Archives mensuelles : août 2020

Texte Rosa Bonheur

Rosa Bonheur, le château-atelier

En cette fin août 2020, je suis partie, entre autres, sur les traces de la peintre Rosa Bonheur, dans son château-atelier de Thoméry, près de Fontainebleau. Après une visite guidée d’une grande qualité, je me suis entretenue avec la directrice, Katherine Brault.

Katherine Brault, directrice du château-atelier Rosa Bonheur

 

Merci à son équipe et à elle pour leur disponibilité et leur accueil.

 

Ce n’était pas la guide…

 

Tiphaine Martin – Qui est Rosa Bonheur ?

Katherine Brault – Rosa Bonheur est une peintre française du dix-neuvième siècle. Née en 1822 à Bordeaux dans une famille de quatre enfants (sa sœur et ses deux frères), elle perd sa mère à l’âge de onze ans, à Paris. Cette dernière s’était usée à nourrir ses enfants, après le départ de son mari chez les Saint-Simoniens. Après le décès de son épouse, celui-ci se préoccupe à nouveau de ses enfants et donne des cours de dessin à Rosa. Elle dépasse rapidement son père et vend ses dessins.

A partir de quatorze ans, Rosa Bonheur est indépendante financièrement et ce, jusqu’à la fin de sa vie. Elle connaît un succès rapide et officiel. Les commandes affluent, tout comme les curieuses et les curieux, qui se pressent aux larges fenêtres de son atelier rue d’Assas. Afin d’être plus tranquille, Bonheur achète une ancienne demeure seigneuriale à Thomery, près de Fontainebleau. Lions, sangliers, cerfs, loups, chiens, moutons, corbeaux et bien d’autres animaux vivent paisiblement dans le parc de quatre hectares, nourris par les aides de la peintre. Anecdote amusante, ses dessins de lions ont servi à l’équipe des studios Disney pour la préparation du Roi Lion1.

 

Exemples d’œuvres de Rosa Bonheur

Après une vie riche en créativité et en rencontres (dont celle de Buffalo Bill, de sa troupe d’Indiens et de mustangs à Paris), Rosa Bonheur décède en 1899. Son héritière est une jeune Américaine, elle-même peintre. Les tableaux de Rosa Bonheur sont aujourd’hui visibles dans les grands musées étasuniens, dont le MET ; un seul est exposé au musée d’Orsay, à Paris.

T.M. – Pourquoi, à votre avis, a-t-elle été oubliée par l’histoire de la peinture ?

K.B. – Elle a été oubliée, ou plutôt mise de côté de l’histoire officielle des beaux-arts, car elle était une femme et elle était très célèbre à son époque. Deux bonnes raisons pour l’effacer et mettre ses œuvres dans les sous-sols des musées, du moins en France.

T.M. – Comment avez-vous découvert cette peintre ?

K.B. – Je suis née à Fontainebleau, donc Rosa Bonheur fait partie de l’ADN de la région, c’est une gloire locale.

T.M. – Comment votre parcours vous a-t-il amené à prendre la direction de ce château-atelier ?

K.B. – J’ai acheté ce château pour le sauver de la ruine, pour faire renaître cette femme et pour faire les recherches que personne n’a jamais faites. Pourtant, j’étais partie sur la construction d’un projet de tourisme culturel sur le dix-huitième siècle. Je n’avais aucun intérêt à la base, ni pour le dix-neuvième, ni pour la peinture animalière. En visitant cette maison, j’en suis tombée amoureuse. J’étais étonnée par le fait que se soit resté intact, puis je suis tombé devant son portrait [cf. ci-dessous] puis j’ai été fascinée par son existence. Le mystère Bonheur m’intriguait. J’ai mis trois ans avant de pouvoir acheter cette maison, puis les travaux de restauration ont commencé.

Portrait de Rosa Bonheur, par Edouard-Louis Dubufe et Rosa Bonheur (1857)

 

T.M. – En quoi Rosa Bonheur peut-elle intéresser les générations actuelles ?

K.B. – Elle est plus de notre époque que du dix-neuvième. Même, elle est trop en avance sur notre temps. Par exemple, sur l’égalité hommes-femmes, elle ne revendique rien, mais elle est dans la démonstration. Elle met les humains et les animaux sur un même plan et elle montre qu’on a besoin les uns des autres. Elle lutte contre la déforestation de la forêt, la fierté de Fontainebleau à son époque. Les carrières, qui souhaitaient s’étendre et dévaster la forêt, sont réglementées grâce à elle et à son intervention auprès de Napoléon III.

L’atelier de Rosa Bonheur

T.M. – Les artistes modernes se revendiquent-elles/ils de Rosa Bonheur ?

K.B. – Beaucoup la reconnaissent et c’est une de leurs sources d’inspiration. Ainsi, Magritte a beaucoup copié Bonheur.

T.M. – Vos envies de développement d’activités du château-atelier ?

K.B. – Actuellement, nous sommes le musée de l’atelier Rosa Bonheur. Je souhaite que nous devenions musée et que nous exposions ce que nous avons. Actuellement, nous exposons un dixième de ce que nous possédons. Beaucoup de musées datent du dix-neuvième siècle, époque de l’ouverture des collections royales au grand public et de l’exposition d’œuvres nouvelles.  Nous avons établi une collaboration avec d’autres musées pour faire ressortir ses œuvres des réserves. Rosa a la reconnaissance de son vivant, ce n’est  que dans les années 50 qu’elle est écartée . Quand elle meure, l’État français veut lui rendre les honneurs, ce qu’elle avait explicitement refusé de son vivant. Aujourd’hui, il n’existe pas non plus d’études sur la peinture animalière. Le mépris pour Bonheur à cause de sa trop grande réussite persiste, d’autant qu’elle se doit sa propre réussite, elle ne s’est pas appuyée sur un homme. Un exemple unique de réussite immense, au-delà de ses collègues masculins, et sans revendications militantes.

T.M. – Votre souhait pour l’avenir du château-atelier ?

K.B. – Faire du château/musée un centre de recherches sur Bonheur et sur la peinture animalière, accueillir des chercheurs en résidence. En deux ans de recherche, plus de cinquante mille références sont déjà sorties : plaques de verres (photographies), dessins, notes, coupures de journaux, carnets de voyage, bandes dessinées. Je souhaite également proposer plus de chambres d’hôtes dans le château.

Le salon de thé du château Rosa Bonheur

Katherine Brault

Plus d’infos sur le site du château-atelier : https://www.chateau-rosa-bonheur.fr

FB : https://www.facebook.com/museeatelierrosabonheur/

Instagram : https://www.instagram.com/chateaurosabonheur/

Twitter : @MRosalieBonheur

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Katherine Brault, « Rosa Bonheur, le château-atelier », Voyages autour de mon cerveau, août 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/574

 

 1 Sorti  en France en 1994. Ces recherches d’influences artistiques pour la construction des images animées sont une constante des studios Disney depuis leur création. Cf. mon article «  Le labyrinthe forestier : Walt Disney, Eric Rohmer, Grégoire Leprince-Ringuet  » URL : https://vadmc.hypotheses.org/71

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Texte Les Parfums

“Les gens ne sont pas que des odeurs” : nez ou museau ?

Les Parfums (réalisé par Grégory Magne), sorti récemment sur nos écrans de cinéma déconfinés z’et masqués, est un joli film humaniste, à la croisée des savoirs et de l’égalité femme-homme. C’est à un double mouvement d’apprentissages à égalité qu’opère le film : Anne est la Pygmalionne de Guillaume et réciproquement, sans, au final, de condescendance de classe ni de sexe. Chacun·e porte à l’autre son expérience et ses douleurs, afin d’en faire sa réussite personnelle et sa joie de vivre… ensemble.

Anne Walberg (Emmanuelle Devos, toujours aussi formidable), apprend à Guillaume Favre (Grégory Montel, tout en retenue) à prendre confiance en lui – Anne le répète plusieurs fois dans le film. Elle apaise son manque d’estime de soi, et il arrive ainsi à obtenir un appartement décent pour accueillir sa fille un week-end sur deux, et un travail où il peut s’épanouir.

Le divorce est d’ailleurs traité sans masculinisme : on n’en connait pas les causes ; l’ex-femme de Guillaume est toujours calme et tranquille ; la juge, quoiqu’exaspérée par le manque de professionnalisme de l’avocat de Guillaume, répond à ses questions sans s’énerver ; le secret du week-end à Trouville renforce le lien père-fille, mais pas parce que la mère est méchante ou coercitive ; aucun discours ou propos d’aucun des personnages contre une société qui donnerait tous les droits (sic) aux mères lors des divorces ou en général ; si la fillette est au départ plus heureuse avec sa mère, c’est que le père manque de confiance en lui pour mener à bien son existence au quotidien.

Guillaume, quant à lui, ouvre les yeux à Anne et la détache littéralement de son nez, dans un premier temps, pour, finalement, la rendre à elle-même et à sa passion : inventer des fragrances. Anne apprend à apprécier son chauffeur et à ménager la susceptibilité de son entourage : dire « merci beaucoup » à la serveuse au restaurant, ne pas se prendre pour une impératrice, demander à Guillaume de l’aider à changer les draps de ses hôtels et à porter ses valises, plutôt que de lui en intimer l’ordre. La demande de service peut également échouer, mais fait partie du processus de connexion au groupe humain. Lorsque Anne demande à Guillaume de l’accompagner à la fête d’anniversaire de son agente, il lui est finalement impossible de jouer au couple. Les deux personnages se séparent rapidement, au lieu de jouer aux tourtereaux inséparables. Anne reste seule face à des invités qu’elle n’apprécie pas, Guillaume converse avec son hôtesse. Cependant, elle se rapproche de l’onde de sympathie dégagée par Guillaume et lui demande comment il arrive à nouer des contacts en l’espace de quelques minutes.

Cette scène annonce celle où Anne tente de s’insérer dans une boîte de nuit. Elle y reste perdue, isolée des danseurs et danseuses, à consommer de l’alcool : elle est perdue sans son coach. Cette scène montre également que le jeu social et ses normes genrées (être en couple, draguer sur fond sonore extrême et alcoolisé) n’est vraiment pas pour elle.

Fort heureusement, le réalisateur a évité le « happy end » dégoulinant de bons sentiments : Guillaume ne récupère pas son permis, perdu par trop d’infractions au code de la route – même si la dernière a été celle qui a sauvé Anne, après sa tentative de suicide. Au contraire, il obtient un travail qui ne nécessite pas qu’il conduise et se fait conduire sur son lieu de travail par un chauffeur. De même, il reste divorcé et ne se met pas en couple avec Anne.

Anne est aussi gagnante du parcours cinématographique, puisque les étincelles de sa rencontre avec Guillaume l’ont rendue plus ouverte aux autres et plus courtoise dans ses relations humaines. L’apprentissage des odeurs qu’elle a initié chez Guillaume lui ayant permis de retrouver son nez, son chauffeur devient son co-équipier dans sa recherche d’elle-même, tel un sympathique museau1. Sans compter que le beau docteur spécialiste du nez (Sergi Lopez, toujours aussi craquant) ne l’a pas laissée totalement indifférente… Surtout, elle a retrouvé son aisance à inventer des arômes inédits, propres à séduire de prestigieuses maisons de parfum. Elle conserve ainsi son indépendance sexuelle, mentale et financière.

En résumé, un film qui fleure bon une modernité sans chichis et sans pathos inutiles.

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « “Les gens ne sont pas que des odeurs” : nez ou museau ? », Voyages autour de mon cerveau, août 2020. URL: https://vadmc.hypotheses.org/563

 

Masculin de muse, comme chacun·e le sait.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn