Archives mensuelles : juillet 2020

Interview M. Provost

Interview de Martin Provost – Beauvoir au masculin

Tiphaine Martin – Quand et comment avez-vous rencontré Simone de Beauvoir ?

Martin Provost – J’avais lu Une mort très douce à vingt ans, et le livre m’avait beaucoup impressionné. Mais j’ai vraiment rencontré Simone de Beauvoir par Violette Leduc, pour la préparation de mon film Violette1. J’ai lu la biographie de Deirdre Bair, puis les mémoires, les Lettres à Nelson Algren, les Lettres à Sartre… j’ai dévoré Beauvoir via Violette Leduc. Sa langue est belle. J’ai passé mon enfance dans une maison de famille en Corrèze, comme celle de Beauvoir dans le Limousin, c’était donc d’autant plus émouvant pour moi de lire les Mémoires d’une jeune fille rangée.

Dans mon film, j’ai voulu montrer le côté sympathique de Beauvoir. Elle a soutenu Violette Leduc financièrement sans qu’elle le sache, et pendant longtemps. Qui ferait ça aujourd’hui ? Bien sûr il y a des zones d’ombres, mais ce qu’elle a fait pour Violette, personne n’en parle jamais.

Je me souviens, quand nous avons tourné la séquence où Sandrine Kiberlain, qui joue Simone de Beauvoir, vient voir Violette chez elle sous la neige, nous cherchions une voiture pour elle. Quand le jour du tournage est arrivé, le loueur est arrivé avec la voiture que j’avais choisie, une Aronde beige, et il m’a dit, c’est la vraie, c’est celle du Castor. C’était bouleversant vous savez. Sandrine s’est mise au volant. On avait tous les deux le sentiment que Beauvoir nous faisait un petit signe, qu’elle était là, avec nous. C’est ce genre de signes qui me donne envie de continuer à faire des films.

T.M. – Avez-vous fantasmé sur Beauvoir ?

M.P. – Non, la rencontre a été très tardive dans mon existence.

T.M. – Quelle a été, quelle est, linfluence de Beauvoir sur votre existence ?

M.P. – L’envie de la lire. C’est déjà beaucoup. Evidemment elle est une pionnière du féminisme. Quand elle a écrit Le Deuxième Sexe, elle ne savait pas que ce mouvement allait exister.

T.M. – Beauvoir en un mot pour vous ?

M.P. – Courage.

T.M. – Le symbole de Beauvoir pour vous (objet, vêtement) ?

M.P. – Son sac à main. Sa démarche. Nous avions beaucoup travaillé cela avec Sandrine. Non pas faire une imitation du Castor, mais lui prendre deux trois tics. Cela a suffit. Sandrine est extraordinaire de vérité dans le film. Elle est le Castor. D’ailleurs, quand on en parlait, on disait toujours Notre Simone…

Martin Provost

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Martin Provost, « Interview de Martin Provost – Beauvoir au masculin », Voyages autour de mon cerveau, juillet 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/536

1 Film sorti en 2013. La bande-annonce : http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19538367&cfilm=193112.html

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Texte Bonne Epouse

La Bonne Epouse, vive la révolution féminine et féministe !

La Bonne Épouse, sortie début mars 2020 puis confinée, m’a enthousiasmée lorsque je l’ai vue en juillet 2020. Martin Provost, le réalisateur, ainsi que Séverine Werba, la co-scénariste, ont été disponibles immédiatement pour répondre à mes questions. Qu’elle et il en soient très chaleureusement remercié·es. Second entretien, avec Martin Provost :

Tiphaine Martin – Quel est votre parcours privé et professionnel ?

Martin Provost – J’ai été comédien d’abord, mais par défaut, parce que depuis l’adolescence je voulais faire des films. Mon père m’avait dit que je n’avais pas le niveau en maths pour entrer à l’IDHEC, alors je suis parti à Paris et je me suis inscris au Cours Simon. J’ai eu la chance de tourner très vite. Parallèlement j’écrivais des pièces de théâtre, j’ai toujours écrit, depuis l’adolescence, surtout des poèmes. Ma pièce Le Voyage immobile a été montée par Antoine Campo au Studio d’Ivry, et Philippe Adrien m’a alors proposé d’entrer à la Comédie Française comme stagiaire. J’y suis resté, engagé par Jean-Pierre Vincent comme pensionnaire. A l’arrivée de Jean Le Poulain j’ai été viré, mais cela a été la chance de ma vie quand j’y pense, parce que j’étais arrivé au bout de mes expériences en tant qu’acteur. J’avais envie de mettre en scène. Ma pièce Les Poupées a été montée à Avignon, puis au TEP et dans cette période j’ai enfin réalisé mon premier, puis mon second court-métrage. J’ai attendu longtemps avant de réaliser mon premier long métrage, Tortilla y Cinema, avec Carmen Maura et Michel Aumont. Puis il y a eu Le Ventre de Juliette et enfin Séraphine. Parallèlement, j’écrivais des histoires pour France Culture, beaucoup pour les enfants : un champ d’exploration formidable. J’ai également publié trois romans.

T.M. – Quand et comment avez-vous rencontré Séverine Werba ?

M.P. – J’ai connu Séverine très jeune, je l’ai aidée à préparer le conservatoire. J’étais encore à la Comédie Française. Il se trouve que la tante par adoption de Séverine est une de mes amies d’enfance. Nous nous sommes suivis, d’abord par amitié, et puis j’ai donné à lire à Séverine quelques-uns de mes scénarios. Nous avons écrit ensemble Naoshima, un film qui se passe entièrement au Japon, qui ne s’est as fait. Et puis il y a eu La Bonne Épouse, qui était au départ un projet de série.

T.M. – Sur l’écriture du scénario de La Bonne Epouse : pourquoi avoir choisi l’époque 1967/68 et non celled’aujourdhui ? Avez-vous écrit pour des actrices et acteurs précis ou le contraire ? Avez-vous obtenu facilement l’accord de la part des acteurs et actrices ?

M.P. – Le scénario a été écrit pour tous les acteurs et toutes les actrices du film, qui ont tous dit oui à la lecture. Situer le film en 1967-1968 allait de soi, car c’est la fin d’une époque. Et le début d’une autre puisque le MLF a été créé en France en 1970. Il faut savoir que les femmes n’ont eu le droit d’avoir leur compte en banque que depuis 1965. Toutes les écoles ménagères ont fermé après Mai 68, c’était donc fondamental que le récit se déroule sur une période qui correspond à la montée de la révolution étudiante qui a mené à mai 68.

Nous avons situé l’intrigue Alsace, car il nous fallait une region reculée, qui symbolise à elle seule ce qu’on appelait encore à l’époque, et non sans condescendance, La Province. Il y avait Paris, et le reste. En Alsace il y avait encore l’empreinte de la seconde guerre mondiale.

Pour ma part, j’ai vécu Mai 68 à Brest où je suis né. Il n’y avait plus d’école, ma mère stockait des pâtes et le riz, par peur de l’arrivée des communistes. Et nous sommes partis nous réfugier à la campagne.

Nous n’avions pas la télévision, donc nous suivions les informations à la radio, ce qui donnait encore plus l’impression que nous étions en guerre.

T.M. – Pourquoi finir par un ballet chanté ?

M.P. – J’ai eu cette séquence en tête tout de suite : une marche vers l’avenir. Et dans la joie. Parce que je crois que la joie est une vertu qu’on acquiert avec le temps, et une certaine sagesse, enfin j’espère. C’est un film très stylisé, très travaillé : la musique, les dialogues, les effets spéciaux. L’humour pour moi est très important. C’est un recul indispensable sur nous même, sur notre condition terrestre. Ne jamais oublier que nous sommes sur une planète perdue dans l’univers. Quand on y pense, ça remet les pendules à l’heure. Finir le film en chanson et en danse, c’était aussi une façon de prendre du recul.

T.M. – Les personnalités féminines et féministes citées dans le ballet final vous inspirent-elles ? ou avez-vous choisi ces personnalités pour dautres raisons ?

M.P. – Certaines de ces personnalités m’ont fait comme je suis : Etty Hillesum, Simone de Beauvoir, Alexandra David-Néel. Je me souviens encore de mon émotion en lisant Une vie bouleversée. C’est un livre qui m’a ouvert la voie, qui m’a rendu meilleur. Après, avec Séverine, nous avons essayé de rendre un hommage, un hommage à toutes celles qui ont œuvré pour que les choses avancent, ainsi de les faire connaître aux jeunes générations.

T.M. – Avez-vous de nouveaux projets ?

M.P. Oui. J’ai plusieurs scénarios en route. Dont à nouveau l’histoire d’un peintre.

Martin Provost

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Martin Provost, « La Bonne Epouse, vive la révolution féminine et féministe ! », Voyages autour de mon cerveau, juillet 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/521

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Texte Bonne Epouse

La Bonne Epouse, pour un monde mixte et joyeux

La Bonne Épouse, sortie début mars 2020 puis confinée, m’a enthousiasmée lorsque je l’ai vue en juillet 2020. Martin Provost, le réalisateur, ainsi que Séverine Werba, la co-scénariste, ont été disponibles immédiatement pour répondre à mes questions. Qu’elle et il en soient très chaleureusement remercié·es. Premier entretien, avec Séverine Werba :

Tiphaine Martin – Pourriez-vous décrire votre parcours professionnel et privé ? Y a-t-il un engagement féministe de votre part ?

Séverine Werba – J’ai été journaliste pendant une douzaine d’années, dans la sphère culturelle (ARTE, France 5, émissions de Thierry Ardisson) : j’y ai réalisé des portraits d’artistes, d’écrivains, de metteurs en scène. L’écriture était toujours présente. Puis, pour Tonie Marshall, j’ai produit des documentaires. Ensuite, j’ai eu envie de passer à l’écriture de fiction, j’ai donc écrit un livre, Appartenir1. J’ai également travaillé sur la saison 6 de la série Engrenages, diffusée sur Canal +. Martin m’a alors proposé de collaborer avec lui sur un scénario (qui n’est pas encore tourné), puis nous avons enchaîné sur La Bonne Epouse, sortie en mars 2020.

Pour ce qui est de mon engagement féministe, il faut remonter à mon enfance. Née en 1973, j’ai été élevée par une mère féministe, juriste de formation, travaillant comme avocate. Mon éducation s’est faite loin des stéréotypes. Je me souviens d’avoir lu, enfant, Du côté des petites filles, Le Père Noël ne fait pas de cadeaux, tous deux édités aux Éditions des Femmes. Tout cela était normal pour moi, le féminisme était un sujet de discussion vivant à la maison. Côté familial, mes grands-mères ne travaillaient pas, mais d’autres femmes de ma famille ont fait des études et ont été indépendantes financièrement.

Je me suis sentie le fruit de cette génération, ancrée au cœur des combats pour l’égalité femmes-hommes. Pour ma part, je considère que la politique est au cœur de l’existence des femmes, à faire vivre au quotidien. La politique est à définir plutôt comme un vivre ensemble, se respecter mutuellement. Il y a des contradictions dans le partage des tâches ménagères, parfois difficiles à laisser aux hommes, et cette attitude est due aux siècles de travaux ménagers, portés par les femmes, gardiennes de la tradition du foyer.

T.M. – Comment avez-vous travaillé le scénario de La Bonne Épouse ?

S.W. – Martin Provost et moi-même avons fait beaucoup de lectures, beaucoup d’écoutes d’émissions des années soixante, afin d’être au plus juste de l’époque et des discours sur les femmes. L’ école ménagère est une idée de Martin, qui a rencontré une dame qui en a été élève. Aimant chiner, j’ai collecté des manuels, des cahiers d’écolières avec les fameux « commandements » (« piliers » dans le film) de la parfaite femme au foyer : c’est-à-dire, le vertige du rien qui se prend au sérieux et qui se pare de scientificité pour boucler les femmes chez elles. L’émission de Ménie Grégoire écoutée par les quatre jeunes filles (Albane, Corine, Annie, Yvette), sur le clitoris, a été écrite par nous deux, pour parler de sexe, de plaisir, de masturbation et de la méconnaissance de soi, de son corps, quand on est une jeune fille, une femme en devenir. Tout cela étant des inconnues à cette époque. Mais les vraies émissions parlaient aussi de sexe.

T.M. – Comment est venue l’écriture de La Bonne Epouse ?

S.W. – L’écriture est survenue de manière totalement imprévue, au milieu de l’époque revendicatrice de #MeToo. Nous avons voulu montrer un macho type, le personnage de Robert Van der Beck, qui se comporte comme se comportaient tous les hommes à l’époque : il travaille, donc il a droit à des compensations, dont le devoir conjugal. En contrepoint, sa femme, Paulette, s’est mariée par dépit, suite à un malentendu qui l’a séparée de son amour de jeunesse, André Grunvald, ancien déporté. Paulette répète la tradition, jusqu’à ce qu’elle éclate et préfère vivre (scène du cimetière, où elle lâche son arrosoir et part loin de la dalle funéraire de son époux) et aimer.

La scène du trousseau, préparé par les élèves de l’école ménagère, est à prendre dans le sens du premier mariage de Paulette : dans les années quarante comme dans les années soixante, il est impensable de ne pas se marier, une femme n’a d’autre destin que celui-là. C’est le personnage d’Yvette : elle subit son existence, jusqu’à s’ouvrir au contact des autres. Nous avons beaucoup pensé aux mariages forcés, qui existent encore aujourd’hui dans le monde et en France, ainsi qu’à la  proposition du Front National il y a quelques années de fournir une allocation aux mères au foyer. Nous nous sommes rappelés les propos de François Fillon donnant son avis personnel sur l’avortement, alors qu’il était candidat à la présidentielle, en se positionnant contre. Dans l’écriture du  film, nous avons souhaite que les acquis des droits des femmes, toujours en position de fragilité, soient questionnés. La situation des quatre jeunes filles du film : est-ce de la Préhistoire, de la science-fiction ou du rétropédalage ? Et où en sommes-nous aujourd’hui ?

Albane, Corine, Annie, Yvette : quatre sortes de destins, chacune porte en elle une question : est-ce qu’elle va prendre le train en marche de la liberté individuelle ? Chacune est à la croisée de carrefours historiques intimes. Albane suit Corinne dont elle est amoureuse à l’école ménagère, puis lui propose de fuir ensemble à Paris. Yvette fait une tentative de suicide plutôt que d’épouser un homme plus âgé qu’elle. Annie est un personnage libre, mais on lui accroche une mauvaise réputation, car elle es libre sexuellement, tout comme l’était Brigitte Bardot dans sa vie et dans Et Dieu créa la femme. Annie comme une Bardot populaire, choucroute et bouille ronde incluse.

T.M. – Un mot sur les autres personnages ?

S.W. – Le personnage de la bonne sœur est nourrie de personnes vues dans les documentaires sur les école ménagères. Marie-Thérèse a un passé de femme libre, dans la Résistance. Tous les personnages adultes du film ont traversé la guerre et la présence de l’Occupation est encore importante dans les années soixante, quinze, vingt ans après la Libération. Nous avons voulu évoquer la déportation à travers le personnage d’André : combien il était difficile d’en parler dans les années soixante, avec beaucoup de choses tues (Vichy, les camps, le mythe d’une France uniquement résistante…). Et les ancien·nes déporté·es, qui ne sont pas écouté·es, et qui veulent aussi vivre sans se démarquer de la société française. Comment parler, de tout cela en 1960, 1965, 1968 ….? Nous ne sommes pas encore dans un temps d’histoire. Plus tard, dans les années soixante-dix et quatre-vingts, viendront Le Chagrin et la Pitié, Shoah côté documentaire, et Lacombe Lucien, Le Vieil Homme et l’Enfant côté fiction.

Le personnage de la belle-sœur, Gilberte, est typique : elle n’a pas de fiche de paye, pas de droits, au motif que son frère la loge et la nourrit. Paulette lui donne un statut, après avoir étudié le code du travail. Gilberte est comme toutes ces femmes de médecin, de dentiste, qui prenaient les rendez-vous, étaient secrétaire médicale, et comme toutes ces femmes d’agriculteur, de commerçant, qui tenaient la comptabilité, recevaient les livraisons, tenaient le magasin, mais apparaissaient comme « femmes de » et « femme au foyer », donc « non travailleuses » (sic) dans les statistiques et dans le droit à la retraite.

Le film est écrit avec une apparence de légèreté mais il est profond et ne montre que des destins contrariés.

T.M. – Pourquoi finir par un ballet chanté ?

S.W. – Ce qui compte est le chemin pour parvenir à la libération, d’où une fin libératoire et jubilatoire. L’humour est ce qui donne sa tonalité au film, avec la possibilité d’une lecture sérieuse et approfondie, sans vouloir établir de hiérarchie entre les genres cinématographiques. L’absurde permet de raconter le réel, entre Ménie Grégoire et Joe Dassin. Nous n’avons pas voulu donner une leçon, ce n’est pas un film qui se veut théorique, pas un documentaire non plus. Martin souhaitait de revisiter un certain cinéma, dans le plaisir de la mise en scène.

T.M. – Pourquoi ce choix de personnalités féminines et féministes citées dans le ballet final ? 

S.W. – Nous avons écrit la chanson avec Martin, en tâtonnant pour éviter le ridicule. Nous avions une première version avec un chœur, mais elle n’était pas satisfaisante. Au final, nous avons un balayage historique et culturel, qui doit sonner à l’oreille du public.

T.M. – Avez-vous de nouveau projets ?

S.W. – Avec Martin, nous écrivons un autre film qui n’a rien à voir avec La Bonne Epouse. J’ai également d’autres projets en gestation.

Séverine Werba

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Séverine Werba, « La Bonne Epouse, pour un monde mixte et joyeux  », Voyages autour de mon cerveau, juillet 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=511&preview=true

 

1 Paru chez Fayard en 2015.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Texte Ma J.A.P.D.

Ma J.A.P.D.

En 2001, j’avais été convoquée à la Journée d’Appel à la Préparation à la Défense, lumineuse idée du gouvernement alors en place. Voici mon témoignage, publié dans Parler Paix en octobre, novembre et décembre 2001. Je remercie vivement Denis Martin, le directeur de cette revue, de m’avoir autorisée à publier à nouveau mon premier texte imprimé.

 

1) Tiphaine est une jeune Auxerroise de 17 ans. Comme tous les garçons et les filles de son âge elle a été convoquée pour accomplir sa Journée d’Appel à la Préparation à la Défense (J.A.P.D.). Les derniers appelés du contingent ont terminé voici quelques mois leur période de service militaire obligatoire. Désormais ce dernier n’existe plus. La France n’a plus d’armée de conscription. Le relais est pris par une armée de métier. Chaque jeune Français est cependant appelé à effectuer une journée de préparation à la défense. Cette journée a deux objectifs : mesurer le niveau scolaire de tous les jeunes qui ont entre 17 et 18 ans (ce qui peut toujours donner une image à un instant donné et permettra de comparer année après année l’évolution) et donner aux jeunes une leçon d’instruction civique. C’est là qu’a lieu le débat qu’ouvre Tiphaine. Quelle orientation a cette instruction civique ? Est-ce une journée citoyenne ou de la propagande pour l’armée ? Tiphaine nous livre son sentiment.

Le 22 septembre, à 9 heures, arrivée à l’IUFM. C’est un samedi matin, je vais rater quatre heures de cours, deux heures de Philo et deux heures d’Histoire-Géo, pour faire mon « devoir de citoyenne » qui consiste à … quoi ? Je regarde mon programme ; j’en suis à « accueil et formalités administratives, durée : 0h40 ». Bon, jusque là, ça va : deux dames nous accueillent, moi et mes 51 autres camarades dans une salle (je précise qu’il y a une autre salle à côté), vérifient si nous avons nos cartes d’identité et nous indiquent nos places, signalées par un numéro et un code, comme au bac français. A chaque place, un crayon de papier blanc avec « J.A.P.D. » marqué dessus et le drapeau tricolore, et trois brochures sur l’armée, que nous sommes priés d’emporter chez nous et de lire attentivement. Puis appel et distribution du premier test.

Il est maintenant 9h30, déjà 10 minutes d’avance ! Le test comporte deux pages : une page de programmes télévision et un court texte plus une feuille de réponse. Que nous demande-t-on ? Par exemple, de savoir trouver l’émission une telle sur telle chaîne et de dire quel était l’invité de l’émission, ou, plus dur encore, de savoir à quoi correspond dans le texte le pronom « lui » à la ligne tant. Cela en 20 minutes. Puis pour nous remettre de cette fatigue intellectuelle si intense, il y a une pause jusqu’à 10h05. J’en profite pour reprendre Trois Guinées de Virginia Woolf, écrit en 1932, un livre excellent qui pose la question : est-il préférable de financer une société pacifiste dans le but d’éviter une Seconde Guerre Mondiale ou un collège pour les filles où l’on enseignerai que la guerre est dangereuse ? J’aurai bien demandé la réponse aux gendarmes qui nous ont été présentés après la pause mais je n’ai pas osé car la première chose qu’ils nous ont dite a été : « Les filles doivent se demander pourquoi elles sont là ? »

(à suivre)

 

 

2) Nous continuons de publier le témoignage de Tiphaine, jeune Auxerroise de 17 ans qui a accompli sa Journée d’Appel à la Préparation à la Défense (J.A.P.D.). (cf. Parler Paix d’octobre)

Programme de 10h à 11h : premièrement, une vidéo sur « pourquoi se défendre ». Sur l’écran, un drapeau tricolore qui flotte et sur lequel s’inscrit « valeurs démocratiques » avec un commentaire, appuyé par une musique qui rappelle un peu celle de la 20th Century Fox, sur : « Les libertés sont (…) sans distinction de race et de religion. » Et les femmes ? Il n’y a aucun problème de distinction de sexe ? Je passerais rapidement sur les seconde partie de la vidéo qui nous présente des images de la Grande Guerre, de tanks, peut-être allemands, peut-être de la Seconde Guerre Mondiale à ce que nous pouvons deviner, puisque juste après il y a le Général de Gaulle acclamé par les Parisiens à la Libération.

Après le film, nous avons droit à un discours des gendarmes sur ls droits et les devoirs du citoyen « acquis depuis 1789 ». Quand on sait qu’Olympe de Gouges est montée sur l’échafaud le 3 novembre 1793 pour avoir osé écrie une Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne, que dit-on ? On se tait et on regarde une vidéo sur soi-disant l’histoire de France, mais c’est plutôt sur les guerres menées par la France, avec un commentaire légèrement tendancieux.

Par exemple, pour la défaite de 1940, on entend « résistance héroïque des soldats ». C’est étonnant, il me semble avoir appris que les soldats se sont très peu battus et qu’ils se sont rendus facilement aux Allemands. Passons. Second exemple, la guerre d’Indochine. Là encore, « l’héroïsme, le courage ne suffisent pas aux combattants français qui doivent quitter l’Indochine ». Aucune explication sur le pourquoi cela s’est mal passé en Indochine et pas dans les autres colonies françaises. Exception faite de l’Algérie, où les sommets de l’incompréhension sont atteints : le commentateur n’expliquant, bien sûr, pas pourquoi il y a eu la guerre et pourquoi les Algériens ont eu du mal à obtenir leur indépendance, même s’il est précisé que « la France tient beaucoup à l’Algérie et a du mal à l’abandonner », le fond n’est pas dit clairement et il n’ya aucune référence de faite ni au FLN ni à l’usage de la torture par les soldats. Mais le pire reste à venir : on précise que « les Harkis ont été massacrés ». Par qui ? Pourquoi ? La vidéo se termine par des images de casques bleus.

Et la lumière fut. Pause de 11h à 11h15. Puis une vidéo sur la guerre froide, le terrorisme.

Après la vidéo, de nouveau, commentaires des gendarmes : « Certains pays continuent à fabriquer des armes. » Lesquels ? Pas précisé. A propos de l’immigration (je suis déoslée, j’ai oublié comment nous sommes passés de la dissuasion nucléaire à ce sujet) : « Les Roumains [?] qui nous enquiquinent, enfin vous voyez ce que je veux dire. » Silence des « vous » dans la salle.

Et maintenant nous révisons notre programme de géographie, grâce à de superbes transparents, bien plus beaux que ceux de l’Education Nationale : PNB, énergies, matières premières, puissances des Etats…

Puis, histoire de nous réveiller, ils nous demandent si nous avons des questions. Cinquante-deux paires d’yeux endormis et affamés se braquent sur eux, mais personne ne répond, tout le monde étant trop occupé à bailler.

Pour nous revigorer, il y a le second teste, aussi difficile que le premier, avec un texte de deux pages, des questions le concernant et un texte, de cet imbécile de Maupassant, à trous, avec un choix de plusieurs orthographes : dent/dans/d’en…

(à suivre)

 

3) Nous finissons de publier le témoignage de Tiphaine, jeune Auxerroise de 17 ans qui a accompli sa Journée d’Appel à la Préparation à la Défense (J.A.P.D.). Cette publication nous a valu quelques courriers de lecteurs (cf. ci-dessous).

Et c’est enfin le déjeuner, à 12h30, après un voyage en car, au FJT : nourriture sèche de cantine, avec la bonne surprise au dessert : la pomme à scier. J’ai attaqué la première moitié et l’ai broyée énergiquement, mais j’ai renoncé à la seconde. L’estomac lesté, nous sommes retournés à l’IUFM à 14h.

De nouveau, transparents avec des diagrammes circulaires, sur l’armée en général, après que les gendarmes nous ont précisé que « le service national n’est que momentanément suspendu pour les garçons. » Et les filles ? Nous comptons pour rien, comme d’habitude, même si nous représentons 50% de l’humanité. Puis, à 14h20, arrive le gag qui va détendre toute la salle et la faire exploser de rire devant la confusion et la colère des gendarmes : c’est la coupure de courant, jusqu’à 14h40. Vidéo sur la défense militaire : que des hommes, sauf dans la partie gendarmerie, sans explication. Puis pause de 15h jusqu’à 15h20. Quand c’est qu’on s’en va ? On nous passe une vidéo sur les métiers de la défense, qui me rappelle ce qu’un soldat romain disait : « Engagez-vous, rengagez-vous qu’ils disaient ! Vous verrez du pays qu’ils disaient ! » Pour l’armée de terre, trois hommes et une femme témoignent. Les hommes sont pilotes et mécaniciens, la femme secrétaire d’un gradé. Pour l’armée de l’air, où il y a 13% de femmes, deux femmes témoignent, pour rassurer les éventuelles candidates : « Les femmes sont très bien intégrées », dit l’une, « on peut concilier vie familiale et vie professionnelle », dit l’autre. Pour la marine nationale, on ne voit que des hommes, qui eux, bizarrement, ne parlent pas u problème conciliation via familiale-vie professionnelle. Auraient-ils, comme les prêtres catholiques, fait vœu de chasteté ?

La vidéo finit à 15h50 ! Mais déjà les éternels transparents font leur réapparition. Ce que l’on peut faire après la JAPD (à part rentrer chez soi et boire un bon coca-cola, pour se remettre de cette journée) : un dialogue personnalisé, une préparation militaire, du volontariat, des réserves militaires, puis s’engager, enfin, soit par les voies d’accès aux sous-officiers, soit par concours administratifs. Et après…une vidéo ! Zut ! On n’est pas encore parti ! La vidéo portant sur les préparations militaires, le volontariat, les réserves. Fin de la cassette à 16h. Distribution d’un questionnaire : « Pensez-vous vous engager ? OUI-NON. » Remplissage, et ça y est, on y… va pas. Second questionnaire : « Pensez-vous que les mots : héroïsme, courage… soient démodés ? OUI-NON », plus quelques dates d’Histoire : « A quoi correspondent ces dates : 11 Novembre, 8 Juin, 14 Juillet ? Fête Nationale, débarquement en Normandie, fin de la 1ère Guerre Mondiale ? » Remplissage, et par… ne partons pas, il y a un troisième questionnaire ! Le suspens dure ! « Cette journée a-t-elle correspondu à vos attentes ? » Il aurait déjà fallu qu’il y ait eu des attentes de notre part. Mais bon. Remplissons, donnons, recevons le papier pour lequel nous n’avons spas « séché » cette JAPD, franchissons le portail de l’IUFM, et je suis

LIBRE !!

Tiphaine

Pour citer cet article : Tiphaine Martin,  « Ma J.A.P.D. », Voyages autour de mon cerveau, juillet 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/481

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Texte présentation C. Monteil

Présentation de Claudine Monteil

En 2013, j’avais proposé au Cercle Condorcet d’Auxerre d’inviter Claudine Monteil, afin qu’elle nous parle du féminisme nord-américain, un sujet qu’elle connaît parfaitement. Claudine est donc venue à Auxerre le 7 décembre 2013, en partenariat avec le Cercle Condorcet et la librairie Obliques. J’ai eu l’honneur de la présenter.

Je tiens à remercier le Cercle Condorcet et Michèle Skowron de m’avoir invitée et de m’avoir confié l’honneur et le plaisir de vous présenter Claudine Monteil.

Claudine Monteil est écrivaine et historienne, auteure notamment de six essais et témoignages traduits en plusieurs langues, consacrés à Simone de Beauvoir, à Sartre et à sa sœur, la peintre Hélène de Beauvoir. Elle a bien connu Sartre à partir de 1970 et jusqu’à sa disparition en 1980, et elle est dès 1970 l’une des premières militantes auprès de Simone de Beauvoir dont elle est restée une proche amie pendant seize ans. Claudine Monteil est la plus jeune signataire du Manifeste des 343 en 1971. Outre son engagement dans le mouvement féministe français elle s’est engagée, avec le soutien de Beauvoir, dans les mouvements féministes américains dont elle va également vous dire quelques mots.

Son dernier essai, Simone de Beauvoir et les femmes aujourd’hui (éditions Odile Jacob) propose des pistes constructives pour les droits des femmes dans le monde actuel, en s’inspirant de son expérience tant nationale qu’internationale.

Vous ne serez donc pas étonnés que Claudine Monteil se définisse comme féministe. Il est vrai qu’elle est née sous une bonne étoile beauvoirienne, en 1949, l’année de la parution du Deuxième Sexe. Sa mère, normalienne et jeune agrégée de chimie, qui a refusé de consacrer sa vie à la carrière de son mari mathématicien, a lu cet essai pendant sa grossesse. Cela lui a procuré une telle force qu’elle est devenue directrice de l’Ecole Normale Supérieure de Jeunes Filles (ex Sèvres). Claudine Monteil a beaucoup voyagé, particulièrement aux États-Unis où elle a effectué une partie de sa jeunesse à Princeton. Et en Russie, où lycéenne elle apprenait le russe, ce qui lui donné l’occasion de rencontrer très jeune les scientifiques dissidents amis de sa famille. Claudine Monteil continue de se rendre dans le monde entier, lors, notamment de conférences consacrées aux droits des femmes et aux écrits et engagements de Sartre et Beauvoir.

C’est à l’occasion de la sortie de son livre Simone de Beauvoir, côté femme en 2006 que nos chemins se sont croisés. Suite à mon intérêt pour Simone de Beauvoir, découverte en 1999, je m’étais mise à lire tous les ouvrages critiques qui me tombaient sous la main – je parle d’un temps où je n’avais pas une grosse connexion Internet, et où il m’était difficile de trouver une liste bibliographique. J’avais déjà lu (et acheté) Mémoires d’une Jeune Fille Rebelle, Les Amants de la liberté, Les Sœurs Beauvoir, de Claudine Monteil. À la fin de Simone de Beauvoir, côté femme, Claudine Monteil avait inscrit son adresse mail. Or, j’étais en train de terminer d’écrire mon mémoire de maîtrise consacré au Deuxième Sexe et au recueil de nouvelles qui s’intitule La Femme rompue. En tremblant, j’ai envoyé un message à Claudine, en lui exposant mon sujet, et en lui demandant si mon travail l’intéressait. J’ai été plus que surprise de recevoir une réponse affirmative quelques jours plus tard, car je m’imaginais, moi auxerroise étudiant à Dijon, que les « écrivains parisiens » étaient des sommités qui ne répondaient pas au courrier de leurs lecteurs. Mes préjugés réduits à néant, j’ai rencontré Claudine quelques mois plus tard. Puisque je ne venais pas souvent à Paris, il a fallu jongler entre l’emploi du temps de Claudine et le mien. Claudine m’a très gentiment accueillie, tout de suite mise à l’aise : elle s’est intéressée à mon travail, mais également à mes projets d’avenir.

J’ai évoqué mon intention de venir à Paris pour continuer mes recherches, en Master 2 puis en thèse, ce qui me semblait peu réalisable, puisque je ne connaissais personne, aucun professeur qui accepte d’encadrer des travaux de recherche sur Beauvoir, aucune personne à qui demander où louer un studio à Paris. Claudine m’a proposé de me mettre en contact avec une ancienne étudiante de Julia Kristeva, Danièle Fleury. Et là, autre choc : LA Julia Kristeva ? Après avoir rencontré une écrivaine que j’admire, qui a participé aux mouvements féministes, qui a connu Simone de Beauvoir, et qui s’intéresse à mon modeste travail, je serai peut-être sous la direction d’une autre écrivaine, connue pour sa trilogie sur Le Génie féminin, dont Colette, notre écrivaine régionale ? Waouh. Et c’est ce qui s’est passé : j’ai rencontré Danièle un peu plus tard, elle m’a donné l’adresse mail de Julia Kristeva à l’université Paris Denis Diderot ; j’ai contacté Julia Kristeva, je l’ai rencontrée, elle m’a déclaré que mon sujet sur « Les récits de voyage dans l’œuvre autobiographique de Simone de Beauvoir » l’intéressait, et que je pouvais m’inscrire en Master 2 à Paris Diderot. Danièle Fleury m’a fait rencontrer la directrice de la Maison des Étudiants Suédois à Paris, Vivi-Anne Lennartsson, ce qui m’a permis de trouver facilement un logement.

Lors de ma première rencontre avec Claudine, j’ai été frappée par son énergie et sa vitalité, ce dont vous pourrez vous rendre compte dans un instant. Dans les Mémoires d’une Jeune Fille Rebelle, Claudine Monteil déclare que Simone de Beauvoir était quelqu’un de très dynamique, je pense qu’elle est de la même trempe, aussi passionnante à écouter et à lire.

Je vous souhaite une très bonne conférence.

Tiphaine Martin

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Présentation de Claudine Monteil », Voyages autour de mon cerveau, juillet 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=488&preview=true

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn