Archives de catégorie : Premières séances

S’installer dans un fauteuil, au cinéma, chez soi ou chez les autres, et analyser les images qui bougent.

Interview sur Antonia Bird 2

À la redécouverte d’Antonia Bird

“Rencontre avec Guillaume Banniard et Muriel Cinque, corédacteurs en chef du second numéro du magazine indépendant L’Infini Détail qui consacre un dossier à Antonia Bird. Une immense et invisibilisée cinéaste britannique qui n’avait, jusqu’ici, pas eu les honneurs d’un article à la mesure de sa carrière.”

Tiphaine Martin – Comment est né votre projet ?

 

Muriel Cinque – de la curiosité et du désir de partager. En visionnant les différents projets de madame Bird, il nous est apparu à Guillaume et moi-même que nous avions affaire non seulement à une cinéaste de qualité mais à un être humain de grande valeur. Son approche des sujets qu’elle traite, sa maîtrise des tourments intérieurs de ses personnages, son sens de l’observation et son absence de jugement font de son travail une mine d’or.

Guillaume Banniard – pour ma part, il est aussi né d’un sentiment de frustration, celle de découvrir les films d’Antonia Bird tout en découvrant que personne, en fait, ne les connaissait. Son long-métrage Vorace compte parmi mes dix films favoris depuis sa sortie, en 1999, mais j’ai moi-même mis des années avant d’explorer le reste de sa filmographie. La création de ce dossier nous est apparu comme une évidence. Ce magazine est aussi le fruit du dévouement de notre maquettiste, Marie Lemoine, qui a donné un magnifique écrin à notre travail. L’identité visuelle de L’Infini Détail lui est entièrement due.

©Rackdamn

T.M. – Qui est Antonia Bird et pourquoi n’est-elle pas/peu connue aujourd’hui ?

G. B. – C’est une cinéaste londonienne décédée prématurément, fin 2013, à l’âge de 62 ans. Nous-mêmes nous posons la question de son anonymat. Notre revue, L’Infini Détail, la pose également. Et y répond en explorant ses œuvres. Ses films, il faut insister là-dessus, sont taillés pour le public. Ils sont engagés autant que divertissants, accessibles.

M. C. – Antonia Bird est une cinéaste de l’humain. Son cinéma est engagé, social et surtout populaire dans le sens noble du terme. Elle n’a jamais renoncé face à l’adversité, qu’il s’agisse du mépris des distributeurs qui ont littéralement sacrifié son œuvre la plus connue, Vorace, ou des menaces de mort suite au tournage de son film sur l’Église britannique, Prêtre. Elle reste peu connue car sa filmographie n’a pas ou peu eu l’heur de sortir en salle et sa disparition prématurée a fait que les plateformes ne s’y sont pas intéressées. Pas plus que les télévisions françaises. Il faut donc faire l’effort de chercher. 

T.M. – Quels sont ses films et où peut-on les visionner ?

G. B.et M. C. – Légalement, c’est un sacerdoce ! Les options sont limitées pour mettre la main dessus. Côté support physique, il existe des DVD français de VoracePrêtreDe l’amour à la folie et La Cellule de Hambourg. Ils se trouvent sur le marché d’occasion. Vorace, lui, est actuellement présent sur le catalogue de la plateforme FilmoTV. Sinon, certains sont visibles sur YouTube dans une qualité toute relative, et sans sous-titres. Nous espérons organiser des projections dans des festivals, une fois le magazine sorti. Voire une rétrospective à l’Institut Lumière ou à la Cinémathèque française. Charlotte Wensierski, la directrice du Festival du Film Subversif de Metz, a envie depuis plusieurs années de passer Vorace. Ce serait formidable qu’elle projette plusieurs films de Antonia Bird durant la prochaine édition.

T.M. – Quels sont leurs points communs, leur fil directeur ?

M. C. – Le choix de ses comédiens et leur emploi. Ce n’est pas pour rien si, malgré le fait qu’elle reste méconnue de nombreux cinéphiles, elle reste dans le cœur de ceux qui ont côtoyé ses œuvres. La manière dont elle s’empare des sujets qu’elle choisit de traiter, quels qu’ils soient, rend son cinéma absolument unique. Leur diversité montrent aussi son ouverture d’esprit, son empathie.

G. B. – Je suis entièrement d’accord. J’ajouterais que le point commun de tous ses films, c’est une direction d’acteurs merveilleuse. Le style visuel de Antonia Bird se met toujours à leur service. Ses films sont d’une grande efficacité, car soucieux de captiver le public, peu importe le sujet abordé. Et entre les troubles psychiatriques, le terrorisme, l’homosexualité ou encore le cannibalisme, Dieu sait qu’elle a abordé des sujets difficiles.

T.M. – Quelle est l’évolution dans sa filmographie ?

G. B. – De mon point de vue, on peut davantage parler de constance. Ses œuvres de début de carrière, comme l’excellent téléfilm Safe, étaient déjà très puissants. Antonia Bird a su conserver l’acuité de son regard sur ses projets suivants, téléfilms comme films de cinéma, productions britanniques comme américaines.

M. C. – Je pense que l’on peut parler de constante plus que d’évolution. Certes elle a débuté en travaillant pour la télévision et le passage au grand écran peut passer comme telle, de même que traverser l’océan le peut aussi mais dès ses premiers métrages, son écriture, ses personnages et sa caméra ont la même puissance. 

T.M. – A-t-elle inspiré d’autres cinéastes, d’autres artistes (plasticien·nes, écrivain·es, musicien·es…) ?


G. B. – Pas à ma connaissance, mais comment en être sûr ? J’ai découvert le cinéaste hongrois Jan Kadar le jour où John McTiernan, réalisateur de Predator, l’a mentionné lors d’une interview dans l’émission BiTS de Rafik Djoumi. « Sa maîtrise suprême de la caméra n’a jamais eu la reconnaissance méritée », disait-il. S’il n’avait pas cité ce cinéaste, aurais-je jamais entendu parler de Jan Kadar ? Sans doute pas, alors qu’il a influencé l’un des cinéastes hollywoodiens les plus importants des années 1980-1990 ! J’ai commencé la filmographie de Jan Kadar par Le Miroir aux alouettes, que j’ai ensuite fait découvrir à Muriel. C’est une merveille. Allez savoir si des cinéastes établis n’ont pas été influencés de la même manière par Antonia Bird ?


M. C. – Je ne crois pas vraiment. Ses partenaires lui ont été fidèles, et les influences sont parfois si bien digérées… Elle a travaillé avec de futures stars comme Linus Roache (Homeland), Guy Pearce, Aidan Gillen (Game of Thrones) ou encore Robert Carlyle, avec qui elle était amie. C’est un beau CV pour une femme oubliée.

Lien vers la page Ulule :  Revue – L’Infini Détail n°2 – Ulule

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Guillaume Banniard et Muriel Cinque, « À la redécouverte d’Antonia Bird », Voyages autour de mon cerveau, janvier 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/2437

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Image mise en avant Ernest et Célestine VADMC

Ernest et Célestine, le film : amère déception

J’en attendais beaucoup et j’ai été amèrement déçue. Ceci est donc à peine un article scientifique.
 

Film d’animation de Benjamin Renner et Vincent Patar, sorti en 2012, Ernest et Célestine, le film, semble avoir tous les atouts pour la réussite critique et publique qu’il a obtenu : scénario de l’écrivain Daniel Pennac, voix de Lambert Wilson pour le héros Ernest, couleurs pastel agréables à l’œil, idées généreuses d’antiracisme, de tolérance et de compréhensions entre les peuples développées pendant l’une heure vingt de ce moyen métrage.

Si ce n’est que le tout est un ratage complet, sauf pour les voix des personnages. Il ne reste rien de la technique de Gabrielle Vincent, lautrice belge des albums adaptés, proche des estampes japonaises et tendant vers l’abstraction. Les fonds sont souvent blancs. Son trait fin et enlevé est aplati dans le film, les couleurs délavées et peu appuyées sont devenues criardes et surchargent l’image du film. Chez Vincent, pas de débauche de gouache. Elle préfère l’esquisse et l’impression à une lourde précision.

Cruauté sans doute involontaire des réalisateurs, peut-être masochistes, ils font transcrire à Ernest certains des dessins de La Naissance de Célestine (Gabrielle Vincent, 1987) au cours du film. Aux spectateurs et spectatrices de juger de la différence de qualité entre la frimousse de bébé Célestine et celle qu’elle a dans les autres albums, avec la tête qui lui a été faite dans le dessin animé, semblable à mille autres têtes de souris, Minnie exceptée.

©Tiphaine Martin
Ernest et Célestine 1

©Tiphaine Martin

 

 

 

 

 

 

 

Ernest et Célestine 2

©Tiphaine Martin

 

 

 

 

 

 

 

 

Passons maintenant au scénario. Rien ou presque rien n’a été conservé des albums de Gabrielle Vincent, sauf la découverte de Célestine par Ernest dans une poubelle, dans La Naissance de Célestine[1]. Et encore. Dans La Naissance de Célestine nous ne savons pas qui a abandonné Célestine et pourquoi elle a subi ce début cruel dans l’existence. L’important, comme dans les autres albums, est la relation toute en tendresse qu’elle construit avec Ernest, père célibataire.

     ©Tiphaine Martin

Tandis que dans le film, c’est sa gourmandise qui l’a conduite à la poubelle et son goût de l’aventure, punis tous deux par la peur qu’elle éprouve à se trouver dans le monde des ours, avant, heureusement, de se trouver sous la patte paternaliste d’Ernest. C’est une des lignes choquantes de l’histoire du film, à savoir l’angoisse permanente éprouvée par Célestine, qu’elle se trouve dans l’univers des souris ou dans celui des ours. Ne parlons pas de la caricature bien sexiste de la méchante directrice du pensionnat non mixte où Célestine est élevée – mais où sommes-nous et quand ? – ni des ours·es mal léché·es qu’elle croise dans son parcours de combattante.

Quant aux discours pseudo-antiracistes, même un·e enfant de deux ans a plus de jugeote et de réflexion que cette bouillie indigeste et inutilement grandiloquente, clamée par les deux héros lors de leur jugement respectif, Ernest au tribunal des souris, Célestine au tribunal des ours·es.

L’univers imaginé par Pennac n’est qu’angoisse et ordalie. Où est passée la délicatesse à envisager le rapport à l’autre de l’auteur de Cabot-caboche (1982) et de L’Œil du loup (1984) ? Le prof-écrivain qui s’amusait à édicter les « Dix Droits du lecteur » à la fin de Comme un roman (1992) ? « Droits du lecteur » que, pour ma part, j’ai vu affichés dans mes salles de classe de primaire, illustrés par Quentin Blake, que je côtoyais par ailleurs depuis mon enfance via son étroite collaboration avec l’écrivain britannique Roald Dahl.

 

10 droits lecteur affiche Quentin Blake

 

Dans les albums, Célestine est certes confrontée à la peur (Noël chez Ernest et Célestine), à l’absence (Ernest et Célestine ont perdu Siméon), au chagrin (Ernest et Célestine chez le photographe), à l’instar de n’importe quel·le enfant, mais le monde qui l’entoure n’est pas hostile et le négatif occupe finalement peu de place au sein de la narration. Le but de Gabrielle Vincent n’est pas non plus de renvoyer dos-à-dos souris et ours·es, ainsi que leur univers concentrationnaire, mais de parler de paternité en mode solo, d’homme/ours qui se sort de l’alcoolisme en devenant responsable d’une nourrissonne et qui vit les aventures extraordinaires du quotidien avec elle, sans la surprotéger ni lui faire des leçons de bonne conduite. À la fin de certains albums, la note d’intention est ainsi rédigée : « L’essentiel, pour elle, est de “rendre” la vie dans toute son intensité, toutes ses nuances[2]. »

Il faut dire que Gabrielle Vincent aime ses personnages, ce qui n’est pas le cas des réalisateurs ni du scénariste du dessin animé, qui les manipulent brutalement.

Par conséquent, ruez-vous chez votre libraire de proximité, (re)plongez-vous dans les albums et baignez-y avec vos enfants – de proximité également -, vous ne perdrez rien au change, bien au contraire.

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Ernest et Célestine, le film : amère déception», Voyages autour de mon cerveau, décembre 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=2339


[1] Gabrielle Vincent, La Naissance de Célestine, Paris, Duculot, 1987, p. 11-12.

[2] Gabrielle Vincent, Noël chez Ernest et Célestine, Paris, Duculot, 1987, s.p.

 

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Aline, de Valérie Lemercier : le souffle du cœur

La carrière de chanteuse de Valérie Lemercier et son amour de la chanson populaire n’a pas débuté avec son film Aline (2021), mais lors de l’émission des années 1990 Les Nuls. La parodie de L’École des fans de Jacques Martin est l’occasion pour l’actrice de brailler la première phrase de « Capri c’est fini » d’Hervé Vilard (1966), au profond agacement du faux animateur, Alain Chabat, qui ne veut sur son plateau que des chansons de « chanteurs morts », ici « Bambino » de Dalida, que Valérie ne veut pas l’interpréter. La scène finit en pugilat, car Chabat perd son sourire et son ton mielleux devant lobstination la « petite » Valérie et la frappe, déclenchant l’ire de Dominique Farugia/le père, qui fait irruption sur scène, caméscope au poing[1]. Dans l’inconscient collectif des abonné·es de Canal +, Hervé Vilard et son tube restent associés pour l’éternité à Lemercier et aux Nuls. D’Hervé Vilard à Christophe et à son tube « Aline » (1966) – repris aussi dans The French Dispach de Wes Anderson (2021) – il n’y a qu’un pas. Lemercier fait regarder le clip de Christophe par Sylvette Dieu (Danielle Fichaud), la mère d’Aline (Valérie Lemercier), pour expliquer le choix de ce prénom pour la dernière à naître dans cette grande famille québécoise.

Autre étape dans sa riche carrière d’actrice/réalisatrice/chanteuse, sa participation à la reprise du « Coup de soleil » de Richard Cocciante (1980) par le chanteur Vincent Delerm, chanson d’amour qui figure sur l’album de Delerm Favourite Songs (2007). Une nouvelle preuve de son affection pour la culture populaire, cette fois-ci des années quatre-vingts.

C‘est cette époque de la fin du vingtième siècle qui occupe un bon tiers d’Aline, période charnière dans l’existence de l’héroïne, qui devient une star internationale et qui se marie enfin avec son Pygmalion, Guy-Claude Kamar (Sylvain Marcel). Mais qui épouse l’autre ? Guy-Claude est un producteur au bord de la crise financière quand il est contacté par la famille Dieu. Subjugué par la force de la voix d’Aline (doublée par la chanteuse Victoria Sio[2]), âgée de douze ans, il forge sa carrière et redresse sa maison de disques. Il décide de ses chansons, de ses passages télévisuels, des dates et de la fréquence de ses concerts, de sa tenue et de son physique. Symboliquement et de manière très pratique, il la fait passer de petite fille/adolescente (interprétée aussi par Lemercier) à cheveux longs, chemise blanche, jupette rouge et mocassins à jeune femme aux cheveux crêpés et bouclés, t-shirt ample dénudant une épaule, jean serré, hauts talons et dentition refaite, en même temps qu’à un répertoire adulte, loin des bluettes de ses débuts. Et, chaque soir, après son concert, il fait le bilan de la soirée avec elle, assis sur le bord de son lit d’hôtel. Si ce n’est que la réalisatrice évite les pièges de la représentation pédophile d’un homme bien plus âgé que sa Galatée et qui abuse d’elle, de sa naïveté, de son innocence. Aline est tout à fait responsable, elle a les pieds sur terre. Elle est bien entourée par sa famille, qui ne trafique pas sa célébrité à venir au-dessus de sa tête. Aline n’est pas non plus un fruit vert perverse, comme la Lolita de Kubrick, qui a dévoyé le sens du roman de Nabokov[3]. Sylvette est toujours présente dans les scènes du soir, dans la même chambre que sa fille. Toutes deux sont vêtues jusqu’au cou et de manière opaque, il n’y a pas de sexualisation ni de l’une ni de l’autre… ni du tiers mâle, immanquablement habillé de pied en cap avec ses vêtements de ville, costard et imperméable. D’un côté comme de l’autre, pas de gestes ambigus, pas d’œillades, pas de frôlements intempestifs, sauf lorsque’Aline est majeure, et qu’elle accepte que Guy-Claude pose sa veste sur ses épaules et la fasse tellement rire qu’ils en oublient la mère dAline dans la voiture. Passage de relais d’une femme âgée – elle a eu Aline très tard – à un homme un tout petit peu plus jeune qu’elle[4]. Ce n’est pas de gaieté de cœur que ce transfert se déroule, Sylvette soulignant la différence d’âge importante entre sa « petite princesse » et le « vieux pruneau bronzé », ainsi que son souhait d’un autre gendre. Elle pousse d’ailleurs sa fille à fréquenter des jeunes gens de sa génération, en vain. Le choix d’Aline est fait et elle ne souhaite pas changer d’avis, et rien n’indique une emprise malsaine de Guy-Claude.

Comme dans tout bon conte de fées, princesse Aline garde la photo de son bien-aimé sous son oreiller pour y rêver, mais sans se masturber. Quant à Guy-Claude, il refuse davouer son amour à Aline alors quelle le presse, fait l’amour avec elle quand elle a vingt ans et à sa demande à elle, lorsqu’elle se sent prête, divorce de sa deuxième femme et fait une demande en mariage à Aline on ne peut plus romantique, à base de Naples et de glace au chocolat. Sexe et met sucré sont liés, présages de la bonne santé mentale et physique du couple[5]. Valérie Lemercier renverse d’ailleurs les clichés genrés associés à la nourriture, plus loin dans le film : hamburger-frites pour elle, purée de carottes pour lui, jusqu’à ce qu’Aline tombe enceinte. C’est monsieur qui surveille son poids et madame qui ne fait pas attention à sa ligne, geste féministe par excellence, loin des diktats de la mode et du monde du spectacle. C’est le Pygmalion qui apprend de la chanteuse, devenant Pygmalionne, qui forge sa carrière grâce à son propre talent et non uniquement grâce aux sages conseils et aux relations de son époux, qui le reconnaît : « (…) ce qu’on a bâti ensemble. » C’est le fameux 50-50 dont est fait un couple réussi, si l’on en croit Mike (Spencer Tracy) dans le Mademoiselle Gagne-Tout de George Cukor (1952).

Autre succès, outre la célébrité, c’est une vie qu’on se choisit et qu’on forge morceau après morceau, sans s’y perdre comme Aline le fait quand elle arrive dans sa nouvelle demeure de plus de quarante pièces. Aline compose sa propre famille, mère chanteuse-père producteur-trois enfants, avec une vie quotidienne volontairement banalisée par la réalisatrice : concerts, répétitions, hâte de revoir ses enfants, moments de détente avec eux, vacances ensemble, un couple de domestiques agréable et fidèle. Pas de dorures dans les pièces, pas de surabondance de meubles, pas de placards débordants de vêtements ni de chaussures. L’unique plan sur les chaussures (beaucoup, oui) est rapide et n’a rien de commun avec les plans fixes de Sofia Copola dans The Bling-Ring (2013). Là où l’Américaine dénonçait la surconsommation et l’ostentation des stars qui attirent la convoitise de fans ne manquant eux-mêmes de rien sur le plan matériel, la Française marque la réalité d’un métier et, sans doute, l’amour d’Aline pour les chaussures, déjà montré plus tôt dans le film. Une fois son premier contrat signé avec Guy-Claude, la jeune fille avait entraîné sa mère devant une vitrine où trône une paire de chaussures dorées, bien propres à la « petite princesse » qu’elle est au sein de sa famille. Une de ses sœurs la lui achètera et la lui posera près d’elle dans son sommeil. Et la Belle Aline au Bois Chantant les portera des années plus tard à son mariage, sous des mètres de tissu blanc. Ce film nous convie dans l’intimité d’uns célébrité planétaire, mais sans les côtés désagréables du star-system : Aline protège son intimité tout en faisant son travail à plein. Même si, pour ma part, je n’ai pas encore vu de film biographique montrant une star odieuse bout en bout  (même le Cloclo de Florent-Emilio Siri, 2012), ce qui est logique, le propos de Lemercier n’est pas de souligner l’éloignement public-star. La grande maison, la piscine, la très longue voiture, les salles de spectacle immenses, tout ces larges espaces participent au mythe de la star et décrivent sa réussite matérielle, mais ne semblent pas peser sur Aline. Elle conserve son humour, son sens de la repartie sans en faire trop. Son producteur le lui a d’ailleurs conseillé après son premier passage télévisuel : lui aussi est très doué, mais il a appris à faire semblant de ne pas en dire trop, voire d’être ignorant, afin de laisser l’avantage aux autres et qu’Aline ne passe pas pour « une prétentieuse » et soit jalousée et dédaignée.

Un film qui fait du bien et qui donne à réfléchir sur le couple, la célébrité et la vie qu’on se choisit.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Aline, de Valérie Lemercier : le souffle du cœur», Voyages autour de mon cerveau, novembre 2021. URL :  https://vadmc.hypotheses.org/2156


[2] Liste des chansons du film sur le site Cinezk : https://www.cinezik.org/critiques/affcritique.php?titre=aline2020090913

[3] Cf. le documentaire d’Olivia Mokiejewski, Lolita, méprise sur un fantasme, ARTE, 2021.

[5] Voir notre article de 2016 « Manger lautre pour se découvrir, chez Simone de Beauvoir et Françoise Sagan», Observatoire de limaginaire contemporain, Université du Québec à Montreal. URL : http://oic.uqam.ca/fr/publications/manger-lautre-pour-se-decouvrir-chez-simone-de-beauvoir-et- francoise-sagan

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Debout les femmes !

Debout les femmes ! Filmer des exploitées

Être une femme, être une AVS, une auxiliaire de vie, une femme de ménage…, en 2021, c’est être exploitée, quelle que soit sa couleur de peau. Déjà, c’est être invisible aux yeux des femmes et des hommes politiques. Qui nettoie mon bureau de parlementaire? C’est Personne. Qui s’occupe de ma grand-mère, de mon grand-père, qui les lève, les lave, leur fait et leur donne à manger ? Personne. Qui s’occupe de mon enfant handicapé·e, à la maison et à l’école ? Une ombre, sous-payée comme ses consœurs du sanitaire et du social, à pas même le SMIC. Qui veut changer leur quotidien et les faire exister, leur donnant une dignité et une reconnaissance sociale fixes ? Le député François Ruffin (France insoumise), le documentariste Gilles Perret et le député Bruno Bonnell (En Marche !).

Tels les John Steinbeck du XXIème siècle, avec le soutien de Bourvil (« Le Petit Bal perdu», « La Tendresse ») et de Bernard Lavilliers (« On The Road Again »), ils nous découvrent le travail de ces femmes, qui tiennent le cap, font leur travail et l’aime, malgré des contraintes horaires imposantes. Elles se lèvent chaque matin à quatre heures pour qu’à six heures tout soit impeccable dans les hôpitaux, les cliniques, les écoles, les bureaux. Elles se réveillent à six heures pour commencer leur journée de travail à huit heures et la terminer à vingt heures, après avoir parcouru une ville, des lieux, d’est en ouest et du sud au nord, sans relâche et sans être défrayées de leurs frais d’essence. Pause déjeuner ? Quelle pause déjeuner ? Des bons d’achats pour des masques et des blouses ? Pourquoi, elles perçoivent (et l’aperçoivent, de loin) un salaire.

C’est tout cela que nous voyons, que nous (re)découvrons, ainsi que le combat de François Ruffin pour faire bouger les choses. Et pour réunir le plus grand nombre de ces travailleuses, pour qu’elles prennent leur combat en main, sans paternalisme de sa part. Ces dames s’unissent pour être entendues par les politiques et par nous, spectateurs et spectatrices qui pouvons les soutenir. Face caméra, elles parlent et analysent leur situation, indigne d’un pays démocratique et d’un pays d’où les discriminations de sexe sont interdites par la constitution. Mais c’est bien parce qu’elles sont femmes qu’elles sont sous-payées et donc exploitées. Car en France en 2021, il semble normal que les tâches ménagères et de soin aux personnes ne soient pas salariées à leur juste valeur. Rappelons que les luttes féministes au cours des siècles ont aussi eu pour but de rendre visibles le soi-disant normal, à savoir la prise en charge gratuite par la moitié de l’humanité de travaux peu valorisés dans et hors l’espace familial. Les mots employés sont révélateurs : « femmes de » ménage, « auxiliaires » de vie, sans compter les acronymes qui masquent la surreprésentation féminine dans certains métiers. Les ovaires sont mis en avant, tout comme l’aide, elle aussi naturellement féminine.

Soutenir leur combat, c’est aussi agir pour le partage normal des tâches ménagères du quotidien. Peut-être monsieur passera-t-il, ainsi, naturellement l’aspirateur au sein de son couple hétérosexuel, quand il verra que l’AVS de son fils dyslexique est payé autant que lui ?

Le documentaire de Ruffin et Perret est dynamique et non larmoyant, sans apitoiement, mais avec la volonté de changer concrètement le travail de ces femmes. Le film se conclut par une séquence mémorable d’une Assemblée nationale composée uniquement de femmes (de ménage, AVS, auxiliaires de vies), votant des lois visant à leur rendre justice, avant d’entonner « L’Hymne des femmes » (créée en 1971 par des militantes féministes). Minutes d’émotion qui coupent le souffle.

Qu’elles sont grandes et glorieuses, ces femmes !

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Debout les femmes ! Filmer des exploitées », Voyages autour de mon cerveau, novembre 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=2171

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Eugénie Grandet, religion ou voyage ?

En 2021, l’adaptation de Marc Dugain du roman d’Honoré de Balzac Eugénie Grandet (1833) le simplifie sans le trahir, sauf sur le sens du destin de l’héroïne, détail non négligeable.

Le réalisateur a attribué au Père Grandet (Olivier Gourmet) la description de sa biographie : ancien révolutionnaire par intérêt, maire de Saumur, louvoyant entre les régimes avec habileté[1]. De même, les scènes d’avarice, réduites, proviennent toutes du roman : réduction de la chandelle et du pain[2], colère contre la bassinoire pour chauffer les draps humides du lit de Charles Grandet[3], impossibilité de faire de la crème ou de la galette pour fêter l’arrivée du cousin[4], bouillon de corbeau sacré meilleur met du monde[5]. De même, certains dialogues de Balzac sont gardés tels quels par Dugain : celui entre madame Grandet (Valérie Bonneton), Eugénie (Joséphine Japy) et Charles (César Domboy) sur les distractions – hors théâtre, « péché mortel »[6] ; celui entre la mère et la fille sur son amour naissant pour son cousin[7].

Le réalisateur a raccourci la durée de l’idylle entre Eugénie et Charles, passant d’une dizaine de jours à deux jours, le troisième étant le départ de Charles pour les Amériques. Dugain a tenu à sexualiser la passion (au sens religieux du terme) de la Provinciale pour le Parisien. Le public a droit à une brève scène de sexe avec, ô stupeur, la jeune fille bientôt femme postée au-dessus de son cousin. Ce serait un sans-faute féministe, par l’inversion de la posture classique présente dans les films, à savoir femme au-dessous de l’homme. Seul problème, et de taille, rien ne nous indique que la frustration sexuelle d’Eugénie soit si grande qu’elle saute dès le deuxième soir sur le premier homme de son âge qui n’appartient pas à son cercle habituel. Dans une atmosphère à la Rembrandt et à la Le Nain, les visages des Grassin et des Cruchot, les bon·nes ami·es du Père Grandet, deviennent des trognes, croquées avec délectation par la caméra, qui s’attarde sur un menton en galoche, une bouche à demie ouverte, des lèvres pincées, des yeux perçants, une aile (de corbeau ?) suçotée dévotement, des cous engoncées dans des hauts cols. Dans la scène de sexe entre les cousins, nous retombons alors dans le cliché habituel de la puissance virile si irrésistible qu’elle fait chuter n’importe quelle jeune fille, par de simples regards et une promenade le long des peupliers. Balzac comparait Eugénie à « l’idéal de la Marguerite de Gœthe, moins la faute[8] » et concluait la scène d’adieu des cousins par un seul et unique baiser, convenance romantique mais aussi sociale, qui pousse Charles à demander Eugénie en mariage[9]. Dugain tient absolument à… punir son héroïne à la manière des films classiques hollywoodiens : « Ma fille, tu as commis le péché de chair, paies-en chèrement le prix. » À savoir, une attente de six ans (contre les sept du roman[10]), non sanctionné par un mariage. Et où est passée la religiosité d’Eugénie, moquée par son père, et montrée au début du film par une scène de confession ? Nous ne sommes pas dans l’adaptation de Douce (Michel Davet, 1940) par Claude Autant-Lara en 1943, lorsque Douce se rebelle contre son confesseur et ne remet plus les pieds dans une église. L’Eugénie de Balzac et de Dugain est pieuse sans hypocrisie.

Le réalisateur a également simplifié le parcours de la fortune de Charles Grandet. Au lieu de le faire partir pour les Indes[11] puis pour « la côte d’Afrique, (…) Lisbonne et [les] États-Unis[12] », Dugain le charge uniquement, ainsi que le Père Grandet, qui pousse son neveu dans cette direction, du poids d’esclavagiste aux Amériques. Esclavagiste signifiant, bien entendu, faisant le commerce triangulaire, puisque de nos jours les autres esclavages, d’hier à aujourd’hui, n’existent plus et sont effacés par celles et ceux qui hurlent à la mauvaise intrinsèque des personnes à la peau blanche. Étant entendu que ni les Berbères, ni les Chinois·es, ni les Japonais·es, ni les Vietnamien·es, ni les Cambodgiens·nes, ni les Coréen nes, ni les Afghan·nes, ni les Iranien·nes… ni les Indien·nes n’ont la peau blanche. Ces derniers et dernières apprécieront la disparition de leurs souffrances multiples et variées sous les colonisations anglaises, danoises, françaises, hollandaises et portugaises., ainsi que la hiérarchisation desdits tourments, visiblement moins importants que ceux, indéniables, des esclaves issu·es des peuples de l’Afrique de l’ouest, vendu·es par leurs chefs, par les marchands arabes ou capturés par les commerçants européens.

Chez Balzac, qui condamne explicitement le commerce des esclaves, Charles trafique la chair humaine de différentes nationalités, d’âges divers et de classes sociales variées, qu’il place au même rang que d’autres marchandises :

Au contact perpétuel des intérêts, son cœur se refroidit. Le sang des Grandet ne faillit point à sa destinée. Charles devint dur, âpre à la curée. Il vendit des Chinois, des Nègres, des nids d’hirondelles, des enfants, des artistes ; il fit l’usure en grand. L’habitude de frauder les droits de douane le rendit moins scrupuleux sur les droits de l’homme. Il allait alors à Saint-Thomas (…) acheter à vil prix les marchandises volées par les pirates et les portait sur les places où elles manquaient. (…) plus tard, les Négresses, les Mûlatresses, les Blanches, les Javanaises, les Almées (…), ses orgies de toutes les couleurs, et les aventures qu’il eut en divers pays effacèrent complètement le souvenir de sa cousine, de Saumur, de la maison, du banc, du baiser pris dans le couloir[13].

La multiplicité des moyens employés par Charles Grandet pour faire fortune est gommée par Dugain, au mépris de la vérité historique, de même que le sort des femmes prostituées sous toutes les latitudes, pour le plaisir de l’homme riche. Nous passons d’une dénonciation de violations brutales des droits humains partout autour du monde par un homme blanc, européen et français trafiquant tout ce qu’il peut, à la figure d’un vilain univoque, centré sur le commerce triangulaire, qui n’est d’ailleurs que peu évoqué, et jamais dans ses détails.

Rappelons également que Balzac comparait madame Grandet à une « pauvre ilote[14] ». Les connaissances historiques de l’écrivain sont plus détaillées que celles du réalisateur et des « offensé·es » perpétuel·les, voire presque plus féministes, puisque la comparaison entre le sort des femmes et celui des esclaves (ici, spartiates dans l’Antiquité) est un parallèle souvent fait par les militant·es féministes, dont Simone de Beauvoir dans l’introduction du tome un du Deuxième Sexe (1949). Essai où, par ailleurs, l’autrice dénonce le « cynisme » balzacien et son conseil aux hommes, dans La Physiologie du mariage (1829) de « traiter [la femme] en esclave tout en la persuadant qu’elle est reine[15]. » Chez Dugain, rien de tout cela, sinon un discours féministe bien troussé d’Eugénie à son père, quoiqu’étrange du côté religieux. En effet, la jeune femme, une fois sa mère morte et heureuse d’aller au paradis, après avoir vécu l’enfer domestique sur la terre, reproche à son père d’être un mâle tout-puissant, avec les lois (juridiques, sociales, religieuses) de son côté, lois établies par d’autres hommes à leur unique profit. Elle revendique la perte de sa foi. Mais est-ce la conséquence du décès de sa mère, ou est-ce la violente altercation avec son père à cause de Charles ? Monsieur Grandet n’a pas supporté – comme dans le roman – qu’Eugénie donne ses pièces d’or à son cousin. Mais là où Balzac réglait cela à l’intérieur de la maison des Grandet, avec Eugénie revendiquant fièrement son acte de générosité et d’amour, Dugain a préféré une scène grandiloquente. Le Père Grandet traîne sa fille à l’église et lui intime, au nom de Dieu, du lieu sacré où ils se trouvent et de sa foi à elle, de lui dire la vérité. Eugénie s’exécute de mauvais grâce, mais quel rapport entre la brutalité paternelle et la perte de la foi ? Autant sa révolte contre le patriarcat est logique, autant celle contre la divinité est problématique, car elle semble provenir des moqueries de son père à l’égard de Dieu et non d’une réflexion personnelle. Comme lors de son éducation sexuelle par son cousin, elle ne tient sa conduite que des hommes, ce qui n’est pas féministe.

En revanche, le sort que lui réserve le réalisateur (autre homme jonglant avec l’existence féminine) est, lui, féministe. Honoré de Balzac préférait condamner son héroïne à la piété et aux bonnes œuvres, accompagnées d’une haire sévère, celle des habitudes existentielles héritées de son père :

Malgré ses huit cent milles livres de rente, elle vit comme avait vécu la pauvre Eugénie Grandet, n’allume le feu de sa chambre qu’aux jours où jadis son père lui permettait d’allumer le foyer de la salle, et l’éteint conformément au programme en vigueur dans ses jeunes années. (…) La main de cette femme panse les plaies secrètes de toutes les familles. Eugénie marche au ciel accompagnée d’un cortège de bienfaits[16].

Comme dans Le Curé de village (1841), l’amour et la sexualité sont interdites aux femmes, qui passent leurs frustrations et leurs déceptions sentimentales sur les pauvres, pour le bien de ces derniers, bien entendu, en faisant faire des constructions et en éradiquant leurs maux.

Marc Dugain choisit de libérer Eugénie Grandet de cette triste destinée, tout en respectant une réalité historique longtemps oubliée, à savoir que les femmes voyageaient beaucoup au dix-neuvième siècle, comme le rappelle le chercheur Sylvain Venayre :

Lambiguïté de la figure de la grande voyageuse” (et la relative rareté des cas qui lillustraient), de même que le ressassement des motifs dillégitimité du voyage féminin, ne doivent pas faire oublier que les femmes du XIXe siècle voyagèrent massivement et ce, indépendamment des obligations que pouvaient leur imposer les devoirs de famille[17].

L’Eugénie Grandet de Dugain correspond donc à des modèles vivants qui, elles aussi, après voir refusé de regarder par la fenêtre car rien ne se passe devant chez elles, partent librement sur les chemins et les routes, une fois qu’elle sont indépendantes mentalement et financièrement. Loin de la vision balzacienne, passée à la postérité via les manuels scolaires et l’enseignement patriarcal de clichés romanesques qui ne recouvrent pas toute la vérité historique, voire l’occultent, Dugain met en avant l’envie de vivre et l’indépendance d’Eugénie qui, après Paris et sa visite méprisante à son veule cousin (alors que dans le roman elle envoie son futur mari régler ses comptes de famille[18]), part de sa ville natale. Selon la chercheuse Michelle Perrot, les femmes françaises qui voyagent à partir du dix-neuvième-siècle sont courageuses :

Elles ont, surtout, affirmé leur liberté de sujet : dans leurs pratiques vestimentaires, et leur mode de vie, leurs choix religieux, intellectuels et amoureux. Dune manière ou dune autre, en le payant souvent très cher, elles ont brisé le cercle de lenfermement et fait reculer la frontière du sexe[19].

Être soi passe par l’élargissement de l’espace et la création de lieux à soi. Espérons pour l’Eugénie de Dugain un autre destin que celui que Germaine de Staël réserve à sa Corinne (1807), à savoir une solitude désespérée dans un pays étranger, l’Italie, puis la mort. Cette femme intelligente, cultivée et sans chaîne matrimoniale doit s’incliner devant une pure jeune fille, sa jeune sœur, et donc laisser son amant se marier on ne peut plus classiquement, avec une plus jeune que lui.

Nous avons envie de suivre l’héroïne de Dugain dans sa libération. Non, « elle n’est pas finie l’histoire, l’histoire d’Eugénie[20]. »

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Eugénie Grandet, religion ou voyage ? », Voyages autour de mon cerveau, octobre 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=2118


[1] Honoré de Balzac, Eugénie Grandet, Paris, Le Livre de Poche, 1991, p. 10-11.

[2] Ibid., p. 27, 83.

[3] Ibid., p. 72.

[4] Ibid., p. 81-82.

[5] Ibid., p. 86.

[6] Ibid., p. 98.

[7] Ibid., p. 112.

[8] Ibid., p. 173.

[9] Ibid., p. 179.

[10] Ibid., p. 242.

[11] Ibidem

[12] Ibid., p. 244.

[13] Ibid., p. 243.

[14] Ibid., p. 103.

[15] Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe. Tome II, Paris, Gallimard, 1987, p. 565.

[16] Honoré de Balzac, Eugénie Grandet, op. cit., p. 269, 270.

[17] Sylvain Venayre, « Au-delà du baobab de Mme Livingstone. Réflexions sur le genre du voyage dans la France du XIXe siècle. », Clio, n°28, 2008, p. 113.

[18] Honoré de Balzac, Eugénie Grandet, op. cit., p. 262-266.

[19] Michelle Perrot, « Sortir » in Geneviève Fraisse et Michelle Perrot, Histoire des femmes. Tome IV, Paris, Perrin, 2002, p. 563.

[20] Réinterprétation personnelle de la chanson d’Anne Sylvestre « L’Histoire de Jeanne-Marie », in Anne Sylvestre, Comment je m’appelle, Barclay, 1977.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn