoires d’une jeune fille rangée (HEM) qu’elle a échappée à plusieurs agressions.

En 1929, après son succès à l’agrégation de philosophie – à la deuxième place, après Sartre – elle se libère de sa famille et part à la conquête du monde.

Apprendre le monde, étape 2

C’est d’abord une conquête limitée par ses maigres moyens financiers de jeune professeure : Italie, Espagne, Maroc espagnol et français, Grèce.

Le plus important est de rattraper le temps perdu : pas un arbre, pas un musée, pas une crique, pas un bar ne lui échappera désormais. Comme rien dans son éducation ne l’a encouragée à se soucier de la politique, elle l’ignore. Il est vrai qu’à cette époque les filles et les femmes sont écartées de la vie politique puisqu’elles n’ont pas le droit de vote. cependant les années trente voient un engagement massif des femmes dans la vie publique : Simone Weil, Andrée Viollis, par exemple. Mais Beauvoir préfère ne pas se soucier du sort des autres. Elle s’indigne qu’il y ait une ville indigène et une ville européenne quand elle se rend au Maroc avec Sartre à l’été 1932, mais elle reste passive. C’est avec l’Occupation qu’elle va se politiser, puis s’engager concrètement après la Libération, notamment en signant le Manifeste des 121 en 1961. Sa renommée grandissante de romancière, de philosophe, de journaliste, d’essayiste et, soyons honnêtes, de “compagne de Sartre”, lui vaut d’être invitée aux quatre coins du monde. Elle est reçue par ses confrères et consoeurs écrivain-e-s, mais aussi par les chefs d’États et les ministres. Elle raconte ses conversations avec Tito, Nasser, Khrouchtchev, Castro, Che Guevara, ainsi que les tournées officielles auxquelles elle est soumise. Pour autant, elle ne se laisse pas prendre à l’encens d’une notoriété quasi planétaire.

Ce qui est primordial pour Beauvoir est de happer le monde, de le dévorer par tous les pores de sa peau, de le parcourir à la force de ses jarrets avant de le transformer en romans, essais, pièce de théâtre et autobiographie. Accidents de vélo et d’auto, tentatives de viol, vols, rien n’arrête sa volonté de dévorer le monde, de le faire sien encore et encore.

Un calligramme en mouvement

Ce n’est pas une personne aux contours flous que le lecteur entrevoit, c’est un corps plein de vie qui est en marche, dont l’entrain connaît peu d’obstacles. Elle se tourne vers ce qu’elle peut saisir de manière tactile  : aliments, plantes, et, peu à peu, êtres humains hors du cercle de famille. Elle s’ouvre au monde, puis le retient en elle-même afin de l’offrir ultérieurement au lecteur. Elle saisit le monde de tout son être. Les cinq sens participent au plaisir d’exister, de sentir son souffle dans sa poitrine. Simone se meut au fil des pages. Le voyage ne la quitte jamais, car elle rapporte des objets et des vêtements de ses différentes explorations autour de la planète. Il s’agit également de garder de la distance par rapport aux évènements, de ne pas s’apitoyer sur son propre sort, et de ne pas laisser le lecteur chercher si les failles ne sont pas plus profondes qu’elles ne semblent l’être à première vue.

Simone gravit, étape par étape, le chemin qui l’amène à s’assumer comme un être indépendant et fort. Elle peut se permettre de choisir ses amis et ses amant(e)s, où et quand elle le désire. Bien entendu, son parcours n’est pas linéaire, il y a des ratés (les voyages dans Paris), de la souffrance (être ou non avec Sartre, avec Nelson Algren, son amant américain), mais ces revers font partie de l’apprentissage de soi-même.

Si elle se laisse périodiquement abattre par le malheur du monde et par son angoisse de la mort, son volontarisme reprend vite le dessus. Être un corps en mouvement, un corps qui jouit de chaque instant, c’est être un corps qui attire le monde à soi, donc un corps qui reste encore en vie, d’autant plus qu’il est écrit.

Elle est celle qui se déploie avec bonheur sous le doux soleil italien ou poitevin, celle enfin qui continue à lutter. Être Beauvoir, c’est se laisser emporter par le mouvement du monde, en être une partie intégrante, mais aussi se retrouver grâce au monde.

Voyager, c’est augmenter ainsi sa puissance d’exister.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Simone de Beauvoir, dévorer le monde », Voyages autour de mon cerveau, juin 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=5464

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Zaza, une jeune fille trop rangéeok

Zaza, une jeune fille trop rangée 

La figure de Zaza, surnom d’Élisabeth Lacoin, amie de cœur de Simone de Beauvoir, est essentielle dans le fil narratif et dramatique des Mémoires d’une jeune fille rangée (1958) de Beauvoir. Son destin tragique est analysé ultérieurement par l’autrice de manière multiple, mais dans l’ouvrage de 1958 nous assistons à sa marche vers la mort, sans explications de la part de la narratrice, à savoir Beauvoir elle-même.

Comme l’a étudié Éliane Lecarme-Tabone[1], chaque chapitre des Mémoires d’une jeune fille rangée se clôt sur Zaza et sur une annonce de plus en plus précise de son décès : « Zaza » (première partie) ; « raconterais » (deuxième partie) ; « mort » (troisième partie) ; « mort » (quatrième partie). Soit, « je raconterais la mort de Zaza », voire « je me raconterais la mort de Zaza ». C’est-à-dire, narrer à la lectrice et au lecteur comment est morte Zaza, ma meilleure amie, mais aussi, comment est-ce que j’envisage la mort de Zaza et qu’est-ce que je veux faire passer comme message à mon lectorat sur ce décès ?

Éliane Lecarme-Tabone parle également de « tombeau[2] » érigé à la mémoire de Zaza, à l’instar du genre poétique éponyme du seizième siècle. Au vu de la passion de Beauvoir – non réciproque – pour son amie, nous pouvons également songer aux élégies du poète romain Catulle, qui glorifie amoureusement et douloureusement la figure de Lesbie. Car Zaza, tout comme Lesbie, reste inaccessible.

Elle est pourtant rangée dans son cercueil à la fin des Mémoires, définitivement. Mais elle s’en échappe immédiatement, en venant hanter le sommeil de Beauvoir : « Souvent la nuit elle m’est apparue, toute jaune sous une capeline rose, et elle me regardait avec reproche[3]. » Le fantôme de Zaza met Beauvoir en accusation, comme plus tard Jean de Florette poursuit son assassin Ugolin dans le film de Marcel Pagnol L’Eau des collines. 2. Ugolin (1952). Mais quel crime peut avoir bien commis Beauvoir ? Éliane Lecarme-Tabone souligne le remords de la jeune femme, (trop) absorbée par sa nouvelle histoire d’amour avec Jean-Paul Sartre pour avoir prêté suffisamment d’attention aux signaux d’alarme émis par Zaza[4]. Beauvoir confond d’ailleurs ses deux amours : « J’ai fait un petit rêve sur vous, dans le genre de ceux que je fais sur Zaza, je vous regardais avec rancune en vous demandant pourquoi vous ne me voyiez plus jamais et je me sentais profondément triste[5]. » Nous sommes le 25 décembre 1939, Beauvoir écrit à son « tout cher petit être» Jean-Paul. L’écrivaine prend la place qu’elle assigne à Zaza dans ses mémoires et accuse son cher et tendre d’abandon. Si rancune n’est pas reproche, nous trouvons cependant le premier terme associé à Zaza dans les Mémoires :

En ne se décidant pas pour moi, Zaza pactisait avec des adversaires acharnés à me détruire et je lui en voulus. Elle redoutait le voyage qui lui était imposé, elle se tourmentait ; je marquai ma rancune en refusant d’entrer dans ses soucis ; je me laissai aller à un accès de bonne humeur qui la déconcerta[6].

À l’automne 1928, un an avant son décès, Zaza est en effet contrainte par ses parents, surtout par sa mère, de quitter Paris pour partir à Berlin, afin de couper tout lien avec la Sorbonne et ses étudiant·es intellectuel·es plus ou moins athé·es, dont Simone de Beauvoir[7]. À ce moment-là, Beauvoir ne veut voir qu’un aspect du problème, celui qui la touche, à savoir son propre exil hors du paradis bourgeois catholique, symbolisé par la famille Lacoin (Mabille dans les Mémoires), qui refuse de se « laisser contaminer[8] » par les athé·es. Elle met Zaza dans le même panier[9] que ses parents et feint la gaieté, tandis que son amie est déchirée et angoissée. La situation de leur enfance est inversée : ce n’est plus Zaza qui est « néfaste » à Simone[10], mais Simone qui porte malheur à Zaza.

Beauvoir n’entend ni ne voit l’état douloureux de son inséparable. Cette époque est celle où ses remords rétrospectifs peuvent prendre source. Dans son rêve de 1939, Beauvoir transfère l’abandon où elle pense avoir laissé Zaza, d’abord en 1928 puis en 1929, sur Sartre. Elle vit avec lui ce qu’elle a fait vivre à Zaza. Sartre n’est pas aux côtés de Beauvoir, puisque c’est la guerre, comme elle n’a pas été aux côtés de Zaza.

Notons que, selon Beauvoir, un nouveau séjour berlinois a été décidé pour Zaza, bien plus long que le premier :

Zaza me parut très abattue ; elle avait maigri et perdu ses couleurs ; elle avait de fréquents maux de tête. Mme Mabille l’autorisait, provisoirement, à revoir Pradelle, mais en décembre, elle partirait pour Berlin et y passerait l’année : elle envisageait cet exil avec terreur[11].

Cette fois, c’est vraiment d’une séparation amoureuse qu’il s’agit, contrairement à celle de 1928. Zaza avait en effet écrit à Beauvoir, le 6 octobre 1928, que sa famille l’exilait à l’étranger à l’instar des fils de bonne famille qu’on éloignait d’une maîtresse trop encombrante[12]. La comparaison est étonnante dans le contexte d’une rupture voulue avec un milieu et non avec une personne, sauf à assimiler Simone de Beauvoir à la maîtresse en question, ce qui supposerait de l’ironie de la part de Zaza, avec, sous-jacente, peut-être, la perception par Zaza de la passion non platonique que lui voue Beauvoir. Ou, sinon de Zaza, la vue perçante de Marguerite Lacoin, qui assimile Simone de Beauvoir à une « créature », soit une femme de mauvaise vie, selon l’agenda de Zaza elle-même[13].

À ce sujet, Beauvoir mémorialiste est ambiguë, comme dans le reste de ses souvenirs, où elle ne fait pas état de sa bisexualité, mais laisse affleurer des flottements linguistiques, à déchiffrer aujourd’hui à l’aune de ses correspondances et journaux intimes déjà publiés. Ainsi, dans les Mémoires, Beauvoir déclare à Zaza, en septembre 1928 : « Moi je vous aimais », lui dis-je ; elle tomba des nues ; elle m’avoua que je n’avais eu qu’une place incertaine dans la hiérarchie de ses amitiés, dont aucune d’ailleurs ne pesait bien lourd[14]. » La langue française manquant de nuances dans ce cas précis, contrairement à l’anglais qui établit une différence entre « to like » et « to love », la confidence de Beauvoir peut passer pour une amitié très profonde.

En tout état de cause, le nouveau séjour à Berlin projeté en 1929-1930 correspond bien à un éloignement pour cause d’amour indésirable ou du moins très compliqué, à savoir celui que Zaza éprouve désormais pour Maurice Merleau-Ponty, déjà présent dans sa lettre du 6 octobre 1929, alors même qu’elle ne le connaissait que par les récits de Beauvoir, et rencontré au printemps 1929, grâce à Beauvoir.

Le manque de couleurs de Zaza et sa maigreur sont des signes avant-coureurs de son décès, de ses « griffes pâles » et de son visage « jaune » sous sa « capeline rose »[15], loin, très loin de l’harmonie des pralines roses mélangées à de la crème pâtissière jaune qui faisaient le délice de la jeune Beauvoir[16].

Cette mort tragique a d’autant plus de force que nous avons suivi le déroulement de l’existence de Zaza, depuis son arrivée au Cours Désir un matin d’octobre 1918 jusque’à son décès dans une clinique de Saint-Cloud – clinique de Sceaux dans la réalité[17].

Simone de Beauvoir se fait biographe de son amie, comme elle se fait biographe de Sartre dans La Force de l’âge (1960), La Force des choses (1963), Tout compte fait (1972) et La Cérémonie des adieux (1981). Tous sont d’ailleurs similaires aux yeux de Beauvoir : « Sartre n’avait que trois ans de plus que moi ; c’était, comme Zaza, un égal (…)[18]. » Comme le déclare l’historien Pierre Assouline dans ses Vies de Job : « S’embarquer dans une biographie revient à partir en voyage avec un ami, suffisamment loin pour vivre des aventures contrastées qui mettront l’amitié à l’épreuve (…)[19]. » Et ce sont bien les aléas de l’existence de Zaza et de cette amitié-passion que narre Beauvoir dans ses Mémoires d’une jeune fille rangée.

Le point de vue est toujours celui de Beauvoir, puisqu’il s’agit, officiellement, de ses souvenirs à elle, de son enfance à l’entrée, brutale, dans l’âge adulte, avec la mort de Zaza. L’autrice retranscrit scrupuleusement la focale qui était la sienne dans cette première partie de son existence : « J’étais jusqu’à un certain point victime d’un mirage ; je me sentais du dedans, je la voyais du dehors : la partie n’était pas égale[20]. » Cette rêverie sur Zaza est solide, bien plus que le « mirage » de la foi en Dieu, qui s’effondre l’été de ses douze ans : « (…) en Zaza j’entrevoyais une présence, jaillissante comme une source, robuste comme un bloc de marbre, aussi fermement dessinée qu’un portrait de Dürer[21]. » Beauvoir reconnaît l’hermétisme de Zaza, corps vivant et pensant, qui lui échappe, autant que l’existence échappe au héros de La Nausée (1938) de Sartre, dont le titre premier était Melancholia, en référence à une lithographie de Dürer[22]. Beauvoir échoue d’ailleurs à se glisser dans la peau de son amie :

J’essayais de voir la chambre avec les yeux de Zaza, de m’insinuer dans ce monologue qui se déroulait d’elle à elle : en vain. Je pouvais toucher tous ces objets où sa présence était inscrite : mais ils ne me la livraient pas ; en me l’annonçant, ils me la cachaient ; on aurait même dit qu’ils me défiaient de jamais m’en approcher. L’existence de Zaza me parut si hermétiquement fermée sur soi que la moindre place m’y était refusée[23].

Zaza, telle une princesse de conte, est gardée par des objets dont le pouvoir est magique et qui empêchent l’approche d’une personne extérieure. Bien plus, ils la rendent invisible, au lieu d’expliquer sa vie quotidienne, ses goûts. Beauvoir n’atteint pas plus le mental de Zaza, ses pensées lui restent obscures. Est-ce une des raisons pour lesquelles Beauvoir l’écrivaine privilégie la forme narrative du monologue intérieur dans ses romans et nouvelles ? Et qu’elle n’hésite pas à transcrire des extraits de ses journaux intimes dans ses volumes mémoriels, afin de réussir à exprimer la vérité d’un·e individu·e, remportant ainsi la victoire sur Zaza ? Et d’apaiser ses propres remords, lorsqu’elle a « refusé d’entrer dans ses soucis » (cf. ci-dessus) ?

L’aura de Zaza est si forte qu’à partir de son apparition au Cours Désir, elle est présente à presque toutes les pages des Mémoires d’une jeune fille rangée. Retarder l’arrivée d’un personnage très important est une technique dramatique classique, utilisée par exemple par Molière dans Tartuffe (1669) : ce dernier n’arrive qu’à l’acte II. Si, jusqu’à l’entrée en scène de Zaza nous ne doutons pas que la jeune fille rangée ne soit Simone, la balance penche désormais en faveur de Zaza, puisque c’est elle qui remue définitivement le conformisme de Beauvoir :

Brusquement, conventions, routines, clichés volèrent en éclats et je fus submergée par une émotion qui n’était prévue dans aucun code. Je me laissai soulever par cette joie qui déferlait en moi, violente et fraîche comme l’eau des cascades, nue comme un beau granit[24].

À cet instant, Zaza est présente en Beauvoir, sans aucun obstacle. L’image puissante de la conversion de Beauvoir à Zaza marque un tournant existentiel et narratif. Zaza prend une place prépondérante dans ce « roman d’apprentissage », selon les termes de Beauvoir[25]. C’est par rapport à Zaza que Beauvoir se situe, les actions de Zaza sont mises en avant, les mouvances de son comportement plus ou moins interrogées.

Si Zaza est plus vivante et vivace que Beauvoir, elle n’est pas anticonformiste et se déchire aux normes de son milieu, plus cruellement que Simone, qui s’en sort, « pay[ant] ma liberté de sa mort[26] ». La biographie de Zaza par Beauvoir commence par des gestes et une parole non stéréotypées, ce qui rejoint la forte impression produite par Élisabeth sur Simone. La vivacité de la première s’oppose au conformisme de la seconde, qui reste cependant maîtresse de la narration[27].

Zaza est d’abord un corps, une présence agile (elle est bonne en gymnastique[28]) et une langue véloce qui, comme le père de Beauvoir, sait devenir actrice et imitatrice. De même que Georges de Beauvoir joue le rôle d’« une cuisinière idiote qui s’appelait Rosalie[29]. », de même Zaza contrefait les professeures du Cours Désir[30]. Un possible désir incestueux de type complexe d’Électre se glisse alors dans la narration.

Et c’est dans le bureau du père de Zaza que les deux enfants parlent et parlent encore : « Nous nous réfugiions dans le bureau de M. Mabille, et loin du tumulte, nous causions. (…) Avec Zaza, j’avais de vraies conversations, comme le soir papa avec maman[31]. » L’écrivaine utilise le verbe « causer », comme plus tard avec Sartre[32], autre similitude entre ses deux amours. En outre, le parallèle que Beauvoir établit entre ses conversations avec Zaza et celle qu’ont ses parents entre eux en indique bien la portée homoérotique ; Simone (le père) et Élisabeth (la mère) forment couple, selon la mémorialiste.

De même, après que Beauvoir a évoqué le voyage en Italie fait par Zaza et une partie de sa famille au printemps 1922[33], elle se coule un peu plus tard dans la peau de son amie, lors de sa visite avortée dans la chambre de Zaza[34] et note la « Sainte Anne de Vinci », c’est-à-dire une reproduction du célèbre tableau de Léonard de Vinci, conservé au Louvre et non dans un musée italien. Cependant, Simone a déjà accompagné Zaza et son père au Louvre[35]. Il n’est pas anodin que la mémorialiste tire un fil transalpin qui va jusque’à sa propre expérience métaphysique à La Grillère :

J’avais lu longtemps, au bord d’un étang, une histoire de saint François d’Assise ; au crépuscule, j’avais fermé le livre ; couchée dans l’herbe, je regardais la lune ; elle brillait sur l’Ombrie mouillée par les premiers pleurs de la nuit : la douceur de cette heure me suffoquait[36].

Si l’autrice ne relie pas ces deux épisodes, notre travail sur le fond d’archives de Zaza pour notre exposition[37] a permis de découvrir que Zaza est allée en Ombrie, à Assise, la ville natale de saint François. Sans remettre en cause la signification spirituelle et viatique de l’envolée hors d’elle-même de Beauvoir, il n’empêche que c’est aussi un crypto-signe de son attachement à Zaza, une strate implicite du palimpseste (auto)biographique.

Ce fil Zaza-Italie continue jusqu’à La Force de l’âge, lorsque Beauvoir associe sa passion pour les voyages et les récits de voyages de Zaza, surtout celui d’Italie[38]. De même, nous avons analysé dans notre thèse le remplacement de Zaza par Sartre, notamment pour les voyages[39]. À la proposition de Zaza en 1928 : « Quand partons-nous ensemble pour voir Séville, Cordoue et Barcelone[40] ? », Beauvoir répond en 1960, dans La Force de l’âge, à propos de Sartre et elle : « (…) ensemble nous partions à la découverte du monde[41]. » et enchaîne son désir de voyage dû à Zaza rentrée d’Italie par le récit de son premier voyage en Espagne, avec Sartre, en 1931[42]. Nous retrouvons l’équation Zaza égale Sartre, ainsi que la bisexualité de Beauvoir.

Nous pouvons voir une annonce de ces voyages-hommages à chaque départ de Simone de Gagnepan, en 1927 puis en 1928 :

Quand vint le jour de mon départ, elle m’accompagna en train jusqu’à Mont-de-Marsan. Nous mangeâmes sur un banc de petites omelettes sèches et froides et nous nous séparâmes sans mélancolie car nous devions nous retrouver à Paris dans peu de temps. (…) Cette année-là, Zaza ne m’accompagna pas à Mont-de-Marsan ; je m’y promenai entre deux trains en pensant à elle. J’étais décidée à lutter de toutes mes forces pour qu’en elle la vie l’emportât sur la mort[43].

Si la biographe de Zaza travestit la réalité pour annoncer le décès prochain de son amie, qui l’a bien accompagnée au moins jusqu’à Mont-de-Marsan, voire jusqu’à Paris en 1929[44], il n’en reste pas moins vrai que départ, train, voyages et Zaza sont liés. De même, le hasard des lignes ferroviaires fait descendre Beauvoir à Bayonne, lorsqu’elle revient de Barcelone à l’automne 1931 et qu’elle part enseigner à Marseille[45]. Bayonne, lieu des origines de Zaza[46] et où elle se rend pour tenir compagnie à « une cousine malade », plutôt que de venir chercher Beauvoir à la Bibliothèque Nationale, souriante « sous sa cloche de feutre rose[47] ». Déjà, la maladie, déjà, le chapeau rose, mais un sourire vivant plutôt qu’un regard mort de reproche. Rien n’est anodin dans la construction (auto)biographique beauvoirienne.

Quant aux portraits à charge des parents de Zaza, la jalousie de Beauvoir est tout à fait palpable vis-à-vis d’une famille bien plus aisée que la sienne et où le couple parental s’entend mieux que ses propres parents, sans compter son ressentiment par rapport à l’amour de Zaza pour sa mère.

Le bureau du père de Zaza répond au bureau du père de Simone, la cuisine étroite où madame de Beauvoir fait la vaisselle au quotidien avec ses filles répond, en moins bien, à la cuisine, bien plus spacieuse, de Haubardin où madame Lacoin et ses filles préparent à manger pour les piques-niques mondains. La division genrée de l’espace marque la structure patriarcale de la société d’alors, peu mixte.

Il n’empêche que les pères s’intéressent à l’éducation de leurs filles, et les aiment. Nous avons montré dans notre exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin à quel point Maurice Lacoin est proche de Zaza[48], ce que montre Beauvoir au début des Mémoires d’une jeune fille rangée, avant le dénigrement, selon elle, de son père par Zaza pendant leur adolescence[49], période où Simone connaît le désamour de son géniteur, qui reproche à sa fille aînée son non-conformisme aux codes bourgeois de la féminité (corps et professorat)[50]. Et le terme « rancune », utilisé par Beauvoir pour parler de Zaza et d’elle par rapport à leurs pères, dit bien l’irritation des deux jeunes filles et la déception dans l’amour qu’elles leur portent.

Zaza et Simone divergent cependant dans leur rapport à leur mère. Là où Beauvoir déclare à l’adolescence que « Ma véritable rivale, c’était ma mère[51] », Zaza ne cesse de réclamer l’affection de sa génitrice, quelle que soit l’époque[52]. Mais Beauvoir n’a-t-elle pas, elle aussi, dans son enfance[53], passionnément aimé sa maman ? La similitude entre l’ascendant maternel sur Simone et celui sur Zaza est troublant, pour le moins. Si ce n’est que Beauvoir s’en détache, de ses propres dires, plus rapidement et plus facilement que Zaza.

C’est surtout la structure familiale bourgeoise qui pose problème à la mémorialiste. Elle s’en explique dans Tout compte fait (1972) :

Ma famille m’a inspiré, à partir de mes seize ans, un désir d’évasion, des colères, des rancunes ; mais c’est à travers l’entourage de Zaza que j’ai découvert combien la bourgeoisie était haïssable. De toute façon, je me serais retournée contre elle ; mais je n’en aurais pas éprouvé dans mon cœur et payé de mes larmes le faux spiritualisme, le conformisme étouffant, l’arrogance, la tyrannie oppressive. L’assassinat de Zaza par son milieu a été pour moi une expérience bouleversante et inoubliable[54].

Il y a bien une immersion de Beauvoir au sein de la famille Lacoin et un désir de vengeance qui s’exprime ici, réalisé dans l’écriture des Mémoires d’une jeune fille rangée et dans le portrait au vitriol de Marguerite et Maurice Lacoin. Beauvoir s’approprie aussi les souffrances de Zaza, qui deviennent un processus dans sa propre libération. Il est d’ailleurs dommage que Beauvoir n’ait pas écrit dans ses Cahiers de jeunesse sur ses deux séjours (1927, 1928) à Gagnepan, car peut-être y trouverions-nous un son un peu moins âpre et vindicatif. Ou, au contraire, la confirmation de ses raisons objectives de haïr particulièrement madame et monsieur Lacoin, ainsi que d’autres personnes de la parenté de Zaza qui « ricanent » et font que Beauvoir a le « cœur lourd » lors de ses séjours à Gagnepan[55]. Ici, la biographie de Zaza se mélange à l’autobiographie beauvoirienne. Zaza devient la victime expiatoire d’un monde haïssable.

Zaza est aussi un double de Beauvoir : double heureux dans une famille aisée et au sein d’une nombreuse fratrie, double dans les tourments qu’elle endure, double dans le poids de la religion dans son existence, double dans une éducation bourgeoise au féminin qui aurait pu être celle Beauvoir (arrêt brutal des études, mondanités, soumission à l’ordre parental), double dans l’amour tourmenté pour son cousin (André pour Zaza, Jacques pour Simone), double dans l’amour pour un apprenti philosophe qui vivra toute sa vie avec sa mère (Merleau-Ponty pour Zaza, Sartre pour Beauvoir), double dans un patriotisme dont le racisme éclate grâce aux voyages, double dans le chemin vers l’écriture.

En effet, si l’expérience berlinoise de la liberté et de l’indépendance est un quasi échec pour Zaza, elle lui aura permis de se défaire de ses clichés racistes sur les « Boches », dix ans après la fin de la Première Guerre mondiale[56]. Beauvoir est plus évasive sur sa propre évolution, depuis son racisme envers les Allemands et les Japonais[57], mais nous avons pu montrer dans nos travaux de doctorat et nos articles que son parcours jusque’à l’antiracisme passe par les voyages, tout comme Zaza. Et, à l’instar de son amie[58], Beauvoir a commencé par une être une bonne Française, patriote catholique, en quêtant pour les « petits réfugiés belges[59] ». Le doublet entre les inséparables est parfait.

Dans les Mémoires d’une jeune fille rangée et dans Tout compte fait, Beauvoir émet l’hypothèse de Zaza écrivaine. D’abord, par un aveu de Zaza elle-même : « Elle aussi, disait-elle, elle aimerait écrire, plus tard, et je l’encourageai[60]. » Dans Tout compte fait, Beauvoir s’interroge : « Pourquoi a-t-elle échoué dans la mort alors qu’elle aurait souhaité vivre, aimer, écrire peut-être[61] ? » Dans Les Inséparables, fiction autobiographique, la narratrice Sylvie (Simone de Beauvoir) est « secrètement convaincue » qu’Andrée (Zaza) écrira[62]. Les correspondances, les journaux intimes et les numéros du Cocorico (journal familial composé pars Zaza) révèlent une autrice en herbe de qualité[63]. Si ce n’est que la mort fauche son talent – et son antiracisme – et que c’est Beauvoir qui poursuit et achève son œuvre, en écrivant la biographie de son amie et en rendant hommage à son talent en la citant régulièrement.

Mais, ce décès, dont Beauvoir fait explicitement une étape dans sa propre libération, sans mourir comme elle l’avait prévu[64], ou plutôt en faisant mourir à jamais son ancien moi de jeune fille rangée, est-ce un assassinat ou un suicide ? Car « (…) les fantômes ne la laissèrent pas longtemps en paix, et en face d’eux elle était bien seule[65]. » Ces ombres sortent de l’imagination de Zaza, ce sont des fantasmes au sens propre du terme. Et pour les combattre, elle n’a que sa volonté, ce qui est peu. Beauvoir note également que « Sa fragilité originelle a rendu ces conflits mortels[66]. » Le point médian de l’analyse beauvoirienne se trouve sans doute dans La Force de l’âge : « Près de moi, j’avais vu Zaza précipitée dans la folie et dans la mort par le moralisme de son milieu[67]. » Beauvoir fait toujours porter la responsabilité de la mort de Zaza sur la société catholique bourgeoise de leur enfance et adolescence, qui n’a pas beaucoup bougé après le premier conflit mondial et qui étouffe toute velléité d’être heureuse, pour Zaza.

Une fois passée les Mémoires d’une jeune fille rangée, la figure de Zaza n’est plus au premier plan des mémoires beauvoiriennes, du moins explicitement. Zaza est cité de ci de là dans La Force de l’âge et dans La Force des choses, avant de reparaître longuement dans le premier chapitre de Tout compte fait, ultime volume mémoriel où Beauvoir est censée parler d’elle-même en priorité, puisque nous avons vu qu’elle met en avant Zaza comme principale protagoniste dans les Mémoires d’une jeune file rangée. Et, dans les volume suivants, l’existence, les faits et gestes de son compagnon principal Jean-Paul Sartre occupe beaucoup de place, avant l’apothéose de La Cérémonie des adieux (1981).

Tout est mouvement, tout est voyage, mais seulement pour Beauvoir. Zaza, elle, d’après son amie, ne peut qu’être une jeune fille rangée, trop bien, dans sa boîte mortuaire. Seule l’écriture permet de l’en sortir, un temps.

 

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Zaza, une jeune fille trop rangée », Voyages autour de mon cerveau, mai 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=5236


[1] Éliane Lecarme-Tabone, Mémoires d’une jeune fille rangée de Simone de Beauvoir, Paris, Gallimard, « Foliothèque », 2000, p. 122-124.

[2] Ibid., p. 121.

[3] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangée, Gallimard, « Folio », 1999, p. 503.

[4] Éliane Lecarme-Tabone, Mémoires d’une jeune fille rangée de Simone de Beauvoirop. cit., p. 144-147.

[5] Simone de Beauvoir, Lettres à Sartre. I., Paris, Gallimard, 1990, p. 381.

[6] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangéeop. cit., p. 400-401.

[7] Élisabeth Lacoin, Correspondance et carnets d’Élisabeth Lacoin (1914-1929), Paris, L’Harmattan, 2004, p. 275.

[8] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangéeop. cit., p. 389.

[9] Expression ô combien beauvoirienne. Cf. Ibid., p. 460.

[10] Ibid., p. 173.

[11] Ibid., p. 496-497.

[12] Ibid., p.400. Cf. aussi Élisabeth Lacoin, Correspondance et carnets d’Élisabeth Lacoin (1914-1929), op. cit., p. 141.

[13] Élisabeth Lacoin, Correspondance et carnets d’Élisabeth Lacoin (1914-1929), op. cit., p. 275.

[14] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangéeop. cit., p. 358.

[15] Ibid., p. 502, 503.

[16] Ibid., p. 12.

[17] Cf. notre exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, partie Paris : https://vadmc.hypotheses.org/3135

[18] Simone de Beauvoir, La Force de l’âge, Paris, Gallimard, « Folio », 1998, p. 35.

[19] Pierre Assouline, Vies de Job, Paris, Gallimard, « Folio », 2012, p. 14.

[20] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangéeop. cit., p. 158.

[21] Ibid., p. 156-157.

[22] Simone de Beauvoir, La Force de l’âgeop. cit., p. 325.

[23] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangéeop. cit., p. 167-168.

[24] Ibid., p. 130.

[25] Simone de Beauvoir, Tout compte fait, Paris, Gallimard, « Folio », 1998, p. 27.

[26] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangéeop. cit., p. 503.

[27] Cf. Valérie Stemmer, «Euphorion sans Théagène : Elisabeth Lacoin par elle-même», SELF XX-XXI, Journée d’étude « Zaza, figure et traces », avril 2010 (Cécile Decousu dir.). URL : https://self.hypotheses.org/files/2018/11/Euphorion-sans- Théagène.pdf

[28] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangéeop. cit., p. 128.

[29] Ibid., p. 37.

[30] Ibid., p. 125.

[31] Ibid., p. 127.

[32] Simone de Beauvoir, La Force de l’âgeop. cit., p. 19.

[33] Cf. notre exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, partie Italie : https://vadmc.hypotheses.org/3873

[34] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangéeop. cit., p. 167-168.

[35] Ibid., p. 160.

[36] Ibid., p. 175-176.

[37] Cf. note 32.

[38] Simone de Beauvoir, La Force de l’âgeop. cit., p. 96.

[39] Tiphaine Martin, « Les récits de voyage dans l’œuvre autobiographique de Simone de Beauvoir », Université Paris 7-Paris Diderot, Stellenbosch University, 2012. Direction : Professeur Julia Kristeva, Dr Éric Levéel.

[40] Élisabeth Lacoin, Correspondance et carnets d’Élisabeth Lacoin (1914-1929), op. cit., p. 122.

[41] Simone de Beauvoir, La Force de l’âgeop. cit., p. 35.

[42] Ibid., p. 96-104.

[43] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangéeop. cit., p. 358, 392.

[44] Notes privées, Association Élisabeth Lacoin.

[45] Simone de Beauvoir, La Force de l’âgeop. cit., p. 104.

[46] Cf. notre exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, partie Sud-Ouest: https://vadmc.hypotheses.org/3143

[47] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangéeop. cit., p. 426.

[48] Cf. notre exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, partie « La vie à Paris » : https://vadmc.hypotheses.org/3135

[49] Ibid., p. 160, 161.

[50] Ibid., p. 247, 249.

[51] Ibid., p. 149.

[52] Ibid., p. 162. Simone de Beauvoir, Tout compte faitop. cit., p. 629-630. Cf. aussi notre exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin https://vadmc.hypotheses.org/3873

[53] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangéeop. cit., p. 55-56.

[54] Simone de Beauvoir, Tout compte faitop. cit., p. 22.

[55] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangéeop. cit., p. 389.

[56] Ibid., p. 419-420. Cf. aussi notre exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, partie « Une Française à Berlin » : https://vadmc.hypotheses.org/3046

[57] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangéeop. cit., p. 37-38.

[58] Notes privées, Association Élisabeth Lacoin.

[59] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangéeop. cit., p. 40.

[60] Ibid., p. 358. Cf. aussi p. 500.

[61] Simone de Beauvoir, Tout compte faitop. cit., p. 22.

[62] Simone de Beauvoir, Les Inséparables, Paris, Éditions de L’Herne, 2020, p. 147. Cf. aussi p. 166.

[63] Cf. Élisabeth Lacoin, Correspondance et carnets d’Élisabeth Lacoin (1914-1929), et notre exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin https://vadmc.hypotheses.org/3873

[64] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangéeop. cit., p. 131.

[65] Ibid., p. 500.

[66] Simone de Beauvoir, Tout compte faitop. cit., p. 23.

[67] Simone de Beauvoir, La Force de l’âgeop. cit., p. 255.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Annonce du collectif Simone de Beauvoir, un monde de voyages

Simone de Beauvoir, un monde de voyages

Le goût de Simone de Beauvoir pour les voyages est bien connu, l’ensemble de ses biographes l’évoque. Cependant, les études de fond sur ce sujet sont rares. Ce collectif entend contribuer à la diffusion d’une relecture de l’existence et de l’œuvre beauvoiriennes, à travers une approche centrée sur les (récits de) voyages. Ceux-ci sont des vecteurs de notre rapport au monde et de nos échanges avec nos contemporaines et contemporains.

Mercis chaleureux à Barbara Klaw et à Björn Larsson pour leur disponibilité, leur réactivité et le partage de leur passion pour Beauvoir, à travers leurs analyses toujours passionnantes.

Tiphaine Martin, « Simone de Beauvoir, un monde de voyages. Introduction », Voyages autour de mon cerveau, janvier 2022.

URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=2471

Tiphaine Martin, « Les Orientales de Beauvoir : des voyages uniquement politiques ? », Voyages autour de mon cerveau, janvier 2022.

URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=2510

Barbara Klaw, « Le Paris de L’Invitée de Simone de Beauvoir : du réel à l’imaginaire », Voyages autour de mon cerveau, janvier 2022.

URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=2565

Tiphaine Martin, Björn Larsson, « Le Goût des autres. Interview de Björn Larsson », Voyages autour de mon cerveau, janvier 2022.

URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=2626

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Annonce du collectif Simone de Beauvoir, un monde de voyages  », Voyages autour de mon cerveau, février 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=2763&

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Simone de Beauvoir

Simone de Beauvoir, un monde de voyages. Introduction

Coordination scientifique : Tiphaine Martin, Laboratoire Babel, Université de Toulon

Le but de ces articles est de présenter une Beauvoir en marche et non sur un rayon empoussiéré, telle une gentille féministe, une romancière existentialiste copieuse de Sartre et une mémorialiste attachée à son ego.

Le goût de Simone de Beauvoir pour les voyages est bien connu, l’ensemble de ses biographes l’évoque. Cependant, les études de fond sur ce sujet sont rares. Ce collectif entend contribuer à la diffusion d’une relecture de l’existence et de l’œuvre beauvoiriennes, à travers une approche centrée sur les (récits de) voyages. Ceux-ci sont des vecteurs de notre rapport au monde et de nos échanges avec nos contemporaines et contemporains.

Simone de Beauvoir vit son enfance dans un univers qui n’a que peu de points communs avec le nôtre. Il a plus à voir avec les romans de la Comtesse de Ségur – origine aristocratique incluse et dans le meilleur sens du terme – qu’avec le monde démocratique du vingt-et-unième siècle. Cependant, les expériences que la jeune fille fait lors de ses rares déplacements ont un fort impact sur le reste de son existence.

La jeune professeure, nommée à Marseille puis à Rouen, découvre les joies de la randonnée. La passion qu’elle met en toutes choses lui fait parcourir jusqu’à soixante kilomètres par jour. La guerre n’arrête pas les voyages, que Beauvoir accomplit en zone libre, à bicyclette. Se nourrir est une préoccupation aussi sérieuse et constante que celle de fonder un réseau de résistance – projet qui avorte en peu de temps.

La Libération signe le retour des départs à l’étranger, de plus en plus loin. Beauvoir fait partie d’une avant-garde privilégiée, qui parcourt le globe, jusqu’en Orient et au Moyen-Orient (Tiphaine Martin). Elle devient l’ambassadrice de la gauche française dans ce qu’elle a de moins sectaire, navigant tant bien que mal dans les flots agités de la Guerre froide. Compagne de route du Parti communiste français, elle s’engage pour les décolonisations, pour le droit à l’insoumission, puis pour la défense de la liberté de la presse, dans les années soixante-dix.

Ses romans, sa pièce de théâtre, ses essais et ses mémoires sont orientés par le voyage, donc par l’espace. Le lieu dit l’histoire du pays traversé, d’hier à aujourd’hui, saturé de références culturelles, politiques, sociales. Pensons à Ma vie sur la route (Gloria Steinem, 2015) et à Nomadland (Jessica Bruder, 2017) pour des références récentes. Les choix spatiaux de Beauvoir sont tout sauf anodins (Barbara Klaw).

La construction autobiographique dépend également de la primauté du voyage dans sa pratique existentielle. La circulation des idées beauvoiriennes est fluide, constante et importante, de génération en génération, de pays en pays (Björn Larsson). Elle n’est pas figée dans une posture auctoriale statufiée. L’autrice met en actes son refus de l’œuvre d’art comme « statue qui s’ennuie dans le jardin dune villa », comme elle le souligne dans le pacte autobiographique de la préface à La Force des choses (1963), troisième volume de ses mémoires[1].

N’oublions pas ses nombreux articles, parus ou non dans Les Temps modernes, la revue qu’elle a fondée avec son compagnon principal, l’écrivain Jean-Paul Sartre, en 1945. Pensons à son article bouleversant en faveur du film Shoah, de Claude Lanzmann, paru dans Le Monde en 1986. Son ouverture totale à la culture et au quotidien de personnes étrangères ressort dans ses nombreux récits de voyage, dont L’Amérique au jour le jour (1948) et La Longue Marche (1954). Beauvoir fait une large place à la ségrégation raciale dans L’Amérique au jour le jour, ainsi qu’à la condition féminine, deux fils qu’elle noue brièvement dans la préface du Deuxième Sexe, essai déjà commencé à écrire bien avant son départ pour les États-Unis[2]. Souvrir à lautre, cest aussi partager des moments avec des hommes, des femmes de son pays qui surgissent au cours de son existence et influencer les jeunes gens.

Le militantisme féministe, à partir des années soixante-dix, lui a apporté énormément de chaleur humaine et l’a fait – un peu – sortir de son milieu intellectuel, artiste et politique. La richesse de son existence, consacrée au voyage, n’a pas fini de nous étonner.

Notre article « Les Orientales de Beauvoir : des voyages uniquement politiques ? » porte sur le tour en Orient et au Moyen-Orient de l’écrivaine voyageuse. Nous récusons la mythologie médiatique qui voudrait que les voyages beauvoiriens des années cinquante et soixante ne soient que pure politique, avec ce que cela impliquerait de mauvais choix – être compagne de route du Parti communiste plutôt que du côté des États-Unis. Nous abordons ces tours dans une optique sensorielle plutôt que rationnelle.

Les couleurs chantent aux yeux de Beauvoir, qu’elle se trouve à Paris ou hors du sixième et du quatorzième arrondissements. Pour elle, depuis son enfance, la vue est le sens le plus important, et comme elle est élevée en bonne patriote par ses parents, la trilogie bleu-blanc-rouge, avec ses nuances et ses dérivés, domine dans ses descriptions viatiques. La politique fait logiquement son apparition dans ce trio, au vu de l’évolution politique de la jeune fille, puis de la femme engagée contre toutes les injustices. D’autres couleurs chatoient et virevoltent dans les récits de voyage orientaux, formant un arc-en-ciel vivant.

Les sons sont aussi très présents, mais plus contrastés. Les cris de faux enthousiasme en Palestine, les orchestres et les danses dirigées en Chine, le tohu-bohu des rues de Turquie, rien n’est véritablement agréable, d’autant qu’ils signifient le dirigisme, voire la dictature. Au contraire, quoique surprenants, combien sont agréables les bavardages des Japonais et des Japonaises dans les rues de Tokyo ! L’autrice est également touchée par l’accueil délirant que Sartre et elle reçoivent à leur arrivée à l’aéroport.

Simone de Beauvoir mémorialiste s’est plu à noter sa gourmandise enfantine dans les Mémoires d’une jeune fille rangée (1958), tout en faisant un saut spatio-temporel par son envie de 1947 de dévorer les néons new-yorkais, qu’elle voit comme de gigantesques bonbons : « Adulte, jaurais voulu brouter les amandiers en fleur, mordre dans les pralines du couchant. Contre le ciel de New York, les enseignes au néon semblaient des friandises géantes et je me suis sentie frustrée[3]. » Autant la Turquie est, encore une fois, déceptive à ce niveau, au vu du machisme qui y règne, autant la Chine et le Japon constituent des terres où coulent le lait et le miel. La voyageuse en profite pour décrire les endroits où elle mange et boit. Ces lieux communautaires disent la culture et l’histoire d’un pays, ainsi que l’état de la condition féminine, à l’instar des mets et des boissons.

L’être Beauvoir saisit les mouvances corporelles du monde dans ses moindres détails, sans pour autant verser dans le féminin tel qu’on le conçoit ordinairement, à savoir du délicat, du futile, du niais. Si la voyageuse est bien une femme, elle récuse les clichés essentialistes et fait de ses tours un fer de lance contre l’étroitesse patriarcale et contre des dirigeants politiques qui tentent de masquer les réalités de leur contrée. Mais les perceptions et les sensations sont les plus fortes. Malgré la bonne volonté de gauche de Beauvoir, son corps viatique dit les contraintes politiques, ou au contraire la liberté démocratique. La voyageuse ne part pas la tête vide, mais avec une orientation politique, sociale et artistique précise. Pas de snobisme chez la voyageuse et pas de prise en otage par ses guides non plus, contrairement à d’autres pays, dont la Palestine.

Beauvoir se positionne également par rapport à la situation politique française. La Guerre d’Algérie, conflit nié par l’État et les médias français qui préfèrent alors parler de « pacification » dans les « territoires français », pèse lourdement sur la voyageuse, engagée pour la décolonisation et contre la torture : signature du Manifeste des 121 en 1960, préface et endossement auctorial du recueil Djamila Boupacha (1962), participation à des manifestations pour la paix au Maghreb. Or, le grand gaulliste André Malraux a profité de sa tournée brésilienne en 1959 pour faire l’éloge de la politique française en Algérie et fustiger les (autres) intellectuels qui n’y font pas allégeance, ce qu’attaque Beauvoir dans son récit de voyage.

L’article de Barbara Klaw, « Le Paris de LInvitée de Simone de Beauvoir : du réel à limaginaire », propose des pistes d’analyse stimulantes quant à l’espace dans le premier roman publié de Simone de Beauvoir. En partant de cette – fausse – simple question, « pourquoi Paris et non Rouen ? », Barbara Klaw attire notre attention sur le choix spatial de l’autrice pour son trio amoureux.

En effet, Beauvoir reconnaît dans La Force de l’âge (1960), deuxième tome de ses mémoires, avoir déplacé de la ville normande à la capitale le triangle formé par son compagnon Jean-Paul Sartre, son élève Olga Kosakievicz et elle-même. L’écrivaine nie par contre que le personnage de Gerbert, véritablement inspiré de son amant Jacques-Laurent Bost et élève de Jean-Paul Sartre au Havre, soit une création tirée de la réalité. On passe au du triangle rectangle au carré d’as, avec Françoise en marionnettiste/marionnette qui passe du statut de metteuse en scène à celle de personnage manipulé, avec une belle mise en abyme du ballet d’Igor Stravinski Petrouchka (vu par Beauvoir le mardi 11 juin 1929[4]).

Barbara Klaw souligne que Beauvoir a préféré Paris à Rouen d’abord pour des raisons auctoriales : Paris comme capitale des plaisirs, de la culture, du mouvement et des avant-gardes artistiques attire plus l’intérêt du lectorat qu’une ville de province, même proche de la capitale, et même auréolée du prestige flaubertien. La vie parisienne et son tourbillon est essentielle dans la progression de Xavière, cette Invitée qui pèse sur le dess(e)in de Pierre et Françoise, couple d’artistes en mal de bonne action.

Ce sauvetage juvénile tourne au cauchemar pour le couple, surtout pour Françoise, qui ne peut ou ne veut pas se passer de Pierre et de l’amour de celui-ci. Le large espace parisien se réduit au fur et à mesure des pages du roman, la claustrophobie des personnages s’installe. Celle-ci est d’ailleurs redoublée par l’installation de la population française dans la « Drôle de guerre », où chacun et chacune est priée de se cloîtrer chez soi au maximum, jusqu’aux fenêtres, obstruées, et de respecter le couvre-feu.

La jalousie féminine peut alors se donner à plein, les hommes étant occupés aux nobles tâches guerrières, tandis que la bataille des femmes a lieu en intérieur, mais avec le même outil, à savoir le gaz. Quand les tensions belliqueuses sont exacerbées, la division des sexes en hommes à l’extérieur, au front, et en femmes à l’intérieur, dans les appartements et les maisons, est abolie.

Le troisième article est une entrevue avec l’écrivain voyageur Björn Larsson, spécialiste de Simone de Beauvoir, à laquelle il a consacré sa thèse « La Réception des Mandarins : Le roman de Simone de Beauvoir face à la critique littéraire en France » (Université de Lund, 1988). Parfaitement francophone et francophile, Björn Larsson a construit une œuvre multiple, avec pour fil conducteur un Besoin de liberté (titre de son ouvrage de 2006) qui brise le conformisme ambiant et fait éclater les faux-semblants de nos sociétés occidentales, qu’il s’agisse de la France du Mauvais Œil (1999) ou de la Suède de La Véritable Histoire dInga Andersson (2002), sans tomber dans la caricature.

La liberté est également un des moteurs existentiels de Simone de Beauvoir et de ses personnages romanesques, avec toujours cette question : la liberté, pour quoi faire ? L’écrivaine répond, entre autres : pour voir comment les autres vivent. C’est aussi un des buts de l’écrivain Björn Larsson que de faire exister des personnages confrontés à l’autre, sur leur sol natal ou dans un pays étranger. Le tout, afin de ne rentrer dans aucune des cases voulues par la société et d’être soi-même, en liberté, en retour.

L’influence de Beauvoir sur Larsson est subtile mais présente dans ses personnages féminins, qui refusent le statut d’objet, qui simpliquent dans la politique. Ce sont aussi des femmes qui ont un goût de finitude et qui vont jusqu’au meurtre. Tout cela sans tomber dans la misogynie, ni pour Beauvoir, ni pour Larsson. Tous deux envisagent les femmes et les personnages féminins comme des êtres à part entière, à égal des hommes, même si leur situation dans le monde est inégalitaire. Côté hommes, Björn Larsson insiste sur la singularité de ses personnages masculins, qui tendent à exprimer une particularité de l’humanité, contrairement à ceux de Beauvoir, analysés par Larsson comme « trop réels ». Certains des personnages masculins de Björn Larsson sont aussi des rêveurs, qui changent les autres par leur puissance imaginative – une posture auctoriale, en somme.

L’importance de Simone de Beauvoir sur l’œuvre larssonienne est à l’ordre du jour, puis l’écrivain voyageur nous offre la primeur de son nouvel opus, The Story of the Human and not so Human being, où souffle l’esprit de l’existentialisme beauvoirien.

À lire :

Tiphaine Martin, « Les Orientales de Beauvoir : des voyages uniquement politiques ? » URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=2510

Barbara Klaw, « Le Paris de L’Invitée de Simone de Beauvoir : du réel à l’imaginaire » URL: https://vadmc.hypotheses.org/?p=2565

Tiphaine Martin, Björn Larsson, « Le Goût des autres. Interview de Björn Larsson » URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=2626 

Tiphaine Martin

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Simone de Beauvoir, un monde de voyages. Introduction », Voyages autour de mon cerveau, janvier 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=2471


[1] Simone de Beauvoir, La Force des choses. I., Paris, Gallimard, « Folio », 1998, p. 8.

[2] Simone de Beauvoir, La Force des choses. I., Paris, Gallimard, « Folio », 1998, p. 136.

[3] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangée, Paris, Gallimard, « Folio », 1999, p. 12.

[4] Simone de Beauvoir, Cahiers de jeunesse, Paris, Gallimard, 2008, p. 692.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn