Archives mensuelles : mars 2021

Interview M. Storti

Alliance, solidarité, sororité, la ligne de crête – Interview de Martine Storti

Martine Storti a été professeure de philosophie, journaliste, inspectrice générale de l’éducation nationale. Elle a écrit plusieurs ouvrages : récit, roman, essais. Un grand merci à elle d’avoir répondu à nos questions.

Tiphaine Martin – En 2021, pourquoi a-t-on encore besoin d’un essai sur le féminisme universel ?

Martine Storti – « Encore besoin », dites-vous comme s’il y en avait déjà beaucoup, ce qui ne me semble pas être le cas.

Certes, il y a d’un côté une défense du féminisme universaliste, mais pour ma part je regrette que l’universalisme soit depuis quelques années instrumentalisé par des courants politiques et idéologiques d’extrême-droite et d’une partie de la droite, qui ont toujours été contre les revendications féministes, qui se sont toujours opposés à la contraception et à l’avortement, qui ont été des détracteurs farouches et constants du M.L.F. (mouvement de libération des femmes) dans les années 1970, qui ont toujours défendu une conception figée de la féminité et de la masculinité. Aujourd’hui ils se posent en défenseurs de l’émancipation des femmes, mais elle leur sert surtout à alimenter un séparatisme entre « eux » et « nous », ce « nous » désignant les «vrais Français » et « eux » désignant celles et ceux qui le seraient moins, c’est-à-dire les descendant.e.s d’immigré·e·s, les musulman·e·s, les Noir·e·s. Je dénonce vigoureusement cette instrumentalisation identitaire, nationaliste et raciste de l’universalisme.

Mais d’un autre côté nous avons celles et ceux qui, au nom de l’idéologie décoloniale, voire d’une intersectionnalité dévoyée, ne regardent l’universel que comme la marque et le masque de l’Occident, du colonialisme, de l’impérialisme, de la « blanchité », bref de ce qu’il y a de pire au monde, selon ces courants.

Eh bien je dis non aux deux, dans le même mouvement. Et je propose un féminisme universel. Certes il faut débarrasser l’universel de ses mensonges que les Françaises, par exemple, sont bien placées pour mesurer, elles qui étaient exclues du suffrage quand il était qualifié d’universel alors qu’il n’était que masculin. Mais un féminisme universel, non en surplomb, comme mouvement, processus, sans cesse reconfiguré dans les luttes. Il suffit d’ouvrir les yeux pour le voir, regarder ce qui se passe dans de très nombreux pays du monde : chacune dans leur contexte, culturel, historique, géographique, politique, social, des femmes se battent pour que les deux principes politiques que sont la liberté et l’égalité deviennent des réalités pour elles, pour elles toutes. Tel est l’universel qui ne se confond pas avec l’uniforme.

T.M. – Quel a été le point de départ de l’écriture de votre livre ?

M.S. – Il n’y a pas un point de départ en tant que tel, plutôt un mélange de stupéfactions et d’agacements provoqués par la lecture de plusieurs livres, entretiens ou émissions accumulant manipulations, mensonges, réécriture de l’histoire, ou énonçant des prises de position qu’il n’était pas possible de laisser passer sans y répondre. Arrive un moment où il est nécessaire de dire ça suffit ! Une fatigue aussi des oppositions manichéennes, binaires, chaque camp enfermé dans ses certitudes et son dogmatisme.

T.M. – En quoi votre livre peut aider les femmes en France et partout dans le monde ?

M.S. –Je n’ai pas la prétention de penser que mon livre sera lu « partout dans le monde », j’aimerais bien mais j’ai la lucidité d’en douter !

J’essaie de mettre l’accent sur les ressemblances, sur un « en commun » des femmes plutôt que sur les différences. Certes ces différences existent mais j’estime que dans les luttes féministes, ces différences sont dépassées. Et je crois possible les alliances, les actions de solidarité, la sororité. Celles-ci sont d’autant plus nécessaire qu’il faut faire face à une montée des conservatismes culturels, des fondamentalismes et intégrismes religieux, des effets sociaux des politiques néo-libérales, des attaques anti-féministes qui n’épargnent aucun pays. Nous sommes dans un moment paradoxal marqué à la fois par un grand développement des luttes féministes et par des offensives anti-féministes qui ne se disent pas toujours comme telles mais qui le sont.

T.M. – Pourriez-vous revenir sur les « assignations identitaires » (p. 99) qui agitent l’univers féministe et politique ?

M.S. – La pensée en termes d’identité qui est revenue sur la scène politique française, conjointement au retour sur la même scène d’un courant politique d’extrême droite alors nommé Front national, c’est-à-dire dans les années 1980, n’a pas cessé de se développer depuis. A ce moment-là il ne s’agissait que de l’identité française, mais au fil des années nous avons assisté à une extension du domaine de l’identité, tout le monde s’y est mis, si j’ose dire, la droite, la gauche, les immigrés, les autochtones, les Indigènes dit de la République, les « racisé·es », les féministes, les anti-féministes les souverainistes, les pro-européen·nes et j’en oublie sûrement ! On est passé aussi de l’identité à l’identitaire : « malaise identitaire », « crise identitaire », «affirmation identitaire »… Cette pensée en termes d’identité m’apparaît une impasse, car elle active et attise les affrontements binaires, les oppositions, les exclusions, avec les « de souche » et les « pas de souche », les « vrais Français » et ceux qui le sont moins, les « Blancs » et les «non-Blancs ». Toutes ces distinctions produisent des identités immuables, fermées aux différences et aux singularités. Sur ce chemin de l’identité enracinée dans le passé, l’héritage, on trouve aussi bien un Renaud Camus, tenant du « grand remplacement », que les Indigènes de la République, tenants de l’identité décoloniale ou certains défenseurs auto-proclamés de l’anti-racisme. Et j’estime que tous fonctionnent selon le même logiciel, une folie conjuguée des racines, de l’origine, de la racialisation, où les individus n’existent pas, seuls comptent les peuples, les communautés, qu’il faut préserver du mélange et du métissage.

Il faut aussi observer un processus parallèle s’agissant du féminisme. D’un côté il est rabattu sur l’identité nationale, française, européenne, occidentale, pour s’en féliciter, de l’autre il est considéré aussi comme occidental et comme blanc, mais cette fois pour le vilipender ! En outre les femmes qualifiées de « non Blanches », de « racisées » – expressions qui en France désignent des femmes principalement noires, arabes, musulmanes – qui n’obéissent pas aux injonctions communautaires avancées par certain.e.s sont considérées comme des traîtres, des « vendues à l’Occident », des « pourritures », des complices des dominants, etc. Il y a là une forme intimidation et d’étouffement puisqu’elles sont enfermées dans un « ou bien/ou bien » : ou l’assignation communautaire ou la traîtrise. L’adossement à l’universel permet de sortir de ces enfermements ce qui ne signifie pas une négation des différences, des contextes, des histoires…

T.M. – Quelle a été la réception médiatique et militante de votre ouvrage ?

M.S. – Je crois que mon livre n’est pas passé inaperçu, puisqu’il y a eu des articles ou des entretiens dans Libération, Le Monde, Charlie Hebdo, L’Express, Marianne, Europe 1, Mediapart, Arte, d’autres encore. On peut trouver sur mon site l’ensemble des liens renvoyant aux médias qui ont parlé de mon livre1. Mais évidemment je n’ai pas eu la tournée qu’ont certain·e·s de tous les plateaux de télé et les studios de radios, qui trop souvent ne donnent de la visibilité qu’à celles et ceux qui sont déjà très en vue !

Il est difficile de résumer une « réception militante ». Je constate que certains médias militants ont parlé de mon livre, d’autres non. Mais je ne suis guère étonnée, car mettre à distance plusieurs dogmatismes concurrents, se situer sur une ligne de crête, cela peut déplaire évidemment aux personnes qui préfèrent s’enfermer dans des certitudes et des globalisations. Mais je crois que ce livre a plu et plaît à celles et ceux qui ont le goût à la fois de la nuance et de la complexité. Pour être franche, j’ai été heureuse de recevoir – et j’en ai reçu beaucoup – des messages me disant que mon livre est « une respiration », une « bouffée d’air frais », qu’il permet de sortir des affrontements binaires, manichéens et stériles. Tel était, tel est en effet mon but. Mais je ne me fais pas d’illusion, l’histoire humaine montre, hélas, que le simplisme séduit trop souvent davantage que la nuance et la complexité !

T.M. – Quels sont vos principaux modèles féministes ?

M.S. – Des modèles féministes ? Je ne crois pas en avoir.

Mais il y a des textes donc des personnes qui ont compté pour moi dans mon histoire personnelle, politique, militante. Simone de Beauvoir bien sûr, très importante pour les filles de ma génération, j’étais lycéenne, je devais avoir 15 ou 16 ans, quand j’ai lu Mémoires d’une jeune fille rangée, puis La Force de l’âge. La vie, la personnalité de Beauvoir, étaient pour une jeune fille du début des années 60 tout à fait excitantes. Et sans doute ces livres ont-ils finalement plus compté pour moi que Le Deuxième Sexe que j’ai lu bien plus tard. Importance aussi de Virginia Woolf, Une chambre à soi, surtout ce livre si courageux et si radical Trois guinées. La liste serait trop longue de textes écrits par des femmes, mais aussi par des hommes, qui ne sont nullement des modèles, plutôt des appuis sur un chemin ou des perspectives qui s’ouvrent. Mais il y a aussi toutes les femmes rencontrées, celles qui se battent, qui inventent, qui créent, celles qui en luttant pour l’égalité et la liberté, pour leurs droits ont pris et prennent toujours des risques énormes, risques de la moquerie, de l’exclusion, de la censure, de l’emprisonnement, de la torture, de la mort. Des héroïnes du quotidien, qui année après année, décennie après décennie, siècle après siècle, ont contribué, contribuent à force d’acharnements, d’enthousiasmes, de déceptions, de fiertés à changer la situation des femmes.

Martine Storti

1 http://martine-storti.fr/pour-un-feminisme-universel-seuil/

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Martine Storti, « Alliance, solidarité, sororité, la ligne de crête – Interview de Martine Storti », Voyages autour de mon cerveau, mars 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1368

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire CERILAC. Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Interview S. Hettinger

Parler au plus grand nombre – Interview de Séverine Hettinger

Séverine Hettinger est artiste et performeuse, c’est-à-dire… Merci à elle pour ses réponses à nos questions.

Tiphaine Martin – Où puises-tu ton inspiration, dans quel(s) lieu(x), avec, grâce à qui ?

Séverine Hettinger – J’ai une conscience féministe qui date de tôt. Dès l’âge de treize ans j’ai lu Simone de Beauvoir et j’en ai compris que je pouvais créer ma vie. Bien sûr, la réalité des conditions sociales matérielles et économiques ne sont pas les mêmes et favorables pour tout le monde, mais il y a quelque chose à faire, même dans l’adversité. Je lis énormément, ça me sert à me montrer que je ne me suis pas trompée de chemin. Et quant à mes influences picturales, c’est l’Art Moderne qui m’a forgée à travers mon éducation au lycée. Comme Hannah Arendt, je comprends que c’est l’une des plus grandes réalisations au XXe siècle. Après il y a l’Art Féministe à accomplir, c’est-à-dire reconnaitre et creéer une genéalogie de femmes créatrices.

T.M. – L’inspiration, c’est bien, mais la technique, ça aide : quel est ton parcours ?

S.H. – J’ai étudié à l’Institut Supérieur des Beaux-Arts de Besançon jusqu’au diplôme National d’Arts Plastiques. Puis, j’ai suivi un Master en Arts et médias numériques à Paris 1 Panthéon-Sorbonne. J’ai pris de la distance par rapport à mes études aux Beaux-Arts, où la peinture dite « figurative », peinture envisagée comme médium, était vue comme quelque chose d’éculé, de contre-artistique. N’était reconnu que l’art conceptuel, ou l’ironie en peinture. Il y a un artiste, Joseph Kosuth, conceptuel, qui dit que si vous adhérez à la représentation du monde c’est que vous êtes d’accord avec le monde des traditions d’avant. J’interpète ceci comme « réactionnaire ». Or, pour moi, il n’y a rien de plus froid, de plus dominateur, que ces artistes hommes conceptuels. La peinture figurative et d’imaginaire est pour moi quelque chose d’intuitif, que l’on peut fabriquer dans sa cuisine comme Kiki Smith, pourtant fille d’un conceptuel, qui faisait ses petites sculptures dans sa cuisine. De plus, la peinture parle au plus grand nombre, ceux qui ont été élevés avec des calendriers de la Poste ; dans la représentation picturale il y a encore des choses à renverser, surtout d’un point de vue féministe. Et puis j’aime que la matière, les expérimentations échappent à la rhétorique du langage où ont essayé de les circonscrire les conceptuels.

T.M. – Quels domaines et techniques artistiques pratiques-tu ?

S.H. – J’ai beaucoup dessiné dans les années 2010, depuis quelques années je peins uniquement et de temps en temps je réalise des vidéos. Certaines de mes vidéos ont été montrées aux Instants Vidéos à Marseille. Je prépare également une performance avec une artiste mexicaine, ouverte sur la question du droit des femmes, Laura Ramirez.

J’écris. Ma pièce de théâtre a été publiée en 2011 à l’Harmattan dans la collection «Créations au féminin » de Michèle Ramond. La pièce s’intitule Mémoires d’une poupée allemande : pièce philosophique en deux actes et dix tableaux. C’est une pièce qui met en scène la poupée Barbie qui a écrit ses mémoires et sa révolte de poupée. Actuellement je finis un roman, Fétue de paille, qui cherchera un·e éditeur·trice.

T.M. – L’égalité femmes-hommes, en quoi est-ce utile dans le monde de la culture?

J’ai écrit un dossier là-dessus dans le journal d’Osez le féminisme dans les années 2010. Je n’ai pas ma place dans le monde de la culture, je suis plutôt dans des réseaux militants. Malgré mes diplômes, il y a très peu de place pour celleeux qui ont moins. Moi, pour vivre à Paris, lieu de tous mes fantasmes féministes, je devais me loger et travailler. Donc, je suis devenue prof contractuelle et j’ai habité dans un quartier populaire. J’y ai rencontré le sexisme de rue, simplement pour pouvoir regagner son logement à pied ; et en classe, en étant jeune et inexpérimentée face à des attitudes violentes. Donc, ces expériences de vie m’ont amenée à vouloir changer d’une façon directe le monde d’où mon expérience militante. Je n’ai eu ni le temps ni la disponibilité mentale pour réseauter dans le monde artistique. Où est l’exclusion, où est l’auto-exclusion ? Où des diktats commencent à vous exclure et où vous vous commencez, en revêtissant des choses pas à la mode dans le milieu de l’art, comme être prof dans le secondaire, à vous exclure vous-même. Il y avait un prof d’arts plastiques en collège qui était reconnu comme artiste contemporain, c’était Jean-Le-Gac, parce qu’il parodiait l’artiste du dimanche ! Mais moi, ma position en tant que prof en zone prévention violence n’est pas si confortable, je suis contente de fournir un travail social en face des réalités et ne pas être que dans l’art pour l’art.

 T.M. – Où et quand pourra-t-on voir tes œuvres et tes performances ?

S.H. – Du 10 au 20 juin à la Galerie AAB 1 rue Francis Picabia 75020 Paris pour l’exposition « Sœurcières ! » C’est un sujet très dans l’air du temps mais il a le mérite de devoir être exploré. Je prépare donc pour cette expo une performance avec l’artiste Laura Ramirez, qui a étudié au Mexique les Arts plastiques et est venue en France par la suite. Une petite vidéo, Marionnette confinée, faite pendant le confinement sera montré à « Sorti de rout(in)e » pendant Vidéoformes 2021 du 18 mars au 4 avril.

Séverine Hettinger

Site de Séverine Hettinger : https://severinehettinger.cargo.site

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Séverine Hettinger, « Parler au plus grand nombre – Interview de Séverine Hettinger », Voyages autour de mon cerveau, mars 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/1295

 

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire CERILAC. Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Interview S. Frécon

Sortir du sexisme – Interview de Sylvain Frécon

Sylvain Frécon est dessinateur et illustrateur de bande dessinée, dont la série Oggy et les cafards (commencée en 2010, d’après la série télévisée), des planches et des jeux pour la presse jeunesse. Un grand merci de nous avoir accordé cette interview.

Tiphaine Martin – Pourquoi vous projetez-vous maintenant dans des vieilles dames, après un minet bleu déjanté, et non dans un beau jeune homme, un aventurier qui sauve des princesses (au hasard des clichés sexistes) ?

Sylvain Frécon – Les Mémés sont des chroniques rigolotes qui mettent en scène les vieilles dames que je croise dans mon vingtième arrondissement. J’ai beaucoup daffection pour ces personnes qui saccrochent à la vie, qui ne sont pas dans les EPHAD. Ces histoires me permettent de partager mes point de vue et réflexions sur l’actu, les débats qui agitent notre société (politique, féminisme, religions, etc.), mais aussi les petites choses du quotidien. Bref, tout ce qui me passe par la tête !

T.M. – Quels retours de votre public et de la critique avez-vous depuis la parution du tome 1 des Mémés ?

S.F. – J’ai eu quelques critiques dans des revues, ainsi que des retours positifs du public via les réseaux sociaux, ce qui est très agréable. Je précise que Les Mémés ne sont pas toutes les personnes âgées, juste celles que je croise en bas de chez moi.

T.M. – Dans l’extrait des Mémés paru dans le numéro de décembre de Fluide glacial, Le Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir devient, littéralement, une arme de combat : pourriez-vous nous expliquer comment vous est venue cette idée et ce que vous souhaitez faire passer comme message à travers cette histoire ?

©Fluide Glacial, 2021.

S.F. – Dans l’album, c’est l’un de mes gags preferés. Une idée me vient inconsciemment et se concrétise très rapidement en idée de gag. Le message de cette chronique est un encouragement en direction de mes congénères. Un homme peut s’asseoir et réfléchir, mettre sa culpabilité de côté, et s’améliorer par soi-même. Les outils qui peuvent l’aider sont les témoignages de femmes, les ouvrages, et les discussions entre hommes. Pour moi, les hommes sont concernés par l’égalité et ils doivent y être actifs.

T.M. – En quoi votre parcours personnel et professionnel vous a-t-il sensibilisé au féminisme, c’est-à-dire à l’égalité femmes-hommes ?

S.F. – Mon parcours professionnel ne m’y a pas trop sensibilisé. Côté personnel, je viens d’une famille où le modèle patriarcal était très présent. Culturellement, patriarcat, racisme, homophobie constituent une part de moi-même. Le nier n’aurait pas de sens. J’ai eu besoin d’en comprendre les rouages pour essayer d’en déconstruire les effets sur moi-même, ma manière de raisonner, etc. En tant qu’homme, ça me semble important de ne pas tout attendre des femmes qui mènent ce combat. Même si je garde en tête que « derrière un homme qui s’éveille, il y a une féministe épuisée1 ». Et puis je pense à mon fils de 9 ans aussi…

T.M. – Pourtant, le sous-titre des Mémés, « chronique des âges farouches », fait référence au monument machiste Rahan. Fils des âges farouches ?

S.F. – Effectivement ! Joli pied de nez, non ?

T.M. – Quel(s) dessinateur(s) et quelle(s) dessinatrice(s) vous ont influencé ?

S.F. – Franquin, Lisa Mandel, Tardi, Bretecher, Uderzo, Carole Maurel, et bien d’autres.

T.M. – Quels sont vos projets ?

S.F. – Le tome 2 des Mémés est prévu pour la fin de l’année. J’ai un peu peur de ne pas avoir des idées, comme toujours. Sinon, je continue à avoir des commandes pour la presse jeunesse (Bayard, Fleurus).

Sylvain Frécon

Pur citer cet article : Tiphaine Martin, Sylvain Frécon, « Sortir du sexisme- Interview de Sylvain Frécon », Voyages autour de mon cerveau, mars 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/1316

1 Citation attribuée à Tabitah King : https://www.nouvelobs.com/rue89/nos-vies-intimes/20180201.OBS1562/etre-feministe-et-en-couple-hetero-maintenant-il-connait-la-taille-des-gamins-moi-non.html

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire CERILAC. Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Entrevue Sartre-Beauvoir sur fond d’Inséparables

A l’automne 2020, la sortie du récit inédit Les Inséparables de Simone de Beauvoir aux Editions de l’Herne m’a donné envie de mettre en scène une entrevue fictive entre l’écrivaine et son compagnon principal. J’ai écrit un texte accompagné d’une mise en scène. Le libraire de Joigny, Christophe Marie, a accepté de tenir le rôle de Sartre et de m’accueillir dans sa librairie, Au saut du livre : https://librairieausautdulivreleblog.wordpress.com/2020/03/28/edito/   Antoine S. nous a filmé·es, avec une mise en scène adaptée à l’espace ed la librairie. Un grand merci à eux d’avoir fait partie de cette aventure théâtrale. La vidéo possède des sous-titres français pour les malentendant·es et les sourd·es.

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Entrevue Sartre-Beauvoir sur fond d’Inséparables », Voyages autour de mon cerveau, mars 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/1324

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire CERILAC. Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube