Archives de catégorie : Premières séances

S’installer dans un fauteuil, au cinéma, chez soi ou chez les autres, et analyser les images qui bougent.

Sortir vivant de la cuve VADMC

Sortir vivant de la cuve

La richesse des références historiques, littéraires, cinématographiques, bref, culturelles, constitue le fondement des premiers Star Wars de George Lucas (1977, 1980, 1983). Parmi mille et un exemples, nous avons choisi la fin de L’Empire contre-attaque (Empire Strikes Back, 1980). Han Solo (Harrison Ford), le voyou au cœur tendre, est coulé vivant dans une cuve de carbonite, sous les yeux de sa bien-aimée, une des cheffes de la rébellion, la princesse Leia Organa (Carrie Fischer). Leia ne peut rien tenter pour le délivrer, car elle est aussi prisonnière des forces du mal. Han est ensuite expédié, sous la forme d’une plaque à taille humaine, au gluant Jabba le Hutt, qui a de vieux comptes à régler avec Han.

Tout dans cette séquence chimique rappelle la fin de Masques de cire (Mystery of the Wax Museum, Michael Curtiz, 1933) : même cuve, même disposition de la cuve, même atmosphère sifflante et angoissante, même mégalomanie masculine. Et même type de personnages féminins à tempérament indépendant et qui agissent. Différence notable tout de même : c’est une femme, Charlotte Duncan (Fay Wray), qui doit être recouverte vivante de cire fondue, et non un homme. Et elle échappe à ce destin sadique grâce à son amie Florence Dempsey (Glenda Farrell) et à son fiancé Ralph Burton (Allen Vincent). Et le sculpteur de chair humaine1, Ivan Igor (Lionel Atwill), dans une belle envolée anti-soviétique, périt par là où il voulait pécher, sa cuve.

C’est ce qui va arriver à l’empereur Palpatine (Ian McDiarmid) dans Le Retour du Jedi (1983). Sa principale créature, Dark Vador (David Prowse), le jette dans un puits/une cuve sans fond, où il meurt brutalement.

Et dans les deux films, la joie et l’amour refleurissent : Luke Skywalker (Mark Hamill) a enfin réglé son Œdipe, Leia et Han sont réunis, tout comme Florence et Jim (Franck McHugh), Charlotte et Ralph. Alléuia garanti dans les mondes libres.

1 Un des surnoms du sinistre Mystérieux Docteur Cornélius (Gustave Le Rouge, 1913).

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Sortir vivant de la cuve », Voyages autour de mon cerveau, novembre 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/6979

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Carmen VADMC

Carmen cherche Don José. RSVP

L’héroïne de Mérimée (1847) a eu droit à de nombreuses adaptations cinématographiques, dont celle de Christian-Jaque en 1944, avec Viviane Romance, star des années trente et quarante. Jean Marais, dont la cote a explosé en 1943 avec L’Éternel Retour (Jean Delannoy), avec Madeleine Sologne, est Don José, le brigadier qui abandonne sa fiancée et son poste pour suivre Carmen dans ses pérégrinations, avant de l’assassiner. Le féminicide est justifié par l’attraction sexuelle que la jeune femme exerce de manière néfaste sur les hommes, mettant en péril la société bourgeoise et petite-bourgeoisie, tant dans la nouvelle que dans le film.

L’attractivité toujours constante de Jean Marais en 1951, ainsi que le tournage de l’espagnolade Carmen en Italie en 1943, explique peut-être la reprise de Carmen comme film à tourner dans La Rose rouge de Marcello Pagliero (1951). La célèbre cave existentialiste, ses artistes et son public, autochtone ou touristique, est le prétexte du long-métrage de Pagliero, acteur italien devenu réalisateur français. On y croise Les Frères Jacques, Yves Robert et la Compagnie Grenier-Hussenot dans son ensemble, Françoise Arnoul, Louis de Funès dans un petit rôle d’Espagnol mangeur frénétique de verres, le réalisateur Pagliero, et Nico Papatakis, véritable directeur de La Rose rouge.

Quant à Dora Doll, second rôle à partir des années trente, d’abord au cinéma, puis à la télévision, elle hérite de la tâche d’incarner Évelyne Dorsey, une vedette flanquée de son producteur/protecteur, Matignon (jeu de mots tout à fait possible avec maquignon ; joué par Philippe Olive). Évelyne refuse d’abord de jouer Carmen dans la future adaptation produite par Matignon, si Don José est incarné par Jean Maréchal (Pétain ? ; joué par Maurice Teynac), présent dans la salle du cabaret en même temps qu’elle, et pas encore tout à fait sorti de l’atmosphère typiquement russe de son dernier film, puisqu’il roule les r en parlant et jette les verres vides derrière lui. Notons que Jean Maréchal a les mêmes initiales et le même prénom que Jean Marais.

L’actrice va passer le film à essayer – de manière très rapprochée – différents artistes présents sur la scène de La Rose rouge, suscitant le mécontentement de plusieurs femmes/petites amies/épouses dudit artistes. Le décor du film (bar, wc, coulisses, toit) s’efface alors pour laisser place à un décor de Carmen, toujours le même, reconnaissable à ses arcades de maison andalouse et à son large séjour en pierre. Dorsey/Doll est immuablement vêtue d’une robe sévillane à larges volants et d’une haute mantille, qui menace de s’écrouler à tout instant. Ses partenaires successifs revêtent l’uniforme des brigadiers du dix-neuvième siècle. Leur baudrier et leur épée, trop lourdes pour eux, est régulièrement source de comique, soit qu’ils s’empêtrent dedans, les perdent, les laissent traîner, n’arrivent pas à s’en défaire. Bref, un désastre.

En désespoir de cause, Évelyne Dorsey, assise tant bien que mal sur les tuiles du cabaret, tente d’imaginer Albert, le directeur artistique (Yves Deniaud) dans la peau de Don José. Mais, hélas, même avec une perruque qui cache sa calvitie intégrale, « Nounours », l’ancien « saule pleureur » des Folies Javel (Léo Malet nous voici) de leur jeunesse commune, ne lui convient pas. Heureusement, elle rencontre Jean Maréchal à la sortie de La Rose rouge et l’invite avec Matignon dans sa voiture. Et les habitant·es du quartier peuvent enfin dormir au calme, pour cinq minutes, avant de partir au travail, puisque Paris s’éveille.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Carmen cherche Don José. RSVP », Voyages autour de mon cerveau, novembre 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/6994

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Alain Delon et Hugh Grant VADMC

Alain Delon et Hugh Grant

Comment réussir son couple ? En relevant ou pas le châle d’une femme et en lui laissant en gage, ou pas, son mouchoir.

On trouve la situation négative dans l’adaptation du Guépard de Giuseppe Tomasi di Lampedusa par Luchino Visconti et ses autres scénaristes (1963), la positive dans l’adaptation de Raison et Sentiments de Jane Austen par Ang Lee (réalisation) et Emma Thompson (scénario), en 1995.

Ces deux histoires de familles nobles se déploient dans un contexte historique patriarcal fort, début du dix-neuvième britannique pour Austen, milieu du dix-neuvième siècle « italien » pour Lampedusa. Les femmes des hautes classes ont un choix plus que réduit en termes de destinée : mariage d’intérêt, couvent, célibat, déclassement. Donc pas/très peu d’indépendance, mentale, physique ou financière.

Le tout n’empêchant pas les sentiments, couronnés de succès ou non. Dans Le Guépard, Concetta Salina (Lucilla Morlacchi) emprunte le mouchoir de son cousin Tancrède Falconeri (Alain Delon) pour se baigner le visage. Mais son parent le lui réclamant, elle le lui rend, à contre-cœur. Par contre, Tancrède ramasse et le drape le châle d’Angelica Sedara (Claudia Cardinale) sur ses épaules, à plusieurs reprises.

Dans Raison et Sentiments, Edward Ferrars (Hugh Grant) reprend le coin du châle d’Elinor Dashwood (Emma Thompson), sa parente par alliance, et lui offre son mouchoir. Eléonore le garde précieusement tout au long de l’intrigue, le mouillant de ses pleurs à différents moments de tension insupportable, avant d’y plonger son visage et ses larmes de joie à la toute fin, lorsque Edward lui avoue enfin son amour et la demande en mariage.

Les vêtements jouent un rôle important dans le déroulement de l’existence des héroïnes, leur apportant heurs et malheurs. Ou, dans le cas de Concetta, un malheur encore présent à la fin du film, puisque Tancrède épouse Angelica. Malheur qui est peut-être un moindre mal, puisque Concetta se trouvera plus tard heureuse d’avoir échappé à un froid arriviste et un égoïste de première.

L’absence d’amour est, dans certaines circonstances, un bien plus qu’un mal(e). Aux femmes de choisir leur destinée.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Alain Delon et Hugh Grant », Voyages autour de mon cerveau, novembre 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/7071

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Surprise, vous avez dit surprise VADMC

Surprise, vous avez dit surprise ?

Les bons mots fleurissent dans le cinéma français des années trente, grâce à la verve des scénaristes. Avant le « Atmosphère, atmosphère, est-ce que j’ai une gueule d’atmosphère ? » jeté par Arletty à la face de Louis Jouvet dans Hôtel du Nord (Marcel Carné, 1938), l’échange Archibald Soper (Louis Jouvet)-Irwin Molyneux (Michel Simon) dans Drôle de drame (Marcel Carné, 1937, scénario Jacques Prévert) est entré au Panthéon cinéphilique :

Moi, j’ai dit bizarre, bizarre, comme c’est étrange ! Pourquoi aurais-je dit bizarre, bizarre ?

Je vous assure mon cher cousin, que vous avez dit bizarre, bizarre.

Moi, j’ai dit bizarre, comme c’est bizarre !

La répétition du terme (merci Jacques Prévert) provoque l’hilarité du public autant que la mine grave des deux acteurs/des deux personnages.

Trois ans après, le réalisateur Henri Decoin et ses scénaristes Jean Villeme et Max Kolpé utilisent le même ressort comique dans Battements de cœur (1940), mais cette fois au sein d’un duo entre époux :

Le comte d’Argay (André Luguet) : Ohhhh !

Florence (Junie Astor) : Quoi ? (…) Mais oui tu fais « ohhh »

Le comte d’Argay : Quoi ?

Florence : Mais oui pourquoi tu fais « ohhh » ?

Le comte d’Argay : Mais j’ai pas fait « ohh », j’ai fait « oh ».

L’étonnement est de mise, cette fois aussi. Et, comme dans Drôle de drame, le dialogue tourne court, laissant planer la suspicion et provoquant l’inconfort des personnages, pour notre plus grand amusement. Dans les deux cas, le réalisateur établit une connivence avec les spectateurs et les spectatrices contre ses personnages, pas vraiment sympathiques, condamnés à se débattre dans une situation inconfortable.

Ou comment montrer que répéter, ce n’est pas bien.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Surprise, vous avez dit surprise ? », Voyages autour de mon cerveau, novembre 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/7002

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Continuer la lutte VADMC

Continuer la lutte ?

Les tentatives d’assassinats, les enlèvements et les assassinats perpétrés par les groupuscules d’extrême-gauche européenne dans les années soixante-dix ont abouti à la traque, puis à la condamnation et à l’emprisonnement des militant·es. Le cinéma s’est bien entendu emparé du sujet, d’abord sur le moment, puis avec de plus en plus de recul.

Dans Allonsanfàn (Frères Taviani, 1974), c’est l’échec de la lutte pour la démocratie et l’unité italiennes, initiée par certains bourgeois, qui est au cœur du dispositif scénique. Tant les villageois·es que les paysan·nes n’en ont que faire des idées des Lumières et de la mise en marche d’une justice et d’un monde plus équitables. De même que les Brigades rouges, issues de la classe moyenne, ont échoué à rallier l’ensemble du peuple italien, tout en tuant certains de ses membres, de même les aristocrates d’Allonsanfàn tuent des paysans et des soldats.

De même, dans Cavale (Lucas Belvaux, 2002), Bruno Le Roux (Lucas Belvaux), militant de l’« Armée populaire » (Action directe dans le scénario publié aux Cahiers du Cinéma) qui s’évade après de longues années de prison, préfère insister sur les mauvais traitements subis par ses camarades de lutte quand ils ont été interrogés par la police après leur capture, plutôt que de faire face aux assassinats de gens ordinaires que ses amis et lui-même ont commis des années auparavant. Sans parler de son association avec le malfrat Jacquillat (Patrick Descamps), qui, lui, n’a jamais été inquiété et est devenu un industriel en vue. C’est d’ailleurs un scénario quasi identique qui a été choisi en 1994 par Joël Séria dans sa transposition du Brouillard au Pont de Tolbiac de Léo Malet (1956) avec Guy Marchand en Nestor Burma, l’agitation politique des années trente du roman étant remplacée par la révolution de Mai 68 et ses suites plus radicales, mais toujours avec la complicité de malfaiteurs apolitiques. Tout comme dans Romanzo Criminale (Michele Placido, 2005), les voyous n’ont pas d’opinion politique et se tiennent soigneusement à l’écart de cet univers.

Aucun regret également du côté de Lisa Venturi (Valeria Bruni Tedeschi), Brigade rouge emprisonnée suite à plusieurs meurtres, dont le dernier, heureusement raté, permet à la victime, Alberto Sajevo (Nanni Moretti), de la contacter plusieurs années ensuite, dans La Seconda Volta (Mimmo Calopresti, 1996). Lisa reste dans son monde de slogans, comme Bruno, dont celui qui justifie la mise à mort de certain·es : « En tuer un pour en éduquer cent ». Ni l’une ni l’autre ne changent d’avis, Lisa en prison, son casque de walkman vissé sur les oreilles, Bruno englouti dans les neiges grenobloises, sa mitraillette en main.

Le sort de Giulia Monfalco (Sonia Bergamasco), dans Nos meilleures années (La Meglio Gioventù, Marco Tulio Giordana, 2003), est plus doux. Brigadiste, elle est arrêtée et emprisonnée, puis libérée au début des années deux mille. Si ses motivations profondes à franchir le pas de l’illégalité et de la violence restent obscures, tant son mal-être est ancré en elle, sa culpabilité de jeune femme issue de la bourgeoisie, ainsi que sa colère devant les injustices criantes de la société de consommation des années soixante-dix, sont visibles. Et, tout comme Lisa, elle reste emmurée dans le silence, même après avoir retrouvé sa liberté.

Des films qui montrent le danger de vouloir régler les problèmes du monde par la violence.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Continuer la lutte ? », Voyages autour de mon cerveau, novembre 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/7103

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube