Archives mensuelles : novembre 2020

Interview E. Ndala

#TotallyMegalo – Interview Elisabeth Ndala

Elisabeth Ndala, galeriste et artiste, a bien voulu répondre à nos questions avec grand enthousiasme, merci à elle. Pour l’image mise en avant : ©Pose by Totally Megalo par Nicolas Obery “Like Foxy”.

Tiphaine Martin – D’où vous est venue l’idée de #TotallyMegalo ?

Elisabeth Ndala – Totally Megalo est aujourd’hui une philosophie, un univers né en 2017. Galeriste depuis 2012, j’ai ressenti le besoin de faire évoluer mon métier, d’y apporter une part plus importante de “moi”. Après 5 ans d’activité au sein de la BAB’s Galerie, que j’ai créée, je souhaitais garder la flamme qui m’avait menée à ce métier. Flamme qui m’avait poussée à quitter mon activité de cadre (acheteuse, chef de produit, responsable de projets digitaux…), dans le secteur de l’énergie.

De façon inattendue, l’idée qui m’a paru me permettre cela était de passer de l’autre côté du miroir. “Modèle”, “Inspiration”, “Muse”, voilà ce que j’ai décidé de devenir ! 15 artistes m’ont tendu la main et invitée dans leurs univers.

Consciente de l’effet d’une telle démarche sur mon environnement : monde de l’art, réseau d’artistes, amis, famille…, j’ai voulu évacuer et surtout assumer le projet en l’appelant « Totally Megalo ». D’autant plus qu’il restait un vrai et innovant projet artistique, dans lequel étaient abordées des questions purement artistiques telles que « Le portrait photographique dans l’art », « la place de la photo artistique », « la relation du modèle / muse et de l’artiste ».

Très vite, le projet a pris au fur et à mesure une couleur extraordinaire, celle de “l’estime de soi”. En effet, à la suite d’une séance de travail avec l’artiste Marcella Martial, j’ai été amenée à chercher en moi ce qui me permettait de faire mienne la phrase « Je brille comme le diamant que je suis ». Une introspection, pleine d’autocensure que j’ai finalement réussi à faire exploser pour obtenir la photo… l’œuvre.

Ma réflexion sur le projet, mes publications sur les réseaux sociaux ont intégré cette dimension « magique », celle de “l’estime de soi assumée”, tout au long de la construction du projet. Les retours de la part du public ont été très positifs. Beaucoup, m’exprimaient une appropriation de mes mots et images hyper positifs vis à vis de moi-même. J’ai ouvert une parenthèse de valorisation dans laquelle les personnes qui suivaient le projet ont pu entrer.

La présentation des œuvres réalisées à la Fnac des Ternes est venue enrichir les réflexions déjà profondes sur le sujet.

La parenthèse que j’ai ouverte ne s’est finalement jamais fermée depuis. Elle n’a fait que grandir pour se transformer en philosophie, incarnée par un univers physique en expansion, des ateliers, des conférences, deux livres. 

T.M. – Des termes clefs pour décrire ce projet ?

E.N. – Totally Megalo est la philosophie de l’estime de soi élevée au rang d’art !

Un manifeste « Etre #TotallyMegalo, 11 règles pour s’apprécier, s’estimer, s’aimer… et l’assumer » qui prône l’estime et l’amour de soi en est la pierre angulaire.

Je suis convaincue que la valorisation des êtres permet de créer du lien entre eux, d’où ma motivation à diffuser et faire grandir Totally Megalo.

Valoriser pour créer du lien à soi et aux autres est mon crédo !

T.M. – Quels éléments de votre parcours vous ont amenée à ce projet ?

E.N. – Si je devais résumer, je dirais la vie, ma vie. Mes expériences, mes épreuves, mes joies…

Si nous allons dans le détail, J’ai été élevée par une maman forte, qui nous a transmis une bonne dose de fierté. Elle a notamment tout fait pour que mes sœurs et moi fassions des études elle, là où elle s’était arrêtée en 5ème

Lorsque j’ai commencé à travailler, j’ai vite compris que j’avais des talents à utiliser ailleurs et autrement. Une phrase me revenait sans cesse “tout ça pour ça ?”. A la naissance de ma fille, j’ai eu à m’interroger sur le modèle de femme que je voulais être pour elle et pour mon fils. La réponse a été un bilan de compétence, une reprise d’études (3ème cycle à l’IESA), un stage inspirant à la galerie Gouttes de Terre et un an plus tard l’ouverture de la BAB’s Galerie. Cette nouvelle activité m’a permis de tester mes limites, mais surtout de voir qu’elles étaient “élastiques”. Au-delà du métier que j’ai appris sur le tas, j’ai fait de la TV, en tant que présentatrice, de la radio en tant qu’intervieweuse, avec une émission hebdomadaire durant 7 mois, j’ai appris à monter des vidéos… J’ai appris l’art et les artistes (encore en train…). Toutes ces choses, je les ai faites, sans vraiment m’y connaître…mais avec beaucoup d’envie et de plaisir. Maintenant, je sais que l’important a été d’essayer, de sauter le pas !

J’ai aussi compris qu’en tant que galeriste, j’avais ma place, ma spécificité, une parole à porter… Une parole différente et je l’ai assumé et l’assume encore aujourd’hui.

T.M. – Des suggestions ?

E.N. – Des suggestions ? En voici une question large !

Une suggestion, la plus importante, reconnaissez l’œuvre d’art que vous êtes ! Unique, d’une grande valeur, riche de ses complexités…

Autre suggestion, commandez mon manifeste chez Edilivre. Il est avant tout un outil de réflexion personnalisable qui vous permettra de vous demander où vous en êtes au niveau de votre estime et amour de soi. Un déclic pour celles et ceux qui en manquent.

Une autre encore, contactez-moi pour que nous étudions sur mesure comment vous aider à vous valoriser, seul ou en groupe. S’il le faut, je m’associerai aux experts de mon réseau pour le faire, de la plus belle façon qui soit, avec une dimension artistique !

J’adore ça, faire briller les œuvre d’art que nous sommes !

T.M. – Quels sont vos envies artistiques actuelles ?

 E.N. – Je prépare un projet ambitieux qui va me permettre de concrétiser tout ce que j’ai pu écrire depuis 2017 et de le faire avec le public !

Ce projet va durer 2 ans et sera construit autour de « l’Estime soi élevée au rang d’art ». Il va nous faire bouger, réfléchir, vivre…

Entreprises, marques, acteurs et lieux travaillant sur la question du bien- être, … Je cherche dès à présent des partenaires qui souhaiteraient associer leur image, message aux miens. Je me tiens à leur disposition pour leur en dire plus.

Pour le public rendez-vous le 12 février 2021 pour le dévoilement et la participation !

En attendant, je publie mes pensées sur les réseaux dont FB, Instagram, Linkedin… et sur mon site www.totallymegalo.com 

T.M. – Avez-vous d’autres projets ?

E.N. – Je cherche pour l’un des projets de 2021, des Maires, élus, décideurs au sein des villes, département, et régions, qui souhaiteraient valoriser les enfants de leurs territoires… Leur montrer et leur dire à quel point, ils ont un avenir et sont l’avenir !

Sinon, « Incarner, incarner, incarner », l’Estime de soi élevée au rang d’Art, reste le projet d’une vie, la mienne !

Et si vous rejoigniez le mouvement !

Elisabeth Ndala.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Elisabeth Ndala, « #TotallyMegalo – Interview Elisabeth Ndala », Voyages autour de mon cerveau, novembre 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=745

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Interview Gina Opiniano – Beauvoir Seminar

Gina A. Opiniano is a full-time faculty member of the Department of Philosophy, Faculty of Arts and Letters, University of Santo Tomas, Manila, Philippines where she also finished her doctorate degree in Philosophy. Her undergraduate degree in Political Science was obtained from Saint Louis University, Baguio City, Philippines, and her master’s degree in Philosophy from the University of the Philippines Diliman, Quezon City, Philippines. She is frequently invited to give talks on her two major areas of interest namely feminist philosophy and gender studies. Her dissertation focused on Simone de Beauvoir’s Existentialist Feminism: A Critical Reading of the Philippine Magna Carta of Women. Apart from teaching, she is also a project-based research consultant for the Philippine Institute for Development Studies, and a board member of the Philosophical Association of the Philippines. Pics from Gina A. Opiniano.

Tiphaine Martin – How was the project conceived ?

Gina A. Opiniano – This project was conceived by yours truly in partnership with Marine Rouch of the Universities of Lille and Toulouse, in recognition of the importance of continuously exploring the thoughts of Simone de Beauvoir, the great feminist thinker. I met Marine few years back (in 2015) as a struggling PhD student looking for scholars who are also working on Beauvoir because my dissertation topic was on Beauvoir’s existentialist feminism which I applied to an important Philippine legislation called the Magna Carta of Women. As graduate students, Marine and I were able to help each other through exchanging literatures and works related to Beauvoir’s thoughts. I was able to finish my dissertation in 2016 and learned a lot about Beauvoir from this journey.

Fast forward 2020, at the time of pandemic, knowing each other’s advocacies and interests in gender studies and Beauvoir, I thought it would be relevant to keep these advocacies going even (especially) during the time of world crisis, and as Filipino (Asian), contribute to Beauvoir scholarship. After an initial webinar collaboration with Marine on gender and development, I offered to organize a virtual dialogue on Beauvoir which was warmly welcomed by Marine. Hence, this academic friendship resulted to the Beauvoir webinar project. Fellow scholars like Tiphaine Martin and Judith Coffin were just few of those who showed immediate support to the idea. Meetings followed until the 1st part of the webinar was set to be held on October 16, 2020.

To be able to engage as many audiences and disciplines as possible, the project was proposed to my University, the University of Santo Tomas and Marine’s networks such as The International Simone de Beauvoir Society. The first webinar became a collaboration with the Department of Philosophy, Faculty of Arts and Letters, University of Santo Tomas headed by Assoc. Prof. Dr. Jovito Cariño, and this project is part of the 10th anniversary celebration of the UST Department of Philosophy, one of the country’s center of excellence in Philosophy.

T.M. – Could you describe the projet ? 

G. A. O. – The pandemic might have limited our options, however, the capacity to do things virtually was seen to be a good opportunity to easily connect to people. The idea of a webinar was an option taken to fulfil the following Simone de Beauvoir Webinar Series objectives:

General Objective: To foster discourse on the thoughts of Simone de Beauvoir through online activities.

Specific Objectives:

  1. To gather Beauvoir scholars and enthusiasts all over the world through online activities like webinars;

  2. To explore the relevance of Beauvoir’s thoughts to the current pandemic.

  3. To share Beauvoir’s works and thoughts to audiences from various disciplines.

  4. To initiate collaboration through research and partnership including but not limited to:

    1. Presented papers to the webinars may be proposed to be submitted for a special issue for the Simone de Beauvoir Studies

    2. Depending on the response of the participants, an international conference may be organized in the future

T.M. – Who are the different participants of the first session ?

G. A. O. – The first webinar held on October 16, 2020 (Friday) was attended by more than 150 international audiences. The topic was on Beauvoir and her Readers with Marine Rouch and Judith Coffin as the speakers and interlocutors. The dialogue revolved around the book of Judith Coffin titled Sex, Love and Letters which was recently published. The conversation was a very interesting exchange of questions and answers which received positive feedback from the audience—some participated in the discussion through asking questions, sharing of insights and comments. The commentator, Dr. Marella Ada Bolaños, my colleague at the UST Department of Philosophy, also gave an interesting insight on her realization about Beauvoir’s letters. She has also been interested on Beauvoir’s philosophy and the experience to be part of the webinar further rejuvenated that interest.

Jennifer McWeeny and Claudia Bouliane, editors of the Simone de Beauvoir Studies, were the special guests of the webinar and their role in the program was to present the relevance of Beauvoir scholarship. The Simone de Beauvoir Studies was introduced, and an invitation was opened to the audience to submit papers for the succeeding issues. Per reactions from the audiences, Jennifer and Claudia were indeed able to prove that Beauvoir scholarship is relevant.

Other Beauvoir personas such as Sonia Kruks, Sylvie Chaperon, Constance Borde, Meryl Altman, Qrescent Mali Maison, Guillaume Dealunay were also present, which made the discussion even more enriching and meaningful. Some of them took part of the open forum, thereafter, presented collaborations with us for the future webinars and other projects.

While the pandemic has negatively impacted the lives of many people all over the world, this Beauvoir webinar project which anchors on the advantage of having to connect with nations, cultures and races, makes possible the persistence of dialogues and learning from each other. Truly, this project is a testament of that possibility, now a reality.

When the invitation to take part of this webinar was opened to our guests, we received an overwhelmingly positive response from them. We are grateful to Judith Coffin who, during the webinar was in Austin, Texas for accepting the invitation despite her busy schedule and the challenge of having to wake up very early for the webinar. Of course, we are also equally grateful to Claudia Bouliane and Jennifer Mcweeny for gracing the activity with their presence and for their enriching contributions focused on the importance of Beauvoir scholarship through the Simone de Beauvoir Studies.

When the invitation was made available to the public, we likewise received “huge” responses from the undergraduate students, graduate students, scholars, professionals from various disciplines, and quite a number of educators on literature, gender studies, philosophy from the different parts of the world.

The next sessions are worth looking forward to. For now, plans are underway to collaborate with The International Simone de Beauvoir Society. Several Beauvoir scholars have expressed their intent to be speakers for the next sessions. We can say that the first-ever Beauvoir webinar was successful as can be gleaned from the feedback of some of our audiences and guests :

“I gained more knowledge about Beauvoir. Thank you.”

“I like how the esteemed speakers shared their expertise on De Beauvoir. I like the light and friendly aura of the webinar.”

It was a fresh thorough introduction of Simone, especially for the neophytes of her works. Collaboration of the speakers were very comprehensive and it’s worth mentioning the background of each speaker greatly contributed to a fruitful discussion.”

Spontaneous discussion among the scholars.”

I like how every idea was very well-presented and they were able to answer the questions from the participants so clearly.”

All of the international perspectives represented and the great questions and conversations.”

Even with this 1st leg, we can say that we have fulfilled most of our objectives. We hope to inspire more audiences (undergraduate and graduate students, professionals from various disciplines) to be interested in Simone de Beauvoir’s thoughts that remain to be relevant until this time. Without having to sound bragging, we are proud to say that we have contributed a history to the Beauvoir scholarship. For this and all future opportunities, we give back the gratitude to Beauvoir’s legacies.

Gina A. Opiniano.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Gina Opiniano, « Interview Gina Opiniano – Beauvoir Seminar », Voyages autour de mon cerveau, novembre 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/694

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Interview Sarah Sauquet

Un prénom de…. – Interview de Sarah Sauquet

Professeure certifiée, Sarah Sauquet enseigne les lettres modernes. Elle donne également des conférences sur les liens entre littérature et marketing. Qu’il s’agisse d’enseigner, d’écrire, ou d’animer une communauté digitale, son travail tourne autour d’un même objectif : celui de susciter l’envie de lire des classiques. Un grand merci à elle d’avoir répondu rapidement et amplement à mes questions.

Tiphaine Martin – Pourquoi et comment avoir eu cette (magnifique) idée de dictionnaire littéraire ?

Sarah Sauquet – C’est un livre que je portais en moi depuis des années, et il m’aura fallu beaucoup de temps pour trouver un éditeur souhaitant m’accompagner dans ce projet, avec l’ampleur que je souhaitais lui conférer !

Passionnée depuis mon plus jeune âge par la littérature, je suis également curieuse des mots, des autres, et de leurs prénoms. Les raisons pour lesquelles on attribue un prénom, parfois mystérieuses et complexes, m’ont toujours fascinée, et en tant que lectrice, j’ai très tôt été attentive aux prénoms que portaient les héros de papier dont je découvrais les aventures. Je suis capable, encore aujourd’hui, d’oublier l’intrigue d’un livre mais de garder un souvenir précis des prénoms de tous ses personnages.

Avec les années, j’ai pu constater qu’il y a, bien souvent, de troublantes similitudes entre plusieurs personnages portant le même prénom, parfois à plusieurs siècles d’écart. Peut-on parler d’intertextualité ? Pourquoi un auteur choisit-il d’appeler son héroïne Jeanne, ou Laura, plutôt que Bérénice ou Anna ? De quoi ces choix de prénoms sont-ils le nom ? Au-delà d’un simple travail de nomenclature, ce sont ces questionnements que j’ai souhaité soulever à travers ce livre.

T.M. – Un travail très proustien, en somme. Comment cet ouvrage s’inscrit-il dans le reste de votre œuvre ?

S.S. – Il constitue pour moi à la fois un prolongement et un dépassement de mon premier livre, La Première Fois que Bérénice vit Aurélien, elle le trouva franchement con1. Ce premier livre souhaitait témoigner de l’universalité et de l’intemporalité des classiques de la littérature amoureuse, en tentant d’expliquer comment les classiques peuvent nous aider à mieux vivre. Dans son format comme dans son approche, ce deuxième livre a la même visée (choisir un prénom en s’inspirant des héros littéraires) mais selon moi, il la dépasse également. Il constitue un véritable hommage à la littérature, à ces personnages qui nous portent, et une invitation à redécouvrir des œuvres parfois injustement oubliées, en présentant leurs héros sous un angle inédit.

T.M. – Les choix littéraires sont drastiques et fendent le cœur (à la manière d’Escartefigue, bien entendu). Comment se sont effectués les vôtres ?

S.S. – Vous ne pouvez pas savoir combien j’ai parfois souffert de devoir écarter certains prénoms, certaines œuvres, et je sais que quelques-uns des choix que j’ai opérés pourront parfois surprendre. Je me suis bien sûr attardée sur les prénoms littéraires incontournables (qu’il s’agisse d’Ulysse, Tristan, Ariane ou Manon, pour ne citer qu’eux) mais aussi et surtout sur les prénoms les plus donnés en 2018, puisqu’il fallait que ce dictionnaire soit utile pour les parents d’aujourd’hui. J’ai donc cherché des occurrences littéraires parmi les 600 prénoms les plus donnés en 2018, tels que Jade, Hugo, Jules ou Lucas. Cet aspect fut parfois tout sauf facile.

Outre cela, je souhaitais que les prénoms sélectionnés incarnent une diversité culturelle – je ne voulais surtout pas d’un ouvrage « classico-classique » qui ne se serait attardé que sur un certain type de littérature, ou un certain type de prénoms. J’ai donc cherché des prénoms dans la littérature marocaine, sénégalaise, russe, turque, suédoise – et des œuvres littéraires de 20 pays sont abordés…

Enfin, il m’est arrivé de vouloir faire figurer certains prénoms et que j’y renonce : par exemple, l’héroïne de La Chamade, de Françoise Sagan, s’appelle Lucile, et c’est, selon moi, LA Lucile de la littérature – je mets à part la sœur de Chateaubriand dans Les Mémoires d’Outre-Tombe et celle du Bourgeois gentilhomme, qui restent des personnages secondaires. Or, cette Lucile, dans La Chamade, est avant tout une femme oisive, qui ne peut constituer un modèle de comportement pour une femme, et une mère, en 2019. J’ai donc renoncé à ce prénom. Outre cela, certains prénoms sont étonnamment absents de la littérature. C’est par exemple le cas du prénom Thibaud !

T.M. – Effectivement, c’est un prénom peu employé en littérature, à part dans des chansons de geste assez obscures, par exemple. Parlez-nous des choix de mise en page (couleurs, encarts, longueur de la notice…).

S.S. – Lorsque j’ai contacté Le Robert, j’avais déjà une idée très précise du format que je souhaitais donner au livre, et j’avais déjà élaboré plusieurs fiches de prénoms dans le format que vous connaissez. J’étais persuadée qu’il fallait que les notices soient précises et efficaces, qu’elles suscitent le désir de découvrir l’œuvre sans en dire trop non plus, et que l’on présente le prénom à travers quelques adjectifs emblématiques, dans l’esprit de ce que l’on trouve dans les autres dictionnaires de prénoms. J’ai eu la chance d’être pleinement comprise et accompagnée. Nous avons souhaité ne pas aborder l’étymologie ou la lexicologie des prénoms. Je n’ai pas la formation pour (j’ai fait des études de littérature et non de linguistique) et il n’était pas question de piller le travail d’autres auteurs !

Quant au choix des couleurs et au travail sur la mise en page, le mérite en revient à Lauriane Thiberghien, graphiste, qui a fait un travail formidable.

T.M. – Pourquoi une non-mixité tête-bêche des héroïnes et des héros : un souvenir des anciens Folio Junior, peut-être ?

S.S. – La non-mixité tête-bêche des héroïnes et des héros est une idée de mon éditrice, Mélanie Louis. J’y ai tout de suite adhéré.

T.M. – Petit exercice à la Robinson Crusoë : avec quelle héroïne, avec quel héros, souhaiteriez-vous passer quelques années sur une île déserte ?

S.S. – Vaste question ! J’aimerais beaucoup partir avec Jane Eyre, dont je me sens si proche ! Nous deviendrions amies et pourrions avoir des conversations interminables sur l’amour, l’enseignement, la résilience et la fidélité à une vocation ! J’aimerais aussi que Pélagie-la-Charrette, l’héroïne d’Antonine Maillet, vienne avec nous. Elle aurait les ressources pour construire un bateau et nous aider à survivre. Nous parlerions de l’Acadie, de ce que signifie de se sentir rattaché à une terre, à un paysage, ou à un pays. Enfin, Pierre Bézoukhov, dans Guerre et Paix, pourrait être le petit frère que nous aurions envie de protéger.

T.M. – Emporteriez-vous votre dictionnaire pour échanger sur les autres héroïnes et héros ?

S.S. – Tout à fait ! Avec Jane et Pélagie, nous discuterions de Natacha Rostov afin de donner à Pierre les meilleurs conseils possibles en matière de choix amoureux ! Nous serions admiratives de la résilience d’Alexis Zorba, le héros de Nikos Kazantzaki, dont « l’âme avançait bien plus vite que le monde », et je leur parlerais de mon inclination envers Georges Saval, le héros des Poneys sauvages de Michel Déon. Nous pourrions nous interroger sur ces personnages qui demeurent de véritables mystères, qu’il s’agisse de Solal, Aurélien, ou Heathcliff pour ne citer qu’eux. Comme vous le voyez, les thèmes de l’amour, des émotions et de l’accomplissement de soi prennent une grande place dans mes préoccupations. Je suis profondément convaincue que l’amour – qu’il soit l’amour de l’autre, l’amour des autres, ou l’amour d’une mission à accomplir – constitue la grande affaire de notre vie.

T.M. – Vous intensifiez ces derniers mois l’aspect découverte d’autrices sur l’application Un texte Une Femme2, présente sur les réseaux sociaux, dites-nous en plus.

S.S. – En tant qu’enseignante, en tant que femme, j’ai toujours été attentive à la réalisation des femmes, des jeunes filles, et de mes élèves. En travaillant sur le dictionnaire des prénoms littéraires, j’ai réalisé combien d’héroïnes n’avaient pas de prénom, ou alors un prénom mais pas de patronyme ! Ce constat, encore plus troublant lorsque l’œuvre littéraire en question est écrite par une femme, m’a bien sûr fait réfléchir sur l’invisibilisation des femmes en littérature. L’application Un Texte Une Femme est née de cette réflexion, de ce souci de mettre en avant les écrits des femmes.

Parce que je souhaitais valoriser les écrits des femmes au sens large et aborder divers sujets, qu’il s’agisse d’avortement, d’accouchement, de conditions sanitaires dans les prisons ou d’éducation, l’application met en avant 110 femmes du monde entier. Celles-ci sont romancières, poétesses, mais aussi journalistes, scientifiques, artistes ou activistes. Je suis très fière de cette nouvelle application qui présente de nombreuses femmes méconnues du grand public. Je l’ai conçue, comme toutes mes autres applications, avec ma mère, ingénieure, Dominique Sauquet.

T.M. – Belle histoire de famille, avec une transmission au féminin. Parlez-nous de votre dernier ouvrage, Un Texte Un Jour. Traverser la littérature en 365 jours et de vos projets (adaptation radiophoniques, théâtrale, télévisuelle, d’Un prénom…, autres) ?

L’application Un Texte Un Jour a maintenant huit ans et passer du digital au papier est une suite aussi logique que belle. Nous avons choisi de publier cet ouvrage chez LibriSphaera car nous nous retrouvons dans les valeurs de cet éditeur, qui ne travaille qu’avec les meilleurs artisans du livre et ne publie qu’à la demande. Le livre rassemble les 365 plus beaux textes des applications Un Texte Un Jour, Un Poème Un Jour et Un Texte Un Eros.

Je travaille actuellement sur une nouvelle application, toujours avec ma maman Dominique, mais surtout sur la prochaine sortie du livre Un Texte Une Femme, toujours chez LibriSphaera. Je vous donne rendez-vous dans quelques mois ! (Je veux ! T.M.)

Sarah Sauquet

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Sarah Sauquet, « Un prénom de…. – Interview de Sarah Sauquet », Voyages autour de mon cerveau, novembre 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/697

1 Paru en chez Eyrolles en 2017 : https://www.editions-eyrolles.com/Livre/9782212566260/la-premiere-fois-que-berenice-vit-aurelien-elle-le-trouva-franchement-con

2 https://untexteunjour.fr/2020/03/03/notre-nouvelle-application-un-texte-une-femme/

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn