Archives mensuelles : décembre 2022

Annie Colère VADMC

 Annie Colère : joyeuses communautés antipatriarcales, 3

Être une femme libérée, ce n’est pas si facile, notamment en France en 1974. La lutte pour le droit à l’avortement, réactivée après les années noires de l’Occupation, mobilise les militant·es féministes. En effet, il n’est pas question, comme toujours dans l’histoire des droits des femmes, à de rares exceptions près, d’écarter les hommes du combat pour l’égalité.

C’est ce que fait le MLAC (Mouvement pour la Liberté de l’Avortement et de la Contraception), en intégrant des médecins hommes à son équipe de militantes et de médecines qui pratique des avortements de moins en moins clandestins, en toute sécurité sanitaire pour les femmes. La réalisatrice Blandine Lenoir insiste sur ce point, en filmant les avortements pratiqués dans le calme et le confort, là dans une librairie, ici chez une institutrice, ou encore chez une grande bourgeoise – coiffée et habillée comme Delphine Seyrig, une des figures stars de la lutte des années soixante-dix pour l’IVG, avec Simone de Beauvoir, Gisèle Halimi et Benoîte Groult, pour citer d’autres femmes célèbres et engagées.

Car la lutte des classes, si elle ne disparaît pas avec les revendications féministes, est soluble dans la sororité, qui est montrée tout au long du film. Blandine Lenoir montre bien que toutes les classes sociales sont touchées par des grossesses non désirées et que tous les pays y sont confrontés : les militantes font allusion aux bus du MLAC qui partent de France vers des pays plus hospitaliers car plus en avance, tels l’Angleterre et la Hollande. Les femmes qui ont l’argent en donne, celles qui ont du temps en donne, ou plutôt le prenne, comme Annie (Laure Calamy), ouvrière dans une usine de matelas.

Le chemin qui mène à la lutte pour les droits des femmes éclaire son visage, la rend forte et joyeuse, à l’instar des autres militantes. Elle qui enfilait les jours, sans tristesse, mais sans joie non plus, sait pourquoi elle est vivante, grâce à qui (le MLAC). Et si elle divorce, c’est sans rancœur, son mari ayant fait des efforts pour comprendre ce qui se passait, et, lui aussi, horrifié par les avortements clandestins et l’hypocrisie de la loi. Mais de là à prendre part aux tâches ménagères et éducatives à cinquante pour cent et de lui-même, et à admettre que le militantisme d’Annie vaut le sien (au sein d’un syndicat ouvrier), il y a tout un univers à changer.

Le film déroule différentes situations, parfois bien noires : femme battue, femme morte dans un avortement clandestin, femme surchargée d’enfants, inceste, femme dont le compagnon ne veut pas d’enfant (et elle fait primer le désir de monsieur sur le sien, qui serait de garder le fœtus), manque de contraception, là aussi parce que « mon mari ne veut pas », etc. … Et c’est la sororité, l’entraide, la solidarité, qui ouvre l’horizon de toutes, grâce aux avortements. La réalisatrice n’oublie pas de nous faire partager leur soulagement et leur joie, autour d’un bon repas et d’un bon verre, que les médecins hommes partagent volontiers, tout en laissant ensuite les femmes entre elles, à échanger.

Par ailleurs, la mixité des équipes du MLAC ne signifie pas que les hommes ne sont pas conscients que leur présence peut brider – à cette époque – la libre conversation des femmes, du fait d’habitudes sexistes, avec les hommes se plaçant, même inconsciemment – en position de supériorité et en donneurs de leçon, tandis que les femmes n’osent pas prendre la parole et argumenter.

Blandine Lenoir refuse l’agressivité et le communautarisme pour nous présenter un film joyeux, plein d’espoir et de lumière.

En conclusion, chantons avec les femmes et les hommes et Indochine1 :

Délivrez-nous des maux

Je veux un monde nouveau !

 

1 Indochine, « Suffragettes BB », in Indochine, 13, 2017.

 

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Annie Colère : joyeuses communautés antipatriarcales, 3 », Voyages autour de mon cerveau, décembre 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/7545

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Nos frangins VADMC

Nos frangins : solidarités, République, justice

Paris, la morgue, décembre 1986. Un infirmier, Oussmane (Wabinlé Nabié) parle à un cadavre et lui promet que personne ne l’oubliera, lui, le cadavre inconnu. Tandis que le cadavre à côté, lui, a une identité : Malik. Oussekine.

Le réalisateur Rachid Bouchareb continue d’explorer l’histoire de France au vingtième siècle, après Indigènes (2006). Il revient sur la mort d’un jeune étudiant français, Malik Oussekine, tué par des policiers en marge de manifestations étudiantes demandant le retrait de la loi Devaquet, qui instaurait une sélection à l’entrée de l’université : « Devaquet, t’es foutu, les étudiants sont dans la rue ! » scandent les étudiant·es face au CRS : « CRS, vos enfants sont aussi des étudiants ! » lancent les jeunes aux policiers bottés, casqués, matraque et bouclier au poing.

L’heure n’est pas à la joie, les sinistres voltigeurs (policiers à moto) sillonnent les rues du Quartier Latin, matraquent, blessent et tuent1. Ils tuent Malik Oussekine, qui était extérieur à la manifestation, et qui s’était réfugié dans un immeuble rue Monsieur-le-Prince2. Et ne feront jamais de la prison, malgré le soulèvement de l’opinion publique et les demandes de justice de la famille Oussekine, ici interprétée par Lyna Khoudri (la sœur de Malik) et Reda Kateb (son frère aîné), comme le précise un carton à la fin du film.

Entre-temps, on a rendu son identité au cadavre sans nom : Abdel Benyahia, jeune homme habitant à Pantin, tué par un policier en civil et ivre3. Abdel tentait de séparer deux hommes qui se battait devant un bar. Son action d’apaisement l’a tué. Et l’inspecteur de l’IGN Daniel Mattei (Raphaël Personnaz, aussi opaque qu’Alain Delon chez Melville) est obligé d’affronter la colère du père d’Abdel (Samir Guesmi) et du frère d’Abdel (Laïs Salameh), auquel il a sciemment menti au début du film, prétendant qu’Abdel était toujours en vie et que les circonstances de son décès étaient inconnues. Le policier qui a tué Abdel sera, lui, condamné, et fera, lui, de la prison, un peu, comme le précise un carton à la fin du film.

Ce qui frappe, et qui, à la fois fait chaud au cœur et nous le brise, est la confiance des deux familles dans les institutions de la République. Et, bien sûr, la solidarité des étudiant·es, qui manifestent silencieusement, en hommage à Abdel et à Malik.

Laissons un instant nos larmes couler, et retenons bien les paroles de « Petite », chanson de 1988 de Renaud, qui clôt le film :

Garde-leur ton amour

Garde-toi de la haine

Non aux violences, oui à la démocratie, à la République et à la solidarité.

 

 

1 https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/malik-oussekine-mort-voltigeur

2 https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/on-vous-raconte-l-histoire-de-malik-oussekine-tue-par-des-policiers-en-1986

3 https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/abdel-benyahia-malik-oussekine

 

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Nos frangins : solidarités, République, justice », Voyages autour de mon cerveau, décembre 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/7491

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Second degré VADMC

Pour en finir avec le second degré

Face aux œuvres d’art, il peut être de bon ton de prendre de la hauteur  et de les décortiquer jusqu’à la moelle. Mais, ce faisant, ne prend-on pas le risque de perdre le plaisir du contact avec l’oeuvre ?

Prendre de la distance, analyser, décrypter, penser, oui, bien sûr. Sans réflexion, impossible d’avoir prise sur le monde, et d’aller au-delà du conformisme et de l’emprise du religieux. Cependant, à trop se poser dans l’éloignement d’un objet, d’un ouvrage, d’un être, ne se trouve-t-on pas dans une nouvelle orthodoxie et dans du snobisme ?

Pour les films, prendre plaisir à un drame auctoriel en noir et blanc muet sur-titré en tchèque n’empêche pas d’apprécier une comédie populaire étasunienne en Technicolor, d’autant que, dans les deux cas, des mécanismes similaires sont à l’œuvre. Les deux films peuvent faire preuve à parts égales d’âgisme, d’antisémitisme, de classisme, d’homophobie, de racisme, de sexisme, de spécisme, de transphobie, de validisme. Avoir un statut d’auteur/d’autrice, qu’il soit auto-accordé ou décerné par la critique, ne garantit pas de toute analyse sur le fond, justement. Et, inversement, une réalisation sans imagination, voire, comble de l’horreur, chronologique, et sans dix mille mouvements de caméra, peut aboutir à une œuvre que l’on suit avec plaisir, grâce au jeu des acteurs et des actrices, à l’intérêt du récit, à des rapports humains égalitaires (race, classe, sexe), à un dialogue bien ficelé, à des décors bien campés.

De même pour les livres. C’est ce qu’écrit Simone de Beauvoir dans Tout compte fait (1972) :

Il faut d’abord que l’univers fictif où je pénètre ait assez de cohérence pour que je puisse m’y ancrer (…). Ainsi dans ses romans Patricia Highsmith commence par inventer une atmosphère, un milieu, des personnages assez vraisemblables pour que j’accepte leur existence ; la suite de l’histoire bénéficie de ce crédit. (…) j’accepte de jouer le jeu. Si dès le début un roman policier m’accroche – par un dialogue vivant, une énigme bien posée, un défi, un pari – l’intrigue peut être extravagante : il me suffit qu’elle soit bien construite, et je feindrai d’y croire ; aiguillonnée par le désir de savoir quel est le coupable, si le hold-up réussira, comment s’y prendra l’agent secret pour accomplir sa mission, je consentirai à considérer comme un héros un agent de la C.I.A., à tenir les Chinois, les Soviétiques ou les Coréens pour des suppôts de Satan1.

L’autrice jongle avec humour entre les clichés des romans d’espionnage des années soixante et ses orientations politiques, à gauche et antiracistes. Beauvoir analyse ses attentes en matière de plaisir de lecture, qui concerne la construction de l’histoire plus que son fond, tout en étant consciente du lieu où elle se trouve, c’est-à-dire de ce qu’elle lit, et, lorsqu’elle évoque les films de James Bond2, de ce qu’elle regarde.

Bien entendu, il ne s’agit pas tomber dans l’excès contraire, à savoir aplanir toutes les œuvres (film, téléfilm, série, chanson, livre, tableau, sculpture, installation…) et les mettre sur le même plan, après analyse. Certaines œuvres sont complexes car elles proposent une vision fouillée du monde, ce qui les place au-dessus d’un simple divertissement, qu’il soit comique ou tragique.

Il s’agit surtout de retrouver de la fraîcheur quand on regarde un film, quand on lit un livre, quand on contemple une œuvre d’art. Et d’éprouver du plaisir, au premier degré.

 

1 Simone de Beauvoir, Tout compte fait, Paris, Gallimard, « Folio », p. 236-237.

2 Ibid., p. 247.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Pour en finir avec le second degré », Voyages autour de mon cerveau, décembre 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/7425

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Virgile et Garbo VADMC

 Virgile et Garbo

Au chant IV de L’Énéide (Ier siècle av. J.C.), la reine de Carthage, Didon, découvre que son amant, le Troyen Énée, vient de l’abandonner pour partir à la conquête de l’Italie. Plutôt être le premier dans Lavinium (la cité qu’il va construire après avoir établi son autorité du côté de la future Rome) que le second à Carthage. On est un homme, un vrai, ou on ne l’est pas. Énée choisi l’ingratitude vis-à-vis de Didon, qui l’a recueilli après sa fuite de Troie (en Turquie actuelle).

Pas question d’égoïsme masculin, bien au contraire, dans La Reine Christine (Queen Christina, Rouben Mamoulian, 1933). Au dix-septième siècle, le bel ambassadeur Antonio Pimentel de Prado (John Gilbert) est dévoué, corps et âme, à la souveraine de Suède, Christine (Greta Garbo).   Au vu de cette passion, qu’elle partage, la reine décide d’abdiquer. Sam Behrman et Salka Viertel, les scénaristes, inventent ainsi une histoire d’amour plutôt que des raisons politiques à ce geste. Une femme ne peut être que dirigée par ses sentiments, et non par sa raison, ce serait si peu conforme au sexisme occidental du vingtième siècle.

Didon et Christine ont pourtant un autre point commun, outre leur souveraineté, à savoir leur rapport charnel aux souvenirs de leur amant. Didon se repaît de douleur en embrassant les reliques abandonnées par son amant et se suicide sur le lit de leurs ébats.

Christine, quant à elle, dans une scène passée à la postérité cinéphile, touche chaque accessoire de la chambre où elle passe la nuit avec Antonio, avant de s’étendre sur le lit. Outre le phallisme (grains de raisin, bougie, fuseau du rouet, polochon, colonnes du lit) des objets contre lesquels Christine se presse, notons que le rouet et la position en plongée d’Antonio, vu par Christine depuis le haut de la pièce, annonce la séquence finale, sur le bateau qui emmène l’ex-reine hors de Suède, le corps mort d’Antonio étendu sur le pont, Christine appuyée contre la proue arrondie, pendant que le pilote tient la barre.

Deux femmes malheureuses en amour, mais quel destin impressionnant !

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Virgile et Garbo », Voyages autour de mon cerveau, décembre 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/7390

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Thésardes en film VADMC

Thésardes en film

Les métiers intellectuels ont peu d’attrait pour les cinéastes français·es, et les étudiantes sont plus représentées dans leurs histoires sentimentales que comme des travailleuses, tant à l’université que dans les petits boulots qui leur permettent de poursuivre leurs études. Il semble que le mariage soit leur horizon indépassable, tout comme une intelligence limitée, qui ne leur permet pas de s’intéresser à leurs cours. Sauf si elle n’a pas un physique de rêve, puisqu’une étudiante intéressée par ses études ne peut être que laide, donc bas-bleue, intello, vieille fille (aucune mention n’est à barrer).

Cette représentation patriarcale et classiste – dont un des pires exemples restera à jamais le feuilleton Hélène et les garçons (Jean-François Pory, 1992-1994), ex-æquo avec L’Auberge espagnole (Cédric Klapisch, 2002) – est parfois battue en brèche, au moins dans sa partie travail, intelligence et beauté.

Outre une rapide mention dans Lui (Guillaume Canet, 2021), où la maîtresse du personnage principal (Guillaume Canet) est jouée par Laetitia Casta et où elle déclare être titulaire d’un doctorat en Lettres, il y a Camille (Agnès Jaoui) dans On connaît le chanson (Alain Resnais, 1997) et Dominique dite Do (Hélène de Fougerolles) dans Va savoir (Jacques Rivette, 2001).

La persona de ces trois actrices est un mélange de beauté physique et d’intelligence, les spectateurs et les spectatrices les attendent dans des rôles de femmes qui ont un cerveau. C’est le cas dans Lui, où la maîtresse ne s’en laisse pas compter par son amant et fait alliance avec l’épouse (Virginie Efira). On reste cependant dans le domaine sentimental, uniquement.

Le doctorat de Do et de Camille est pris plus au sérieux. Do, jeune bourgeoise, planche à la bibliothèque parisienne de l’Arsenal et chez elle, elle écrit et dessine pour son sujet consacré au péplum tourné en Italie et aux États-Unis et à l’Antiquité gréco-romaine (cinéma et Lettres classiques). Ce qui ne l’empêche pas, bien au contraire, de tomber amoureuse d’un séduisant metteur en scène italien (Sergio Castellitto), un peu plus âgé qu’elle. De l’art d’aller jusqu’au bout de son sujet, en l’actualisant un tant soit peu… Pour Hélène de Fougerolles, ce rôle est le prolongement de celui de Christine, la lycéenne déléguée de classe du Péril jeune (Cédric Klapisch, 1994), qui faisait honte de leur paresse au groupe de petits mecs héros du film, et qui n’était donc pas béate d’admiration devant leurs bêtises, sans pour autant faire partie de la bande de militantes féministes de leur établissement scolaire.

Le sens de la répartie ne fait pas non plus défaut à Camille, qui, agacée par l’incompréhension abyssale de Nicolas (Jean-Pierre Bacri), ami de sa sœur Odile (Sabine Azéma), devant son sujet de thèse en histoire médiévale : « Mais pourquoi t’as choisi ce sujet ? », lui répond frontalement : « Pour faire parler les cons. » Un très très grand merci au tandem Jaoui-Bacri, également scénaristes, d’avoir écrit cet échange percutant, qui a vengé, venge, et vengera tant de doctorantes en Sciences humaines. Et qui, comme je l’ai expérimenté en distribuant cet extrait à des proches et amies, fait office de catharsis, en provoquant un rire salvateur. Tout au long du film, Camille est montrée comme prenant sa thèse très au sérieux, tout en se questionnant sur son utilité. Le public assiste à la fin de sa soutenance, ainsi qu’aux félicitations chaleureuses qu’elle reçoit de sa famille – et même de son petit ami Marc (Lambert Wilson), un salaud ordinaire (voir pourquoi dans le film…), pour lequel la seule réponse aux multiples angoisses existentielles de Camille est un morceau de sucre. Ne manque à Camille que le collier et la laisse pour devenir la parfaite animale de compagnie de Marc.

Si Do est dans sa thèse, Camille parcourt les derniers mois de la sienne et la soutient, et la maîtresse de Lui est docteure. Ces trois films déroulent le spectre de la fin des études universitaires, les doctorantes et docteure étant jouées par des actrices au physique agréable et à la vive intelligence, déjà connues du public pour des rôles de femmes à l’esprit délié, de sujets et non d’objets. De quoi chasser, le temps de ces films, le poids du sexisme ambiant. Pas si mal.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Thésardes en film », Voyages autour de mon cerveau, décembre 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/7375

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube