Archives mensuelles : juin 2023

Charlotte Lucas est-elle à plaindre ? Orgueil et Préjugés VADMC

Charlotte Lucas est-elle à plaindre ? Orgueil et Préjugés

Personnage secondaire non négligeable et non négligé par la narration, Charlotte Lucas est une jeune fille de la petite aristocratie anglaise qui se morfond chez ses parents, dans le roman de Jane Austen Orgueil et Préjugés (1813). Dotée d’une vive intelligence mais d’un physique banal, elle ne peut se hausser au rang héroïque de sa meilleure amie Elizabeth Bennett, personnage central du roman, auquel est réservé la grande histoire d’amour de ce récit social mordant, avec le sieur Darcy. Nous avons vu cependant dans un article précédent que cette relation hétérosexuelle Elizabeth-Darcy est à moduler.

Charlotte n’a pas tous ces tourments. Elle a vingt-sept ans1 et ne veut pas rester célibataire, avec toute l’opprobre de l’époque sur les épaules. Elle choisit d’épouser le petit-cousin d’Elizabeth, monsieur Collins, un pasteur, pompeux et ennuyeux. Elle acquiert ainsi un statut social honorable, une maison différente de celle de ses parents, qu’elle peut arranger à son goût. Tout en faisant en sorte de ne pas avoir son époux trop longtemps en face d’elle, comme le constate Elizabeth quand elle lui rend visite avec sa sœur Maria :

When Mr. Collins could be forgotten, there was really an air of great comfort throughout, and by Charlottes evident enjoyment of it, Elizabeth supposed he must be often forgotten2.

C’est-à-dire :

Cette demeure, évidemment, était fort plaisante à condition den oublier le maître, et en voyant à quel point Charlotte se montrait satisfaite, Elizabeth conclut quelle loubliait souvent3.

Charlotte a convaincu son mari des bienfaits de l’exercice physique, donc ici du jardinage, qui le tient éloigné d’elle, en plus de ses devoirs de pasteur. Et lui, d’ailleurs, qu’en pense-t-il ? Trouve-t-il cela normal et agréable ? Vu sa sottise, sans doute.

De même, Charlotte a eu la finesse de se réserver des pièces pour elle seule, loin du bureau de son époux :

The room in which the ladies sat was backwards. (…) Mr. Collins would undoubtedly have been much less in his own apartment, had they sat in one equally lively; and she gave Charlotte credit for the arrangement. (…) From the drawing-room they could distinguish nothing in the lane (…)4.

C’est-à-dire :

La pièce où se réunissaient les dames était située à l’arrière de la maison. (…) Mr. Collins aurait certainement passé moins de temps dans son bureau si lappartement de sa femme avait présenté les mêmes agréments que le sien. Du salon, on napercevait pas la route5.

Elle possède le fameux « lieu à soi » réclamé par Viriginia Woolf pour toutes les femmes dans son essai de 1929, A Room of One’s Own. Notons que Woolf y parle souvent d’Austen et cite le manuscrit d’Orgueil et Préjugés.

À l’aune du vingt-et-unième siècle, et selon les standards romantiques d’Elizabeth, la situation de Charlotte peut serrer le cœur, entre sexualité avec un homme non aimé, conformisme social et répétition d’un quotidien peu amusant. Pour autant, Charlotte ne s’apitoie jamais sur son sort :

But she had chosen it with her eyes open; and though evidently regretting that her visitors were to go, she did not seem to ask for compassion. Her home and her housekeeping, her parish and her poultry, and all their dependent concerns, had not yet lost their charms6.

C’est-à-dire :

Cependant, elle avait fait son choix en connaissance de cause, et, tout en regrettant le départ de ses visiteuses, elle ne semblait pas réclamer quon la plaignît. Sa maison, son ménage, sa paroisse, sa basse-cour et tous les intéts qui en dépendaient navaient point encore perdu leurs charmes à ses yeux7.

Tout lui est moins facile qu’à son amie, mais elle sait aller vers les aspects les moins pénibles de sa vie. Il n’y a pas d’orgueil ni de préjugés chez Charlotte, ni d’apitoiement sur soi, mais un regard clairvoyant sur son existence. Lucide, Charlotte choisit la norme comme moyen d’avoir une existence confortable, en en tirant le meilleur parti. Une femme courageuse, à saluer bien bas.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Charlotte Lucas est-elle à plaindre ? Orgueil et Préjugés », Voyages autour de mon cerveau, juin 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/10399

3 Jane Austen, Orgueil et Préjugés, Paris, 10/18, 2001, p. 162.

5 Ibid., p. 171.

6 https://www.gutenberg.org/files/1342/1342-h/1342-h.htm#CHAPTER_XXXVIII

Chapitre XXXVIII.

7 Jane Austen, Orgueil et Préjugés, op. cit., p. 215.

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Darcy amoureux de Bingley VADMC

Darcy amoureux de Bingley ? Orgueil et Préjugés

Non, monsieur Darcy n’est pas un pauvre être incompris, comme certains médias se complaisent à le dire1, au mépris de tout ce qui est écrit par son autrice Jane Austen, dans le roman Orgueil et Préjugés (1813). C’est un jeune homme gâté et plein d’arrogance, comme il le reconnaît dans sa dernière lettre à Elizabeth Bennett, dont il se dit amoureux :

As a child I was taught what was right, but I was not taught to correct my temper. I was given good principles, but left to follow them in pride and conceit. Unfortunately an only son (for many years an only child), I was spoilt by my parents, who, though good themselves (my father, particularly, all that was benevolent and amiable), allowed, encouraged, almost taught me to be selfish and overbearing; to care for none beyond my own family circle; to think meanly of all the rest of the world; to wish at least to think meanly of their sense and worth compared with my own2.

C’est-à-dire :

J’étais malheureusement fils unique, – même, durant de longues années, unique enfant, et j’ai été gâté par mes parents qui, bien que pleins de bonté (mon père en particulier était la bienveillance même), ont laissé croître et même encouragé la tendance que javais à me montrer personnel et hautain, à enfermer mes sympathies dans le cadre familial et à faire fi du reste du monde3.

Bien sûr, grâce à son amour pour cette jeune fille, et parce qu’elle l’a éconduit quand il l’a demandée en mariage de manière condescendante, il a évolué de manière positive. Ils peuvent ainsi se marier à la fin du livre, après la seconde demande de Darcy par une belle après-midi ensoleillée4 – et non dans un petit matin brumeux sur fond de violons dégoulinants comme dans la version filmée de Joe Wright (2005).

Si ce n’est qu’Elizabeth n’est pas la seule concernée par la conduite méprisante de Darcy. Dont elle se remet facilement et dont elle rit avec sa meilleure amie Charlotte Lucas5. Là où le bât blesse vraiment, c’est lorsque cet aristocrate fier de ses origines et de ses fréquentations sépare sciemment son meilleur ami Bingley de Jane, la sœur aînée d’Elizabeth. Son argumentation est faible, quand il écrit à Elizabeth pour expliquer sa conduite :

But it was not till the evening of the dance at Netherfield that I had any apprehension of his feeling a serious attachment. (…) At that ball, while I had the honour of dancing with you, I was first made acquainted, by Sir William Lucass accidental information, that Bingleys attentions to your sister had given rise to a general expectation of their marriage. He spoke of it as a certain event, of which the time alone could be undecided. From that moment I observed my friends behaviour attentively; and I could then perceive that his partiality for Miss Bennet was beyond what I had ever witnessed in him. Your sister I also watched6.

C’est-à-dire :

(…) mais cest seulement le soir du bal de Netherfield que je commençai à craindre que cette inclination ne fût vraiment sérieuse. (…) Au bal, pendant que je dansais avec vous, une réflexion de sir William Lucas me fit comprendre pour la première fois que lempressement de Bingley auprès de votre sœur avait convaincu tout le monde de leur prochain mariage. Sir William en parlait comme d’un événement dont la date seule était indéterminée. À partir de ce moment, jobservai Bingley de plus près et je maperçus que son inclination pour miss Bennet dépassait ce que javais remarqué jusque-là. J’observai aussi votre sœur (…)7.

Visiblement, danser avec Elizabeth est un pensum plus qu’un plaisir. En outre, Darcy insiste beaucoup, par la suite, sur la supposée indifférence de Jane, tout en blâmant la mère et les jeunes sœurs Bennett au sujet de leur conduite trop expansive, contraire aux bonnes mœurs. Il avance également, en passant, des motifs de convenance sociale, qui tiennent un peu plus, au vu de l’époque, où les sentiments ne faisaient pas partie du contrat de mariage. Darcy a donc raison de vouloir séparer Jane de Bingley pour ces raisons-ci. En conclusion de son épître, il n’exprime aucun regret d’avoir brisé le cœur de Jane et de son ami.

Cependant, tout cela ne serait-il point, plutôt, de la jalousie ? Jalousie de voir son ami heureux, se dégageant de son emprise, et heureux avec une jeune fille. Le texte originel est explicite, «apprehension » (cf. citation ci-dessus) signifiant tout autant « soupçon » que « peur » à cette époque en anglais8. Au sein de l’aristocratie anglaise de cette époque, femmes et hommes avaient des vies séparées. Les dames restaient à l’intérieur à broder, causer et recevoir, tandis que les messieurs montaient à cheval, travaillaient à leurs affaires en se rendant sur place, discutaient et se voyaient dans des clubs. Et l’après-dîner se déroulait en partie de manière séparée. Cette société était donc peu mixte, ce que l’on retrouve dans la littérature anglo-saxonne du vingtième siècle, avec les couples crypto-homosxuels Watson et Holmes (Conan Doyle), Poirot et Hastings (Agatha Christie), Bertram Wooster et Jeeves (P.G. Wodehouse).

Dans Orgueil et Préjugés, l’acharnement de Darcy à détruire le bonheur de son ami et à le garder sous sa coupe peut donc s’expliquer par un amour contrarié et non réciproque. Tant que Bingley reste célibataire, les fantasmes homosexuels de Darcy peuvent se donner libre cours, d’autant que les mœurs sociales permettent une intimité quotidienne quasiment non mixte. Le refus de Darcy de danser aux bals provinciaux, au début du roman, serait alors, aussi, la manifestation de son refus des femmes, autant que de son snobisme. À ces deux occasions, il a d’ailleurs du mal à quitter Bingley des yeux, sous couvert d’amitié (premier bal) et de surveillance (second bal).

L’arrogance de sa conduite envers Elizabeth lors de sa première demande en mariage serait ainsi encore plus explicable : il peut donner libre cours à son mépris de classe et à son mépris tout court, puisqu’agissant ainsi, il est certain que Miss Bennett, dont il connaît le caractère droit et fier, ainsi que son attachement pour le beau Wickham, refusera de l’épouser. Et quand elle accepte de se marier avec lui, après qu’il a expliqué sa conduite infâme à Bingley, Jane Austen précise que Jane et Bingley, heureusement mariés, viennent habiter près de chez eux. La résignation à l’hétéronorme de Darcy est récompensée par l’installation de Bingley, et de Jane, près de chez lui.

Par conséquent, il est regrettable que les mœurs homophobes de l’époque condamnent Darcy au silence et à la souffrance9. Un tort à réparer aujourd’hui.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Darcy amoureux de Bingley ? Orgueil et Préjugés », Voyages autour de mon cerveau, juin 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/10327

3 Jane Austen, Orgueil et Préjugés, Paris, 10/18, 2001, p. 351.

4 Ibid.

7 Jane Austen, Orgueil et Préjugés, op. cit., p. 197.

8 Samuel Johnson, Dictionary of the English Language, London, William Pickering ed., 1828, p. 40.

9 Voir aussi, au début du vingtième siècle, le personnage de Thomas dans la série anglaise Downton Abbey (Julian Fellowes, 2010-2015).

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Ile des Pêcheurs 4

À bord de l’Aire avec Zaza (18)

Mai 2023, je progresse dans mon parcours Chatfoin Lacoin, en mettant mes pas dans ceux de Zaza, cette fois aux Îles Borromées (cf. publication précédente). Après l’Isola Madre, visitée par Zaza et sa famille, place à l’Isola dei Pescatori/Isola Superiore, soit l’Île des Pêcheurs/Île Supérieure. Zaza ne l’a vue que depuis le bateau, mais elle a apprécié les arcades et les maisons, qui lui rappellent Bayonne .

Ile des pêcheurs 1

©Tiphaine Martin

Ile des Pêcheurs 2

©Tiphaine Martin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour ma part, j’ai pensé au film Le Petit Monde de Don Camillo (Julien Duvivier, 1952), adapté du roman éponyme de Giovanni Guareschi (1948), quand j’ai vu des arbres à moitié submergés sur le pourtour de l’île. En effet, le bourg où vit le prêtre n’est pas loin d’un autre village, englouti celui-là, mais dont les cloches de l’ancienne église sonnent de temps à autre… le tout étant bordé d’arbres à moitié dans l’eau, comme sur l’Île des Pêcheurs.

Ile des Pêcheurs 3

©Tiphaine Martin

Ile des pêcheurs 3

©Tiphaine Martin

Une très belle visite, qui a conclu mon tour des trois îles, la dernière, l’Isola Bella, n’étant pas visitable, car la marque Louis Vuitton l’avait privatisée pour son défilé.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « À bord de l’Aire avec Zaza (18) », Voyages autour de mon cerveau, juin 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/10275

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Isola Madre 8

À bord de l’Aire avec Zaza (17)

Mai 2023, je progresse dans mon parcours Chatfoin Lacoin, en mettant mes pas dans ceux de Zaza, cette fois aux Îles Borromées. Ces trois espaces insulaires se trouvent sur le lac Majeur, au nord-est de l’Italie. Zaza y est allée en famille en avril 1922, il y a donc un peu plus d’un siècle. J’ai publié cartes et dactylographie des cartes de ce lieu dans mon exposition Élisabeth Lacoin-Les traces vivantes du Chatfoin.

Comme Zaza, j’ai visité l’Isola Madre, ses jardins, sa demeure du dix-huitième siècle. Les oiseaux y sont nombreux et en liberté : faisans, paons et paonnes, canards et canes. Pas de « gros chênes » comme à l’époque de Zaza, ni de mimosas. Il faut dire qu’il pleuvait, ce qui rendait la distinction des espèces plutôt compliquée.

Isola Madre 1

©Tiphaine Martin

La demeure a conservé ses magnifiques lustres en verre de Murano :

Isola Madre 2

©Tiphaine Martin

 

 

 

 

 

 

 

 

… le bureau du maître de maison…

 

Isola Madre 3

©Tiphaine Martin

…. le théâtre de marionnettes…

 

Isola Madre 4

©Tiphaine Martin

 

 

 

 

 

 

 

 

… avec les textes des pièces et leurs partitions…

 

Isola Madre 5

©Tiphaine Martin

Isola Madre 7

©Tiphaine Martin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

…. et le cartouche de visite de 1923 :

Isola Madre 7

Une visite complète et passionnante, avant d’aller à l’Isola dei Pescatori/Isola Superiore.

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « À bord de l’Aire avec Zaza (17) », Voyages autour de mon cerveau, juin 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/10159

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Porridge et Polenta

Trahir l’Angleterre ? Porridge et Polenta. Partir, revenir, pourquoi ? (4)

Henry Radstock est fier de lui, toujours. Campé sur ses certitudes, cet Anglais de 1973 émet des opinions toutes faites tant chez lui qu’au pub local, Le Colchique et le Bleuet, dans une petite ville à l’ouest de Londres. Il conspue les Européens, qui pour lui représente un magma confus, d’où émergent parfois les Français – libidineux, mangeurs de grenouilles et toujours vaincus face à l’Union Jack, les Allemands – tous nazis, presque trente ans après la Seconde Guerre Mondiale, et les Italiens – tous fascistes, voleurs et vivant dans un pays sous-développé, car ignorant le thé et le porridge, base de la force britannique. Bien entendu, Radstock est contre l’entrée de son pays dans le Marché commun, qui signerait la fin de la supériorité anglaise.

Bref, Henry est un imbécile, raciste de surcroît. Son créateur Charles Exbrayat va prendre plaisir à le confronter à ses fantasmes, dans le roman policier Porridge et Polenta (1973). Radstock est le prototype d’homme qui est resté figé dans les années cinquante, loin des changements sociétaux de l’Angleterre des années soixante. Henry préfère rabâcher au sujet des soi-disant heures glorieuses où il aurait sauvé sa compagnie à Dunkerque en juin 40, tous comme certains Gaulois  et autres rappellent sans cesse : « J’ai fait la guerre, moi, môssieu ! J’étais à Gergovie, moi, môssieu ! » (Le Tour de Gaule d’Astérix, Goscinny et Uderzo, Paris, Dargaud, 1965, p. 28). Radstock ne tolère aucune contestation, surtout pas celle de Lucy, sa femme, qu’il a daigné épouser, quoiqu’elle soit une sang-mêlé (d’origine irlandaise, donc).

Cependant, il n’est pas contre le travail des femmes, puisqu’il est extrêmement fier de la réussite de sa fille Susan au concours de la fonction publique. Et, dans un premier temps, qu’elle soit première à l’examen d’italien. Ce qui finit pourtant par déclencher sa colère, car oui, pourquoi Susan et ses deux amies, Tessa et Mary-Jane, à apprendre la langue de Dante ? Sinon l’affection pour un pays autre que le sien ?

C’est le choix de sa fille qui va faire basculer le destin de Radstock. En effet, les trois jeunes filles ont gagné un séjour à San Remo, station balnéaire du nord-ouest de l’Italie, célèbre pour son festival de musique populaire. D’où, peut-être, un lien entre leur idolâtrie pour un chanteur pop italien et leur apprentissage de l’italien. Dans tous les cas, les petites Anglaises arrivent à La Casa Grande, hôtel situé fictivement sur le Corso Mombello. Elle sont bien décidées à profiter de leurs vacances, avant leur entrée en fonction. Ce sont deux coups de foudre et demi qui surgissent, entre Susan et Fortunato le réceptionniste, entre Mary-Jane et Enrico le chef des grooms, et de la part de Tessa envers Pietro le liftier.

Trafic de drogue et meurtres s’inscrivent également au programme, en plus de la détente et de la farniente. Informé de ces ajouts au séjour de sa fille, Henry décide de rejouer les sauveurs, comme en 40, dans un autre pays de sauvages, dans la jungle européenne. Et Lucy de l’accompagner, puisqu’elle l’a épousé pour le meilleur… et pour le pire. Lucy est prête à affronter les myriades de microbes italiens pour soutenir son époux, timide Galatée approuvant son Pygmalion en tout. Mais leurs attentes seront déçues, car personne ne veut les écouter, ni les policiers, ni le personnel de l’hôtel. Quant à Susan, elle est ravie de présenter Fortunato à ses parents, et de leur conseiller de se mettre en maillot de bain et de bronzer. Après avoir sommé sa fille de rentrer avec lui – et avec Lucy – dans la mère patrie, Henry se fait une raison et serait même prêt à reconnaître que la police italienne n’est plus fasciste, comme il l’a lancé au visage du commissaire Prizzi. Il est tout prêt à prendre la place de la police, ce qui lui permet de se valoriser à peu de frais, donc d’envisager l’Italie et les Italien·nes d’un œil moins dur.

Mais ce n’est pas lui qui trouve les responsables des meurtres, liés au trafic de drogue, mais Tessa, qui laisse les lauriers au commissaire, avant de repartir en Angleterre en même temps que Susan et Mary Jane et les Radstock. Pietro, finalement convaincu de la puissance des charmes de la jeune fille, part aussi, peu après, avec Fortunato et Enrico, et débarque à l’aéroport :

Il montrait trois filles qui couraient vers eux en agitant les bras. Fortunato poussa un juron avec une force telle qu’il aurait pu aller cogner aux fenêtres de Buckingham. Pietro hurla :

– Sainte Madone! Ce n’est pas vrai! Vous n’auriez pas permis ça?

Quant à Enrico, il se contenta de soupirer :

– Oh! mon Dieu…

Les trois Anglaises qui arrivaient à leur rencontre, avec leur casquette, leur tailleur strict, leur sac qu’une courroie retenait à l’épaule, étaient trois agents de police. (…)

Ultime malice de Charles Exbrayat, qu’on croit entendre rire à gorge déployée derrière la page. Car oui, les policières sont des fonctionnaires… Mais les Italiens s’y font, tandis que le climat humide, pluvieux et très pollué sape leur moral et grignote leur amour. Ils finissent par repartir en avion à San Remo… ainsi que Susan, Tessa et Mary-Jane, qui s’installent à la dernière minute à côté d’eux, dans une scène topique des comédies romantiques. Et les Radstock suivent peu après, d’abord pour le triple mariage, puis pour une installation définitive. Repoussant le porridge, ils préfèrent la polenta. Les délices italiens ont vaincu le féroce lion britannique, qui en demande qu’à ronronner au soleil. Un beau programme, n’est-il pas ?

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Trahir l’Angleterre ? Porridge et Polenta. Partir, revenir, pourquoi ? (4) », Voyages autour de mon cerveau, juin 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/9955

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube