Archives mensuelles : novembre 2020

Texte E. Desjeux

Emilie Desjeux, peintre et photographe icaunaise laïque – Interview de Delphine Lannaud

J’ai consulté avec grand intérêt quelques éléments des fonds Emilie Desjeux, peintre, qui se trouve à Auxerre (France, Bourgogne, Yonne, 89000). J’ai ensuite interviewé la conservatrice, Delphine Lannaud. Un grand merci à elle pour sa disponibilité.

Les éléments que j’ai consultés se composent d’abord d’un carnet de voyage écrit à l’encre violette, paginé, parfois daté. Il commence à la page 33, par la description d’un voyage à Florence, puis à Bologne, « sous une pluie torrentielle ».

Desjeux concentre ses notes de voyage sur ses visites aux musées, ce qui est logique, au vu de sa profession (p. 39) :

L’après-midi le musée Pitti, quelles merveilles entassées, que de chefs-d’œuvre on est ému là, comme dans une église, je vois les gens qui ôtent leurs chapeaux, les larmes en viennent aux yeux tous ces raphael, oh !il faut renoncer à rien citer c’est un éblouissement et je ne me doutais certes pas de cela (…).

Je n’ai pas modifié l’absence de ponctuation et de majuscules de Desjeux, qui trahit son émotion… et sa modernité. Les adeptes de textos a-grammaticaux et a-ponctués apprécieront. Si la religiosité est explicite, elle n’est pas (seulement) due aux sujets religieux des tableaux de Raphaël. Ce n’est pas non plus celle que la marquise de Blocqueville retrouve en Italie, quelques années plus tôt [voir notre article ici]. C’est celle de la communauté artistique, qui exulte devant tant de savoir-faire et de beauté.

Desjeux varie les plaisirs et se rend quelques pages plus loin à la basilique Santa Croce, au Palais Bargello (musée), puis dans un grand parc, toujours à Florence (p. 48) : « L’après-midi tournée photographique Sta Croce au Bargello ensuite au Cascine où j’ai été dévorée par les moustiques ce qui m’a fait fuir un peu vite ». La peintre photographe ne se prend pas au sérieux et note avec humour la férocité des insectes italiens, indice d’un air peu pollué, pourtant.

Deuxième archive, un carnet écrit à l’encre violette, puis noire, puis écrit au crayon, parfois paginé. Il commence à la page 50 et n’est pas écrit jusqu’à la fin. 

Nous sommes à Sienne (p. 50) : 

(…) arrivée dans la pluie et le vent qui fait rage. Cela manque de charme (…), pension très bien après le déjeuner la pluie s’étant calmée mot illisible de reconnaissance autour de la ville qui est un bijou tout au moins ce qu’il y a de pittoresque, avec du soleil ce doit être très séduisant.

Le terme « pittoresque » est typique des récits de voyage du dix-neuvième siècle et du début du vingtième siècle, avec le goût pour les ruines hérité de la période romantique (fin du dix-huitième siècle- début du dix-neuvième). Le pays étranger est vu à travers un prisme déformant d’exotisme. La voyageuse ou le voyageur ne retiennent que le côté amusant, distrayant du lieu visité. Elle et il ne creusent pas la surface de ce qui est vu.

Troisième archive, un carnet écrit à l’encre violette et noire, non paginé. La première date est celle du « 29 Mars 99 » et nous nous trouvons à Londres avec Desjeux :

Les musées anglais tout merveilleusement installés c’est fort clair, les tableaux de maître bien groupés ce qui rend la visite facile (…). La matinale Gallery se trouve sur la plus belle place de Londres Trafalgar Square (…).

Nous sommes loin des entassements de cadres dans les salles du Louvre de cette époque. La muséographie française ne songeait pas au plaisir de la contemplation des visiteurs et visiteuses.

Quatrième archive, un carnet écrit à l’encre violette puis noire, paginé à partir de la page 3.

Cette fois, direction la Hollande de l’automne 1898, avec l’appareil photo en bandoulière et devant les paysages :

« (…) nous regrettons de ne pas pouvoir faire des photographies, mais nous passons un peu vite (…). » (p. 2)

« Et voici les jolis moulins qui font leur apparition (…). » (p. 3)

« Caractère fait des photographies qui du reste ne donneront rien mot illisible étant faites avec le brouillard, ces appareils de photographie tous mot illisible un succès extraordinaire près des gamins qui nous suivent. » (p. 20)

Le pittoresque refait surface, avec son cliché du moulin qui nous fait reconnaître les Pays-Bas entre mille autres destinations touristiques. La description du travail photographique de Desjeux met en avant les contraintes météorologiques, ainsi que la rareté de ce travail artistique, qui attire la curiosité des jeunes générations.

Cinquième archive, un carnet écrit à l’encre noire puis violette, paginé.

Nous sommes au vingtième siècle, départ de l’Yonne, en gare de Laroche-Migennes :

19 août [dans la marge] Nous quittons Laroche à destination de Chambéry à 11h du soir par un bon train, mais des voyageurs ennuyeux avec cela au complet, si bien qu’en arrivant à Chambéry à 7h du matin nous sommes fatiguées repos à l’hôtel de la Poste et l’après-midi excursions aux Charmettes. La maison de J Jacques et de Mme de Warrens vieille petite maison très bien située et laissée dans l’état primitif avec les meubles anciens retour par la colline des Charmettes et la fontaine St Martin, fort jolie vue, mais quelle route ! 

Récit haletant – surtout sans ponctuation – d’une traversée ferroviaire bourguignonne-savoyarde, avec point de chute littéraire ancien d’un siècle et demi, c’est-à-dire assez nouveau. La culture de Desjeux est multiple et ne se résume pas aux beaux-arts.

Sixième archive, un album de cartes postales, d’envois d’ami·es à Desjeux : Londres, Vézelay, Saint-Georges (près de Nyons), Varsovie, Autriche, Allemagne, Angleterre, Italie, Italie, Italie (surtout Venise, Florence et Rome).

Nous suivons les changements d’adresse de Desjeux, de la capitale à la province :

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Emilie Desjeux, peintre et photographe icaunaise laïque », Voyages autour de mon cerveau, décembre 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=875

Interview de Delphine Lannaud

Tiphaine Martin – Qui est Emilie Desjeux ? 

Delphine Lannaud – Remarquable portraitiste, Emilie Desjeux naît en 1861 à Joigny, un bourg près d’Auxerre, dans un petit milieu de commerçants-artisans. La famille déménage à Paris, où la jeune fille suit un cours de dessin à l’Ecole Municipale et Spéciale de Dessin, puis assez rapidement les cours de l’Académie Julian, sans doute à partir de 1880. Elle devient l’élève de William Bouguereau dès son entrée comme professeur, en 1885. Le peintre la soutient et la cite souvent comme l’une de ses élèves les plus talentueuses.

Secrétaire des Artistes Français, elle expose dans leur Salon chaque année jusqu’en 1908. Surtout, elle s’engage très tôt pour réclamer l’entrée des femmes à l’Ecole des Beaux-arts et prend part à la fondation de l’«Union des femmes peintres et sculpteurs », avec Hélène Berthaux, pour soutenir les droits des femmes dans le domaine de l’art. C’est d’ailleurs au titre de son engagement qu’elle est promue officier de l’ordre des Palmes académiques en 1890.

 Célibataire, son talent lui permet de vivre de sa peinture. L’obtention d’une « mention honorable » à l’Exposition universelle de 1900, pour son Autoportrait, assoit sa réputation. Elle dispose d’un atelier puis ouvre à son tour au 108, rue du Bac puis au 21, rue de Visconti, un lieu où elle dispense son enseignement et prépare les jeunes femmes à entrer aux Beaux-Arts, où elles sont enfin admises à partir de 1896.

Emilie Desjeux fait de nombreux voyages, dont un en Hollande en 1898, pour visiter l’Exposition « Rembrandt » à Amsterdam. Ce qui ne l’empêche pas de passer régulièrement ses étés à Bussy (vers Joigny) où son père a racheté la maison familiale.

Elle se retire de la vie publique à 71 ans, en 1932, chez les sœurs de la Providence à Paris et décède à 96 ans.

T.M. – De quoi sont constitués les fonds Desjeux ? 

D.L. – Les carnets de voyage que vous avez pu étudier proviennent d’un fonds privé, exceptionnellement prêté aux Musées d’Auxerre, qu’il faut distinguer de nos propres collections. Il se compose de notes, de carnets de croquis, d’albums de cartes postales, de carnets de voyages, de lettres et de photographies… des témoignages tous rassemblés par un ami proche d’Emilie Desjeux.

T.M. – Des œuvres d’Emilie Desjeux ont-elles déjà été exposées à Auxerre et dans l’Yonne ? 

D.L. – Oui. Récemment à Joigny, en 2014, à l’occasion d’une exposition sur les artistes du Jovinien et à Auxerre, en 2018, pour célébrer l’acquisition de l’Autoportrait présenté à l’Exposition Universelle de 1900 par les Musées d’Auxerre.

Mais en 2005 déjà, une exposition des Musées d’Auxerre voulait faire redécouvrir l’artiste à travers l’une de ses œuvres les plus emblématiques : Le Banquet. Une oeuvre qui mérite d’ailleurs quelques mots… Emilie Desjeux reçoit, en 1906, la commande officielle de ce tableau témoignant, à Auxerre, du discours d’Emile Combes sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat (1904). Pour l’achever, l’artiste a principalement recours à la photographie et à de nombreuses esquisses, les personnalités et les membres du Conseil municipal d’Auxerre ne mettant guère de bonne volonté pour prendre la pose.

T.M. – Et hors du département ? 

D.L. – A ma connaissance, non. Le chemin est encore long pour faire connaître plus largement le travail des artistes femmes représentées dans les collections publiques de province. Le Musée d’Orsay a envisagé, me semble-t-il, de lancer un programme de recherches et une collecte de données sur cette thématique…

T.M. – Avez-vous des projets concernant la mise en valeur des fonds Desjeux ? 

D.L. – Comme je vous le disais, ce fond reste entre des mains privées. Nous souhaiterions toutefois, avec l’accord des propriétaires, poursuivre son étude. Je suis également attentive à tout ce qui pourrait éclairer certains pans de la vie de l’artiste, ainsi qu’à l’opportunité d’acquérir de nouvelles œuvres pour enrichir les collections auxerroises. Si un parcours dédié aux Beaux-Arts devait venir compléter nos salles d’archéologie, il est évident qu’Emilie Desjeux occuperait une place de choix illustrant la richesse de la production locale.

Delphine Lannaud

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Delphine Lannaud, «Interview de Delphine Lannaud », Voyages autour de mon cerveau, décembre 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=875

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Texte Marquise de Blocqueville

La marquise de Blocqueville, diariste, peintre et écrivaine voyageuse – Interview de Stéphanie Guyot-Nourry

J’ai consulté avec grand intérêt quelques éléments du fond de la marquise de Blocqueville, qui se trouve à Auxerre (France, Bourgogne, Yonne, 89000). J’ai ensuite interviewé la conservatrice, Stéphanie Guyot-Nourry. Un grand merci à elle pour sa disponibilité.

Les éléments que j’ai consultés se composent d’abord d’un grand carnet vert, qui contient le journal intime de la marquise, à l’écriture penchée. Des fleurs séchées ont laissé leur marque sur les lignes tracées par la diariste.

 

 

Ensuite, un petit carnet bordeaux d’aquarelles (paysages, maisons, plantes, animaux) et de notes.

Puis, un petit carnet noir de notes de voyages, non paginé. 

La citation suivante nous montre le caractère affirmé de la marquise, lors d’un séjour en Normandie avec des proches :

 Rouen. Hôtel d’Angleterre, le mardi 6 8bre 1857. Je me suis levée bien lasse, et Marie ayant voulu aller au bain elles ne sont rentrées, à mon immense ennui, qu’après 1 heure. Mon caractère commençait à bouillonner !

Puis, un second petit carnet noir de notes de voyages, non paginé.

La citation suivante nous montre la ferveur religieuse de la marquise. Cependant, je n’ai pu déterminer, avec une première lecture rapide, s’il s’agit d’une citation de Cris à propos de mot illisible, évoqués par la marquise au début du carnet, ou les propos de la marquise, car il y a une sorte de guillemets tout au long des marges dans tout le carnet. Mais sont-ce vraiment des guillemets ?

La Rome chrétienne et catholique, enfin, domine tout pour mon esprit. Ou vit en commerce intime et familier avec Jésus, avec les apôtres, pour les entendre.

Puis, le manuscrit de Rome, récit de voyage paru en 1865, est disponible sur Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1075961/f4.item.texteImage Le manuscrit n’est pas paginé, mais abondamment raturé.

Enfin, deux petits carnets rouges de voyage enfermés dans un coffret, non paginés.

Extraits des carnets, au hasard :

  1. « Voici le soleil, et le soleil du midi et la route bien aimée, tout comme… ivresse et joie jadis ! … ah ! pourquoi vieillir ! (…) l’amour du midi est comme le prolongement de l’amour de moi-même tant il fait partie de mon essence ! »
  1. « Malade, j’ai traîné le matin, écrit cinq ou six lettres. »

J’ai choisi ces citations pour montrer les changements d’humeur de la marquise, ainsi que sa faculté d’analyse. Nous voyons également que ces alternances sont centrées sur le corps, un corps féminin type du dix-neuvième siècle, en proie à des humeurs mouvantes, tel que l’ont figé les romanciers et les médecins, sans analyses poussées des véritables causes de ces sautes d’humeur, à savoir les corsets du patriarcat.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « La marquise de Blocqueville, diariste, peintre et écrivaine voyageuse », Voyages autour de mon cerveau, novembre 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/836

Interview de Stéphanie Guyot-Nourry

Tiphaine Martin – Qui est la marquise de Blocqueville ?

Stéphanie Guyot-Nourry – Louise Adélaïde Davout voit le jour le 8 juillet 1815, à Paris, rue Saint Dominique, dans le grand hôtel d’Eckmühl.

Dès le 24 juillet, le maréchal Davout se retire, avec sa famille, dans son domaine de Savigny-sur-Orge. La petite Louise Adélaïde passe ses toutes premières années dans ce lieu qui demeurera pour elle un refuge, où l’image du grand homme est omniprésente.

La maréchale entend que ses filles aient la même éducation que les garçons. Aussi, les matières enseignées à Louise Adélaïde sont variées : mathématiques, histoires, langues étrangères, dessin, musique, latin…

Après le décès de son père en 1823, elle relate dans de petits carnets des événements privés (voyages, lectures, événements familiaux…) mais aussi des faits historiques ou des événements nationaux ou internationaux. Habitude qu’elle conservera tout au long de sa vie.

En 1835, elle épouse Edmond François de Couliboeuf, comte de Blocqueville, de 26 ans son aîné. Il semble que la félicité soit de courte durée. Ils se séparent en 1858. Le couple n’aura pas d’enfant.

Ce qui explique, qu’en 1869, elle décide de léguer à la Ville d’Auxerre, un ensemble d’objets et d’ouvrages, afin de créer un salle à la mémoire de son père.

Pourquoi Auxerre ? Le maréchal Davout a étudié au lycée militaire d’Auxerre, a été chef d’un bataille de volontaire de l’Yonne pendant la Révolution. De plus, la marquise de Blocqueville connaissait fort bien Maximilien Quantin, archiviste du département de l’Yonne et Amboise Challes, maire de la ville. Elle assurait, ainsi, à sa donation une caution scientifique et politique.

En 1868, elle emménage dans un hôtel particulier à paris, au 9 quai Malaquais. C’est dans ce lieu, qu’elle donne « Salon » et reçoit lors de somptueuses fêtes.

Elle voyage très fréquemment en Italie, Espagne, Angleterre ou au Moyen-Orient.

Elle écrit quelques romans. Son livre le plus connu demeure la publication d’un ouvrage consacré à son père Le Maréchal Davout raconté par lui même et par les siens.

Elle s’éteint à Paris, le 8 octobre 1892.

T.M. – De quoi est constitué le fond marquise de Blocqueville ?

S.G.N. – Le cœur de la salle d’Eckmühl est constitué d’objets ayant appartenu en propre au maréchal Davout, puis des objets ayant appartenu aux membres de la famille Davout sont venus enrichir la salle.

Les collections couvrent tout le 19ème siècle. Mais on peut noter des œuvres du 17ème et du 18ème siècle, notamment de remarquables tableaux ou pièces de moblier.

Ainsi, cette salle conserve un ensemble riche de 650 objets et 2500 ouvrages et manuscrits.

La collection du Maréchal Davout, prince d’Eckmühl :

Elle constitue le cœur de la collection avec des objets prestigieux : le manteau d’apparat, le glaive et la canne de cérémonie portée lors du sacre de Napoléon Ier en 1804, une console Jacob-Desmalter provenant de l’hôtel d’Eckmühl ou des correspondances de Napoléon au Maréchal, mais aussi des objets plus confidentiels comme un médaillon, renfermant des mèches de cheveux de son épouse et de ses enfants, porté sur les champs de bataille.

La collection de la Maréchale Davout, princesse d’Eckmühl :

Exception faite du costume de cérémonie porté par la princesse d’Eckmühl lors du mariage de Napoléon Ier et de Marie-Louise, les objets de Julie Aimée Davout nous invitent à entrer dans l’intimité de la famille : les lettres envoyées à son époux ou à ses enfants, son coffret de couture ou ses livres de comptes.

La collection de Napoléon-Louis Davout :

Ses portraits, sa correspondance, ses cahiers d’études et sa bibliothèque nous éclairent sur la personnalité du seul fils survivant du Maréchal Davout, resté dans l’ombre de son illustre père.

La collection de Louise Adélaïde de Couliboeuf, marquise de Blocqueville :

Ses pièces de mobilier, ses bijoux, sa correspondance, ses cachets, ses carnets de notes ou ses albums de voyage sont prétextes à un voyage dans le temps, un voyage dans le XIXème siècle.

T.M. – Quelles ont été les expositions consacrées à la marquise de Blocqueville hors Auxerre ?

S.G.N. – Aucune à ma connaissance.

T.M. – Quels sont les ouvrages consacrés à la marquise de Blocqueville ?

S.G.N. – Aucune bibliographie de la marquise de Blocqueville n’a été publiée.

T.M. – Quels sont vos projets de mise en valeur du fonds marquise de Blocqueville ?

S.G.N. – Les collections seront mises à l’honneur dans l’exposition consacrée à Napoléon Ier qui se tiendra à La Villette en 2021.

Prêt de trois objets : le manteau la ceinture, le glaive et la canne de cérémonie que le maréchal Davout a porté lors du Sacre de napoléon en 1804 ainsi qu’un bicorne appartenant au maréchal Davout dit »Bicorne d’Auerstadt ».

Exposition sur le Japonisme (programmée pour 2022). Seront présentés notamment des albums originaux d’Hokusaï et d’Hiroshige.

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Stéphanie Guyot-Nourry, «Interview de Stéphanie Guyot-Nourry», Voyages autour de mon cerveau, novembre 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/836

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Interview S. Maeght

Ecrire, surprendre – Interview de Sarah Maeght

2013. Université Paris 7-Denis Diderot. Préparation de l’agrégation de Lettres modernes. Rencontre avec Sarah Maeght, enseignante en Lettres.
2016. Bibliothèque Nationale de France, Café des Lettres. Scellement de l’amitié entre l’écrivaine Maeght et la chercheuse Martin.
2020. Publication de l’interview de S.M. par T.M. dans VADMC.
Tiphaine Martin – Y a-t-il un rapport entre ton deuxième et ton premier roman ?
Sarah Maeght – Oui, le personnage principal, Basile, apparaissait déjà dans C’est où, le Nord ? C’est un enfant de dix ans, qui était élève dans la classe d’Ella. Ce personnage me trottait dans la tête depuis longtemps.Il es tinspiré de tous les enfants auxquels j’enseigne, et surtout un, Max, asperger, qui m’a beaucoup émue.
L’enfance est un thème très important pour moi. Paris est un autre fil conducteur. J’ai aussi réalisé que j’avais, sans le réfléchir, utilisé la même structure. Une première partie qui se passe à Paris, un moment de crise qui aboutit à un voyage précipité (Budapest dans C’est où, le Nord ? et le Contentin dans Les Imbattables), et la résolution, ou tout du moins un apaisement, dans une dernière partie.
J’ai aussi été très attentive aux dialogues et au rythme resserré.
T.M. – Pourquoi écrire un deuxième roman, d’ailleurs ? C’est-à-dire, qu’est-ce qui te pousse à écrire de la fiction, à écrire tout court ?
S.M. – C’est ça ou je m’ennuie et je me sens empétrée dans le quotidien. Ce qui me pousse à écrire de la fiction, c’est le réel. J’ai envie de « consigner » ce que j’entends et qui m’amuse, m’interpelle, me surprend. J’ai tout le temps envie d’enregistrer, de photographier, de noter des détails.Donc j’ai tout le temps envie d’écrire. Ce qui n’est pas vraiment la même chose qu’avoir envie d’écrire un ROMAN. Ça c’est de la pure folie et franchement je me demande pourquou je me lance dans un truc aussi compliqué et long. Je ne réfléchis pas souvent à pourquoi j’écris de la fiction, mais pour te donner une répone, j’aime raconter des histoires. J’en parlais avec une amie il y a quelques jours, et j’ai réalisé que ce qu’il se passait dans mes livres ne pourrait pas se passer dans la vraie vie. Pas VRAIMENT. C’est intéressant sur ce qu’est la fiction, le vraisemblable, la vérité, le vrai. Non, une baby-sitter de 23 ans ne se retrouverait pas du jour au lendemain avec le gamin qu’elle garde sur les bras. Non, elle ne l’embarquerait pas sur un coup de tête en Normandie pour visiter la maison de Prévert.
T.M. – Quelles sont les influences sur ton œuvre (littéraires, mais également cinématographiques, musicales, artistiques, autres) ?
S.M. – Carson Mc Cullers, Salinger, John Fante, Bukowski, j’adore leur rythmes, leurs personnages, leurs façons d’exploiter le quotidien. J’aime qu’on me raconte des histoires alors j’adore aussi la littérature jeunesse, Marie – Aude Murail, J.K. Rowling, John Green… Pour la musique, j’adore écouter du classique quand je bosse, mais j’ai aussi des moments rap (nekfeu), pop (Angèle, Vampire Weekend)… La musique me plonge dans des états, des émotions. Un peu comme quand on regarde par la fenpêtre d’une voiture avec un walkman et qu’on s’imagine dans un film. Et le cinéma… J’aime bien les séries. J’ai beaucoup re-regardé des épisodes de la première saison de Girls. Gloria, de Cassavettes, m’a beaucoup inspirée pour Les Imbattables. Je vais au cinéma trois fois par semaine avec la carte UGC.
T.M. – Une, des personnes qui t’ont mis le pied à l’étrier en tant qu’écrivaine ?
S.M. – Katherine Pancol, et ça sera toujours ma réponse numéro 1. C’est elle qui m’a dit que je savais écrire, elle qui m’a conseillé d’écrire un roman, elle qui m’a dit que j’étais capable d’en écrire un deuxième. Elle m’a donné tous ses trucs. J’admire sa façon d’écrire, sa concentration. C’est la plus grande bosseusse que je connaisse. C’est une chance immense de l’avoir pour « mentor ».
T.M. – Une, des relation(s) entre tes romans et la pédagogie que tu mets en œuvre en tant que professeure de Lettres dans le Secondaire ?
S.M. – Le naturel, je crois. J’ essaie le plus possible de coller à moi-même. Quand je suis en classe ou quand j’écris,, je ne fais pas semblant. Devant mon clavier ou avec les élèves, je n’adopte pas de posture. J’aime rire avec eux, les considérer comme mes égals, je sais qu’ils ont beaucoup à m’apprendre, je leur fais confiance. C’est sans prétention, comme pour l’écriture. C’est pas tous les jours idylliques, il y a des découragements, des déceptions, mais les instants de joie sont puissants et, encore une fois, sincères. L’enseignement et l’écriture, c’est plein de surprises, c’est jamais tous les jours la même chose malgré une apparence routinière. En fait je considère les deux métiers comme deux immenses chances,  et je m’y sens exactement à ma place.
T.M. –  Quels sont tes projets ?
S.M. – Je travaille sur un troisième roman, un livre pour enfant avec un copain qui vient de sortir des Beaux Arts, une anthologie et des dossiers pédagogiques avec Le Livre de Poche, un petit livre illustré pour lutter contre l’homophobie au collège, j’ai envie d’écrire un roman jeunesse aussi..
Et je veux reprendre un poste en septembre !
Sarah Maeght
Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Sarah Maeght,« Ecrire, surprendre – Interview de Sarah Maeght », Voyages autour de mon cerveau, novembre 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=812

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Interview A. Le Floch

Les Points communs – Interview d’Aurélie Le Floch

Autrice, éditrice et journaliste, Aurélie Le Floch anime aussi des ateliers d’écriture. Elle évoque ici son rapport à l’écriture, les liens entre ses différents métiers et son récit autobiographique paru en 2019, Pour te voir cinq minutes encore.

Tiphaine Martin – As-tu décidé de devenir écrivaine, ou bien l’écriture est-elle venue à toi ?

Aurélie Le Floch – Dès que j’ai su lire, j’ai eu beaucoup d’appétit pour les livres et les histoires qu’ils racontent. Vers l’âge de dix ans, j’ai eu envie d’écrire moi-même des histoires. J’en ai écrit quelques-unes dans mon adolescence, je tenais aussi un journal. Quand j’étais collégienne, j’écrivais des lettres presque chaque jour, j’avais plusieurs correspondants étrangers : une Allemande, une Roumaine, un Marocain, une Japonaise. On se racontait nos vies très différentes mais avec aussi des points communs, dans un anglais ou un français plus ou moins hésitant selon les cas… J’adorais recevoir des lettres « By air mail » frangées de rouge et de bleu, couvertes de timbres colorés !

À 20 ans, j’ai commencé à écrire mes premiers articles publiés dans des journaux locaux. Puis, en 2006, j’ai participé à un atelier d’écriture de nouvelles proposé par Isabelle Mercat-Maheu aux ateliers Élisabeth Bing. J’ai découvert cet univers avec bonheur, je m’amusais beaucoup avec les expérimentations formelles qui nous étaient proposées. Je n’ai jamais eu peur de la page blanche car mes autres activités, le journalisme notamment, m’ont permis très tôt d’exercer ma plume. Cependant, je trouvais que les textes que j’écrivais en atelier ne sonnaient pas juste, comme si je n’allais jamais vraiment au fond des choses.

En 2017, j’étais enfin prête à m’impliquer tout entière dans l’écriture, après avoir vécu une expérience difficile qui a été comme un catalyseur. J’ai compris que, même si cela pouvait me plonger par moments dans des états émotionnels douloureux, il fallait que j’écrive d’abord l’histoire de mon père, que je partage cette histoire dans sa dimension singulière mais aussi dans ce qu’elle peut avoir d’universel. Finalement, j’ai découvert que le fait d’écrire des choses éprouvantes peut procurer d’autres émotions comme la joie ou un sentiment de liberté. Je crois qu’on ne peut pas vraiment séparer l’ombre de la lumière, c’est valable dans la vie et aussi pour l’écriture…

T.M. – Pourquoi avoir choisi l’autobiographie pour ton passage à l’écriture hors journalisme ?

ALFMon récit, Pour te voir cinq minutes encore1, retrace ma relation avec mon père, l’histoire de sa vie et de sa mort à cause du sida. J’avais alors 15 ans, et lui seulement 36 ans. Je pensais qu’il était important de partager cette histoire-là, car il existe encore peu de récits sur ce qu’on pourrait nommer les « dommages collatéraux » de l’épidémie des années 1990-2000, sur la façon dont les proches des personnes malades ont vécu cette période. Lors des rencontres en librairie notamment, j’ai constaté qu’un grand nombre de personnes sont concernées directement par cette thématique, bien plus que ce que j’aurais cru au départ… J’espère que mon livre a contribué à briser un tabou, à libérer un peu la parole sur ce sujet ; il me semble que c’est le cas d’après les retours que j’ai pu avoir.

En même temps, je crois que mon histoire est surtout celle de la relation entre un parent et son enfant, un sujet qui peut toucher presque n’importe qui. Cette sorte d’universalité est importante pour moi.

T.M. – Quels sont les liens entre l’écriture et tes autres métiers (éditrice, journaliste, animatrice d’ateliers d’écriture) ?

ALF – Dans le journalisme, il y a des vases communicants avec le travail d’auteur, notamment lors des interviews. L’interview est un exercice que j’adore car il me permet de rencontrer des personnes très différentes : un scientifique, un architecte, une soignante, une députée, un batelier, un jardinier… Quand on se présente comme journaliste, dans le contexte actuel, on suscite souvent une forme de défiance. J’essaie donc de commencer par établir une relation de confiance, avec d’abord un principe essentiel qui est de faire relire l’interview à la personne avant publication. La plupart du temps, souvent en fin d’interview, la personne sort un peu de son rôle social et se dévoile, s’exprime de façon plus personnelle. Sans l’avoir forcément demandé, je suis alors dépositaire d’histoires et de points de vue inattendus. Ces moments de confidence n’apparaissent pas dans la retranscription de l’interview, mais ils nourrissent indirectement mon écriture, c’est là qu’on est au cœur de l’humain…

Dans mon métier d’éditrice, par rapport à mon statut d’auteure, je suis de l’autre côté de la barrière. Je collabore avec des maisons d’édition qui, notamment, me confient des manuscrits pour les retravailler avec un ou plusieurs auteurs, selon les cas. J’aime beaucoup mettre mes mains dans le texte, en dialogue avec le ou les auteurs. J’apprécie la rigueur et la précision que demande le travail éditorial, avec parfois un aspect artisanal : proposer des coupes, inverser l’ordre des chapitres, inviter l’auteur à préciser une idée, à revoir le texte en profondeur pour qu’il soit le plus abouti possible, en tenant compte des contraintes liées à la fabrication et en se mettant autant que possible à la place du lecteur, qui est le destinataire final de l’ouvrage… N’importe quel auteur a besoin de ce regard extérieur sur son texte : faire exister un livre est un travail d’équipe, à toutes les étapes de la chaîne du livre. Avoir conscience de ces enjeux-là m’aide à porter un regard plus critique sur mes propres textes, mais bien sûr, comme je viens de le dire, cela ne remplace absolument pas la lecture qu’un autre éditeur peut faire de ce que j’écris !

Depuis 2018, j’anime aussi des ateliers d’écriture. Dans cette nouvelle activité, je m’inspire beaucoup de la façon dont j’accompagne habituellement les auteurs – et aussi de mon propre travail d’écriture, qui me permet de localiser certains points de blocage chez ceux qui écrivent.

T.M. – Je confirme, pour avoir suivi ton atelier d’écriture sur le récit de voyage en juin 2020, tu es une relectrice aidante, très délicate. Cela stimule notre créativité tout en nous rassurant sur la qualité de nos essais littéraires. Au fait, de quoi traite le dernier texte que tu as écrit ?

ALFJ’ai terminé un manuscrit récemment, qui fonctionne un peu en diptyque avec le premier. Il raconte l’histoire de ma grand-mère paternelle, qui a vécu 93 ans et qui avait beaucoup de vitalité. C’est elle qui m’a élevée et, à l’âge de 20 ans, j’ai découvert un secret de famille dans lequel elle était impliquée, qui a transformé notre relation en profondeur. Sur le plan formel et en termes de construction, ce texte est assez similaire au premier : il fonctionne par petits épisodes courts qui sont un peu comme des nouvelles que l’on pourrait presque lire indépendamment les unes des autres, mais qui font aussi progresser l’intrigue.

De façon générale, avant d’écrire, je commence par poser quelques jalons : j’ai besoin de connaître le début et la fin de l’histoire, et peut-être un ou deux épisodes importants. À partir de ces balises, j’écris chaque chapitre comme il vient, en général d’un seul jet. Ensuite, je scinde certains chapitres un peu longs, j’en ajoute un ou deux, mais je supprime très rarement du texte. Pour parler en ingénieur, je fonctionne plutôt par fabrication additive, je ne fais pas d’élagage ! Il y a aussi des phrases que je note dans un carnet ou dans mon téléphone quand elles me viennent, au supermarché, dans le bus, en faisant la cuisine… Ces phrases-là, je les intègre dans les chapitres déjà écrits, à l’endroit où elles trouvent le mieux leur place.

T.M. – En quoi le confinement a-t-il infléchi ton écriture ?

A.L.F.  Pour en avoir discuté avec deux ou trois auteurs et pour le ressentir aussi de façon intime, je crois que l’écriture peut être transformée de deux façons par la crise actuelle : soit on est tenté de regarder vers le passé voire de s’y réfugier, soit on est travaillé par le présent, par tout ce qui est en jeu dans ce moment de bascule que nous vivons. Pour ma part, je me retrouve plutôt dans cette deuxième attitude, et c’est assez inconfortable : cet été, j’ai commencé à écrire un recueil de nouvelles, mais aujourd’hui ces histoires me paraissent dater littéralement du siècle dernier, avec certains aspects presque superficiels ou un peu vains… Je voudrais presque tout réécrire en faisant porter des masques à mes personnages, en leur ajoutant du gel hydro-alcoolique et une anxiété diffuse face à l’avenir !

J’ai le sentiment que nous entrons seulement maintenant dans le xxie siècle, que nous passons un point de non-retour avec l’obligation de changer de paradigme pour continuer de vivre, individuellement et collectivement. Dans ce contexte, j’ai de plus en plus envie de simplement faire la chronique de ce qui se déroule sous mes yeux en croisant journalisme, littérature et sciences humaines. C’est vers cela que je me dirige actuellement, en attendant de revenir un jour vers l’autobiographie ou la fiction.

Aurélie Le Floch

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Aurélie Le Floch, « Les Points communs – Interview d’Aurélie Le Floch », Voyages autour de mon cerveau, novembre 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=796

1 Paru en 2019, Editions Ateliers Henry Dougier.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Texte Grand Meaulnes Beauvoir

Le Syndrome du Grand Meaulnes 

Le héros d’Alain Fournier, du roman éponyme paru en 1913, est censé représenter le poète romantique type : perdu dans les nuages radieux de la spiritualité, inapte aux tâches quotidiennes tellement prosaïques voire triviales, appelé à un dessin hors du commun. Et s’il abandonne sa jeune épouse Yvonne alors qu’elle est enceinte et ne revient qu’une fois qu’elle est morte en couches, ce n’est bien entendu pas de sa faute, mais celle de la Vie, dont il est le jouet, incapable de se poser. Drapé dans sa cape de poète, il est alors tout à fait libre de s’en aller par les chemins et par les monts. Foin du foyer, domaine clos des femmes, vive le ciel et l’espace infini réservés aux hommes.

C’est cette étendue qu’envie la jeune Simone de Beauvoir à son cousin Jacques Champigneulle et à ses camarades de classe du collège Stanislas : « Jacques et ses camarades lisaient les vrais livres, ils étaient au courant des vrais problèmes ; ils vivaient à ciel ouvert : on me confinait dans une nursery. » L’écrivaine utilise une métaphore géographique pour distinguer le côté des filles de celui des garçons, au niveau du développement cérébral, donc du droit à se construire soi-même son existence. Ces lignes parallèles se brisent heureusement pour Beauvoir à l’orée de l’âge adulte, puisque, contrairement à ses camarades de classe, elle est obligée à faire des études universitaires afin de pouvoir gagner sa vie en tant que professeure de lycée, du fait de la pauvreté de son père, qui a perdu sa fortune dans les emprunts russes de la Première Guerre mondiale : « (…) aujourdhui, nos vies divergeaient ; je continuais à aller de lavant, je me développais tandis que, pour sadapter à leur existence de filles à marier, elles commençaient de s’abêtir. » Nous ne reviendrons pas sur l’antiféminisme qui empêchait alors la moitié de la population française de devenir véritablement intelligente.

Ce qui nous intéresse, en revanche, est la trajectoire intellectuelle de Beauvoir, qui va la conduire à accepter les conseils de lecture (et de cinéma, et de peinture, et de sculpture, et de musique) de son cousin, à partir de ses dix-sept ans à elle, de ses dix-huit ans à lui. Et, par ricochet, à assimiler Jacques au personnage de Fournier : « Il aimait le Grand Meaulnes, il me lavait fait aimer : je les identifiais. Je vis en Jacques une incarnation raffinée de lInquiétude. » La jeune fille hausse le personnage plutôt plébéien d’Augustin Meaulnes jusqu’à la bourgeoisie dont sa famille fait partie. Le niveau haut de la classe ajoute une touche de distinction, au sens d’héritage social et culturel donc bourdieusien du terme. Prosaïquement, l’adolescente fabrique une image fantasmagorique et fantasmée de son cousin, dont elle tombe bientôt amoureuse : « Je pense qu’il y a eu l’angoisse ordinaire de le connaître si différent, si loin, si vivant en dehors de mon esprit où sans m’en rendre compte je prétendais l’enfermer (…)1. » Cette phrase du six octobre 1926, il lui faudra trois ans pour y faire face, en date du huit octobre 1929 : « (…) mon beau héros mort, mon petit Jacques ; mon rêveur si faible et si peu héroïque que j’avais si somptueusement paré de sa faiblesse2. » Forcée à être lucide par l’annonce du mariage de son cousin avec une riche héritière, Simone écrit sa déception au fil de sa plume, son amertume, « comme si tout avait été vrai3. » Elle pointe déjà le fossé entre l’enveloppe de son imaginaire et la réalité de la personnalité de son cousin, volontairement asservi à son éducation patriarcale, d’après les dires de Beauvoir.

C’est ce que résument les Mémoires d’une jeune fille rangée, parues en 1958, en une magnifique sentence sénéquienne : « Et puis je me gourmandai. C’était mon rêve qui était faux, ce n’était pas Jacques. » La sévérité de la mémorialiste marque l’arrêt net de son attachement pathologique à son cousin, des nuées mensongères dont elle l’a habillé. En 1949, dans Le Deuxième Sexe, Beauvoir emploie le terme « mythe » pour définir sans le dire son attitude d’alors :

Le mythe est un de ces pièges de la fausse objectivité dans lesquels l’esprit de sérieux donne tête baissée. Il s’agit encore une fois de remplacer l’expérience vécue et les libres jugements qu’elle réclame par une idole figée4.

Sans aller jusqu’à attribuer à l’adolescente qu’elle était un « esprit de sérieux », il est pourtant vrai qu’elle a transformé les propos de Jacques et son attitude (souvent ambiguës) en un bloc de faussetés où elle s’est complue.

La peur de la sexualité a joué un rôle non négligeable dans cette passion sans retour :

Ce n’est pas mon corps qui jamais t’a aimé (…). J’étais devant toi, sans mot, devant toi merveilleux et fragile, tout entière dévouée à te sauver5.

Le refus de l’existence charnelle de Jacques en tant que mâle a mué son cousin en être sans poids réel, en personnage de conte, avec Beauvoir ravie de jouer les infirmières, pour une fois6, dans la continuité de ses fantasmes masochistes d’enfance7. Retournons au Deuxième Sexe et aux analyses beauvoiriennes :

Ces amours de tête prolongent et confirment l’attitude narcissiste où l’érotisme n’apparaît que dans son immanence, sans présence réelle de l’Autre. C’est parce qu’elle y trouve un alibi qui lui permet d’éluder des expériences concrètes que souvent l’adolescente développe une vie imaginaire d’une extraordinaire intensité8.

Hommage implicite rendu à ses fantasmes d’alors, ou découpe au scalpel a posteriori d’un rude apprentissage de la réalité ? Notons que ces analyses concernent les jeunes filles et non pas les jeunes hommes, c’est-à-dire la moitié de l’humanité qui, à l’époque de Beauvoir, est élevée dans la honte du corps et de la sexualité.

En conclusion, nous définirons le « syndrome du Grand Meaulnes » comme : « l’application de fantasmes de type romantiques en vue de refouler une attirance sexuelle inexprimable ».

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Le Syndrome du Grand Meaulnes  », Voyages autour de mon cerveau, novembre 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/779

1 Simone de Beauvoir, Cahiers de jeunesse, Paris, Gallimard, 2008, p. 107.

2 Simone de Beauvoir, Cahiers de jeunesse, op. cit., p. 796.

3 Ibid.

4 Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe I, Paris, Gallimard, 2000, p. 392.

5 Simone de Beauvoir, Cahiers de jeunesse, op. cit., p. 796.

6 Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangée, Paris, Gallimard, « Folio », p. 78 : « Quand je me déguisais en infirmière, c’était pour ramasser les blessés sur le champ de bataille mais je ne les soignais pas. »

7 Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangée, op. cit., p. 79-81.

8 Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe II, Paris, Gallimard, 1987, p.102.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn