Archives mensuelles : mai 2022

Petite Leçon d'amour

Petite leçon d’amour, des fraises pour les bras cassés

La comédie romantique d’Ève Deboise illustre bien cette (fausse) citation de Confucius : pour chasser les ténèbres, rien de tel qu’une bonne bougie. Et des fraises.

Si ce film est un peu trop foutraque pour être véritablement percutant, il n’en reste pas moins attachant. La réalisatrice et scénariste pose les problèmes du temps devant les spectateurs et spectatrices, à elles et ils de choisir : le prof trop rigide versus les élèves chahuteurs, les classes surchargées versus le désintérêt des élèves pour leurs études, le harcèlement sexuel de mineure vers adulte et réciproquement, la publicité sexiste pour la lingerie qui découpe le corps des femmes et l’expose sur les bus, les abribus etc., versus le droit à être épanouie dans sa féminité et d’avoir une jolie lingerie, la drogue chez les jeunes versus l’alcool chez les un peu moins jeunes, un divorce difficile versus une autodestruction à petit feu.

Mais quel couple ! Et quelle rencontre explosive bien dans la lignée des comédies étasuniennes des années trente ! Elle (Laétitia Dosch) oblige Lui (Pierre Deladonchamps) à regarder en face ses nombreux problèmes et Lui oblige Elle à prendre des responsabilités en situation de crise, sans rien lâcher. Un duo de Pygmalion·nes, en somme.

Et le désir s’insinue entre eux, après que Lui, Mathieu, ait involontairement assisté à une scène de sexe entre deux inconnu·es, d’abord dans une chambre, puis dans la cuisine, le tout à base de crème chantilly en bombe. Ce voyeurisme réactive sa libido. Et, lui qui était si renfermé et si peu apte à l’action directe, n’hésite pas, attention, à aller piocher dans ce frigo-ci pour prendre des fraises et la fameuse bombe de chantilly.

S’il est vrai que Elle, Julie, a auparavant exprimé le souhait de manger des fraises en plus de ses quatre kebabs et trente-six hamburgers, il n’empêche que le symbole est fort. Autant Mathieu refusait de regarder Julie manger cette solide nourriture grasse et préférait rester au comptoir du kebab à boire encore et encore, sans s’assoir en face d’elle, autant il s’assoit à côté d’elle dans sa voiture pour la contempler déchiqueter délicatement les fraises … et avaler goulûment la crème chantilly. Métaphore sexuelle, le fruit et la crème participent au rapprochement spatial et sensuel des deux héros, avant les baisers finaux et le mieux-être de chacun·e.

Mathieu lâche du lest en cours et se fait donc respecter des élèves, Julie arrête le grignotage compulsif et, gracieuse, s’étire et esquisse une chorégraphie de danse contemporaine au milieu d’un square. Ils pourront ainsi former un couple, ayant laissé leurs soucis et leurs maux.

Une manière originale de conclure cette comédie romantique qui donne le sourire.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Petite leçon d’amour, des fraises pour les bras cassés », Voyages autour de mon cerveau, juin 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=5430

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Le Jeune Homme Annie Ernaux

Désir pas mort, Le Jeune Homme d’Annie Ernaux

Loin, très loin d’un chant du cygne et d’un adieu à la sexualité, Le Jeune Homme d’Annie Ernaux irradie de désir. Alors que dans Mémoire de fille (2016) l’autrice rendait implicitement hommage à Simone de Beauvoir et à ses Mémoires d’une jeune fille rangée (1958), nous sommes ici très loin – et c’est tant mieux – de la conclusion désenchantée de La Force des choses (1963) : « Jamais plus un homme. Maintenant, autant que mon corps mon imagination en a pris son parti. » Ce n’est heureusement pas le cas d’Annie Ernaux.

Il est vrai que Beauvoir, en écrivant La Force des choses, enterre à la fois plus de quinze ans de guerres coloniales (Madagascar, Indochine, Afrique de l’Ouest, Afrique du Nord), sa relation tourmentée et passionnée avec l’écrivain Nelson Algren, son « crocodile » de Chicago, et son compagnonnage de sept ans avec le journaliste et futur cinéaste Claude Lanzmann, son cadet de dix-sept ans.

Annie Ernaux, elle, n’enterre rien, elle écrit. Car, comme chez Proust, l’écrit fixe le vécu et le transforme en récit, lui donnant alors son plein sens.

Sens de la saveur des jours avec ce lecteur devenu amant, telle une nouvelle Marguerite Duras avec un nouvel Yann Andréa Steiner, mais sans le côté sadomasochiste de cette relation. Annie Ernaux, elle, fait référence à Théorème de Pasolini (1968) et à son « ange révélateur ».

Sens de la musique qu’on n’entend plus dans le studio du jeune homme, car le désir est à son point d’incandescence.

Sens de la gêne retrouvée, celle, passée, de l’enfance d’Annie Ernaux et celle, présente, du jeune homme. D’où les sacs de nourriture apportées par l’amante à son étudiant, à son « ouvreur du temps ». L’écrivaine précise qu’elle n’envisage pas d’avenir à cette relation, sexe et nourriture se lient alors pour attacher le couple dans un présent répété, celui des visites régulières d’Annie Ernaux à Rouen.

L’alimentation devient aussi une manière d’afficher leur désir réciproque. La sortie au restaurant, scène type des comédies romantiques – avec des clichés de clichés de clichés (bougies et nappe blanche ou nappe à carreaux, selon le standing du couple) – devient l’occasion pour Annie Ernaux de se moquer physiquement, avec son corps plus âgé que celui de son petit ami, des diktats sexistes. Elle souligne que les couples incestueux homme âgé-jeune femme passent inaperçus et ne sont pas remis en question par des regards fielleux, contrairement au sien.

Mêler sexe et nourriture ne va pas de soi, il dépend de l’avis des autres, de celui de la société. Le patriarcat ne supporte toujours pas qu’une femme soit plus âgée que son compagnon, et les jeunes générations ne sont hélas pas en reste, elles qui draguent ce jeune homme-là sous le nez d’Annie Ernaux. Mais l’effet est contraire à celui attendu : le couple ne se défait pas, et Annie Ernaux éprouve un « sentiment de victoire » à défier les conventions mortifères, que ce soit au restaurant ou à l’extérieur de l’extérieur, sur la jetée de Fécamp.  Sens du désir encore plus fort après de telles épreuves, parfum de jouer avec les non-dits et les interdits.

Il est aussi possible de rester en vie, bien portante, désirante, écrivaine, après un tel amour. Pas de torrents de larmes de son côté , pas d’amertume ni de mort (Harold et Maude, de Colin Higgins, pourtant pionnier, se termine par le suicide volontaire de l’héroïne). Désir d’écrire, de vivre sa vie, encore et toujours.

Écrire pour (re)vivre et faire vivre cette relation, superbe pied-de-nez aux conventions patriarcales.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Désir pas mort, Le Jeune Homme d’Annie Ernaux  », Voyages autour de mon cerveau, mai 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=5386

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Un souffle d’aventures au féminin : La Tulipe noire de Christian-Jaque

C’est la seconde fois que le réalisateur français Christian-Jaque s’intéresse à l’horticulture en compagnie du dialoguiste et scénariste Henri Jeanson. D’abord, en 1950, ils ont commis, de concert avec Gérard Philippe et Gina Lollobrigida, Fanfan la Tulipe, réjouissant concentré d’antimilitarisme sur fond de républicanisme bon teint, sans oublier les références aux Trois Mousquetaires d’Alexandre Dumas. La Tulipe noire, film de 1964, est dans la même veine, quoique sans aucun rapport avec La Tulipe noire de Dumas (1850), qui se passe en Hollande au dix-septième siècle.

Les allusions à Fanfan la Tulipe se retrouvent aussi dans les scènes d’attaques de carrosse des nobles et de la police, avec des cadrages de type western (par exemple La Chevauchée fantastique de John Ford), similaires dans les deux films. Sachant aussi que La Tulipe noire peut être vue a posteriori comme un western-spaghetti à la française, le premier western de Sergio Leone étant justement de 1964 .

De même, nous retrouvons dans La Tulipe noire l’apprentissage sentimental du héros Julien – Julien comme Julien Sorel, incarné en 1954 pour Claude Autant-Lara par Gérard Philippe, héros stendhalien également chez Christian-Jaque en 1948 dans La Chartreuse de Parme. Ou Julien comme la sensible Julie de La Nouvelle Héloïse de Jean-Jacques Rousseau, amoureuse de Saint-Preux, patronyme de Julien et de son frère aîné Guillaume dans La Tulipe noire.

Car il s’agit d’abord d’un combat entre deux prénoms masculins, donc deux manières d’envisager la virilité : d’une part le très macho Guillaume – comme Guillaume le Conquérant au Moyen Âge ? -, d’autre part le doux Julien, tout acquis aux idées des Lumières, qui sont présentées comme tendant vers l’égalité femmes-hommes, ce qui reste par ailleurs à prouver.

Guillaume (Alain Delon) trousse, avec leur consentement, nobles dames et femmes de chambre. Julien (Alain Delon) fait les doux yeux à une jeune fille du peuple, Caroline Plantin (Virna Lisi), et souhaite l’épouser. S’il couche avec une aristocrate, maîtresse de son frère, c’est à son corps défendant et suite à un malentendu. Et aussi pour montrer au spectateur et à la spectatrice de 1964 qu’Alain Delon est autant viril dans un rôle que dans l’autre. Et c’est Guillaume le macho qui meurt à la fin du film, tandis que Julien, sous le nom de Guillaume, s’en va en dansant avec sa dulcinée, fille de Plantin le révolutionnaire.

Plantin (Francis Blanche) incarne avec ferveur et saveur un homme du peuple prêt à donner son sang pour que triomphe la liberté, l’égalité et la fraternité. D’abord aux Amériques avec Lafayette, comme il le déclare avec fierté, dans la guerre d’indépendance des Anglais, fraîchement arrivés en terres amérindiennes, contre le Royaume-Uni. Puis dans le Sud-Est de la France en ce bel été 1789, en compagnie de Julien de Saint-Preux. Ou est-ce ce dernier qui l’a accompagné pour faire entrer le « 19 Juillet 1789 dans les livres d’histoire », comme Plantin le demande à sa « libellule », une femme du peuple de son âge, à la fin du film ? Peu importe au fond, puisque, hélas, c’est une fois de plus une date parisienne qui a été retenue, celle du 14 Juillet…

L’œil de Francis Blanche frise de joie quand il doit se conduire en chef de guerre, tout comme lorsqu’il sanglote dans les bras de son pire ennemi, le prince de Grassillac de Morvan-Le-Breau (Robert Manuel). On pense bien sûr à son rôle d’agent secret soviétique dans Les Barbouzes de Lautner (1964) ou de sympathique gangster dans Les Tontons flingueurs (Lautner, 1963), jamais en reste de démesure – et de misogynie, comme dans la fameuse scène de la cuisine.

Mais ce qui nous intéresse ici est son côté paternel. Comme son homonyme Plantin (Charles Aznavour) dans Paris au mois d’août (Pierre Granier-Deferre, 1964, d’après René Fallet), Plantin-Blanche entretient de bons rapports avec sa fille chérie, Caroline. Foin du déshabillé ravageur de Martine Carole (égérie des films Caroline-chérie et épouse de Christian-Jaque, qui la fait aussi tourner dans son Nana d’après Zola en 1955). Place à l’épée et à la « botte secrète » – Lagardère nous voici – héritée d’un ancêtre mousquetaire, Porthos. Ou comment rejoindre A. Dumas par la pointe du fleuret.

Ou plutôt, de la rapière, car l’histoire de Caroline Plantin ressemble furieusement à celle de la Béatrice de Georges Chaulet dans le roman jeunesse Une rapière pour Béatrice (1963) : même absence de mère, comme toujours opportunément morte en couches ; même regret des pères de ne pas avoir eu de fils ; même éducation genrée (habits masculins, liberté de ton et de manière, goût pour les armes). Et même rapport filial aux Trois Mousquetaires, dont la trilogie des Béatrice s’inspire à larges traits et avec plus ou moins de bonheur.

Caroline n’a pas froid aux yeux, elle n’hésite pas à se battre, en pantalon et chemise aux manches retroussées, pour défendre ses idées républicaines et pour empêcher le prince deGrassillac de mener son armée de mercenaires à Paris en juillet 1789, afin de massacrer les Parisien·nes en révolte contre l’autorité royale. Elle n’a pas besoin de Julien pour la défendre. Elle échappe à la rafle qui voit Julien et Plantin être faits prisonniers, puis torturés, puis, pour Julien, être condamné à la pendaison. Elle brave le peloton qui entoure le gibet pour crier son amour à Julien et se fait, à son tour, arrêter.

Le macho Guillaume, qui a pris la place de son jumeau qu’il a fait évader, regrette d’ailleurs de ne pas savoir qui elle est, lui qui est habitué aux conquêtes faciles mais sans tendresse. Sa seule véritable affection est pour son cheval Voltaire, qui vengera d’ailleurs la mort de Guillaume en poursuivant le lieutenant-général de police (Adolfo Marsillach), un des responsables de la traque puis de la pendaison de Guillaume, jusqu’à ce que celui-ci se noie, le tout sur le fond allègre de la musique de Gérard Calvi.

Après leur première rencontre, Caroline défie Julien à l’épée et s’y montre plus habile que lui. Et elle lui réclame le gage promis, soit un doux baiser ; ce qui fait hurler au « droit de cuissage » son père, surgi sur ses entrefaites. Caro lui explique alors que les temps féodaux sont abolis, que c’este elle qui a embrassé Julien, et vive l’égalité amoureuse ! Tout cela ne mène pas bien loin et reste pudique et centré sur l’amour, mais nous sommes dans le cadre d’un film familial des années soixante, et qui aurait pu imaginer le déferlement de la deuxième vague des mouvements féministes français six ans plus tard ?

Certainement pas le scénariste ni le réalisateur, qui en restent à un mélange amour-politique assez basique, mais qui détonne tout de même dans le paysage cinématographique français de l’époque. Les réalisateurs de la Nouvelle Vague ont beau avoir rajeuni et rafraîchi les films, leurs sujets restent au « masculin singulier », comme le démontre Geneviève Sellier dans son ouvrage de 2005, paru aux Éditions du CNRS. Et leur vision de « la » femme reste patriarcal. Même Truffaut dans son adaptation de Jules et Jim (titre doublement masculin, film de 1962) reste tributaire de la morale du livre et de son époque : Catherine (Jeanne Moreau) se débat pour être une libre amoureuse, mais elle est coincée dans le regard des hommes, qui en font un mythe et non une femme qui tente d’exister hors de la morale traditionnelle. Et elle n’a pas de travail hors son foyer, elle est inconstante et capricieuse. Elle fait périr Jim (Henri Serre) avec elle, sans se soucier de Jules (Oskar Werner) et de leur fille Sabine (Sabine Haudepin).

Au contraire, Caro revendique des idéaux politiques et agit pour plus d’égalité, de liberté et de fraternité. Ses habits masculins ne sont pas un déguisement, mais une utilité et un confort pour les batailles à mener. Même en robe de mariée, elle sauve Julien en retenant la bride de son cheval Tambour, ce qui lui permet de retarder, puis d’annuler, son mariage avec son fiancé d’alors. Et donc de quitter sa robe blanche, son voile blanc pour une robe sobre.

La fin du film, optimiste, permet aux femmes de s’en sortir : Caro grâce au peuple venu la délivrer de sa prison, la marquise (Dawn Addams) en forçant la porte du carrosse du prince de Grassilac, qui l’emmène hors de France. Le scénario ne la condamne pas à mort mais à l’exil, contrairement à son mari, pendu, au lieutenant-général de police, noyé, et à d’autres hommes nobles et aux fermiers généraux, tués par le peuple en révolution. La marquise sait se sortir d’une situation dangereuse en changeant de protecteur. Le récit respecte le sort traditionnel des femmes aristocrates, qui sont pieds et poings liées par leur dépendance financière.

Et Henri Jeanson et Christian-Jaque ont préféré focaliser l’attention des spectateurs et des spectatrices sur le couple Caro-Julien, qui danse et danse et danse en musique dans cette période heureuse d’abolition des privilèges en tout genres.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Un souffle d’aventures au féminin : La Tulipe noire de Christian-Jaque », Voyages autour de mon cerveau, mai 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=5315

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Zaza, une jeune fille trop rangéeok

Zaza, une jeune fille trop rangée 

La figure de Zaza, surnom d’Élisabeth Lacoin, amie de cœur de Simone de Beauvoir, est essentielle dans le fil narratif et dramatique des Mémoires d’une jeune fille rangée (1958) de Beauvoir. Son destin tragique est analysé ultérieurement par l’autrice de manière multiple, mais dans l’ouvrage de 1958 nous assistons à sa marche vers la mort, sans explications de la part de la narratrice, à savoir Beauvoir elle-même.

Comme l’a étudié Éliane Lecarme-Tabone[1], chaque chapitre des Mémoires d’une jeune fille rangée se clôt sur Zaza et sur une annonce de plus en plus précise de son décès : « Zaza » (première partie) ; « raconterais » (deuxième partie) ; « mort » (troisième partie) ; « mort » (quatrième partie). Soit, « je raconterais la mort de Zaza », voire « je me raconterais la mort de Zaza ». C’est-à-dire, narrer à la lectrice et au lecteur comment est morte Zaza, ma meilleure amie, mais aussi, comment est-ce que j’envisage la mort de Zaza et qu’est-ce que je veux faire passer comme message à mon lectorat sur ce décès ?

Éliane Lecarme-Tabone parle également de « tombeau[2] » érigé à la mémoire de Zaza, à l’instar du genre poétique éponyme du seizième siècle. Au vu de la passion de Beauvoir – non réciproque – pour son amie, nous pouvons également songer aux élégies du poète romain Catulle, qui glorifie amoureusement et douloureusement la figure de Lesbie. Car Zaza, tout comme Lesbie, reste inaccessible.

Elle est pourtant rangée dans son cercueil à la fin des Mémoires, définitivement. Mais elle s’en échappe immédiatement, en venant hanter le sommeil de Beauvoir : « Souvent la nuit elle m’est apparue, toute jaune sous une capeline rose, et elle me regardait avec reproche[3]. » Le fantôme de Zaza met Beauvoir en accusation, comme plus tard Jean de Florette poursuit son assassin Ugolin dans le film de Marcel Pagnol L’Eau des collines. 2. Ugolin (1952). Mais quel crime peut avoir bien commis Beauvoir ? Éliane Lecarme-Tabone souligne le remords de la jeune femme, (trop) absorbée par sa nouvelle histoire d’amour avec Jean-Paul Sartre pour avoir prêté suffisamment d’attention aux signaux d’alarme émis par Zaza[4]. Beauvoir confond d’ailleurs ses deux amours : « J’ai fait un petit rêve sur vous, dans le genre de ceux que je fais sur Zaza, je vous regardais avec rancune en vous demandant pourquoi vous ne me voyiez plus jamais et je me sentais profondément triste[5]. » Nous sommes le 25 décembre 1939, Beauvoir écrit à son « tout cher petit être» Jean-Paul. L’écrivaine prend la place qu’elle assigne à Zaza dans ses mémoires et accuse son cher et tendre d’abandon. Si rancune n’est pas reproche, nous trouvons cependant le premier terme associé à Zaza dans les Mémoires :

En ne se décidant pas pour moi, Zaza pactisait avec des adversaires acharnés à me détruire et je lui en voulus. Elle redoutait le voyage qui lui était imposé, elle se tourmentait ; je marquai ma rancune en refusant d’entrer dans ses soucis ; je me laissai aller à un accès de bonne humeur qui la déconcerta[6].

À l’automne 1928, un an avant son décès, Zaza est en effet contrainte par ses parents, surtout par sa mère, de quitter Paris pour partir à Berlin, afin de couper tout lien avec la Sorbonne et ses étudiant·es intellectuel·es plus ou moins athé·es, dont Simone de Beauvoir[7]. À ce moment-là, Beauvoir ne veut voir qu’un aspect du problème, celui qui la touche, à savoir son propre exil hors du paradis bourgeois catholique, symbolisé par la famille Lacoin (Mabille dans les Mémoires), qui refuse de se « laisser contaminer[8] » par les athé·es. Elle met Zaza dans le même panier[9] que ses parents et feint la gaieté, tandis que son amie est déchirée et angoissée. La situation de leur enfance est inversée : ce n’est plus Zaza qui est « néfaste » à Simone[10], mais Simone qui porte malheur à Zaza.

Beauvoir n’entend ni ne voit l’état douloureux de son inséparable. Cette époque est celle où ses remords rétrospectifs peuvent prendre source. Dans son rêve de 1939, Beauvoir transfère l’abandon où elle pense avoir laissé Zaza, d’abord en 1928 puis en 1929, sur Sartre. Elle vit avec lui ce qu’elle a fait vivre à Zaza. Sartre n’est pas aux côtés de Beauvoir, puisque c’est la guerre, comme elle n’a pas été aux côtés de Zaza.

Notons que, selon Beauvoir, un nouveau séjour berlinois a été décidé pour Zaza, bien plus long que le premier :

Zaza me parut très abattue ; elle avait maigri et perdu ses couleurs ; elle avait de fréquents maux de tête. Mme Mabille l’autorisait, provisoirement, à revoir Pradelle, mais en décembre, elle partirait pour Berlin et y passerait l’année : elle envisageait cet exil avec terreur[11].

Cette fois, c’est vraiment d’une séparation amoureuse qu’il s’agit, contrairement à celle de 1928. Zaza avait en effet écrit à Beauvoir, le 6 octobre 1928, que sa famille l’exilait à l’étranger à l’instar des fils de bonne famille qu’on éloignait d’une maîtresse trop encombrante[12]. La comparaison est étonnante dans le contexte d’une rupture voulue avec un milieu et non avec une personne, sauf à assimiler Simone de Beauvoir à la maîtresse en question, ce qui supposerait de l’ironie de la part de Zaza, avec, sous-jacente, peut-être, la perception par Zaza de la passion non platonique que lui voue Beauvoir. Ou, sinon de Zaza, la vue perçante de Marguerite Lacoin, qui assimile Simone de Beauvoir à une « créature », soit une femme de mauvaise vie, selon l’agenda de Zaza elle-même[13].

À ce sujet, Beauvoir mémorialiste est ambiguë, comme dans le reste de ses souvenirs, où elle ne fait pas état de sa bisexualité, mais laisse affleurer des flottements linguistiques, à déchiffrer aujourd’hui à l’aune de ses correspondances et journaux intimes déjà publiés. Ainsi, dans les Mémoires, Beauvoir déclare à Zaza, en septembre 1928 : « Moi je vous aimais », lui dis-je ; elle tomba des nues ; elle m’avoua que je n’avais eu qu’une place incertaine dans la hiérarchie de ses amitiés, dont aucune d’ailleurs ne pesait bien lourd[14]. » La langue française manquant de nuances dans ce cas précis, contrairement à l’anglais qui établit une différence entre « to like » et « to love », la confidence de Beauvoir peut passer pour une amitié très profonde.

En tout état de cause, le nouveau séjour à Berlin projeté en 1929-1930 correspond bien à un éloignement pour cause d’amour indésirable ou du moins très compliqué, à savoir celui que Zaza éprouve désormais pour Maurice Merleau-Ponty, déjà présent dans sa lettre du 6 octobre 1929, alors même qu’elle ne le connaissait que par les récits de Beauvoir, et rencontré au printemps 1929, grâce à Beauvoir.

Le manque de couleurs de Zaza et sa maigreur sont des signes avant-coureurs de son décès, de ses « griffes pâles » et de son visage « jaune » sous sa « capeline rose »[15], loin, très loin de l’harmonie des pralines roses mélangées à de la crème pâtissière jaune qui faisaient le délice de la jeune Beauvoir[16].

Cette mort tragique a d’autant plus de force que nous avons suivi le déroulement de l’existence de Zaza, depuis son arrivée au Cours Désir un matin d’octobre 1918 jusque’à son décès dans une clinique de Saint-Cloud – clinique de Sceaux dans la réalité[17].

Simone de Beauvoir se fait biographe de son amie, comme elle se fait biographe de Sartre dans La Force de l’âge (1960), La Force des choses (1963), Tout compte fait (1972) et La Cérémonie des adieux (1981). Tous sont d’ailleurs similaires aux yeux de Beauvoir : « Sartre n’avait que trois ans de plus que moi ; c’était, comme Zaza, un égal (…)[18]. » Comme le déclare l’historien Pierre Assouline dans ses Vies de Job : « S’embarquer dans une biographie revient à partir en voyage avec un ami, suffisamment loin pour vivre des aventures contrastées qui mettront l’amitié à l’épreuve (…)[19]. » Et ce sont bien les aléas de l’existence de Zaza et de cette amitié-passion que narre Beauvoir dans ses Mémoires d’une jeune fille rangée.

Le point de vue est toujours celui de Beauvoir, puisqu’il s’agit, officiellement, de ses souvenirs à elle, de son enfance à l’entrée, brutale, dans l’âge adulte, avec la mort de Zaza. L’autrice retranscrit scrupuleusement la focale qui était la sienne dans cette première partie de son existence : « J’étais jusqu’à un certain point victime d’un mirage ; je me sentais du dedans, je la voyais du dehors : la partie n’était pas égale[20]. » Cette rêverie sur Zaza est solide, bien plus que le « mirage » de la foi en Dieu, qui s’effondre l’été de ses douze ans : « (…) en Zaza j’entrevoyais une présence, jaillissante comme une source, robuste comme un bloc de marbre, aussi fermement dessinée qu’un portrait de Dürer[21]. » Beauvoir reconnaît l’hermétisme de Zaza, corps vivant et pensant, qui lui échappe, autant que l’existence échappe au héros de La Nausée (1938) de Sartre, dont le titre premier était Melancholia, en référence à une lithographie de Dürer[22]. Beauvoir échoue d’ailleurs à se glisser dans la peau de son amie :

J’essayais de voir la chambre avec les yeux de Zaza, de m’insinuer dans ce monologue qui se déroulait d’elle à elle : en vain. Je pouvais toucher tous ces objets où sa présence était inscrite : mais ils ne me la livraient pas ; en me l’annonçant, ils me la cachaient ; on aurait même dit qu’ils me défiaient de jamais m’en approcher. L’existence de Zaza me parut si hermétiquement fermée sur soi que la moindre place m’y était refusée[23].

Zaza, telle une princesse de conte, est gardée par des objets dont le pouvoir est magique et qui empêchent l’approche d’une personne extérieure. Bien plus, ils la rendent invisible, au lieu d’expliquer sa vie quotidienne, ses goûts. Beauvoir n’atteint pas plus le mental de Zaza, ses pensées lui restent obscures. Est-ce une des raisons pour lesquelles Beauvoir l’écrivaine privilégie la forme narrative du monologue intérieur dans ses romans et nouvelles ? Et qu’elle n’hésite pas à transcrire des extraits de ses journaux intimes dans ses volumes mémoriels, afin de réussir à exprimer la vérité d’un·e individu·e, remportant ainsi la victoire sur Zaza ? Et d’apaiser ses propres remords, lorsqu’elle a « refusé d’entrer dans ses soucis » (cf. ci-dessus) ?

L’aura de Zaza est si forte qu’à partir de son apparition au Cours Désir, elle est présente à presque toutes les pages des Mémoires d’une jeune fille rangée. Retarder l’arrivée d’un personnage très important est une technique dramatique classique, utilisée par exemple par Molière dans Tartuffe (1669) : ce dernier n’arrive qu’à l’acte II. Si, jusqu’à l’entrée en scène de Zaza nous ne doutons pas que la jeune fille rangée ne soit Simone, la balance penche désormais en faveur de Zaza, puisque c’est elle qui remue définitivement le conformisme de Beauvoir :

Brusquement, conventions, routines, clichés volèrent en éclats et je fus submergée par une émotion qui n’était prévue dans aucun code. Je me laissai soulever par cette joie qui déferlait en moi, violente et fraîche comme l’eau des cascades, nue comme un beau granit[24].

À cet instant, Zaza est présente en Beauvoir, sans aucun obstacle. L’image puissante de la conversion de Beauvoir à Zaza marque un tournant existentiel et narratif. Zaza prend une place prépondérante dans ce « roman d’apprentissage », selon les termes de Beauvoir[25]. C’est par rapport à Zaza que Beauvoir se situe, les actions de Zaza sont mises en avant, les mouvances de son comportement plus ou moins interrogées.

Si Zaza est plus vivante et vivace que Beauvoir, elle n’est pas anticonformiste et se déchire aux normes de son milieu, plus cruellement que Simone, qui s’en sort, « pay[ant] ma liberté de sa mort[26] ». La biographie de Zaza par Beauvoir commence par des gestes et une parole non stéréotypées, ce qui rejoint la forte impression produite par Élisabeth sur Simone. La vivacité de la première s’oppose au conformisme de la seconde, qui reste cependant maîtresse de la narration[27].

Zaza est d’abord un corps, une présence agile (elle est bonne en gymnastique[28]) et une langue véloce qui, comme le père de Beauvoir, sait devenir actrice et imitatrice. De même que Georges de Beauvoir joue le rôle d’« une cuisinière idiote qui s’appelait Rosalie[29]. », de même Zaza contrefait les professeures du Cours Désir[30]. Un possible désir incestueux de type complexe d’Électre se glisse alors dans la narration.

Et c’est dans le bureau du père de Zaza que les deux enfants parlent et parlent encore : « Nous nous réfugiions dans le bureau de M. Mabille, et loin du tumulte, nous causions. (…) Avec Zaza, j’avais de vraies conversations, comme le soir papa avec maman[31]. » L’écrivaine utilise le verbe « causer », comme plus tard avec Sartre[32], autre similitude entre ses deux amours. En outre, le parallèle que Beauvoir établit entre ses conversations avec Zaza et celle qu’ont ses parents entre eux en indique bien la portée homoérotique ; Simone (le père) et Élisabeth (la mère) forment couple, selon la mémorialiste.

De même, après que Beauvoir a évoqué le voyage en Italie fait par Zaza et une partie de sa famille au printemps 1922[33], elle se coule un peu plus tard dans la peau de son amie, lors de sa visite avortée dans la chambre de Zaza[34] et note la « Sainte Anne de Vinci », c’est-à-dire une reproduction du célèbre tableau de Léonard de Vinci, conservé au Louvre et non dans un musée italien. Cependant, Simone a déjà accompagné Zaza et son père au Louvre[35]. Il n’est pas anodin que la mémorialiste tire un fil transalpin qui va jusque’à sa propre expérience métaphysique à La Grillère :

J’avais lu longtemps, au bord d’un étang, une histoire de saint François d’Assise ; au crépuscule, j’avais fermé le livre ; couchée dans l’herbe, je regardais la lune ; elle brillait sur l’Ombrie mouillée par les premiers pleurs de la nuit : la douceur de cette heure me suffoquait[36].

Si l’autrice ne relie pas ces deux épisodes, notre travail sur le fond d’archives de Zaza pour notre exposition[37] a permis de découvrir que Zaza est allée en Ombrie, à Assise, la ville natale de saint François. Sans remettre en cause la signification spirituelle et viatique de l’envolée hors d’elle-même de Beauvoir, il n’empêche que c’est aussi un crypto-signe de son attachement à Zaza, une strate implicite du palimpseste (auto)biographique.

Ce fil Zaza-Italie continue jusqu’à La Force de l’âge, lorsque Beauvoir associe sa passion pour les voyages et les récits de voyages de Zaza, surtout celui d’Italie[38]. De même, nous avons analysé dans notre thèse le remplacement de Zaza par Sartre, notamment pour les voyages[39]. À la proposition de Zaza en 1928 : « Quand partons-nous ensemble pour voir Séville, Cordoue et Barcelone[40] ? », Beauvoir répond en 1960, dans La Force de l’âge, à propos de Sartre et elle : « (…) ensemble nous partions à la découverte du monde[41]. » et enchaîne son désir de voyage dû à Zaza rentrée d’Italie par le récit de son premier voyage en Espagne, avec Sartre, en 1931[42]. Nous retrouvons l’équation Zaza égale Sartre, ainsi que la bisexualité de Beauvoir.

Nous pouvons voir une annonce de ces voyages-hommages à chaque départ de Simone de Gagnepan, en 1927 puis en 1928 :

Quand vint le jour de mon départ, elle m’accompagna en train jusqu’à Mont-de-Marsan. Nous mangeâmes sur un banc de petites omelettes sèches et froides et nous nous séparâmes sans mélancolie car nous devions nous retrouver à Paris dans peu de temps. (…) Cette année-là, Zaza ne m’accompagna pas à Mont-de-Marsan ; je m’y promenai entre deux trains en pensant à elle. J’étais décidée à lutter de toutes mes forces pour qu’en elle la vie l’emportât sur la mort[43].

Si la biographe de Zaza travestit la réalité pour annoncer le décès prochain de son amie, qui l’a bien accompagnée au moins jusqu’à Mont-de-Marsan, voire jusqu’à Paris en 1929[44], il n’en reste pas moins vrai que départ, train, voyages et Zaza sont liés. De même, le hasard des lignes ferroviaires fait descendre Beauvoir à Bayonne, lorsqu’elle revient de Barcelone à l’automne 1931 et qu’elle part enseigner à Marseille[45]. Bayonne, lieu des origines de Zaza[46] et où elle se rend pour tenir compagnie à « une cousine malade », plutôt que de venir chercher Beauvoir à la Bibliothèque Nationale, souriante « sous sa cloche de feutre rose[47] ». Déjà, la maladie, déjà, le chapeau rose, mais un sourire vivant plutôt qu’un regard mort de reproche. Rien n’est anodin dans la construction (auto)biographique beauvoirienne.

Quant aux portraits à charge des parents de Zaza, la jalousie de Beauvoir est tout à fait palpable vis-à-vis d’une famille bien plus aisée que la sienne et où le couple parental s’entend mieux que ses propres parents, sans compter son ressentiment par rapport à l’amour de Zaza pour sa mère.

Le bureau du père de Zaza répond au bureau du père de Simone, la cuisine étroite où madame de Beauvoir fait la vaisselle au quotidien avec ses filles répond, en moins bien, à la cuisine, bien plus spacieuse, de Haubardin où madame Lacoin et ses filles préparent à manger pour les piques-niques mondains. La division genrée de l’espace marque la structure patriarcale de la société d’alors, peu mixte.

Il n’empêche que les pères s’intéressent à l’éducation de leurs filles, et les aiment. Nous avons montré dans notre exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin à quel point Maurice Lacoin est proche de Zaza[48], ce que montre Beauvoir au début des Mémoires d’une jeune fille rangée, avant le dénigrement, selon elle, de son père par Zaza pendant leur adolescence[49], période où Simone connaît le désamour de son géniteur, qui reproche à sa fille aînée son non-conformisme aux codes bourgeois de la féminité (corps et professorat)[50]. Et le terme « rancune », utilisé par Beauvoir pour parler de Zaza et d’elle par rapport à leurs pères, dit bien l’irritation des deux jeunes filles et la déception dans l’amour qu’elles leur portent.

Zaza et Simone divergent cependant dans leur rapport à leur mère. Là où Beauvoir déclare à l’adolescence que « Ma véritable rivale, c’était ma mère[51] », Zaza ne cesse de réclamer l’affection de sa génitrice, quelle que soit l’époque[52]. Mais Beauvoir n’a-t-elle pas, elle aussi, dans son enfance[53], passionnément aimé sa maman ? La similitude entre l’ascendant maternel sur Simone et celui sur Zaza est troublant, pour le moins. Si ce n’est que Beauvoir s’en détache, de ses propres dires, plus rapidement et plus facilement que Zaza.

C’est surtout la structure familiale bourgeoise qui pose problème à la mémorialiste. Elle s’en explique dans Tout compte fait (1972) :

Ma famille m’a inspiré, à partir de mes seize ans, un désir d’évasion, des colères, des rancunes ; mais c’est à travers l’entourage de Zaza que j’ai découvert combien la bourgeoisie était haïssable. De toute façon, je me serais retournée contre elle ; mais je n’en aurais pas éprouvé dans mon cœur et payé de mes larmes le faux spiritualisme, le conformisme étouffant, l’arrogance, la tyrannie oppressive. L’assassinat de Zaza par son milieu a été pour moi une expérience bouleversante et inoubliable[54].

Il y a bien une immersion de Beauvoir au sein de la famille Lacoin et un désir de vengeance qui s’exprime ici, réalisé dans l’écriture des Mémoires d’une jeune fille rangée et dans le portrait au vitriol de Marguerite et Maurice Lacoin. Beauvoir s’approprie aussi les souffrances de Zaza, qui deviennent un processus dans sa propre libération. Il est d’ailleurs dommage que Beauvoir n’ait pas écrit dans ses Cahiers de jeunesse sur ses deux séjours (1927, 1928) à Gagnepan, car peut-être y trouverions-nous un son un peu moins âpre et vindicatif. Ou, au contraire, la confirmation de ses raisons objectives de haïr particulièrement madame et monsieur Lacoin, ainsi que d’autres personnes de la parenté de Zaza qui « ricanent » et font que Beauvoir a le « cœur lourd » lors de ses séjours à Gagnepan[55]. Ici, la biographie de Zaza se mélange à l’autobiographie beauvoirienne. Zaza devient la victime expiatoire d’un monde haïssable.

Zaza est aussi un double de Beauvoir : double heureux dans une famille aisée et au sein d’une nombreuse fratrie, double dans les tourments qu’elle endure, double dans le poids de la religion dans son existence, double dans une éducation bourgeoise au féminin qui aurait pu être celle Beauvoir (arrêt brutal des études, mondanités, soumission à l’ordre parental), double dans l’amour tourmenté pour son cousin (André pour Zaza, Jacques pour Simone), double dans l’amour pour un apprenti philosophe qui vivra toute sa vie avec sa mère (Merleau-Ponty pour Zaza, Sartre pour Beauvoir), double dans un patriotisme dont le racisme éclate grâce aux voyages, double dans le chemin vers l’écriture.

En effet, si l’expérience berlinoise de la liberté et de l’indépendance est un quasi échec pour Zaza, elle lui aura permis de se défaire de ses clichés racistes sur les « Boches », dix ans après la fin de la Première Guerre mondiale[56]. Beauvoir est plus évasive sur sa propre évolution, depuis son racisme envers les Allemands et les Japonais[57], mais nous avons pu montrer dans nos travaux de doctorat et nos articles que son parcours jusque’à l’antiracisme passe par les voyages, tout comme Zaza. Et, à l’instar de son amie[58], Beauvoir a commencé par une être une bonne Française, patriote catholique, en quêtant pour les « petits réfugiés belges[59] ». Le doublet entre les inséparables est parfait.

Dans les Mémoires d’une jeune fille rangée et dans Tout compte fait, Beauvoir émet l’hypothèse de Zaza écrivaine. D’abord, par un aveu de Zaza elle-même : « Elle aussi, disait-elle, elle aimerait écrire, plus tard, et je l’encourageai[60]. » Dans Tout compte fait, Beauvoir s’interroge : « Pourquoi a-t-elle échoué dans la mort alors qu’elle aurait souhaité vivre, aimer, écrire peut-être[61] ? » Dans Les Inséparables, fiction autobiographique, la narratrice Sylvie (Simone de Beauvoir) est « secrètement convaincue » qu’Andrée (Zaza) écrira[62]. Les correspondances, les journaux intimes et les numéros du Cocorico (journal familial composé pars Zaza) révèlent une autrice en herbe de qualité[63]. Si ce n’est que la mort fauche son talent – et son antiracisme – et que c’est Beauvoir qui poursuit et achève son œuvre, en écrivant la biographie de son amie et en rendant hommage à son talent en la citant régulièrement.

Mais, ce décès, dont Beauvoir fait explicitement une étape dans sa propre libération, sans mourir comme elle l’avait prévu[64], ou plutôt en faisant mourir à jamais son ancien moi de jeune fille rangée, est-ce un assassinat ou un suicide ? Car « (…) les fantômes ne la laissèrent pas longtemps en paix, et en face d’eux elle était bien seule[65]. » Ces ombres sortent de l’imagination de Zaza, ce sont des fantasmes au sens propre du terme. Et pour les combattre, elle n’a que sa volonté, ce qui est peu. Beauvoir note également que « Sa fragilité originelle a rendu ces conflits mortels[66]. » Le point médian de l’analyse beauvoirienne se trouve sans doute dans La Force de l’âge : « Près de moi, j’avais vu Zaza précipitée dans la folie et dans la mort par le moralisme de son milieu[67]. » Beauvoir fait toujours porter la responsabilité de la mort de Zaza sur la société catholique bourgeoise de leur enfance et adolescence, qui n’a pas beaucoup bougé après le premier conflit mondial et qui étouffe toute velléité d’être heureuse, pour Zaza.

Une fois passée les Mémoires d’une jeune fille rangée, la figure de Zaza n’est plus au premier plan des mémoires beauvoiriennes, du moins explicitement. Zaza est cité de ci de là dans La Force de l’âge et dans La Force des choses, avant de reparaître longuement dans le premier chapitre de Tout compte fait, ultime volume mémoriel où Beauvoir est censée parler d’elle-même en priorité, puisque nous avons vu qu’elle met en avant Zaza comme principale protagoniste dans les Mémoires d’une jeune file rangée. Et, dans les volume suivants, l’existence, les faits et gestes de son compagnon principal Jean-Paul Sartre occupe beaucoup de place, avant l’apothéose de La Cérémonie des adieux (1981).

Tout est mouvement, tout est voyage, mais seulement pour Beauvoir. Zaza, elle, d’après son amie, ne peut qu’être une jeune fille rangée, trop bien, dans sa boîte mortuaire. Seule l’écriture permet de l’en sortir, un temps.

 

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Zaza, une jeune fille trop rangée », Voyages autour de mon cerveau, mai 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=5236


[1] Éliane Lecarme-Tabone, Mémoires d’une jeune fille rangée de Simone de Beauvoir, Paris, Gallimard, « Foliothèque », 2000, p. 122-124.

[2] Ibid., p. 121.

[3] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangée, Gallimard, « Folio », 1999, p. 503.

[4] Éliane Lecarme-Tabone, Mémoires d’une jeune fille rangée de Simone de Beauvoirop. cit., p. 144-147.

[5] Simone de Beauvoir, Lettres à Sartre. I., Paris, Gallimard, 1990, p. 381.

[6] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangéeop. cit., p. 400-401.

[7] Élisabeth Lacoin, Correspondance et carnets d’Élisabeth Lacoin (1914-1929), Paris, L’Harmattan, 2004, p. 275.

[8] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangéeop. cit., p. 389.

[9] Expression ô combien beauvoirienne. Cf. Ibid., p. 460.

[10] Ibid., p. 173.

[11] Ibid., p. 496-497.

[12] Ibid., p.400. Cf. aussi Élisabeth Lacoin, Correspondance et carnets d’Élisabeth Lacoin (1914-1929), op. cit., p. 141.

[13] Élisabeth Lacoin, Correspondance et carnets d’Élisabeth Lacoin (1914-1929), op. cit., p. 275.

[14] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangéeop. cit., p. 358.

[15] Ibid., p. 502, 503.

[16] Ibid., p. 12.

[17] Cf. notre exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, partie Paris : https://vadmc.hypotheses.org/3135

[18] Simone de Beauvoir, La Force de l’âge, Paris, Gallimard, « Folio », 1998, p. 35.

[19] Pierre Assouline, Vies de Job, Paris, Gallimard, « Folio », 2012, p. 14.

[20] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangéeop. cit., p. 158.

[21] Ibid., p. 156-157.

[22] Simone de Beauvoir, La Force de l’âgeop. cit., p. 325.

[23] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangéeop. cit., p. 167-168.

[24] Ibid., p. 130.

[25] Simone de Beauvoir, Tout compte fait, Paris, Gallimard, « Folio », 1998, p. 27.

[26] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangéeop. cit., p. 503.

[27] Cf. Valérie Stemmer, «Euphorion sans Théagène : Elisabeth Lacoin par elle-même», SELF XX-XXI, Journée d’étude « Zaza, figure et traces », avril 2010 (Cécile Decousu dir.). URL : https://self.hypotheses.org/files/2018/11/Euphorion-sans- Théagène.pdf

[28] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangéeop. cit., p. 128.

[29] Ibid., p. 37.

[30] Ibid., p. 125.

[31] Ibid., p. 127.

[32] Simone de Beauvoir, La Force de l’âgeop. cit., p. 19.

[33] Cf. notre exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, partie Italie : https://vadmc.hypotheses.org/3873

[34] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangéeop. cit., p. 167-168.

[35] Ibid., p. 160.

[36] Ibid., p. 175-176.

[37] Cf. note 32.

[38] Simone de Beauvoir, La Force de l’âgeop. cit., p. 96.

[39] Tiphaine Martin, « Les récits de voyage dans l’œuvre autobiographique de Simone de Beauvoir », Université Paris 7-Paris Diderot, Stellenbosch University, 2012. Direction : Professeur Julia Kristeva, Dr Éric Levéel.

[40] Élisabeth Lacoin, Correspondance et carnets d’Élisabeth Lacoin (1914-1929), op. cit., p. 122.

[41] Simone de Beauvoir, La Force de l’âgeop. cit., p. 35.

[42] Ibid., p. 96-104.

[43] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangéeop. cit., p. 358, 392.

[44] Notes privées, Association Élisabeth Lacoin.

[45] Simone de Beauvoir, La Force de l’âgeop. cit., p. 104.

[46] Cf. notre exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, partie Sud-Ouest: https://vadmc.hypotheses.org/3143

[47] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangéeop. cit., p. 426.

[48] Cf. notre exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, partie « La vie à Paris » : https://vadmc.hypotheses.org/3135

[49] Ibid., p. 160, 161.

[50] Ibid., p. 247, 249.

[51] Ibid., p. 149.

[52] Ibid., p. 162. Simone de Beauvoir, Tout compte faitop. cit., p. 629-630. Cf. aussi notre exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin https://vadmc.hypotheses.org/3873

[53] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangéeop. cit., p. 55-56.

[54] Simone de Beauvoir, Tout compte faitop. cit., p. 22.

[55] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangéeop. cit., p. 389.

[56] Ibid., p. 419-420. Cf. aussi notre exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, partie « Une Française à Berlin » : https://vadmc.hypotheses.org/3046

[57] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangéeop. cit., p. 37-38.

[58] Notes privées, Association Élisabeth Lacoin.

[59] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangéeop. cit., p. 40.

[60] Ibid., p. 358. Cf. aussi p. 500.

[61] Simone de Beauvoir, Tout compte faitop. cit., p. 22.

[62] Simone de Beauvoir, Les Inséparables, Paris, Éditions de L’Herne, 2020, p. 147. Cf. aussi p. 166.

[63] Cf. Élisabeth Lacoin, Correspondance et carnets d’Élisabeth Lacoin (1914-1929), et notre exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin https://vadmc.hypotheses.org/3873

[64] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangéeop. cit., p. 131.

[65] Ibid., p. 500.

[66] Simone de Beauvoir, Tout compte faitop. cit., p. 23.

[67] Simone de Beauvoir, La Force de l’âgeop. cit., p. 255.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn