Archives mensuelles : mai 2021

Texte A bord de l'Aire avec Zaza

À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 11

Ce carnet de voyage suit les progressions des recherches pour mon exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, ainsi que mon immersion dans les pas de Zaza : des photographies des lieux visités et de certains documents accompagnent les textes du carnet, pour une mise en bouche apéritive de l’exposition.

04 mai 2021 : Matinée de travail, puis promenade active dans Biarritz l’après-midi. Nous allons en navette gratuite jusqu’au phare. De là, nous progressons tranquillement sur le front de mer,

©Tiphaine Martin

… admirant  là les surfeurs, ici les grosses vagues scintillant au soleil, là encore une partie de l’exposition Jackie et les Kennedy. Nous faisons halte chez le glacier Dodin (chocolat-pêche pour moi), fournisseur de la famille Lacoin sur plusieurs générations.

©Tiphaine Martin

Françoise me montre le rocher du Boucalot jusqu’où Zaza nageait, en face du Port-Vieux (le gros rocher au troisième plan de ma photo) :

©Tiphaine Martin

C’était une véritable sportive, loin de l’image coincée d’une jeune bourgeoise d’une famille catholique ultra-traditionnelle. Le sport féminin a pourtant eu du mal à s’implanter en France, se heurtant aux réticences des médecins et des prêtres. À l’été 1928, Zaza exprime sa joie marine et pique gentiment une de ses sœurs :

A Biarritz, où nous nous sommes arrêtés un moment, la mer était splendide ; j’ai pris un bain délicieux en compagnie de Germaine qui n’avait pas voulu enlever ses lunettes et qui, les cheveux bien collés par l’eau salée, avait l’air de quelque grosse bête marine. Elle se laissait rouler par toutes les vagues et se retrouvait avec ahurissement dans les jambes ou sur le dos d’un gros monsieur non moins surpris qu’elle1.

Les corps féminins bougent avec aisance et sans mauvaise honte, la joie de vivre et d’être entre sœurs éclate.

De retour en 2021 et en haut de la côte des Basques, nous avons ensuite pris l’apéritif chez une collègue du lycée agricole de Saint-Pandelon de Françoise, Cécile, très sympathique, après cette journée bien chargée, surtout au niveau de mon bronzage, qui s’améliore de jour en jour.

 

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 11 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1763

 

Élisabeth Lacoin, Zaza, 1907-1929 : amie de Simone de Beauvoir, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 125.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Texte A bord de l'Aire avec Zaza

À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 10

Ce carnet de voyage suit les progressions des recherches pour mon exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, ainsi que mon immersion dans les pas de Zaza : des photographies des lieux visités et de certains documents accompagnent les textes du carnet, pour une mise en bouche apéritive de l’exposition.

03 mai 2021 : Le matin, nous visitons l’extérieur et le parc de Barroilhet, demeure des Laborde, cousin·es de Zaza. Le parc est superbe, de grands arbres s’y épanouissent, la maison est en parfait état.

©Tiphaine Martin

©Tiphaine Martin

Zaza s’est sans doute assise devant le crépi, en compagnie de ses parentes, avant de reprendre la route, toujours à vélo. Ensuite, direction Espelette et ses piments, Itxassou où je retrouve Beauvoir :

A Ixtassou [sic], notre chambre avait comme annexe un arbre, auquel on accédait par une passerelle : on avait construit parmi les feuillages une plate-forme où Sartre s’installait pour travailler pendant que je courais les collines des environs. Je marchais dans les fougères, les yeux remplis de soleil et du rose des pruniers1.

Nous sommes au printemps 1938, le couple profite des vacances de « Pâques », comme elles s’appelaient alors, pour prendre le soleil au Pays basque, avec d’autant plus de ferveur pour Simone qu’elle a été malade avant leur départ. Comme je l’ai démontré dans ma thèse, c’est aussi un hommage caché à Zaza, qui propose à son « inséparable » de venir s’y reposer.

Nous nous rendons ensuite au Pas de Roland, magnifique paysage composé d’eau, de rochers et de verdure…

©Tiphaine Martin

… avant de nous promener dans l’arrière-pays basque, parmi les maisons rouges ou vertes, au crépi d’un blanc immaculé. Nous terminons par le Moulin de Bassiloure, ses parts individuelles de gâteau basque (cerise ou crème) et de sablés (au beurre).

©Tiphaine Martin

©Tiphaine Martin

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 10 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1748

 

Simone de Beauvoir, La Force de l’âge, Paris, Folio, 1999, p. 372.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Texte A bord de l'Aire avec Zaza

À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 9

Ce carnet de voyage suit les progressions des recherches pour mon exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, ainsi que mon immersion dans les pas de Zaza : des photographies des lieux visités et de certains documents accompagnent les textes du carnet, pour une mise en bouche apéritive de l’exposition.

02 mai 2021 : Après une matinée de travail, nous partons à Bidart, où nous nous trouvons face à l’époustouflant point de vue sur la mer : vert citron des algues sur la roche brune, mer bleu intense, ciel bleu clair.

©Tiphaine Martin

Nous marchons jusqu’au port et à la plage de Guéthary, les yeux toujours grand ouverts.

©Tiphaine Martin

Ces deux endroits étaient fréquentés par Zaza, qui y venait à bicyclette. Direction Saint-Jean-de-Luz, sa Maison de l’Infante, son port à la criée, son église où Louis XIV et Marie-Thérèse d’Autriche se sont mariés, ses rues commerçantes (affreux, tout est fermé ou presque), sa mairie et son affiche « Aux art s citoyens ! »…

©Tiphaine Martin

sa Maison Adam et leurs macarons moelleux aux amandes.

©Tiphaine Martin

Le tout, toujours sur les traces de Zaza, bien entendu. Nous terminons par la plage d’Hendaye, douce aux pieds nus, d’où nous voyons l’Espagne et la ciudad de Fontarabie :

(…) nous étions à Hendaye par la plus splendide des journées. La vue que l’on a de l’embouchure de la Bidassoa est de toute beauté. Au premier plan, Fontarabie avec sa vieille église espagnole en pierre rousse qui surgit au sommet du rocher dominant le petit village ; au fond, toute la chaîne des Pyrénées étalant ses tons bleus et mauves ; et, de l’autre côté, la mer si éclatante de lumière qu’on peut à peine la fixer. Nous avons traversé la Bidassoa en barque pour visiter Fontarabie. C’est la plus espagnole des villes d’Espagne, prétend-on, elle a un très grand cachet1.

… écrit Zaza à Simone le 22 avril 1927. Covid oblige, pas d’Espagne pour nous, mais une fort belle vue, avec, oui, une luminosité splendide.

©Tiphaine Martin

Quelle belle journée !

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 9 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1727

 

Élisabeth Lacoin, Zaza, 1907-1929 : amie de Simone de Beauvoir, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 88.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Texte A bord de l'Aire avec Zaza

À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 8

Ce carnet de voyage suit les progressions des recherches pour mon exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, ainsi que mon immersion dans les pas de Zaza : des photographies des lieux visités et de certains documents accompagnent les textes du carnet, pour une mise en bouche apéritive de l’exposition.

01 mai 2021 : Après des photos de groupe et en duo à Haubardin (merci Emilie !), ce sont les courts au-revoir, car ni la famille Taupin ni moi-même n’apprécions ce type d’instant. Ma fière cavale est ravie de se remplir d’essence, et moi beaucoup moins de n’avoir pas prévu de déjeuner ; je me rabats sur le premier Subway venu. Direction Mimizan et mes souvenirs d’enfance… en fait non, puisque tout est fermé et que je ne sais pas où se trouvait le gîte loué par mes parents dans les années quatre-vingt-dix. Ceci étant, j’ai passé un très bon moment sur la plage face à l’océan, pieds nus dans l’eau salée, puis assise sur le sable.

 

©Tiphaine Martin

Je n’oublie pas de me sécher les pieds avec ma superbe serviette, vestige de parties de ping-pong de fin d’années dans l’établissement scolaire du Val-de-Marne où j’ai débuté comme enseignante, dans une autre vie. L’ensemble des collègues m’avaient très bien accueillie, d’où ma douce émotion lorsque j’utilise cette serviette.

©Tiphaine Martin

Après avoir frugalement déjeuné, je suis partie à Capbreton, où là aussi mes vestiges infantiles sont perdus à jamais : plus d’hôtel Miramar joliment bétonné, plus de plage avec des modestes mares d’eau salée où s’ébattre quand on est une petite enfant. Par contre, belle balade jusqu’au phare…

©Tiphaine Martin

… et travail de reconnaissance photographique sur Zaza à la plage centrale :

©Tiphaine Martin

 

Posée sur le sable, je lis Les Gens honnêtes ont-ils un avenir ?, de Liliane Roudière, et je me régale.

©Tiphaine Martin

Je regarde alternativement la page et la plage, le ciel et le papier imprimé, entre deux vagues et deux coquillages. En fin d’après-midi, je me dirige vers ma nouvelle étape, Biarritz, où Françoise, ma nouvelle hôtesse, m’accueille très gentiment. Nous commençons à bavarder, de Zaza, de Mimizan et Capbreton, et de bien d’autres sujets.

 

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 8 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1708

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Texte A bord de l'Aire avec Zaza

À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 7

Ce carnet de voyage suit les progressions des recherches pour mon exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, ainsi que mon immersion dans les pas de Zaza : des photographies des lieux visités et de certains documents accompagnent les textes du carnet, pour une mise en bouche apéritive de l’exposition.

30 avril 2021 : Nous passons une partie de la matinée à Dax, où Zaza devait avoir ses habitudes à la Maison Cazelle, pâtisserie qui produit uniquement des madeleines. Je peux témoigner du bon goût de Mlle Lacoin, tant ces madeleines sont à la fois légères, craquantes et avec un parfum délicat de citron.

©Tiphaine Martin

Je trempe ensuite mes bouts de doigt à la fontaine chaude (64°), avant de faire un saut à la librairie – inexistante à l’époque de Zaza -, où je prends le texte du film La Classe américaine (1993).

©Tiphaine Martin

Puis, direction la gare. La jeune fille y a vécu des moments drôles et tragiques.

©Tiphaine Martin

En juillet 1925, depuis Biarritz, le temps est à l’humour : « Quant à sa bicyclette, elle n’est pas ici; Bonne-Maman a cru qu’il l’avait emportée, mais il l’a tout bonnement laissée à la consigne de Dax où elle paie 75 centimes par jour en attendant son propriétaire. »

Son frère Bernard, dit Nard, a en effet oublié le vélocipède en question à la gare, et c’est sa grand-mère qui règle les frais. Quelques mois plus tard, en janvier 1926, l’atmosphère est aux larmes :

Je ne pourrai jamais oublier cette journée. J’avais tellement souffert toute la nuit que j’étais en arrivant dans une hallucination douloureuse. André était sur le quai dans cette gare (…) où quelques mois auparavant il m’avait accompagnée alors que je prenais le train pour Bayonne.

Infinie tristesse des amours longues à mourir et marquées par le sceau de l’impossible. La passion s’effiloche au fil des mois, Zaza souffrant corps et âme avant d’arriver à la conclusion qu’André n’était pas fait pour elle.

Nous continuons par une visite à Bruno Desjobert, fils de Germaine Lacoin (Maine), une des sœurs de Zaza, et à son épouse Michelle. Bruno se souvient que sa mère racontait comment sa sœur aînée l’avait sauvée d’une situation d’humiliation, alors qu’elle avait été punie par les religieuses du pensionnat d’Aire-sur-l’Adour : Germaine devait rester dans la cour de récréation, une carafe au cou, pour une faute vénielle. Zaza avait surgi dans la cour, jeté la carafe, pris sa sœur par la main, et l’avait emmenée à la pâtisserie Daugé pour la consoler, geste ô combien sororal et chevaleresque.

De retour au présent, nous sommes invitées à déjeuner – crêpes au froment succulentes et gâteau vegan de pain perdu -, de quoi attaquer le travail sur Zaza dans de bonnes dispositions.

Le reste de la journée se passe en lectures et photographies, avant l’apéritif au coin du feu et les discussions toujours passionnantes, et pas seulement sur Zaza. Impression d’être en famille.

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 7 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1694

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn