Archives de catégorie : Malle au trésors

Se faire plaisir et faire plaisir à la lectrice et au lecteur.
Tout ce qui ne rentre pas dans les autres catégories.

Victoria Mas VADMC

Pères violents, pères intolérants : Le Bal des folles, Un miracle

L’autrice Victoria Mas explore le poids du patriarcat dans ses deux romans : Le Bal des folles (2019), Un miracle (2022). Celui-ci affecte particulièrement les femmes, qui généralement en meurent, plutôt lentement, mais pas uniquement. Les hommes jeunes sont également victimes des pères.

Tout d’abord, il y a les pères biologiques, castrateurs, donc violents, donc intolérants. À la fin du dix-neuvième siècle, Monsieur Cléry, dans Le Bal des folles, fait interner sa fille Eugénie à la Salpêtrière, où elle rencontre notamment Louise, adolescente violée par son oncle, puis par son amoureux. Monsieur Cléry interdit à son fils Théophile de revoir sa sœur et de l’aider, loi d’airain que le jeune homme transgresse. Et Geneviève, l’infirmière qui tente de leur conserver un minimum d’humanité et de les protéger contre les expérimentations brutales de Charcot et Cie et l’exhibition des « folles » lors d’un bal où elles sont scrutées par la foule bien-pensante, fait finalement face à l’incompréhension de son père, qui la renie.

À l’époque contemporaine, Michel Bourdieu, catholique ultra-pratiquant, brime son second fils adolescent, Hugo, que leur famille se trouve à Paris ou en Bretagne. Seul son premier fils, militaire, trouve grâce à ses yeux, car correspondant à ses idéaux de virilité traditionnelle. Hugo, ayant littéralement la tête dans les étoiles, doux et posé, n’a rien de commun avec le chef de famille, qui n’hésite pas à crier et à cogner sur tout ce qu’il ne comprend pas.

Dont le meurtre qu’il commet sur la personne d’Isaac, dont le prénom l’horripile déjà, et qui se trouve être un (autre) adolescent qui ne correspond pas à ses critères existentiels. Isaac a des visions, un peu comme Eugénie, et cela suffit pour remettre en question la profondeur et la sincérité religieuse de Bourdieu – bourde de Dieu ? L’unique moyen que Michel trouve pour retrouver la paix et s’en laver les mains, là aussi au sens propre du terme, est de tuer Isaac.

Par contre, il respecte l’intégrité de sa fille Julia, contrairement au père de sœur Anne, autrefois Alice, violée par son géniteur, et qui revoit régulièrement la scène.

Du côté des pères non biologiques, il y a donc le docteur Charcot, les autres médecins de la Salpêtrière et les internes dans Le Bal des folles, et Michel Bourdieu, professeur d’Isaac, dans Un miracle. Tous sont brutaux, de par le pouvoir qu’ils exercent sur les corps et le mental des autres (les internées, les plus jeunes). Et personne en face pour les arrêter.

Ces deux romans montrent toute la bassesse et la sottise de l’intolérance, sa quotidienneté, qui conduit aux abus de pouvoir et aux meurtres, légitimés par la loi (enfermement des femmes) ou pas (Isaac). Mentalités à changer, éducation non sexiste et non homophobe, largeur d’esprit à mettre en place pour tous et toutes, donc.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Pères violents, pères intolérants : Le Bal des folles, Un miracle », Voyages autour de mon cerveau, janvier 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/7716

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Second degré VADMC

Pour en finir avec le second degré

Face aux œuvres d’art, il peut être de bon ton de prendre de la hauteur  et de les décortiquer jusqu’à la moelle. Mais, ce faisant, ne prend-on pas le risque de perdre le plaisir du contact avec l’oeuvre ?

Prendre de la distance, analyser, décrypter, penser, oui, bien sûr. Sans réflexion, impossible d’avoir prise sur le monde, et d’aller au-delà du conformisme et de l’emprise du religieux. Cependant, à trop se poser dans l’éloignement d’un objet, d’un ouvrage, d’un être, ne se trouve-t-on pas dans une nouvelle orthodoxie et dans du snobisme ?

Pour les films, prendre plaisir à un drame auctoriel en noir et blanc muet sur-titré en tchèque n’empêche pas d’apprécier une comédie populaire étasunienne en Technicolor, d’autant que, dans les deux cas, des mécanismes similaires sont à l’œuvre. Les deux films peuvent faire preuve à parts égales d’âgisme, d’antisémitisme, de classisme, d’homophobie, de racisme, de sexisme, de spécisme, de transphobie, de validisme. Avoir un statut d’auteur/d’autrice, qu’il soit auto-accordé ou décerné par la critique, ne garantit pas de toute analyse sur le fond, justement. Et, inversement, une réalisation sans imagination, voire, comble de l’horreur, chronologique, et sans dix mille mouvements de caméra, peut aboutir à une œuvre que l’on suit avec plaisir, grâce au jeu des acteurs et des actrices, à l’intérêt du récit, à des rapports humains égalitaires (race, classe, sexe), à un dialogue bien ficelé, à des décors bien campés.

De même pour les livres. C’est ce qu’écrit Simone de Beauvoir dans Tout compte fait (1972) :

Il faut d’abord que l’univers fictif où je pénètre ait assez de cohérence pour que je puisse m’y ancrer (…). Ainsi dans ses romans Patricia Highsmith commence par inventer une atmosphère, un milieu, des personnages assez vraisemblables pour que j’accepte leur existence ; la suite de l’histoire bénéficie de ce crédit. (…) j’accepte de jouer le jeu. Si dès le début un roman policier m’accroche – par un dialogue vivant, une énigme bien posée, un défi, un pari – l’intrigue peut être extravagante : il me suffit qu’elle soit bien construite, et je feindrai d’y croire ; aiguillonnée par le désir de savoir quel est le coupable, si le hold-up réussira, comment s’y prendra l’agent secret pour accomplir sa mission, je consentirai à considérer comme un héros un agent de la C.I.A., à tenir les Chinois, les Soviétiques ou les Coréens pour des suppôts de Satan1.

L’autrice jongle avec humour entre les clichés des romans d’espionnage des années soixante et ses orientations politiques, à gauche et antiracistes. Beauvoir analyse ses attentes en matière de plaisir de lecture, qui concerne la construction de l’histoire plus que son fond, tout en étant consciente du lieu où elle se trouve, c’est-à-dire de ce qu’elle lit, et, lorsqu’elle évoque les films de James Bond2, de ce qu’elle regarde.

Bien entendu, il ne s’agit pas tomber dans l’excès contraire, à savoir aplanir toutes les œuvres (film, téléfilm, série, chanson, livre, tableau, sculpture, installation…) et les mettre sur le même plan, après analyse. Certaines œuvres sont complexes car elles proposent une vision fouillée du monde, ce qui les place au-dessus d’un simple divertissement, qu’il soit comique ou tragique.

Il s’agit surtout de retrouver de la fraîcheur quand on regarde un film, quand on lit un livre, quand on contemple une œuvre d’art. Et d’éprouver du plaisir, au premier degré.

 

1 Simone de Beauvoir, Tout compte fait, Paris, Gallimard, « Folio », p. 236-237.

2 Ibid., p. 247.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Pour en finir avec le second degré », Voyages autour de mon cerveau, décembre 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/7425

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Virgile et Garbo VADMC

 Virgile et Garbo

Au chant IV de L’Énéide (Ier siècle av. J.C.), la reine de Carthage, Didon, découvre que son amant, le Troyen Énée, vient de l’abandonner pour partir à la conquête de l’Italie. Plutôt être le premier dans Lavinium (la cité qu’il va construire après avoir établi son autorité du côté de la future Rome) que le second à Carthage. On est un homme, un vrai, ou on ne l’est pas. Énée choisi l’ingratitude vis-à-vis de Didon, qui l’a recueilli après sa fuite de Troie (en Turquie actuelle).

Pas question d’égoïsme masculin, bien au contraire, dans La Reine Christine (Queen Christina, Rouben Mamoulian, 1933). Au dix-septième siècle, le bel ambassadeur Antonio Pimentel de Prado (John Gilbert) est dévoué, corps et âme, à la souveraine de Suède, Christine (Greta Garbo).   Au vu de cette passion, qu’elle partage, la reine décide d’abdiquer. Sam Behrman et Salka Viertel, les scénaristes, inventent ainsi une histoire d’amour plutôt que des raisons politiques à ce geste. Une femme ne peut être que dirigée par ses sentiments, et non par sa raison, ce serait si peu conforme au sexisme occidental du vingtième siècle.

Didon et Christine ont pourtant un autre point commun, outre leur souveraineté, à savoir leur rapport charnel aux souvenirs de leur amant. Didon se repaît de douleur en embrassant les reliques abandonnées par son amant et se suicide sur le lit de leurs ébats.

Christine, quant à elle, dans une scène passée à la postérité cinéphile, touche chaque accessoire de la chambre où elle passe la nuit avec Antonio, avant de s’étendre sur le lit. Outre le phallisme (grains de raisin, bougie, fuseau du rouet, polochon, colonnes du lit) des objets contre lesquels Christine se presse, notons que le rouet et la position en plongée d’Antonio, vu par Christine depuis le haut de la pièce, annonce la séquence finale, sur le bateau qui emmène l’ex-reine hors de Suède, le corps mort d’Antonio étendu sur le pont, Christine appuyée contre la proue arrondie, pendant que le pilote tient la barre.

Deux femmes malheureuses en amour, mais quel destin impressionnant !

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Virgile et Garbo », Voyages autour de mon cerveau, décembre 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/7390

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Faire ses choix VADMC

Faire ses choix. Partir, revenir, pourquoi ? (2)

Dans les romans comme dans la vie, il est parfois plus difficile de partir que de rester. L’immobilisme permet à la zone de confort de rester immuable et, souvent faussement sereine. Bouger, voyager, séjourner ailleurs, ne va pas de soi, surtout si l’on est pauvre. Revenir non plus n’est pas une sinécure, quel que soit son milieu social.

Le livre, puis la série, Normal People, en est un bon exemple. Le récit, court mais serré, de Sally Rooney, paru en 2018, montre les tensions spatiales qui s’instaurent entre et pour les deux héros, Connell et Marianne. Habitant la même petite ville irlandaise et fréquentant le même lycée, l’une est riche, l’autre est de condition modeste. Ils n’habitent donc pas dans le même quartier ni dans un domicile identique, en termes de mètres carrés. La demeure de Marianne, de sa mère et de son frère aîné est vaste et possède un jardin. La maison de Connell et de sa mère est petite et sans espace vert, engoncée entre deux autres logements. Au lycée, plusieurs rangées séparent la solitaire Marianne de Connell et ses ami es. De même, leur début d’études à Dublin duplique leur vie en province : lui est en colocation car sans bourse, elle habite l’appartement familial.

L’attribution d’une bourse au mérite à chacun·e change de vie. La jeune femme descend dans l’ordre social, en quittant la demeure familiale, tandis que Connell peut arrêter de travailler à côté de ses études. Les deux jeunes gens se rejoignent socialement, mais pour un bref instant seulement. En effet, Marianne souhaite s’éloigner encore plus de sa mère indifférente et de son frère violent. Elle part d’abord dans la villa familiale près de Trieste, puis en Erasmus en Suède, pendant que Connell sombre dans la dépression.

Le retour du Grand Nord de la jeune femme réactive le passé, puisque les vacances universitaires d’été signent la séparation sociale des espaces. Connell est chez sa mère en ville, Marianne chez sa mère dans le haut de la cité. Et c’est toujours elle qui se rend chez lui, sauf lorsqu’elle l’appelle à l’aide, car son frère l’a frappée, une fois encore. Marianne, encore enfermée dans le cercle vicieux de la culpabilisation et de la violence intra-familiale, n’a pas encore fait la démarche d’aller chez un·e professionnel·le de santé, contrairement à Connell. Sa force est cependant immense, au vu des relations toxiques avec les hommes – sauf Connell, qu’elle a traversées.

Pour elle, partir d’Italie, puis de Suède, a donc été bénéfique. Au contraire, le petit tour d’Europe (Allemagne, Tchéquie, Slovaquie, Autriche, Italie) entrepris par Connell avec ses ami·es Elaine et Nail l’a sorti de sa condition d’étudiant d’un milieu modeste, en lui ouvrant l’univers, géographique, artistique, sensoriel. Tout cela nourrissant sa créativité d’écrivain. D’où des publications modestes, qui lui ouvrent les portes d’une université new-yorkaise. Le nouveau départ de Marianne, lui, est stable spatialement. Elle a vraiment coupé les liens gangrenés avec sa famille et souffle à Dublin, au sein de l’université jouissant de sa bourse et de la liberté mentale qu’elle lui offre.

Le parcours existentiel de Connell et de Marianne continue à tracer de beaux parallèles, dans un double envol. Des destins à être continués.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Faire ses choix. Partir, revenir, pourquoi ? (2) », Voyages autour de mon cerveau, novembre 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/7235

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Guitry Hergé VADMC

Guitry et Hergé

Les téléphones cellulaires et leur immédiateté nous ont presque fait perdre le goût de l’impromptu et du bizarre – sauf les messages avinés de trois heures du matin un dimanche, que l’on découvre après le brunch.

Il n’en était pas de même lors des soixante premières années du vingtième siècle, lorsque les communications étaient plus aléatoires, souvent coupées et dépendant du bon vouloir des téléphonistes. Bien entendu, les auteurs et les autrices s’en sont emparées dans un but comique. Citons, parmi mille exemples, le film Allô Paris ? Ici Berlin, réalisé en 1931 par Julien Duvivier, le sketch de Fernand Raynaud Le 22 à Asnières (1955), et l’adaptation française du Canard à l’orange du Britannique William Douglas-Home (1968).

Dans le genre théâtral, Sacha Guitry a utilisé ce ressort à l’acte deux de Faisons un rêve (1916), pièce qu’il a filmée en 1936. Téléphonant à Elle, sa future maîtresse (Jacqueline Delubac), Lui (Guitry), bourgeois avocat ne plaidant pas, s’exaspère d’être constamment coupé dans son chaleureux roucoulement. Il est même pris pour un commerçant : « Allô ? – Comment ? Maison quoi ? (…) Oui Monsieur c’est ici – De la cerisette ? Bien monsieur. (…) Je t’en ficherai, moi, de la cerisette ! » Non mais, je vous le demande, venir interférer dans le désir amoureux pour une vulgaire transaction marchande, fi.

Et, bien sûr, cela ne peut qu’avoir inspiré le dessinateur belge Hergé dans L’Affaire Tournesol (1956), lorsque Nestor, le maître d’hôtel du château de Moulinsart, est pris pour le patron de la Boucherie Sanzot (sans os), à la première page de l’album : « Allo ? … Pardon ? … Non, Madame, ce n’est pas la boucherie Sanzot ! » Nestor est beaucoup moins patient que Lui.

Les deux artistes s’amusent des quiproquos engendrés par la défaillance technologique, qui servent à retarder le début de l’intrigue, amoureuse chez Guitry, d’espionnage chez Hergé, le second rendant hommage au premier.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Guitry et Hergé », Voyages autour de mon cerveau, novembre 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/6949

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube