Archives mensuelles : janvier 2021

Interview de T. Dee

Sororités comblées – Interview de Typhaine D

Typhaine D est autrice, comédienne, metteuse en scène, formatrice, coach, conférencière engagée pour les Droits des Femmes, des Enfants et des personnes animales.

Tiphaine Martin – Pourquoi tes contes sont-ils « à rebours » ? Un hommage au masculiniste Huysmans ?

Typhaine D – Pas du tout, je n’ai pas eu le déplaisir d’entendre parler de ce monsieur !

Comme Alice Coffin l’a dite dans un passage de son livre  Le Génie lesbien qui a fait scandale chez les masculinistes (bien délicats tout de même pour être effarouchés si souvent par la moindre de nos déclarations féministes), je ne lis que des femmes, et ce depuis des années.

De plus, je ne rends jamais d’hommages, mais bien des Femmages !
J’ai nommée ma première pièce de théâtre Contes à Rebours pour articuler trois principales idées, mises en résonance dans ce jeux de mots.

La première : je voulais remettre à l’endroit ces histoires qui noues sont livrées à l’envers, dont la morale est retournée, marche sur la tête, où les victimes sont les coupables et les bourreaux nos soit-disant alliés. En effet, elles ont bercé notre enfance et forment, de gré, ou plutôt de force via l’empire Disney, notre imaginaire commun. Pétries de propagande misogyne, misopédique (haineuse des enfants), spéciste (haineuse des autres espèces animales), validiste (discriminantes des personnes en situation de handicap), et tout à loisir racistes et classistes, elles insinuent un imaginaire inégalitaire et violent dans les esprits des enfant·es. Or, c’est l’imaginaire qui constitue notre machine à rêver. Et ce que nous rêvons devient ce qui est désiré. Or, par les contes traditionnels, on présente aux petites filles comme désirable un destin de ménagère domestique béate, qui ne serait rien sans le prince qui l’a choisie parce qu’elle était jeune et jolie. Si au contraire l’on faisait rêver les enfants avec des modèle de femmes courageuses, indépendantes, intelligentes, on tournerait alors l’ambition des filles d’un autre côté. De même, une langue qui respecte la règle de grammaire inique « le masculin l’emporte sur le féminin » (voir les travaux brillants d’Eliane Viennot), implique la domination des hommes contre les femmes de manière sibylline dans chacune de nos phrases lues ou dites. Or, le langage structure la pensées, qui engendre des actions. Une langue féministe, comme celle que j’ai inventée pour porter mes idées, « la Féminine Universelle », me paraît donc une des clefs de notre émancipation. Comme je dis souvent : « les imaginaires égalitaires font naître les réalités de l’égalité ». Je voulais donc revisiter les contes de fées, ainsi que le langage pour les transmettre, de manière fée-ministe, à rebours de qu’on noues a raconter.

La seconde idée : pour transmettre ces nouvelles histoires plus justes, je voulais donner la parole aux Princesses, Reines, Petites Filles ou encore Sorcières que noues pensions connaître par cœur. Abandonnées après le joli mot de « fin » qui devait clore leurs piètres destinées de femmes domestiquées et passives, ou diabolisées et vaincues, les unes appropriées par les hommes et les autres par eux combattues, et toujours divisées entre elles, dans Contes à Rebours elles remontent le fil de leur véritable histoire pour se rendre enfin justice. Elles délivrent leur version des contes de faits. Elles font écho à nos vies de femmes, à notre héroïsme quotidien dans un système patriarcal qui noues maltraite sans cesse. Elles noues offrent des pistes de soins, de compréhension des systèmes d’oppression et d’émancipation via les luttes collective et la sororité. Remontante chrono-logiquemente ainsi le fil de leur récit, depuis la « fin » imposée dans la version des hommes, jusqu’au début de leur parcours, elles se content à rebours.

La troisième idée : je voulais exprimer le compte-à-rebours dans lequel noues sommes prises, broyées, en tant que femmes, et féministes. En effet, chaque seconde sur la terre, implacable, des filles et des femmes sont en train d’être violées, battues, tuées, par des hommes, parce qu’elles sont des filles et des femmes, et parce qu’ils sont des hommes. À rebours de ces crimes, noues comptons les victimes, noues décomptons nos mortes. Chaque seconde sur la terre noues perdons plusieurs des nôtres, féminicidées. Chaque seconde l’urgence est plus grande. Le compte à rebours de notre défaite finale, ou de notre délivrance, est ainsi enclenché.

T.M. – Comment as-tu choisi tes héroïnes ?

T.D. – J’ai prise au fil de l’écriture les premières qui me venaient à l’esprit… Certaines m’avaient particulièremente émue et attendrie dans mon enfance, comme les 7 Filles de l’ogre dans le petit poucet, dont le sort révoltant est d’être sacrifiées, jetées en pâture à leur père violent, pour que vivent 7 frères. Ou encore le petit chaperon rouge, « qui n’aurait pas été mangée si elle avait obéit à sa maman », noues dit-on, « c’est donc bien de sa faute voyons »…

D’autres avaient été pour moie des sources de rêveries et d’identification, comme la petite Sirène pour laquelle j’avais beaucoup d’affection. La petite fille que j’étais y avait vue autre chose que la femme sous emprise d’un inconnu qui ne la mérite pas, mais plutôt une adolescente qui souhaitait quitter son monde, son milieu, sa famille, s’en émanciper « partir là-bas. » Et cela pouvait me parler…

D’autres encore étaient des figures qui m’avaient marquée, que j’avais pu trouver fascinantes dans leurs forces, leur splendeur digne et puissante. Je parle bien sûr des différentes personnages de sorcières dont enfante je prenais le parti, qu’elle s’agisse de celle de Blanche Neige, de Hansel et Gretel ou de la Belle au bois dormant.

Je voulais aussi redonner de l’intelligence et de la dignité à ces princesses qui noues étaient dépeintes comme fragiles, frivoles, un brin neu-neues aussi… J’incarne par exemple une Blanche Neige qui ne s’en laisse pas compter, ou une belle au bois… très éveillée !

Et qui, pour parler mieux de mille et une nuits de frayeur et de harcèlement imposées par les hommes dans l’espace public, que Shéhérazade ?
Ce ne sont que des exemples, bien d’autres personnages sont à découvrir dans le spectacle et le livre qui en est tiré (et que l’on peut toujours se procurer1). Et comme le spectacle évolue au fil des tournées ou de l’actualité, plusieurs autres Héroïnes viendront peut-être un jour rejoindre la joyeuse troupe à leur tour !

T.M. – Un parallèle à établir entre la fin joyeuse de tes Contes à rebours et celle, toute aussi pétillante, de « Petit Bonhomme » d’Anne Sylvestre ?

T.D. – Le parallèle est très juste en effet ! Bien que je n’ai découverte cette merveilleuse chanson d’Anne Sylvestre (ma préférée) qu’après l’écriture du monologue dynamique de La Belle au Bois Éveillée qui clos le livre, j’ai, en l’écoutante, ressentie la même sorte de jubilation féministe et sorore que celle que j’avais voulu impulser en bouquet final !
En effet, les différentes personnages de Contes à Rebours placent chacune le projecteur sur des discriminations et violences sexistes et sexuelles spécifiques, et comme ces réalités sont difficiles à affronter pour les opprimées, noues méritons bien aussi d’être soulagées par du rire, de l’espièglerie, de la revanche aussi ! Dans Contes à Rebours, on varie les registres et les émotions, passante tour à tour du stand-up à la poésie comme de la colère à l’euphorie, du chant au slam comme du rire aux larmes. Ce mélange des genres permets je crois de toute dire et de mieux entendre aussi. L’humour allège les propos les plus dures, et inversemente ces derniers empêchent les premiers de manquer de consistance. Ce jeux de ruptures revient à prendre les femmes du public par la main pour les amener pas à pas vers une plus grande conscience de notre condition. Anne Sylvestre maniait ce jeu à la perfection.

Dans « Petit Bonhomme » comme dans Contes à Rebours, on trouve d’abord une dénonciation  forte de violences masculines, de manipulation, d’exploitation. Mais, dans la chanson comme dans la pièce, les femmes ouvrent les yeux, résistent aux tentatives des hommes de les mettre en division, et finalemente s’allient toutes ensemble pour s’organiser, s’évader, s’émanciper ! À chaque fois cette sororité espiègle se traduit en victoire totale, les hommes rendus impuissants perdent ainsi leur capacité de noues nuire, et dans un monde entre femmes, les jours d’euphorie, d’amusement et de jubilation commencent !

Noues avons voulue entre autres, je crois, toutes les deux avec notre art, faire rêver les femmes à une émancipation féministe et sorore désirable !

T.M. – Est-ce que la fin sorore que tu as choisie ne peut pas être envisagée comme un enfermement ? Comment tes héroïnes et toutes celles qui les rejoignent sèmeront-elles la révolte et l’égalité dans l’univers si elles restent entre elles ? Ou est-ce une étape, afin de jouir enfin d’une vie tranquille, avant de retourner, soudées, heureuses et flamboyantes, au combat contre le patriarcat ?

T.D. – Pour moie c’est le système patriarcal qui constitue notre enfermement. 

Vivre entre femmes, enfantes et personnes animales, dans la nature, réinventer un monde en paix et durable, là se situe en revanche le bol d’air et la liberté, enfin !
Le simple fait de laisser courir la rumeur qu’une telle monde pourrait exister, heureuse, sans oppression, sans oppresseur, ouvre comme un pan d’horizon dans les consciences des femmes, jusque-là très interdit, même de pensée.

Vivre sans homme, ces hommes qui mettent tant d’énergie à faire la publicité du fait qu’ils noues seraient si indispensables, mais vous n’y pensez pas ?

Je pense que cette idée seule sème la révolte, en ancrante dans la tête de chacune que la solution ne viendra jamais d’eux. Mais bien de notre nécessaire union entre opprimées, qui créera le rapport de force suffisant pour ne plus laisser d’autres choix que celui de l’abolition de l’ensemble des violences et des discriminations quelles qu’elles soient (de tout ce qui constitue donc le système social en patriarcat).

Il ne s’agit donc pas de retourner lutter contre le patriarcat “ensuite”, car les Héroïnes des « Contes à Rebours », dans leur château sorore, n’ont jamais cessé de lutter en vérité. Noues aimer noues-même et les unes-les-autres, noues rassembler, noues organiser, noues soigner, noues entraider, noues rendre heureuses, noues préférer enfin, constitue à la fois des victoires, des inspirations pour les autres femmes, et des armes de combat très puissantes contre le patriarcat.

Parvenir à créer cette sororité politique, réelle, forte, est pour moie LE principal défit des années à venir, et la clé de notre désaliénation.
Alors pour commencer, avec mes outils d’artiste engagée, aujourd’hui, en patriarchy, je propose de la rêver, cette utopie féministe et sorore, jubilatoire et victoRieuse, de la fantasmer, de la désirer !

Tant que les violences masculines seront si massivemente commises par les hommes, banalisées, souvent érotisées et impunies, je ne vois pas d’autres choix que d’entrer en lutte féministe radicale ! 

Ensuite, quand l’ensemble des violences et des discriminations patriarcales seront abolies, quand la non-mixité ne sera plus tant une urgence et une vitale nécessité… alors les petites soeurs qui noues suivront aviseront. 😉 Je leur fais confiance.

T.M. – Quelles sont tes intentions (scène, écriture, autre) ?

T.D. – Je souhaite continuer de jouer mes trois spectacles féministes partout en France et à l’étrangère, en ligne et en scène, suivante ce que noues imposera encore la pandémie. Je propose Contes à Rebours d’une part, spectacle qui existe d’ailleurs en différentes versions (pour adultes, pour enfants ou ado, en version humour ou centrée sur différents thèmes, etc). Je joue aussi La Pérille Mortelle, ma one-feminist-show humoristique, où je revisite l’actualité et les attaques anti-féministes, toute en m’exprimante « à la féminine universelle » (l’équivalante féminisée du masculin universel qui est encore tranquillement appris aux enfant·es à l’école primaire aujourd’hui). Égalemente Opinion d’une femme sur les femmes manifeste féministe brillant de l’autrice de notre matrimoine Fanny Raoul.
J’ai aussi comme projet de rééditer Contes à Rebours, qui est paru en livre en 2016. Je souhaite y ajouter à la précédente édition les personnages qui sont nées en scène depuis, ainsi que différents autres textes en annexe, comme mon discours sur les féminicides pour lequel j’ai été lauréate du prix Gisèle Halimi lors du concours d’éloquence de la Fondation des Femmes avec France Culture.

Par ailleurs, j’écris et tourne des vidéos sur différents sujets via ma chaine YouTube2 et les différents réseaux sociaux, mon rêve étant un jour d’avoir une chronique dans les médias du service public, pour proposer régulièremente une lecture résolumente féministe de l’actualité et des grands sujets de société… « Elle était une fois l’actue » ? « La chronique à l’endroit de Typhaine D » ? Je compte bien y parvenir, car si heureusemente de plus en plus de femmes portent une voix féministe dans les médias, une parole d’autrice, comédienne et militante féministe radicale de longue date, formées notamment sur la question des violences par des organisme comme l’AVFT et le CFCV, apporterait un point du vue nécessaire et encore bien trop rare aux oreilles française !
Cela fait des années que j’y pense, que je tourne autour du micro : je sais que j’ai quelque chose à faire à Radio France.
Je suis égalemente engagée auprès de Sandrine Rousseau dans sa campagne pour la présidentielle de 2022, qui présentera le premier projet politique de l’histoire résolumente éco-féministe !

De plus, je continue de donner des formations en entreprise, pour les syndicats ou associations ou encore en individuelle, d’une part sur les questions d’égalité femmes-hommes et de prévention des violences sexistes et sexuelles, notammente dans le monde du travail ; et d’autre part je suis coach en assurance dans la prise de parole en public et tout ce qui peut aider à une meilleure estime de soi, et à un développement épanouissant des parcours personnels et professionnels.

Enfin, je suis en discussion avec une maison d’édition pour de nouveaux livres… Un recueil de nouvelles féministes cette fois sur un thème précis que je garde encore pour moie… Un album pour enfants en martenariate avec d’autres artistes féministes… Je ne vous en dis pas plus, mais j’y travaille chaque jour !

Et dans toute cela, si je pouvais continuer à trouver parfois le temps de lire, d’écrire, de composer, de peindre, de chanter, de déguster, de me faire plaisire, de rencontrer, de découvrir, de comprendre, d’apprendre, de m’informer, d’aimer, de me nourrir, de me promener dans la nature avec mes chien·nes… je serais comblée !

Typhaine D

1 https://www.typhaine-d.com/index.php/actualites/135-sortie-du-livre-contes-a-rebours

2 https://www.youtube.com/c/TyphaineDsoeurciere

Pour en savoir plus : https://www.linktr.ee/typhained

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Typhaine D, « Sororités comblées – Interview de Typhaine D », Voyages autour de mon cerveau, janvier 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/1139

 

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Lettre d’information VADMC janvier 2021

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Interview N. Fernandez-Ferrer

Diffuser les films féminins et féministes – Interview de Nicole Fernandez-Ferrer

Un grand merci à Nicole Fernandez-Ferrer d’avoir répondu à nos questions, et de donner envie d’investir le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir (Paris 9ème, cf. sitographie en fin d’article) pour y découvrir ses vastes archives féministes et féminines.

Tiphaine Martin – Depuis quand es-tu directrice du Centre audiovisuel Simone de Beauvoir ?

Nicole Fernandez-Ferrer – Je suis déléguée générale depuis 2004, depuis le dépôt des statuts pour la réouverture du Centre en juillet 2003. Trois personnes m’ont aidée à réouvrir le centre :  Annie Kensey, présidente actuelle du Centre ; Maryvonne Wattelez, trésorière ; Sophie Laurent, qui s’occupe du site Genrimages. Ensuite, ont rejoint le bureau du Centre Suzanne Robichon, qui travaille actuellement sur la mémoire des déportées lesbiennes ; Joëlle Bolloch, ancienne iconographe, spécialiste de la photo mortuaire et qui militait dans le même groupe féministe que moi en Normandie dans les années 70-80.

Pour ma part, j’ai fait des études de lettres et langues, puis de documentation, archives audiovisuelles et informatique. J’ai commencé à travailler au Centre en 1982, à son ouverture. Le Centre a été fondé par Delphine Seyrig, Ioana Wieder et Carole Roussopoulos. Simone de Beauvoir lui a donné son nom à la demande des fondatrices. Ensuite, j’ai travaillé à VideoOut avec Carole, puis dans des festivals et comme traductrice Le Centre a fermé en 92, les fonds ont été récupérés par le CNC. Le Centre a réouvert en 2004. Un bref historique du premier Centre est disponible sur notre site, la suite est à écrire ; l’ensemble de la saga du Centre serait à filmer, grâce aux témoignages et aux vidéos dont nous disposons et que nous pourrions recueillir.

Ioana Wieder, Carole Roussopoulos et Delphine Seyrig, au Centre audiovisuel Simone de Beauvoir 1982
©Martine Franck

T.M. – Quand et comment as-tu rencontré Simone de Beauvoir ?

N.F.F. – J’avais déjà croisé Simone de Beauvoir dans des manifestations avec Sylvie Le Bon de Beauvoir. J’ai rencontré de Beauvoir chez elle rue Schœlcher, en 1982, en compagnie de Delphine et de Carole. Alors que je pensais assister simplement à la conversation, Delphine m’a donné la parole pour exposer les projets des archives. Quand je parlais, Beauvoir écoutait vraiment ce que je disais, sans m’interrompre, ce qui pour moi était très impressionnant. C’était quelqu’un de très attentif. Beauvoir avait le sens de l’humour et sa conversation était passionnante. Notre dialogue s’est déroulé de façon très agréable, Beauvoir, Delphine, Carole et moi-même partagions le même humour. Dans son appartement, j’ai été frappée par ses nombreux souvenirs de voyage, une véritable collection. Autre écho mémoriel : Beauvoir venait au Centre pour les soirées de projection notamment. Les films passaient sur des téléviseurs que nous installions au rez-de-chaussée. Je me souviens également de Beauvoir aidant aux recherches de financements, sachant que sa notoriété pesait dans les décisions. Delphine était très active aussi pour cela et a continué après le décès de Beauvoir.

T.M. – Quel est le rôle du Centre audiovisuel Simone de Beauvoir ?

N.F.F. – Le Centre a un rôle central dans la préservation du matrimoine de films réalisés par des femmes et des films féministes (réalisé par des femmes et/ou par des hommes). Les archives sont au cœur de notre activité, et participent à enrichir la culture en France, à l’étranger et auprès des jeunes générations. Nous travaillons beaucoup avec les publics scolaires, même très jeunes, sans tabous, mais toujours avec une contextualisation précise des films et des explications plus ou moins détaillées, selon l’âge des spectateurs et spectatrices. J’ai développé ce travail avec des scolaires au Centre, travail que j’avais effectué au Festival des Femmes de Créteil.

Film No Gravity de Silvia Casalino (en distribution au Centre).

Le site Genrimages est né de ces ateliers, animés également ma collègue Laetitia Puertas. Mon intérêt pour les activités avec les personnes incarcérées a donné lieu à des projections, rencontres et ateliers à la Maison d’arrêt de Fleury-Mérogis, particulièrement chez les femmes, mais également chez les jeunes détenus et les hommes Je me rends également dans des associations, des lieux culturels, des salles de cinéma, mais aussi des syndicats, des établissements scolaires pour diffuser et débattre des films. J’interviens également dans les écoles d’art et les universités en France et à l’étranger, pour parler de l’histoire de la vidéo féministe à partir des années soixante-dix. Notre travail avec les artistes vient d’un groupe de réflexion, Travelling féministe, créé à l’initiative d’Elisabeth Lebovici. Ce groupe compte des critiques d’art, des curatrices, des historiennes de l’art et des commissaires d’exposition. Grâce à la Fondation de France, nous avons organisé des séminaires avec des artistes, des chorégraphes, des plasticiennes, des réalisatrices. Ces séminaires sont filmés. Un autre exemple de cette collaboration est l’exposition Delphine Seyrig et les collectifs vidéo féministes des années 70-80 au Museo Reina Sofía à Madrid et au LaM, à Villeneuve-d’Ascq, par les commissaires Nataša Petrešin-Bachelez et Giovanna Zapperi.

T.M. – Comment établis-tu les partenariats et quels sont-ils actuellement ?

N.F.F. – Nous avons des partenariats avec deux salles de cinéma, à Paris : le Forum des Images, le cinéma le Luminor-Hôtel de Ville et entamons une nouvelle collaboration avec la Cité audacieuse (une projection est prévue le 21 décembre). Nos partenaires financiers sont : la Mairie de Paris, le CNC, la mission cinéma de la mairie de Paris, le ministère de l’égalité femmes-hommes, le CNC et des partenaires privés ou institutionnels sur des projets comme Wom@rts avec Europe Creative.

Nos partenariats sont les suivants :

  • le réseau de cinémathèques et vidéothèques de films amateurs et militants, DIAZ Interegio,
  • les Archives du féminisme,
  • le service audiovisuel de la BnF (depuis 2005, avec un programme de numérisation et de restauration),
  • l’association Lire c’est vivre, active dans les bibliothèques de prison comme la bibliothèque de la MAF de Fleury Mérogis ouverte en 1987, grâce à une nouvelle loi initiée par Robert Badinter. Avec ce dernier partenaire, nous faisons un choix des films (films encore à l’écran), et invitons des personnes ayant travaillé sur le film : la réalisatrice ou le réalisateur du film, preneuse·eur de son, comédien·n e, productrice·teur, costumièr·e… qui débattent avec les personnes détenues, après la projection.

Nous avons également des partenariats ponctuels, comme des musées à l’instar du Reina Sofia. Quelques autres partenariats et projets : avec l’association Autour du Premier Mai, le projet de programmation Les filles sages vont au paradis, les autres où elles veulent ; et notre projet collectif Wom@rts, qui dure trois ans, et se terminera fin 2021.

Yilian Cañizares dans Madre Habana d’Emmanuelle de Riedmatten (en distribution au Centre).

T.M. – Habituellement (hors pandémie), à quelle régularité projetez-vous des films ?

N.F.F. – À Paris, nous organisons des projections une fois par mois. En prison, c’est une fois par mois, sauf en août. Les projections en France et à l’étranger sont assez régulières, je me déplace souvent.

T.M. – Au Centre, avez-vous encore beaucoup de vos archives à numériser ?

N.F.F. – La BnF a encore un lot à numériser, les films vont revenir vers le printemps/été 2021. Ce sont les collections des années 80-90-2000. Avec les nouveaux supports, il n’y a plus besoin de numérisation. À partir de 2021, le flux de numérisation sera réduit. La BnF conserve nos archives dans des conditions de températures et de sécurité optimales, elles restent notre propriété.

T.M. – Quels sont tes projets, vos projets au Centre ?

N.F.F. – Nous avons un projet de restauration de Sois belle et tais-toi ! et d’Ines (une militante brésilienne, incarcérée, torturée et violée dans les années 70), deux films de Delphine Seyrig.

Maria Schneider, Delphine Seyrig et Carole Roussopoulos (tournage Sois belle et tais-toi ! 1975-1976)
©Famille Seyrig

Nous avons également nos projets de numérisation avec la BnF. Trois rencontres Wom@rts sont prévues avec Jackie Raynal (monteuse, actrice, programmatrice et gérante de deux salles cinémas indépendants à NYC). Une rencontre avec Pascale Obolo (artiste, réalisatrice, fondatrice d’Afrikaada, revue d’art africain contemporain) et Wetsy Mposa, galeriste bruxelloise, sont également prévues, ainsi q’une rencontre avec Maria de Medeiros, actrice, chanteuse et réalisatrice, et marraine du Centre. Nous poursuivons  la coopération avec la Cinematek de Bruxelles sur un projet autour des archives de Chantal Ackerman. Le Centre possède un film d’Akerman, Letterd Home, et la Cinémathèque travaille avec la fondation Chantal Akerman à la restauration et préservation de tous ses autres films. Nous continuons à alimenter en contenu le site Genrimages et nous poursuivons les ateliers. Le montage des captations des débats, rencontres et séminaires que nous avons filmés depuis quelques années se poursuit, tout comme la reprise des projections, avec des nouveaux films qui rentrent dans notre catalogue. Et bien sûr le travail de fond sur les archives et la distribution.

Nicole Fernandez-Ferrer

 

Sitographie

Festival des Femmes de Créteil : https://filmsdefemmes.com

GenrImages : https://www.centre-simone-de-beauvoir.com/education-a-limage-formation/ateliers-genrimages/

Le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir : https://www.centre-simone-de-beauvoir.com

Lire c’est vivre : https://www.lirecestvivre.org

VideoOut : http://www.videoout.org

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Nicole Fernandez-Ferrer, « Diffuser les films féminins et féministes – Interview de Nicole Fernandez-Ferrer », Voyages autour de mon cerveau, janvier 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/968

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn