Archives mensuelles : septembre 2020

Texte The Perfect Candidate

The Perfect Candidate : lueurs féministes en Arabie Saoudite

Film vu dans la sélection « 52 semaines, 52 films de femmes » du cinéma Agnès Varda de Joigny, il est réalisé par Haifaa al-Mansour, déjà autrice de la biographie filmée Mary Shelley (2017) et de Wajda (2013). Ce film-ci narrait l’existence de l’héroïne éponyme, une adolescente en quête d’un vélo, ce qui lui permettrait d’avoir une sensation de liberté, au moins sur le toit de son immeuble.

Sept ans plus tard, Wajda est devenue Maryam, jeune femme célibataire, médecine aux urgences d’une bourgade, flanquée de deux sœurs (une photographe de mariage, une encore au lycée) et d’un père musicien qui fuit ses responsabilités. Le film commence sur des chapeaux de roue… boueuses, puisqu’il n’y a pas de route goudronnée pour accéder aux urgences. Maryam (Mila Alzahrani) est appelée à soigner un vieux monsieur accidenté, qui refuse tout contact avec une femme, fût-elle doctoresse. le caractère bien trempé (surtout au bas de son voile intégral, bien imprégné de boue) de Maryam se révèle : elle refuse de laisser son malade aux mauvais soins des infirmiers, non formés à son niveau d’expertise. Si elle cède finalement la place à ces derniers, ce n’est pas sans avoir exprimé haut et fort son mécontentement.

Cette scène tragi-comique donne le ton au film, bien moins glaçant que Wajda. Maryam va, pour des raisons que je ne vous dévoilerai pas (ah ah), se porter candidate aux élections municipales. Ses sœurs l’aident, avec réticence puis franchement portées par l’enthousiasme et le ras-le-bol de cette société ultra-patriarcale qui les relègue quasi systématiquement dans des espaces non mixtes : école pour la sœur cadette, soirées, travail de photographe pour la sœur aînée… pendant que leur père fait partie d’une troupe de musiciens uniquement masculine et se produit devant des publics très majoritairement mâles. Alors qu’en France nous voyons tous les jours des groupes parfaitement mixtes (une chanteuse, trois musiciennes et trois musiciens et l’inverse parfait), sans compter que la biographie filmée Walk the Line (2005) nous montre le parfait équilibre mathématiques entre les chanteurs qui sillonnent les USA et … l’unique chanteuse, June Carter (Reese Witherspoon), dans les années soixante puis soixante-dix. Y aurait-il encore du chemin égalitaire à parcourir dans notre belle Europe de 2020 ?

La fin de The Perfect Candidate est magnifique, car Maryam récolte les fruits de son engagement politique : la route des urgences est goudronnée, elle n’a perdu les élections que de très peu de voix, à la grande surprise du candidat homme qui remporte les élections. Et son patient âgé lui montre qu’il a voté, et pour elle encore !

L’héroïne avait pourtant abandonné tout espoir, après avoir parlé sans voile (horreur n°1), sans passer par la visioconférence (horreur n°2) et, horreur n°3, oser pénétrer dans la tente de son public masculin pour lui parler en face-à-face. Cette scène au pinacle montre que des percées de mixité sont envisageables hors terrain sanitaire, puisque Maryam n’est ni arrêtée ni fouettée ni torturée ni violée pour ce coup d’éclat. Si les hommes sont choqués et tentent de la déstabiliser, elle parvient à se faire écouter et respecter en tant que candidate.

Les évolutions de la société saoudienne, légères mais tangibles cependant, que nous avons pu suivre ses dernières années depuis l’Occident, sont présentes à l’écran : le meilleur ami du père de Maryam ne porte aucun jugement négatif sur l’indépendance et les choix de cette dernière, le père laisse ses filles suivre leur route, et aucun châtiment ne vient leur rappeler que ce ne serait pas la bonne voie éducative – même s’il y a une large part d’abandon de la part du père depuis le décès de son épouse. Pas de romance avec mariage à la fin non plus pour Maryam, nous évitons le retrait de la vie publique dans le foyer, corde matrimoniale au cou. Enfin, elle conduit seule sa voiture et elle se rend seule à l’aéroport, ce qui était inexistant il y a encore si peu d’années.

Je terminerai par une nouvelle comparaison entre nos deux pays. J’ai eu l’occasion de participer en 2018 au colloque Femmes et politique, femmes politiques. Quelle·s place·s pour les femmes1 ? Les témoignages de femmes politiques françaises actuelles et les différentes communications résonnent fortement avec le sexisme auquel fait face Maryam : même paternalisme dégoulinant de fausse bienveillance, mêmes bâtons dans les roues pour être médiatisée et faire des conférences grand public, mêmes questions qui ramènent aux sphères dites féminines (enfants, foyer, enfants, éducation des enfants, vie privée de la candidate). Sommes-nous si évolué·es ?

Film à voir absolument. Saluons la bravoure de Maryam, des autres personnages et de la réalisatrice, et inspirons-nous de leur courage à barrer les interdits et à s’engouffrer dans les chaudes lueurs féministes qui passent à travers les grillages.

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « The Perfect Candidate : lueurs féministes en Arabie Saoudite », Voyages autour de mon cerveau, septembre 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=642

 

1 Actes ici : https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=63592&razSqlClone=1 

Lien du site du colloque : https://www.femmesdeslumieresetdelombre.com/pecedentes-editions-librairie

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Texte Dans un jardin qu'on dirait éternel

Dans un jardin qu’on dirait éternel : suivre la route du thé

La cérémonie du thé étant devenue un cliché pour touriste en mal de japonisme, j’ai hésité, malgré une bande-annonce alléchante, à aller voir Dans un jardin qu’on dirait éternel. Heureusement, je me suis ravisée et j’ai bien fait, car c’est un beau film existentiel et relaxant.

Noriko (Haru Kuroki), narratrice est en voix-off, déroule le fil de son existence en partant de l fin de sa scolarité, en 1993. Timide et mal dans sa peau, Noriko est entraînée par sa cousine Michiko (Mikako Tabe) à prendre des cours de cérémonie du thé. Maîtresse Takeda (Kiki Kirin) sera leur enseignante pendant dix ans pour Michiko, pendant vingt-quatre années pour Noriko. NB : les sous-titres traduisent par « maître », étrangement …

Outre les scènes faussement paisibles de la préparation du thé, nous assistons aux conversations entre les cousines. Noriko est passionnée par la littérature et par le cinéma, elle mime pour sa cousine les évolutions hésitantes de Gelsomina (Giulietta Masina) dans La Strada de Fellini, qu’elle a vue petite, puis revue plus tard. Bien plus rationnelle, Michiko ne comprend pas les enthousiasmes de sa parente, et elle préfère orienter la conversation vers leur avenir : elle voit Noriko éditrice, et elle, avec plus ou moins d’hésitations, dirigeante d’une entreprise d’import-export. Rien de tout cela ne se réalisera, car toutes deux échouent à combattre le patriarcat japonais, aussi virulent que ceux qui sévissent en Europe.

Si Noriko conquiert son indépendance matérielle, spatiale et mentale, c’est au prix d’un statut de précaire comme pigiste, puis d’un échec au concours d’éditeur·trice, à une vie d’autrice repliée sur elle-même dans un appartement désert, après son refus (courageux) d’un mariage tout confort, et à une culpabilité lancinante, dont il lui faudra toute la dernière partie du film pour se libérer, celle de ne pas avoir été une assez bonne fille et d’avoir donc laissé mourir son père sans l’avoir revu une dernière fois. De manière typiquement féminine, elle se refuse ainsi de couper le cordon ombilical – son père lui reprochait de ne pas venir assez souvent depuis qu’elle avait quitté le domicile de ses parents, à trente ans passés. S’accomplir de manière hors normes (ne pas être mariée, avoir son propre appartement sans y habiter en couple) est dur et demande des années.

Quant à Michiko, elle se rend compte au bout de trois ans que sa carrière ne décollera jamais, car le plafond de verre est trop épais dans les entreprises japonaises pour donner une chance aux femmes. Elle baisse les bras et accepte un mariage arrangé et devient une bourgeoise au foyer, mettant trois enfants au monde et souriant avec son gentil mari et ses enfants (fils en bleu, fille en rose), sur la photographie qu’elle envoie à sa cousine.

Si Michiko échoue à vivre sa propre existence pour se contenter de reproduire le modèle sexiste de base, c’est qu’elle s’est refusée à prendre le temps pour regarder autour d’elle et à laisser courir son imagination. Noriko a continué pendant vingt-quatre ans à venir chaque samedi apprendre à servir le thé selon un rituel immuable, qu’il « ne faut pas chercher à comprendre mais à ressentir », selon Maîtresse Takeda. Dans ce cheminement intérieur, les longues stations devant son jardin d’une beauté à couper le souffle sont aussi importantes que de suivre ses instructions mille fois répétées ou que de déchiffrer les slogans inscrits en écriture ancienne et apposés dans la salle de cours. On aimerait être aussi sur le bord de la maison, en kimono (pêche, fleur de cerisier, bleu pâle, jaune délicat, vert amande, ceinture noire à motif fleuri, ceinture de la même couleur que le kimono), genoux repliés (aïe), mains sur les genoux. On contemplerait le rouge des feuilles, l’or du soleil adouci de l’automne, les dessins des végétaux qui ressortent grâce à la neige qui les recouvrent, les gouttes d’eau glissant de ci de là en plein cœur de l’été. Et, bien sûr, à écouter encore et encore et encore le son des différentes pluies, puisque maintenant l’on sait, tout comme Noriko, faire la différence entre le bruit de l’eau chaude du bol du thé et l’eau froide qu’on y verse avec une louche : pluie d’été, fortes pluies, petites pluies pépiantes sur les plantes. Sans oublier le glouglou imperturbable de la fontaine située à l’extrémité du jardin, près de la maison.

Le voyage intérieur de l’apprentissage existentiel de Noriko se conclut par son remplacement de Maîtresse Takeda à la tête de la maison de thé, en compagnie d’une jeune parente de son enseignante. Noriko est enfin prête à transmettre et à vivre au milieu d’autres femmes (les clientes de la maison du thé) et à partager les responsabilités de la pédagogie. Les hésitations à la Gelsomina sur la plage sont terminées, place à sa propre « strada » (« voie, chemin » en italien) : celle du thé.

Si ce film souligne les destins étouffés des femmes par le système patriarcal, il est dommage que les solutions proposées soient aussi renfermées spatialement et closes sur un univers uniquement féminin. A (re)voir cependant !

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Dans un jardin qu’on dirait éternel : suivre la route du thé», Voyages autour de mon cerveau, septembre 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/633

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Texte La Philosophie marseillaise Beauvoir

Diffusion de La Philosophie marseillaise de Simone de Beauvoir

En avril 2018, j’ai contacté l’émission d’ARTE Invitation au voyage, avec un projet d’émissions sur les voyages de Simone de Beauvoir. La productrice, Blandine Grosjean, m’a répondu sur-le-champ. C’est ainsi que j’ai tourné une partie de La Philosophie marseillaise de Simone de Beauvoir, réalisée par Gaëlle Corvest et diffusée en septembre 2018.

A voir ici :

https://www.arte.tv/fr/videos/084418-001-A/la-philosophie-marseillaise-de-simone-de-beauvoir/

Ou ici :

https://vimeo.com/288537104

En espérant que cet épisode se transforme en série viatico-beauvoirienne, un très grand merci à Blandine Grosjean et à Gaëlle Corvest.

 

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Diffusion de La Philosophie marseillaise de Simone de Beauvoir », Voyages autour de mon cerveau, septembre 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/611

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Vers un féminisme planétaire – Feminist in the City

Julie Marangé, co-fondatrice de l’entreprise Feminist in the City, a bien voulu répondre à mes questions, au nom de sa collègue Cécile Fara et en son nom. Qu’elle en soit chaleureusement remercié.

Tiphaine Martin – Comment votre parcours privé et professionnel vous a-t-il amené à la création de Feminist in the City ?

Julie Marangé – J’ai fait mes études en Angleterre après le lycée. J’y ai développé mon militantisme féministe, car j’étais dans une université avec un engagement féministe prononcé (University of Bath). Il y avait des cours en études de genre ET les études de genre étaient partout dans les autres cours, sans barrières.

En ce qui me concerne, j’ai eu un parcours similaire à celui de Simone de Beauvoir, dans ma scolarité élémentaire et secondaire : je suis allée au cours catholique Madeleine Daniélou jusqu’au lycée. J’y ai reçu une éducation empreinte d’un profond conservatisme et de sexisme ordinaire. Je suis donc passée d’un cocon fermé à une université ouverte sur le monde. Et…en dernière année de faculté à Bath, j’étais présidente d’une association féministe. J’ai enchaîné avec un Master en politiques publiques à Sciences Po, où j’ai rencontré Cécile Fara. Nous avons créé Feminist in the City afin de démystifier le féminisme, accusé d’être un groupuscule d’hystériques – pour faire vite -, pour créer une entreprise pédagogique, pour éduquer au féminisme et à l’histoire des femmes. Nous avons choisi le street art comme première porte d’entrée. Notre première visite, street art et féminisme, a eu lieu en mars 2018.

T.M. –  Pourquoi un titre d’association en anglais ?

J.M. – Nos premières visites étaient en anglais, car nous souhaitons avoir un public très large. Nous avons mis notre entreprise sur Air B & B pour voir si nos visites suscitaient de l’intérêt, ce qui a été le cas. Notre volonté est de parler à l’international, de pouvoir parler à beaucoup de monde, d’où le choix de l’anglais.

T.M. – Quel est le but de Feminist in the City ?

J.M. – Ne plus exister, car il n’y aurait plus d’inégalités. Aujourd’hui, nous souhaitons sensibiliser aux inégalités entre les genres ; mettre les femmes en lumière dans l’art et dans l’espace public de manière pédagogique, rassembler les générations et ne pas faire de politique au sein de notre entreprise. Développer chez tous et toutes la culture de l’égalité et du féminisme pour lutter contre le patriarcat, initiant ainsi un cercle vertueux.

T.M. – Pourquoi avoir choisi Claudine Monteil comme marraine ?

J.M. – Claudine est venue à une de nos visites et nous avons ensuite échangé. Son expérience au sein du M.L.F.1 nous a enrichies et a permis d’établir un dialogue fructueux entre générations. C’est cet aspect intergénérationnel et ce qu’on a en commun qui nous anime à Feminist in the City, plutôt que les divisons internes aux différents mouvements féministes d’hier et d’aujourd’hui. Ou comment on peut être plus efficace ensemble en prenant des leçons de féminisme aux côtés de Claudine.

T.M. – Quels sont vos projets pour Feminist in the City ?

J.M. – A court terme, nous avons la conférence en anglais « What’s next for feminism ? » le 4 octobre. Il y a quatre intervenantes, originaires des USA, d’Islande, d’Argentine, de France. A moyen et long terme, nous souhaitons créer une solidarité féministe internationale, pour lutter ensemble contre le patriarcat.

Julie Marangé

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Julie Marangé, «Vers un féminisme planétaire – Feminist in the City  », Voyages autour de mon cerveau, septembre 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/604

 

MLF sans points étant la marque déposée par Antoinette Fouque en 1979.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn